QUI DIRIGE, ICI?

MISE EN OEUVRE EFFICACE DES OBLIGATIONS INTERNATIONALES DU CANADA RELATIVES AUX DROITS DES ENFANTS


ANNEXE  A : Liste des témoins

TÉMOINS

Mission d’étude à Londres, Édimbourg et Oslo, du 7 au 15 octobre 2005

10 octobre 2005 Haut Commissariat du Canada à Londres
S.E. Mel Cappe, Haut commissaire
Chris Berzins, agent politique
   
  Youth Justice Board
Prof. Rod Morgan, Chair
Steve Bradford, Policy and communications
Manager
Jon Hayle, Head of Policy for the Secure Estate andDemand Management Representative
   
  Department for Education and Skills
Anne Jackson, Director of Strategy, Children, Young People and Families Directorate
Lucy Andrew, Team Leader, Children, Young People and Families Directorate
Denise Walsh, Children, Young People and Families Directorate
Prof. Al Aynsley-Green, Children’s Commissioner for England
   
  Save the Children
Tom Hewitt, Coordinator, Children’s Rights Information Network
   
11 octobre 2005

National Children’s Bureau
Alison Linsey, Policy and Parliamentary Officer
Lisa Payne, Principal Policy Officer
Baroness Massey of Darwen, Chair of the All Party  Parliamentary Group for Children

   
  House of Commons – London
Nick Walker, Commons Clerk of the Committee, Parliamentary Joint Committee on Human Rights
Andrew Dismore, M.P., Chair, Parliamentary Joint Committee on Human Rights
Lord Lester of Herne Hill, Parliamentary Joint Committee on Human Rights
Dr Evan Harris, M.P., Parliamentary Joint Committee on Human Rights
Mary Creigh, M.P., Parliamentary Joint Committee on Human Rights
   
  Department for Education and Skills
Maria Eagle, Parliamentary Under Secretary of State for Children, Young People and Families Directorate
Ruth Siemaszko, Divisional Manager, Children, Young People and Families Directorate
   
  Knights Enham School
Anne Hughes, Headteacher
   
  Education County Office
Ian Massey, Hampshire Intercultural Education Inspector
   
12 octobre 2005 University of Edinburgh
Kay Tisdall, Senior Lecturer in Social Policy, Childhood Studies Programme
   
  Scottish Executive
Paul Smart, Head, Criminal Justice Branch
Susan Bolt, Head, Child Witnesses Branch
Brian Peddie, Head, Human Rights & Law Reform, Civil Law Division
   
  Scottish Youth Parliament
Derek Miller, National Coordinator
Steven Kidd, Communications Officer
   
  Office of Scottish Commissioner
Kathleen Marshall, Scottish Commissioner for Children and Young People
   
 

Children in Scotland
Eddie Follan, Head of Policy Development
Shelley Gray, Policy Officer

   
  Scottish Children’s Reporter Office
Malcolm Schaffer, Reporter Manager East
   
 

University of Edinburgh
Dr. Annis May Timpson, Director, Canadian Studies Centre

   
  Scottish Executive
Steven Kerr, US and Canada Policy, International Division
   
14 octobre 2005 Ambassade canadienne à Oslo
S.E.Jillian Stirk, ambassadeur
Lisa Stadelbauer, conseiller politique et consul
Thomas Bellos, agent-gestionnaire consulaire
   
  Royal Ministry of Foreign Affairs
Tormod Endresen, Director, Global Section
Petter Wille, Deputy Director General, Global Section
   
  Office of the Ombudsman
Reidar Hjermann, Ombudsman for Children
Knut Haanes, Deputy Director
   
 

Save the Children – Norway
Elin Saga Kjøholt, Acting Director, Domestic Program

   
  Childwatch International Research Network
Jon-Kristian Johnsen, Director
   
 

Norwegian Social Research
Elisabeth Backe Hansen, PhD, Senior Researcher, Research Director

   
 

University of Oslo
Lucy Smith, Professor
Dr. Anton Hoëm, Prof. Emeritus, Prof. Saami University College

   
  Ministry of Local Government and Regional  Development
Anne Lilvted
   
  Ministry of Children and Family Affairs
Haktor Helland, Director General
Wenche Hellerud, Senior Advisor
   
  Ministry of Justice
Hilde Indreberg, Deputy Director General

Audiences publiques au Canada

26 septembre 2005 L’honorable Ken Dryden, c.p., député,
Ministre du Développement social
L’honorable Andy Scott, c.p., député,
Ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
   
  Université du Manitoba:
Anne McGillivray, professeure
   
  Université de l’Alberta:
Joanna Harrington, professeure
   
 

Développement social Canada:

Sonia L’Heureux, directrice générale, Apprentissage et la garde des jeunes enfants

John Connolly, directeur intérimaire, direction du  Développement communautaire et des partenariats, Division des partenariats

Deborah Tunis, directrice générale, Politique et orientation stratégique

   
 

Ministère des Affaires indiennes et du Nord   canadien:

Dan Hughes, conseiller principal, Direction générale des traités, de la recherche, des relations      internationales et l’égalité des sexes

Havelin Anand, directrice générale, division despolitiques sociales et programmes

   
16 juin 2005

Bureau de l’Ombudsman de Nouvelle-Écosse :

Christine Brennan, superviseure, Services à la jeunesse et aux personnes âgées

Sonia Ferrara, représentante de l’ombudsman, Services à la jeunesse et aux personnes âgées

   
 

École de Droit Dalhousie:

Wayne MacKay, professeur

   
 

Centre de santé IWK :

Douglas McMillan, professeur de pédiatrie

Jane Mealey, vice-présidente, Santé des enfants

Anne Cogdon, directrice, Santé primaire

Ryan Thompson, résident MHSA

   
 

Child Care Connections Nova Scotia

Elaine Ferguson, directrice executive

   
 

Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Services à la famille et aux enfants:

George Savoury, directeur principal

Ministère de l’Éducation :

Ann Power, directrice, Division des services auxétudiants

Don Glover, consultant, Division des services aux    étudiants

Ministère de la Justice :

Fred Honsberger, directeur exécutif, Services     correctionnels

Ministère de la Santé :

Linda Smith, directrice exécutive, Services de lasanté mentale, de la santé des enfants et du traitement des toxicomanies

   
15 juin 2005

Gouvernement de l’Île du Prince Édouard

Ministère de la Santé et des Services sociaux,

Secrétariat des enfants :

Cathy McCormack, consultante en éducation de la petite enfance

Janice Ployer, coordonnatrice, Développement de l’enfant en santé

Ministère de l’Éducation :

Carolyn Simpson, administratrice du Programme      provincial des jardins d’enfants

 

Sénat du Canada :

L’honorable Elizabeth Hubley, sénateur de l’Île du   Prince Édouard

 

Native Council of Prince Edward Island :

Jamie Gallant, présidente et chef

Paula Thomas, directrice générale des Finances

 

Association du développement de la petite  enfance I.P.E. :

Brenda Goodine

 

Association of Community Living of P.E.I. :

Bridget Cairns, directrice

Michele Pineau

   
14 juin 2005

Bureau de l’Ombudsman du Nouveau- Brunswick:

Bernard Richard, Ombudsman du Nouveau- Brunswick

David Kuttner, étudiant en droit

Cynthia Kirkby, étudiante en droit

 

Centre de recherche sur les jeunes à risque :

Susan Reid, directrice et professeure agrégée, département de criminologie et de justice criminelle, Université St. Thomas

 

Centre d’excellence et d’engagement de la jeunesse :

Florian Bizindavyi, coordonnateur

 

Partenaires des jeunes :

Leah Levac, responsable du programme et coordonnatrice d’Action jeunesse du Nouveau-Brunswick

 

Governement du Nouveau-Brunswick

Ministère de la famille et des Servicescommunautaires :

Bill MacKenzie, directeur, Politiques et relationsfédérales/provinciales

Ministère de la Sécurité publique :

Ian Walsh, conseiller principal en politiques

Jay Clifford, directeur, Politiques et planification

Ministère de l’Éducation :

Inga Boehler, directrice adjointe, Politiques et    planification

Ministère de la Justice :

Mike Comeau, directeur, Politiques et planification

   
13 juin 2005

Office of the Child and Youth Advocate :

Jim Igloliorte, procureur intérimaire des jeunes

Marilyn McCormack, procureure adjointe

Roxanne Pottle, agend d’éducation à la défense

Paule Burt, agent d’évaluation de la défense desdroits

 

Futures in Newfoundland and Labrador’s Youth(FINALY):

Jay McGrath, president, Conseil provincial de lajeunesse

Chelsea Howard, Conseil provincial de la jeunesse

 

Centre de traitement des jeunes Charles J. Andrew :

Kristin Sellon, directrice exécutive

 

Gouvernement de Terre-Neuve et Labrador

Ministère de la Santé et des services   communautaires :

Lynn Vivian-Book, sous-ministre adjointe

Ministère de la Justice :

Mary Mandville, avocate au civil

Service à l’enfance, à la jeunesse et à la famille :

Ivy Burt, directrice provinciale

 

Centre d’excellence et d’engagement de la jeunesse :

Florian Bizindavyi, coordonnateur

   
6 juin 2005

L’honorable Ujjal Dosanjh, C.P., député, ministre de la Santé

L’honorable Joe Volpe, C.P., député, ministre de la  Citoyenneté et de l’immigration

 

Santé Canada :

Claude Rocan, directeur général, Centre de développement de la santé humaine, direction    générale de la santé de la population et de la santé    publique

Kelly Stone, directrice, Division de l’enfance et de   l’adolescence

Dawn Walker, conseillère spéciale, Politiques,    planification et analyse stratégiques, Direction   générale des Premières Nations et des Inuits

 

Citoyenneté et Immigration Canada :

Daniel Jean, sous-ministre adjoint, Développement des politiques et des programmes

Brian Grant, directeur général, Politique stratégique et partenariats

   
30 mai 2005

Gouvernement de la Nouvelle Zélande :

Cindy Kiro, commissaire aux enfants de la  Nouvelle-Zélande

   
16 mai 2005

L’honorable Carolyn Bennett, C.P., députée, ministre d’État

(Santé publique)

   
 

Santé Canada :

Kelly Stone, directrice, Division de l’enfance et de l’adolescence

Sylvie Stachenko, administratrice en chef adjointe de la santé publique

 

Agence canadienne de développement international (ACDI) :

David Moloney, vice-président, Direction générale des Politiques

Sarita Bhatla, directrice, Division des droits de la personne et de la participation

Natalie Zend, analyste principale des droits des enfants, Direction générale des politiques

   
9 mai 2005

À titre personnel :

Christine Colin, médecin spécialiste en santé publique

Lorraine Fillion, travailleuse sociale et médiatrice familiale

Hugues Létourneau, avocat

   
2 mai 2005

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés :

Jahanshah Assadi, Représentant au Canada

Rana Khan, administratrice chargée de la protection

   
18 avril 2005

Ministère du Patrimoine Canada :

Eileen Sarkar, sous-ministre adjointe

Kristina Namiesniowski, directrice générale, Direction générale du multiculturalisme et droits de la personne

Calie McPhee, gestionnaire, Programme Droits de la personne

 

Justice pour les enfants et la jeunesse :

Sheryl Milne, conseillère en personnel

Martha Mackinnon, directrice générale

   
11 avril 2005

L’honorable Irwin Cotler, C.P., député, ministre de la Justice

 

Ministère de la Justice Canada :

Lise Lafrenière-Henrie, avocate-conseil, Section de  la famille, des  enfants et des adolescents

Elaine Ménard, avocate, Section des droits de lapersonne

Carole Morency, avocate-conseil, Section de la  politique en matière de droit pénal

   
21 mars 2005

Centre irlandais des droits de la personne, Université nationale d’Irlande, Galway :

William A. Schabas, directeur

 

À titre personnel :

Max Yalden

   
7 mars 2005

Service social international Canada :

Agnes Casselman, directrice exécutive

   
21 février 2005

À titre personnel :

Peter Leuprecht

 

Institut international pour les droits de l’enfant et le développement :

Suzanne Williams, directrice exécutive

 

Bureau international pour les droits des enfants :

Jean-François Noël, directeur général

 

Conseil canadien des organismes provinciaux de défense des droits des enfants et des jeunes :

Judy Finlay, avocate principale et directrice, Bureau d’assistance à l’enfance et à la famille, Toronto

Deborah Parker-Loewen, présidente du Conseil et protectrice des enfants, Bureau de la protection de l’enfance, Saskatoon

Janet Mirwaldt, avocate pour les enfants

   
14 février 2005

Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada :

Peter M. Dudding, directeur exécutif

 

Centre scientifique de prévention du CTSM :

Claire Crooks, directrice adjointe

 

UNICEF – Canada :

David Agnew, président et chef de direction

 

Vision mondiale – Canada :

Kathy Vandergrift, présidente, Groupe de travail surles enfants dans les conflits armés

Sara Austin, analyste des politiques, Droits de   l’enfant et VIH-SIDA

   
7 février 2005

Collège universitaire du Cap Breton, Centre du droit des enfants :

Katherine Covell, professeure

 

La Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada :

Cindy Blackstock, directrice exécutive

 

Aide à l’enfance Canada :

Rita Karakas, directrice exécutive

 

Mission d’étude à Genève et Stockholm, du 25 janvier au 1er février 2005

 

27 janvier 2005

Mission permanente canadienne aux Nations Unies

Ian Ferguson, Acting Alternate Permanent  Representative

Deirdre Kent, Counsellor

 

Union Inter-Parlementaire

Kareen Jabre, Children’s Rights Officer

 

Office of the High Commissioner for Human Rights

Mahr Kahn-Williams, Deputy High Commissioner    for Human Rights

 

Bureau International du Travail

Jane Stewart, Acting Executive Director for the Employment Sector

Frans Roselaars, Director, In Focus Programme on Child Labour

   
28 janvier 2005

Office of the UN High Commissioner for Refugees

Terry Morel, Senior Advisor on Refugee Children

Ron Pouwels, Chief of Women, Children and Community Development Section

 

UNICEF

Amaya Gillespie, Director, UN Study on Violence   against Children

Ya Njameh Jeng, Special Initiative Intern

 

Members of the UN Committee on the Rights of   the Child

Japp Doek, Chair

Marilia Sardenbergh

Nevena Sahovic-Vukovic

Norberto Liwiski

Yanghee Lee

Ibrahim Al-Sheedi

Joyce Aluoch

Moushira Katthab

Paulo David

 

NGO Group for the Convention on the Rights of  the Child

Elaine Petitat-Côté

Hélène Sakstein

   
31 janvier 2005

Ambassade du Canada - Stockholm

S.E. Lorenz Friedlaender, Ambassadeur

Kenneth Macartney, Counsellor

Dr. Aili Käärik, Political Affairs and Public Diplomacy Officer

 

Ministry of Health and Social Affairs – Sweden

Carin Jahn, Director, Special Expert, Child Policy

Carl älfvåg, Director

Anna Holmqvist, Desk Officer

 

Ministry for Foreign Affairs

Cecilia Ekholm

 

Network of Parliamentarians dealing with children’s rights

Inger Davidson, M.P.

Hillevi Engström, M.P.

Gunilla Wahlén, M.P.

Rigmore Stenmark, M.P.

Jan Lindholm, M.P.

 

Olof Palme International Center

Thomas Hammarberg, Secretary General

 

Children’s Ombudsman Office

Lena Nyberg, Children’s Ombudsman for Sweden

 

Audiences publiques au Canada

   
13 décembre 2004

À titre personnel:

Nicholas Bala

Jeffery Wilson

Maryellen Symons

 

Coalition canadienne pour les droits des enfants:

Tara Ashtakala, coordonnatrice intérimaire

 

Alliance nationale pour les enfants:

Dianne Bascombe, directrice exécutive

 

Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada:

Peter M. Dudding, directeur exécutif

 


ANNEXE B: Convention relative aux droits de l’enfant

Convention relative aux droits de l'enfant
 
Adoptée et ouverte à la signature, ratification et adhésion par l'Assemblée générale dans sa résolution 44/25 du 20 novembre 1989
 
Entrée en vigueur le 2 septembre 1990, conformément à l'article 49
 
Préambule
 

Les Etats parties à la présente Convention,

 

Considérant que, conformément aux principes proclamés dans la Charte des Nations Unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l'égalité et le caractère inaliénable de leurs droits sont le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,

Ayant à l'esprit le fait que les peuples des Nations Unies ont, dans la Charte, proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu'ils ont résolu de favoriser le progrès social et d'instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

 

Reconnaissant que les Nations Unies, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans les pactes internationaux relatifs aux droits de l'homme, ont proclamé et sont convenues que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation,

 

Rappelant que, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, les Nations Unies ont proclamé que l'enfance a droit à une aide et à une assistance spéciales,

 

Convaincus que la famille, unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres et en particulier des enfants, doit recevoir la protection et l'assistance dont elle a besoin pour pouvoir jouer pleinement son rôle dans la communauté,

 

Reconnaissant que l'enfant, pour l'épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d'amour et de compréhension,

 

Considérant qu'il importe de préparer pleinement l'enfant à avoir une vie individuelle dans la société, et de l'élever dans l'esprit des idéaux proclamés dans la Charte des Nations Unies, et en particulier dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d'égalité et de solidarité,

 

Ayant à l'esprit que la nécessité d'accorder une protection spéciale à l'enfant a été énoncée dans la Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l'enfant et dans la Déclaration des droits de l'enfant adoptée par l'Assemblée générale le 20 novembre 1959, et qu'elle a été reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (en particulier aux articles 23 et 24), dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (en particulier à l'article 10) et dans les statuts et instruments pertinents des institutions spécialisées et des organisations internationales qui se préoccupent du bien-être de l'enfant,

 

Ayant à l'esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits de l'enfant, «l'enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d'une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance»,

 

Rappelant les dispositions de la Déclaration sur les principes sociaux et juridiques applicables à la protection et au bien- être des enfants, envisagés surtout sous l'angle des pratiques en matière d'adoption et de placement familial sur les plans national et international, de l'Ensemble de règles minima des Nations Unies concernant l'administration de la justice pour mineurs (Règles de Beijing) et de la Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en période d'urgence et de conflit armé,

 

Reconnaissant qu'il y a dans tous les pays du monde des enfants qui vivent dans des conditions particulièrement difficiles, et qu'il est nécessaire d'accorder à ces enfants une attention particulière,

 

Tenant dûment compte de l'importance des traditions et valeurs culturelles de chaque peuple dans la protection et le développement harmonieux de l'enfant,

 

 

Reconnaissant l'importance de la coopération internationale pour l'amélioration des conditions de vie des enfants dans tous les pays, en particulier dans les pays en développement,

 

Sont convenus de ce qui suit :

 

Première partie
 

Article premier


Au sens de la présente Convention, un enfant s'entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable.

 

Article 2


1. Les Etats parties s'engagent à respecter les droits qui sont énoncés dans la présente Convention et à les garantir à tout enfant relevant de leur juridiction, sans distinction aucune, indépendamment de toute considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou autre de l'enfant ou de ses parents ou représentants légaux, de leur origine nationale, ethnique ou sociale, de leur situation de fortune, de leur incapacité, de leur naissance ou de toute autre situation.


2. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour que l'enfant soit effectivement protégé contre toutes formes de discrimination ou de sanction motivées par la situation juridique, les activités, les opinions déclarées ou les convictions de ses parents, de ses représentants légaux ou des membres de sa famille.

 

Article 3


1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale.


2. Les Etats parties s'engagent à assurer à l'enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées.

 

3. Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l'existence d'un contrôle approprié.

 

Article 4


Les Etats parties s'engagent à prendre toutes les mesures législatives, administratives et autres qui sont nécessaires pour mettre en oeuvre les droits reconnus dans la présente Convention. Dans le cas des droits économiques, sociaux et culturels, ils prennent ces mesures dans toutes les limites des ressources dont ils disposent et, s'il y a lieu, dans le cadre de la coopération internationale.


Article 5


Les Etats parties respectent la responsabilité, le droit et le devoir qu'ont les parents ou, le cas échéant, les membres de la famille élargie ou de la communauté, comme prévu par la coutume locale, les tuteurs ou autres personnes légalement responsables de l'enfant, de donner à celui-ci, d'une manière qui corresponde au développement de ses capacités, l'orientation et les conseils appropriés à l'exercice des droits que lui reconnaît la présente Convention.

 

Article 6


1. Les Etats parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie.

 

2. Les Etats parties assurent dans toute la mesure possible la survie et le développement de l'enfant.

 

Article 7


1. L'enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d'acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux.


2. Les Etats parties veillent à mettre ces droits en oeuvre conformément à leur législation nationale et aux obligations que leur imposent les instruments internationaux applicables en la matière, en particulier dans les cas où faute de cela l'enfant se trouverait apatride.

 

Article 8


1. Les Etats parties s'engagent à respecter le droit de l'enfant de préserver son identité, y compris sa nationalité, son nom et ses relations familiales, tels qu'ils sont reconnus par la loi, sans ingérence illégale.


2. Si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son identité ou de certains d'entre eux, les Etats parties doivent lui accorder une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit rétablie aussi rapidement que possible.

 

Article 9


1. Les Etats parties veillent à ce que l'enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Une décision en ce sens peut être nécessaire dans certains cas particuliers, par exemple lorsque les parents maltraitent ou négligent l'enfant, ou lorsqu'ils vivent séparément et qu'une décision doit être prise au sujet du lieu de résidence de l'enfant.


2. Dans tous les cas prévus au paragraphe 1 du présent article, toutes les parties intéressées doivent avoir la possibilité de participer aux délibérations et de faire connaître leurs vues.

 

3. Les Etats parties respectent le droit de l'enfant séparé de ses deux parents ou de l'un d'eux d'entretenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents, sauf si cela est contraire à l'intérêt supérieur de l'enfant.

 

4. Lorsque la séparation résulte de mesures prises par un Etat partie, telles que la détention, l'emprisonnement, l'exil, l'expulsion ou la mort (y compris la mort, quelle qu'en soit la cause, survenue en cours de détention) des deux parents ou de l'un d'eux, ou de l'enfant, l'Etat partie donne sur demande aux parents, à l'enfant ou, s'il y a lieu, à un autre membre de la famille les renseignements essentiels sur le lieu où se trouvent le membre ou les membres de la famille, à moins que la divulgation de ces renseignements ne soit préjudiciable au bien-être de l'enfant. Les Etats parties veillent en outre à ce que la présentation d'une telle demande n'entraîne pas en elle-même de conséquences fâcheuses pour la personne ou les personnes intéressées.

 

Article 10


1. Conformément à l'obligation incombant aux Etats parties en vertu du paragraphe 1 de l'article 9, toute demande faite par un enfant ou ses parents en vue d'entrer dans un Etat partie ou de le quitter aux fins de réunification familiale est considérée par les Etats parties dans un esprit positif, avec humanité et diligence. Les Etats parties veillent en outre à ce que la présentation d'une telle demande n'entraîne pas de conséquences fâcheuses pour les auteurs de la demande et les membres de leur famille.


2. Un enfant dont les parents résident dans des Etats différents a le droit d'entretenir, sauf circonstances exceptionnelles, des relations personnelles et des contacts directs réguliers avec ses deux parents. A cette fin, et conformément à l'obligation incombant aux Etats parties en vertu du paragraphe 1 de l'article 9, les Etats parties respectent le droit qu'ont l'enfant et ses parents de quitter tout pays, y compris le leur, et de revenir dans leur propre pays. Le droit de quitter tout pays ne peut faire l'objet que des restrictions prescrites par la loi qui sont nécessaires pour protéger la sécurité nationale, l'ordre public, la santé ou la moralité publiques, ou les droits et libertés d'autrui, et qui sont compatibles avec les autres droits reconnus dans la présente Convention.

 

Article 11


1. Les Etats parties prennent des mesures pour lutter contre les déplacements et les non-retours illicites d'enfants à l'étranger.


2. A cette fin, les Etats parties favorisent la conclusion d'accords bilatéraux ou multilatéraux ou l'adhésion aux accords existants.

 

Article 12


1. Les Etats parties garantissent à l'enfant qui est capable de discernement le droit d'exprimer librement son opinion sur toute question l'intéressant, les opinions de l'enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité.


2. A cette fin, on donnera notamment à l'enfant la possibilité d'être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l'intéressant, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un représentant ou d'une organisation approprié, de façon compatible avec les règles de procédure de la législation nationale.

 

Article 13


1. L'enfant a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l'enfant.


2. L'exercice de ce droit ne peut faire l'objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires :

 

a) Au respect des droits ou de la réputation d'autrui; ou

 

b) A la sauvegarde de la sécurité nationale, de l'ordre public, de la santé ou de la moralité publiques.

 

Article 14


1. Les Etats parties respectent le droit de l'enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.


2. Les Etats parties respectent le droit et le devoir des parents ou, le cas échéant, des représentants légaux de l'enfant, de guider celui-ci dans l'exercice du droit susmentionné d'une manière qui corresponde au développement de ses capacités.

3. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut être soumise qu'aux seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires pour préserver la sûreté publique, l'ordre public, la santé et la moralité publiques, ou les libertés et droits fondamentaux d'autrui.

 

Article 15


1. Les Etats parties reconnaissent les droits de l'enfant à la liberté d'association et à la liberté de réunion pacifique.


2. L'exercice de ces droits ne peut faire l'objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires dans une société démocratique, dans l'intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté publique ou de l'ordre public, ou pour protéger la santé ou la moralité publiques, ou les droits et libertés d'autrui.

 

Article 16


1. Nul enfant ne fera l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes illégales à son honneur et à sa réputation.

 

2. L'enfant a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.


Article 17


Les Etats parties reconnaissent l'importance de la fonction remplie par les médias et veillent à ce que l'enfant ait accès à une information et à des matériels provenant de sources nationales et internationales diverses, notamment ceux qui visent à promouvoir son bien-être social, spirituel et moral ainsi que sa santé physique et mentale. A cette fin, les Etats parties :


a) Encouragent les médias à diffuser une information et des matériels qui présentent une utilité sociale et culturelle pour l'enfant et répondent à l'esprit de l'article 29;

 

b) Encouragent la coopération internationale en vue de produire, d'échanger et de diffuser une information et des matériels de ce type provenant de différentes sources culturelles, nationales et internationales;

 

c) Encouragent la production et la diffusion de livres pour enfants;

 

d) Encouragent les médias à tenir particulièrement compte des besoins linguistiques des enfants autochtones ou appartenant à un groupe minoritaire;

 

e) Favorisent l'élaboration de principes directeurs appropriés destinés à protéger l'enfant contre l'information et les matériels qui nuisent à son bien-être, compte tenu des dispositions des articles 13 et 18.

 

Article 18


1. Les Etats parties s'emploient de leur mieux à assurer la reconnaissance du principe selon lequel les deux parents ont une responsabilité commune pour ce qui est d'élever l'enfant et d'assurer son développement. La responsabilité d'élever l'enfant et d'assurer son développement incombe au premier chef aux parents ou, le cas échéant, à ses représentants légaux. Ceux-ci doivent être guidés avant tout par l'intérêt supérieur de l'enfant.


2. Pour garantir et promouvoir les droits énoncés dans la présente Convention, les Etats parties accordent l'aide appropriée aux parents et aux représentants légaux de l'enfant dans l'exercice de la responsabilité qui leur incombe d'élever l'enfant et assurent la mise en place d'institutions, d'établissements et de services chargés de veiller au bien-être des enfants.

 

3. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour assurer aux enfants dont les parents travaillent le droit de bénéficier des services et établissements de garde d'enfants pour lesquels ils remplissent les conditions requises.

 

Article 19
 

1. Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toute forme de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu'il est sous la garde de ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié.

 

2. Ces mesures de protection doivent comprendre, selon qu'il conviendra, des procédures efficaces pour l'établissement de programmes sociaux visant à fournir l'appui nécessaire à l'enfant et à ceux à qui il est confié, ainsi que pour d'autres formes de prévention, et aux fins d'identification, de rapport, de renvoi, d'enquête, de traitement et de suivi pour les cas de mauvais traitements de l'enfant décrits ci-dessus, et comprendre également, selon qu'il conviendra, des procédures d'intervention judiciaire.

 

Article 20


1. Tout enfant qui est temporairement ou définitivement privé de son milieu familial, ou qui dans son propre intérêt ne peut être laissé dans ce milieu, a droit à une protection et une aide spéciales de l'Etat.


2. Les Etats parties prévoient pour cet enfant une protection de remplacement conforme à leur législation nationale.

 

3. Cette protection de remplacement peut notamment avoir la forme du placement dans une famille, de la kafalahde droit islamique, de l'adoption ou, en cas de nécessité, du placement dans un établissement pour enfants approprié. Dans le choix entre ces solutions, il est dûment tenu compte de la nécessité d'une certaine continuité dans l'éducation de l'enfant, ainsi que de son origine ethnique, religieuse, culturelle et linguistique.

 

Article 21


Les Etats parties qui admettent et/ou autorisent l'adoption s'assurent que l'intérêt supérieur de l'enfant est la considération primordiale en la matière, et :


a) Veillent à ce que l'adoption d'un enfant ne soit autorisée que par les autorités compétentes, qui vérifient, conformément à la loi et aux procédures applicables et sur la base de tous les renseignements fiables relatifs au cas considéré, que l'adoption peut avoir lieu eu égard à la situation de l'enfant par rapport à ses père et mère, parents et représentants légaux et que, le cas échéant, les personnes intéressées ont donné leur consentement à l'adoption en connaissance de cause, après s'être entourées des avis nécessaires;

 

b) Reconnaissent que l'adoption à l'étranger peut être envisagée comme un autre moyen d'assurer les soins nécessaires à l'enfant, si celui-ci ne peut, dans son pays d'origine, être placé dans une famille nourricière ou adoptive ou être convenablement élevé;

 

c) Veillent, en cas d'adoption à l'étranger, à ce que l'enfant ait le bénéfice de garanties et de normes équivalant à celles existant en cas d'adoption nationale;

 

d) Prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que, en cas d'adoption à l'étranger, le placement de l'enfant ne se traduise pas par un profit matériel indu pour les personnes qui en sont responsables;

 

e) Poursuivent les objectifs du présent article en concluant des arrangements ou des accords bilatéraux ou multilatéraux, selon les cas, et s'efforcent dans ce cadre de veiller à ce que les placements d'enfants à l'étranger soient effectués par des autorités ou des organes compétents.

 

Article 22


1. Les Etats parties prennent les mesures appropriées pour qu'un enfant qui cherche à obtenir le statut de réfugié ou qui est considéré comme réfugié en vertu des règles et procédures du droit international ou national applicable, qu'il soit seul ou accompagné de ses père et mère ou de toute autre personne, bénéficie de la protection et de l'assistance humanitaire voulues pour lui permettre de jouir des droits que lui reconnaissent la présente Convention et les autres instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme ou de caractère humanitaire auxquels lesdits Etats sont parties.


2. A cette fin, les Etats parties collaborent, selon qu'ils le jugent nécessaire, à tous les efforts faits par l'Organisation des Nations Unies et les autres organisations intergouvernementales ou non gouvernementales compétentes collaborant avec l'Organisation des Nations Unies pour protéger et aider les enfants qui se trouvent en pareille situation et pour rechercher les père et mère ou autres membres de la famille de tout enfant réfugié en vue d'obtenir les renseignements nécessaires pour le réunir à sa famille. Lorsque ni le père, ni la mère, ni aucun autre membre de la famille ne peut être retrouvé, l'enfant se voit accorder, selon les principes énoncés dans la présente Convention, la même protection que tout autre enfant définitivement ou temporairement privé de son milieu familial pour quelque raison que ce soit.

 

Article 23


1. Les Etats parties reconnaissent que les enfants mentalement ou physiquement handicapés doivent mener une vie pleine et décente, dans des conditions qui garantissent leur dignité, favorisent leur autonomie et facilitent leur participation active à la vie de la collectivité.


2. Les Etats parties reconnaissent le droit à des enfants handicapés de bénéficier de soins spéciaux et encouragent et assurent, dans la mesure des ressources disponibles, l'octroi, sur demande, aux enfants handicapés remplissant les conditions requises et à ceux qui en ont la charge, d'une aide adaptée à l'état de l'enfant et à la situation de ses parents ou de ceux à qui il est confié.

 

3. Eu égard aux besoins particuliers des enfants handicapés, l'aide fournie conformément au paragraphe 2 du présent article est gratuite chaque fois qu'il est possible, compte tenu des ressources financières de leurs parents ou de ceux à qui l'enfant est confié, et elle est conçue de telle sorte que les enfants handicapés aient effectivement accès à l'éducation, à la formation, aux soins de santé, à la rééducation, à la préparation à l'emploi et aux activités récréatives, et bénéficient de ces services de façon propre à assurer une intégration sociale aussi complète que possible et leur épanouissement personnel, y compris dans le domaine culturel et spirituel.

 

4. Dans un esprit de coopération internationale, les Etats parties favorisent l'échange d'informations pertinentes dans le domaine des soins de santé préventifs et du traitement médical, psychologique et fonctionnel des enfants handicapés, y compris par la diffusion d'informations concernant les méthodes de rééducation et les services de formation professionnelle, ainsi que l'accès à ces données, en vue de permettre aux Etats parties d'améliorer leurs capacités et leurs compétences et d'élargir leur expérience dans ces domaines. A cet égard, il est tenu particulièrement compte des besoins des pays en développement.

 

Article 24


1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier de services médicaux et de rééducation. Ils s'efforcent de garantir qu'aucun enfant ne soit privé du droit d'avoir accès à ces services.


2. Les Etats parties s'efforcent d'assurer la réalisation intégrale du droit susmentionné et, en particulier, prennent les mesures appropriées pour :

 

a) Réduire la mortalité parmi les nourrissons et les enfants;

 

b) Assurer à tous les enfants l'assistance médicale et les soins de santé nécessaires, l'accent étant mis sur le développement des soins de santé primaires;

 

c) Lutter contre la maladie et la malnutrition, y compris dans le cadre de soins de santé primaires, grâce notamment à l'utilisation de techniques aisément disponibles et à la fourniture d'aliments nutritifs et d'eau potable, compte tenu des dangers et des risques de pollution du milieu naturel;

 

d) Assurer aux mères des soins prénatals et postnatals appropriés;

 

e) Faire en sorte que tous les groupes de la société, en particulier les parents et les enfants, reçoivent une information sur la santé et la nutrition de l'enfant, les avantages de l'allaitement au sein, l'hygiène et la salubrité de l'environnement et la prévention des accidents, et bénéficient d'une aide leur permettant de mettre à profit cette information;

 

f) Développer les soins de santé préventifs, les conseils aux parents et l'éducation et les services en matière de planification familiale.

 

3. Les Etats parties prennent toutes les mesures efficaces appropriées en vue d'abolir les pratiques traditionnelles préjudiciables à la santé des enfants.

4. Les Etats parties s'engagent à favoriser et à encourager la coopération internationale en vue d'assurer progressivement la pleine réalisation du droit reconnu dans le présent article. A cet égard, il est tenu particulièrement compte des besoins des pays en développement.

 

Article 25


Les Etats parties reconnaissent à l'enfant qui a été placé par les autorités compétentes pour recevoir des soins, une protection ou un traitement physique ou mental, le droit à un examen périodique dudit traitement et de toute autre circonstance relative à son placement.


Article 26


1. Les Etats parties reconnaissent à tout enfant le droit de bénéficier de la sécurité sociale, y compris les assurances sociales, et prennent les mesures nécessaires pour assurer la pleine réalisation de ce droit en conformité avec leur législation nationale.


2. Les prestations doivent, lorsqu'il y a lieu, être accordées compte tenu des ressources et de la situation de l'enfant et des personnes responsables de son entretien, ainsi que de toute autre considération applicable à la demande de prestation faite par l'enfant ou en son nom.

 

Article 27


1. Les Etats parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.


2. C'est aux parents ou autres personnes ayant la charge de l'enfant qu'incombe au premier chef la responsabilité d'assurer, dans les limites de leurs possibilités et de leurs moyens financiers, les conditions de vie nécessaires au développement de l'enfant.

 

3. Les Etats parties adoptent les mesures appropriées, compte tenu des conditions nationales et dans la mesure de leurs moyens, pour aider les parents et autres personnes ayant la charge de l'enfant à mettre en oeuvre ce droit et offrent, en cas de besoin, une assistance matérielle et des programmes d'appui, notamment en ce qui concerne l'alimentation, le vêtement et le logement.

 

4. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées en vue d'assurer le recouvrement de la pension alimentaire de l'enfant auprès de ses parents ou des autres personnes ayant une responsabilité financière à son égard, que ce soit sur leur territoire ou à l'étranger. En particulier, pour tenir compte des cas où la personne qui a une responsabilité financière à l'égard de l'enfant vit dans un Etat autre que celui de l'enfant, les Etats parties favorisent l'adhésion à des accords internationaux ou la conclusion de tels accords ainsi que l'adoption de tous autres arrangements appropriés.

 

Article 28


1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation, et en particulier, en vue d'assurer l'exercice de ce droit progressivement et sur la base de l'égalité des chances :


a) Ils rendent l'enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous;

 

b) Ils encouragent l'organisation de différentes formes d'enseignement secondaire, tant général que professionnel, les rendent ouvertes et accessibles à tout enfant, et prennent des mesures appropriées, telles que l'instauration de la gratuité de l'enseignement et l'offre d'une aide financière en cas de besoin;

 

c) Ils assurent à tous l'accès à l'enseignement supérieur, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés;

 

d) Ils rendent ouvertes et accessibles à tout enfant l'information et l'orientation scolaires et professionnelles;

 

e) Ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et la réduction des taux d'abandon scolaire.

 

2. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant qu'être humain et conformément à la présente Convention.

 

3. Les Etats parties favorisent et encouragent la coopération internationale dans le domaine de l'éducation, en vue notamment de contribuer à éliminer l'ignorance et l'analphabétisme dans le monde et de faciliter l'accès aux connaissances scientifiques et techniques et aux méthodes d'enseignement modernes. A cet égard, il est tenu particulièrement compte des besoins des pays en développement.

 

Article 29

 

Observation générale sur son application


1. Les Etats parties conviennent que l'éducation de l'enfant doit viser à :


a) Favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités;

 

b) Inculquer à l'enfant le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et des principes consacrés dans la Charte des Nations Unies;

 

c) Inculquer à l'enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que le respect des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays duquel il peut être originaire et des civilisations différentes de la sienne;

 

d) Préparer l'enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d'égalité entre les sexes et d'amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d'origine autochtone;

 

e) Inculquer à l'enfant le respect du milieu naturel.

 

2. Aucune disposition du présent article ou de l'article 28 ne sera interprétée d'une manière qui porte atteinte à la liberté des personnes physiques ou morales de créer et de diriger des établissements d'enseignement, à condition que les principes énoncés au paragraphe 1 du présent article soient respectés et que l'éducation dispensée dans ces établissements soit conforme aux normes minimales que l'Etat aura prescrites.

 

Article 30


Dans les Etats où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques ou des personnes d'origine autochtone, un enfant autochtone ou appartenant à une de ces minorités ne peut être privé du droit d'avoir sa propre vie culturelle, de professer et de pratiquer sa propre religion ou d'employer sa propre langue en commun avec les autres membres de son groupe.


Article 31


1. Les Etats parties reconnaissent à l'enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique.


2. Les Etats parties respectent et favorisent le droit de l'enfant de participer pleinement à la vie culturelle et artistique et encouragent l'organisation à son intention de moyens appropriés de loisirs et d'activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d'égalité.

 

Article 32


1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique et de n'être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social.


2. Les Etats parties prennent des mesures législatives, administratives, sociales et éducatives pour assurer l'application du présent article. A cette fin, et compte tenu des dispositions pertinentes des autres instruments internationaux, les Etats parties, en particulier :

 

a) Fixent un âge minimum ou des âges minimums d'admission à l'emploi;

 

b) Prévoient une réglementation appropriée des horaires de travail et des conditions d'emploi;

 

c) Prévoient des peines ou autres sanctions appropriées pour assurer l'application effective du présent article.

 

Article 33


Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées, y compris des mesures législatives, administratives, sociales et éducatives, pour protéger les enfants contre l'usage illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, tels que les définissent les conventions internationales pertinentes, et pour empêcher que des enfants ne soient utilisés pour la production et le trafic illicites de ces substances.


Article 34


Les Etats parties s'engagent à protéger l'enfant contre toutes les formes d'exploitation sexuelle et de violence sexuelle. A cette fin, les Etats prennent en particulier toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher :


a) Que des enfants ne soient incités ou contraints à se livrer à une activité sexuelle illégale;

 

b) Que des enfants ne soient exploités à des fins de prostitution ou autres pratiques sexuelles illégales;

 

c) Que des enfants ne soient exploités aux fins de la production de spectacles ou de matériel de caractère pornographique.

 

Article 35


Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher l'enlèvement, la vente ou la traite d'enfants à quelque fin que ce soit et sous quelque forme que ce soit.


Article 36


Les Etats parties protègent l'enfant contre toutes autres formes d'exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien- être.


Article 37


Les Etats parties veillent à ce que :


a) Nul enfant ne soit soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Ni la peine capitale ni l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération ne doivent être prononcés pour les infractions commises par des personnes âgées de moins de dix-huit ans;

 

b) Nul enfant ne soit privé de liberté de façon illégale ou arbitraire. L'arrestation, la détention ou l'emprisonnement d'un enfant doit être en conformité avec la loi, n'être qu'une mesure de dernier ressort, et être d'une durée aussi brève que possible;

 

c) Tout enfant privé de liberté soit traité avec humanité et avec le respect dû à la dignité de la personne humaine, et d'une manière tenant compte des besoins des personnes de son âge. En particulier, tout enfant privé de liberté sera séparé des adultes, à moins que l'on estime préférable de ne pas le faire dans l'intérêt supérieur de l'enfant, et il a le droit de rester en contact avec sa famille par la correspondance et par les visites, sauf circonstances exceptionnelles;

 

d) Les enfants privés de liberté aient le droit d'avoir rapidement accès à l'assistance juridique ou à toute autre assistance appropriée, ainsi que le droit de contester la légalité de leur privation de liberté devant un tribunal ou une autre autorité compétente, indépendante et impartiale, et à ce qu'une décision rapide soit prise en la matière.

 

Article 38


1. Les Etats parties s'engagent à respecter et à faire respecter les règles du droit humanitaire international qui leur sont applicables en cas de conflit armé et dont la protection s'étend aux enfants.


2. Les Etats parties prennent toutes les mesures possibles dans la pratique pour veiller à ce que les personnes n'ayant pas atteint l'âge de quinze ans ne participent pas directement aux hostilités.

 

3. Les Etats parties s'abstiennent d'enrôler dans leurs forces armées toute personne n'ayant pas atteint l'âge de quinze ans. Lorsqu'ils incorporent des personnes de plus de quinze ans mais de moins de dix-huit ans, les Etats parties s'efforcent d'enrôler en priorité les plus âgées.

 

4. Conformément à l'obligation qui leur incombe en vertu du droit humanitaire international de protéger la population civile en cas de conflit armé, les Etats parties prennent toutes les mesures possibles dans la pratique pour que les enfants qui sont touchés par un conflit armé bénéficient d'une protection et de soins.

 

Article 39


Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour faciliter la réadaptation physique et psychologique et la réinsertion sociale de tout enfant victime de toute forme de négligence, d'exploitation ou de sévices, de torture ou de toute autre forme de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ou de conflit armé. Cette réadaptation et cette réinsertion se déroulent dans des conditions qui favorisent la santé, le respect de soi et la dignité de l'enfant.


Article 40


1. Les Etats parties reconnaissent à tout enfant suspecté, accusé ou convaincu d'infraction à la loi pénale le droit à un traitement qui soit de nature à favoriser son sens de la dignité et de la valeur personnelle, qui renforce son respect pour les droits de l'homme et les libertés fondamentales d'autrui, et qui tienne compte de son âge ainsi que de la nécessité de faciliter sa réintégration dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci.


2. A cette fin, et compte tenu des dispositions pertinentes des instruments internationaux, les Etats parties veillent en particulier :

 

a) A ce qu'aucun enfant ne soit suspecté, accusé ou convaincu d'infraction à la loi pénale en raison d'actions ou d'omissions qui n'étaient pas interdites par le droit national ou international au moment où elles ont été commises;

 

b) A ce que tout enfant suspecté ou accusé d'infraction à la loi pénale ait au moins le droit aux garanties suivantes :

 

i) Etre présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie;

 

ii) Etre informé dans le plus court délai et directement des accusations portées contre lui, ou, le cas échéant, par l'intermédiaire de ses parents ou représentants légaux, et bénéficier d'une assistance juridique ou de toute autre assistance appropriée pour la préparation et la présentation de sa défense;

 

iii) Que sa cause soit entendue sans retard par une autorité ou une instance judiciaire compétentes, indépendantes et impartiales, selon une procédure équitable aux termes de la loi, en présence de son conseil juridique ou autre et, à moins que cela ne soit jugé contraire à l'intérêt supérieur de l'enfant en raison notamment de son âge ou de sa situation, en présence de ses parents ou représentants légaux;

 

iv) Ne pas être contraint de témoigner ou de s'avouer coupable; interroger ou faire interroger les témoins à charge, et obtenir la comparution et l'interrogatoire des témoins à décharge dans des conditions d'égalité;

 

v) S'il est reconnu avoir enfreint la loi pénale, faire appel de cette décision et de toute mesure arrêtée en conséquence devant une autorité ou une instance judiciaire supérieure compétentes, indépendantes et impartiales, conformément à la loi;

 

vi) Se faire assister gratuitement d'un interprète s'il ne comprend ou ne parle pas la langue utilisée;

 

vii) Que sa vie privée soit pleinement respectée à tous les stades de la procédure.

 

3. Les Etats parties s'efforcent de promouvoir l'adoption de lois, de procédures, la mise en place d'autorités et d'institutions spécialement conçues pour les enfants suspectés, accusés ou convaincus d'infraction à la loi pénale, et en particulier :

 

a) D'établir un âge minimum au-dessous duquel les enfants seront présumés n'avoir pas la capacité d'enfreindre la loi pénale;

 

b) De prendre des mesures, chaque fois que cela est possible et souhaitable, pour traiter ces enfants sans recourir à la procédure judiciaire, étant cependant entendu que les droits de l'homme et les garanties légales doivent être pleinement respectés.

 

4. Toute une gamme de dispositions, relatives notamment aux soins, à l'orientation et à la supervision, aux conseils, à la probation, au placement familial, aux programmes d'éducation générale et professionnelle et aux solutions autres qu'institutionnelles seront prévues en vue d'assurer aux enfants un traitement conforme à leur bien-être et proportionné à leur situation et à l'infraction.

 

Article 41


Aucune des dispositions de la présente Convention ne porte atteinte aux dispositions plus propices à la réalisation des droits de l'enfant qui peuvent figurer :


a) Dans la législation d'un Etat partie; ou

 

b) Dans le droit international en vigueur pour cet Etat.

 

Deuxième partie
 

Article 42


Les Etats parties s'engagent à faire largement connaître les principes et les dispositions de la présente Convention, par des moyens actifs et appropriés, aux adultes comme aux enfants.


Article 43


1. Aux fins d'examiner les progrès accomplis par les Etats parties dans l'exécution des obligations contractées par eux en vertu de la présente Convention, il est institué un Comité des droits de l'enfant qui s'acquitte des fonctions définies ci-après.


2. Le Comité se compose de dix experts de haute moralité et possédant une compétence reconnue dans le domaine visé par la présente Convention. Ses membres sont élus par les Etats parties parmi leurs ressortissants et siègent à titre personnel, compte tenu de la nécessité d'assurer une répartition géographique équitable et eu égard aux principaux systèmes juridiques. (amendement)

 

3. Les membres du Comité sont élus au scrutin secret sur une liste de personnes désignées par les Etats parties. Chaque Etat partie peut désigner un candidat parmi ses ressortissants.

 

4. La première élection aura lieu dans les six mois suivant la date d'entrée en vigueur de la présente Convention. Les élections auront lieu ensuite tous les deux ans. Quatre mois au moins avant la date de chaque élection, le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies invitera par écrit les Etats parties à proposer leurs candidats dans un délai de deux mois. Le Secrétaire général dressera ensuite la liste alphabétique des candidats ainsi désignés, en indiquant les Etats parties qui les ont désignés, et la communiquera aux Etats parties à la présente Convention.

 

5. Les élections ont lieu lors des réunions des Etats parties, convoquées par le Secrétaire général au Siège de l'Organisation des Nations Unies. A ces réunions, pour lesquelles le quorum est constitué par les deux tiers des Etats parties, les candidats élus au Comité sont ceux qui obtiennent le plus grand nombre de voix et la majorité absolue des voix des représentants des Etats parties présents et votants.

 

6. Les membres du Comité sont élus pour quatre ans. Ils sont rééligibles si leur candidature est présentée à nouveau. Le mandat de cinq des membres élus lors de la première élection prend fin au bout de deux ans. Les noms de ces cinq membres seront tirés au sort par le président de la réunion immédiatement après la première élection.

 

7. En cas de décès ou de démission d'un membre du Comité, ou si, pour toute autre raison, un membre déclare ne plus pouvoir exercer ses fonctions au sein du Comité, l'Etat partie qui avait présenté sa candidature nomme un autre expert parmi ses ressortissants pour pourvoir le poste ainsi vacant jusqu'à l'expiration du mandat correspondant, sous réserve de l'approbation du Comité.

 

8. Le Comité adopte son règlement intérieur.

 

9. Le Comité élit son bureau pour une période de deux ans.

 

10. Les réunions du Comité se tiennent normalement au Siège de l'Organisation des Nations Unies, ou en tout autre lieu approprié déterminé par le Comité. Le Comité se réunit normalement chaque année. La durée de ses sessions est déterminée et modifiée, si nécessaire, par une réunion des Etats parties à la présente Convention, sous réserve de l'approbation de l'Assemblée générale.

 

11. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies met à la disposition du Comité le personnel et les installations qui lui sont nécessaires pour s'acquitter efficacement des fonctions qui lui sont confiées en vertu de la présente Convention.

 

12. Les membres du Comité institué en vertu de la présente Convention reçoivent, avec l'approbation de l'Assemblée générale, des émoluments prélevés sur les ressources de l'Organisation des Nations Unies dans les conditions et selon les modalités fixées par l'Assemblée générale.

 

Article 44


1. Les Etats parties s'engagent à soumettre au Comité, par l'entremise du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, des rapports sur les mesures qu'ils auront adoptées pour donner effet aux droits reconnus dans la présente Convention et sur les progrès réalisés dans la jouissance de ces droits :


a) Dans les deux ans à compter de la date de l'entrée en vigueur de la présente Convention pour les Etats parties intéressés;

 

b) Par la suite, tous les cinq ans.

 

2. Les rapports établis en application du présent article doivent, le cas échéant, indiquer les facteurs et les difficultés empêchant les Etats parties de s'acquitter pleinement des obligations prévues dans la présente Convention. Ils doivent également contenir des renseignements suffisants pour donner au Comité une idée précise de l'application de la Convention dans le pays considéré.

 

3. Les Etats parties ayant présenté au Comité un rapport initial complet n'ont pas, dans les rapports qu'ils lui présentent ensuite conformément à l'alinéa b du paragraphe 1 du présent article, à répéter les renseignements de base antérieurement communiqués.

 

4. Le Comité peut demander aux Etats parties tous renseignements complémentaires relatifs à l'application de la Convention.

 

5. Le Comité soumet tous les deux ans à l'Assemblée générale, par l'entremise du Conseil économique et social, un rapport sur ses activités.

 

6. Les Etats parties assurent à leurs rapports une large diffusion dans leur propre pays.

 

 
Article 45


Pour promouvoir l'application effective de la Convention et encourager la coopération internationale dans le domaine visé par la Convention :


a) Les institutions spécialisées, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance et d'autres organes des Nations Unies ont le droit de se faire représenter lors de l'examen de l'application des dispositions de la présente Convention qui relèvent de leur mandat. Le Comité peut inviter les institutions spécialisées, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance et tous autres organismes qu'il jugera appropriés à donner des avis spécialisés sur l'application de la Convention dans les domaines qui relèvent de leurs mandats respectifs. Il peut inviter les institutions spécialisées, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance et d'autres organes des Nations Unies à lui présenter des rapports sur l'application de la Convention dans les secteurs qui relèvent de leur domaine d'activité;

 

b) Le Comité transmet, s'il le juge nécessaire, aux institutions spécialisées, au Fonds des Nations Unies pour l'enfance et aux autres organismes compétents tout rapport des Etats parties contenant une demande ou indiquant un besoin de conseils ou d'assistance techniques, accompagné, le cas échéant, des observations et suggestions du Comité touchant ladite demande ou indication;

 

c) Le Comité peut recommander à l'Assemblée générale de prier le Secrétaire général de procéder pour le Comité à des études sur des questions spécifiques touchant les droits de l'enfant;

 

d) Le Comité peut faire des suggestions et des recommandations d'ordre général fondées sur les renseignements reçus en application des articles 44 et 45 de la présente Convention. Ces suggestions et recommandations d'ordre général sont transmises à tout Etat partie intéressé et portées à l'attention de l'Assemblée générale, accompagnées, le cas échéant, des observations des Etats parties.

 

Troisième partie
 

Article 46


La présente Convention est ouverte à la signature de tous les Etats.


Article 47


La présente Convention est sujette à ratification. Les instruments de ratification seront déposés auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.


Article 48


La présente Convention restera ouverte à l'adhésion de tout Etat. Les instruments d'adhésion seront déposés auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.


Article 49


1. La présente Convention entrera en vigueur le trentième jour qui suivra la date du dépôt auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies du vingtième instrument de ratification ou d'adhésion.


2. Pour chacun des Etats qui ratifieront la présente Convention ou y adhéreront après le dépôt du vingtième instrument de ratification ou d'adhésion, la Convention entrera en vigueur le trentième jour qui suivra le dépôt par cet Etat de son instrument de ratification ou d'adhésion.

 

Article 50


1. Tout Etat partie peut proposer un amendement et en déposer le texte auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. Le Secrétaire général communique alors la proposition d'amendement aux Etats parties, en leur demandant de lui faire savoir s'ils sont favorables à la convocation d'une conférence des Etats parties en vue de l'examen de la proposition et de sa mise aux voix. Si, dans les quatre mois qui suivent la date de cette communication, un tiers au moins des Etats parties se prononcent en faveur de la convocation d'une telle conférence, le Secrétaire général convoque la conférence sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies. Tout amendement adopté par la majorité des Etats parties présents et votants à la conférence est soumis pour approbation à l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies.


2. Tout amendement adopté conformément aux dispositions du paragraphe 1 du présent article entre en vigueur lorsqu'il a été approuvé par l'Assemblée générale des Nations Unies et accepté par une majorité des deux tiers des Etats parties.

 

3. Lorsqu'un amendement entre en vigueur, il a force obligatoire pour les Etats parties qui l'ont accepté, les autres Etats parties demeurant liés par les dispositions de la présente Convention et par tous amendements antérieurs acceptés par eux.

 

Article 51


1. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies recevra et communiquera à tous les Etats le texte des réserves qui auront été faites par les Etats au moment de la ratification ou de l'adhésion.


2. Aucune réserve incompatible avec l'objet et le but de la présente Convention n'est autorisée.

 

3. Les réserves peuvent être retirées à tout moment par notification adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, lequel en informe tous les Etats parties à la Convention. La notification prend effet à la date à laquelle elle est reçue par le Secrétaire général.

 

Article 52
 

Tout Etat partie peut dénoncer la présente Convention par notification écrite adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. La dénonciation prend effet un an après la date à laquelle la notification a été reçue par le Secrétaire général.

 

Article 53
 

Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies est désigné comme dépositaire de la présente Convention.

 

Article 54
 

L'original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. EN FOI DE QUOI les plénipotentiaires soussignés, dûment habilités par leurs gouvernements respectifs, ont signé la présente Convention.


ANNEXE C :  Protocole facultatif concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

 

Adoptée et ouverte à la signature, ratification et adhésion par l'Assemblée générale dans sa résolution A/RES/54/263 du 25 mai 2000
 
Entrée en vigueur le 18 janvier 2002

 

Les États Parties au présent Protocole,

 

Considérant que, pour aller de l'avant dans la réalisation des buts de la Convention relative aux droits de l'enfant1 et l'application de ses dispositions, en particulier des articles premier, 11, 21, 32, 33, 34, 35 et 36, il serait approprié d'élargir les mesures que les États Parties devraient prendre pour garantir la protection de l'enfant contre la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants,

Considérant également que la Convention relative aux droits de l'enfant consacre le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique et de ne pas être astreint à un travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social,

 

Constatant avec une vive préoccupation que la traite internationale d'enfants aux fins de la vente d'enfants, de la prostitution des enfants et de la pornographie mettant en scène des enfants revêt des proportions considérables et croissantes,

 

Profondément préoccupés par la pratique répandue et persistante du tourisme sexuel auquel les enfants sont particulièrement exposés, dans la mesure où il favorise directement la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants,

 

Conscients qu'un certain nombre de groupes particulièrement vulnérables, notamment les fillettes, sont davantage exposés au risque d'exploitation sexuelle, et que l'on recense un nombre anormalement élevé de fillettes parmi les victimes de l'exploitation sexuelle,

 

Préoccupés par l'offre croissante de matériels pornographiques mettant en scène des enfants sur l'Internet et autres nouveaux supports technologiques, et rappelant que, dans ses conclusions, la Conférence internationale sur la lutte contre la pornographie impliquant des enfants sur l'Internet, tenue à Vienne en 1999, a notamment demandé la criminalisation dans le monde entier de la production, la distribution, l'exportation, l'importation, la transmission, la possession intentionnelle et la publicité de matériels pornographiques impliquant des enfants, et soulignant l'importance d'une coopération et d'un partenariat plus étroits entre les pouvoirs publics et les professionnels de l'Internet,

 

Convaincus que l'élimination de la vente d'enfants, de la prostitution des enfants et de la pornographie mettant en scène des enfants sera facilitée par l'adoption d'une approche globale tenant compte des facteurs qui contribuent à ces phénomènes, notamment le sous-développement, la pauvreté, les disparités économiques, l'inéquité des structures socioéconomiques, les dysfonctionnements familiaux, le manque d'éducation, l'exode rural, la discrimination fondée sur le sexe, le comportement sexuel irresponsable des adultes, les pratiques traditionnelles préjudiciables, les conflits armés et la traite des enfants,

 

Estimant qu'une action de sensibilisation du public est nécessaire pour réduire la demande qui est à l'origine de la vente d'enfants, de la prostitution des enfants et de la pornographie pédophile, et qu'il importe de renforcer le partenariat mondial entre tous les acteurs et d'améliorer l'application de la loi au niveau national,

 

Prenant note des dispositions des instruments juridiques internationaux pertinents en matière de protection des enfants, notamment la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale, la Convention de La Haye sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants, la Convention de La Haye concernant la compétence, la loi applicable, la reconnaissance, l'exécution et la coopération en matière de responsabilité parentale et de mesures de protection des enfants, et la Convention no 182 de l'Organisation internationale du Travail concernant l'interdiction des pires formes de travail des enfants et l'action immédiate en vue de leur élimination,

 

Encouragés par l'appui considérable recueilli par la Convention relative aux droits de l'enfant, qui dénote une volonté générale de promouvoir et de protéger les droits de l'enfant,

 

Considérant qu'il importe de mettre en œuvre les dispositions du Programme d'action pour la prévention de la vente d'enfants, de la prostitution des enfants et de la pornographie impliquant des enfants et de la Déclaration et du Programme d'action adoptés en 1996 au Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales, tenu à Stockholm du 27 au 31 août 1996, ainsi que les autres décisions et recommandations pertinentes des organismes internationaux concernés, 

 

Tenant dûment compte de l'importance des traditions et des valeurs culturelles de chaque peuple pour la protection de l'enfant et son développement harmonieux,

 

Sont convenus de ce qui suit:

 
Article premier

 

Les États Parties interdisent la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants conformément aux dispositions du présent Protocole.

 
Article 2

 

Aux fins du présent Protocole:

 

a) On entend par vente d'enfants tout acte ou toute transaction en vertu desquels un enfant es remis par toute personne ou de tout groupe de personnes à une autre personne ou un autre groupe contre rémunération ou tout autre avantage;

 

b) On entend par prostitution des enfants le fait d'utiliser un enfant aux fins d'activités sexuelles contre rémunération ou toute autre forme d'avantage;

 

c) On entend par pornographie mettant en scène des enfants toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d'un enfant s'adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d'un enfant, à des fins principalement sexuelles.

 
Article 3

 

1. Chaque État Partie veille à ce que, au minimum, les actes et activités suivants soient pleinement couverts par son droit pénal, que ces infractions soient commises au plan interne ou transnational, par un individu ou de façon organisée:

 

a) Dans le cadre de la vente d'enfants telle que définie à l'article 2:

 

i) Le fait d'offrir, de remettre, ou d'accepter un enfant, quel que soit le moyen utilisé, aux fins:

 

a. D'éxploitation sexuelle de l'enfant;

 

b. De transfert d'organe de l'enfant à titre onéreux;

 

c. De soumettre l'enfant au travail forcé;

 

ii) Le fait d'obtenir indûment, en tant qu'intermédiaire, le consentement à l'adoption d'un enfant, en violation des instruments juridiques internationaux relatifs à l'adoption;

b) Le fait d'offrir, d'obtenir, de procurer ou de fournir un enfant à des fins de prostitution, telle que définie à l'article 2;

 

c) Le fait de produire, de distribuer, de diffuser, d'importer, d'exporter, d'offrir, de vendre ou de détenir aux fins susmentionnées, des matériels pornographiques mettant en scène des enfants, tels que définis à l'article 2.

 

2. Sous réserve du droit interne d'un État Partie, les mêmes dispositions valent en cas de tentative de commission de l'un quelconque de ces actes, de complicité dans sa commission ou de participation à celle-ci.

 

3. Tout État Partie rend ces infractions passibles de peines appropriées tenant compte de leur gravité. 

 

4. Sous réserve des dispositions de son droit interne, tout État Partie prend, s'il y a lieu, les mesures qui s'imposent, afin d'établir la responsabilité des personnes morales pour les infractions visées au paragraphe 1 du présent article. Selon les principes juridiques de l'État Partie, cette responsabilité peut être pénale, civile ou administrative.

 

5. Les États Parties prennent toutes les mesures juridiques et administratives appropriées pour s'assurer que toutes les personnes intervenant dans l'adoption d'un enfant agissent conformément aux dispositions des instruments juridiques internationaux applicables.

 
Article 4

 

1. Tout État Partie prend les mesures nécessaires pour établir sa compétence aux fins de connaître des infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3, lorsque ces infractions ont été commises sur son territoire ou à bord de navires ou d'aéronefs immatriculés dans cet État. 

 

2. Tout État Partie peut prendre les mesures nécessaires pour établir sa compétence aux fins de connaître des infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3, dans les cas suivants:

 

a) Lorsque l'auteur présumé de l'infraction est un ressortissant dudit État, ou a sa résidence habituelle sur le territoire de celui-ci;

 

b) Lorsque la victime est un ressortissant dudit État.

 

3. Tout État Partie prend également les mesures propres à établir sa compétence aux fins de connaître des infractions susmentionnées lorsque l'auteur présumé de l'infraction est présent sur son territoire et qu'il ne l'extrade pas vers un autre État Partie au motif que l'infraction a été commise par l'un de ses ressortissants.

 

4. Le présent Protocole n'exclut aucune compétence pénale exercée conformément aux lois nationales.

 
Article 5

 

1. Les infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3 sont de plein droit comprises dans tout traité d'extradition en vigueur entre les États Parties et sont comprises dans tout traité d'extradition qui sera conclu ultérieurement entre eux, conformément aux conditions énoncées dans lesdits traités.

 

2. Si un État Partie qui subordonne l'extradition à l'existence d'un traité est saisi d'une demande d'extradition par un autre État Partie avec lequel il n'est pas lié par un traité d'extradition, il peut considérer le présent Protocole comme constituant la base juridique de l'extradition en ce qui concerne lesdites infractions. L'extradition est subordonnée aux conditions prévues par le droit de l'État requis.

 

3. Les États Parties qui ne subordonnent pas l'extradition à l'existence d'un traité reconnaissent lesdites infractions comme cas d'extradition entre eux dans les conditions prévues par le droit de l'État requis.

 

4. Entre États Parties, lesdites infractions sont considérées aux fins d'extradition comme ayant été commises non seulement au lieu de leur perpétration, mais aussi sur le territoire placé sous la juridiction des États tenus d'établir leur compétence en vertu de l'article 4.

 

5. Si une demande d'extradition est présentée au motif d'une infraction visée au paragraphe 1 de l'article 3, et si l'État requis n'extrade pas ou ne veut pas extrader, à raison de la nationalité de l'auteur de l'infraction, cet État prend les mesures voulues pour saisir ses autorités compétentes aux fins de poursuites.

 
Article 6

 

1. Les États Parties s'accordent l'entraide la plus large possible pour toute enquête, procédure pénale ou procédure d'extradition relative aux infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3, y compris pour l'obtention des éléments de preuve dont ils disposent et qui sont nécessaires aux fins de la procédure.

 

2. Les États Parties s'acquittent de leurs obligations en vertu du paragraphe 1 du présent article en conformité avec tout traité ou accord d'entraide judiciaire qui peut exister entre eux. En l'absence d'un tel traité ou accord, les États Parties s'accordent cette entraide conformément à leur droit interne.

 
Article 7

 

Sous réserve des dispositions de leur droit interne, les États Parties:

 

a) Prennent des mesures appropriées pour permettre la saisie et la confiscation, selon que de besoin:

 

i) Des biens tels que documents, avoirs et autres moyens matériels utilisés pour commettre les infractions visées dans le présent Protocole ou en faciliter la commission;

 

ii) Du produit de ces infractions;

 

b) Donnent effet aux demandes de saisie ou de confiscation des biens ou produits visés aux paragraphe a) émanant d'un autre État Partie;

 

c) Prennent des mesures en vue de fermer provisoirement ou définitivement les locaux utilisés pour commettre lesdites infractions.

 
Article 8

 

1. Les États Parties adoptent à tous les stades de la procédure pénale les mesures nécessaires pour protéger les droits et les intérêts des enfants victimes des pratiques proscrites par le présent Protocole, en particulier:

 

a) En reconnaissant la vulnérabilité des enfants victimes et en adaptant les procédures de manière à tenir compte de leurs besoins particuliers, notamment en tant que témoins;

 

b) En tenant les enfants victimes informés de leurs droits, de leur rôle ainsi que de la portée, du calendrier et du déroulement de la procédure, et de la décision rendue dans leur affaire;

 

c) En permettant que les vues, les besoins ou les préoccupations des enfants victimes soient présentés et examinés au cours de la procédure lorsque leurs intérêts personnels sont en jeu, d'une manière conforme aux règles de procédure du droit interne;

 

d) En fournissant une assistance appropriée aux enfants victimes à tous les stades de la procédure judiciaire;

 

e) En protégeant, s'il y a lieu, la vie privée et l'identité des enfants victimes et en prenant des mesures conformes au droit interne pour prévenir la diffusion de toute information pouvant conduire à leur identification;

 

f) En veillant, le cas échéant, à ce que les enfants victimes, ainsi que leur famille et les témoins à charge, soient à l'abri de l'intimidation et des représailles;

 

g) En évitant tout retard indu dans le prononcé du jugement et l'exécution des ordonnances ou des décisions accordant une indemnisation aux enfants victimes.

 

2. Les États Parties veillent à ce qu'une incertitude quant à l'âge réel de la victime n'empêche pas l'ouverture d'enquêtes pénales, notamment d'enquêtes visant à déterminer cet âge.

 

3. Les États Parties veillent à ce que, dans la manière dont le système de justice pénale traite les enfants victimes des infractions décrites dans le présent Protocole, l'intérêt supérieur de l'enfant soit la considération première.

 

4. Les États Parties prennent des mesures pour dispenser une formation appropriée, en particulier dans les domaines juridique et psychologique, aux personnes qui s'occupent des victimes des infractions visées dans le présent Protocole.

 

5. S'il y a lieu, les États Parties font le nécessaire pour garantir la sécurité et l'intégrité des personnes et/ou des organismes de prévention et/ou de protection et de réadaptation des victimes de telles infractions.

 

6. Aucune des dispositions du présent article ne porte atteinte au droit de l'accusé à un procès équitable et impartial ou n'est incompatible avec ce droit.

 
Article 9

 

1. Les États Parties adoptent ou renforcent, appliquent et diffusent des lois, mesures administratives, politiques et programmes sociaux pour prévenir les infractions visées dans le présent Protocole. Une attention spéciale est accordée à la protection des enfants particulièrement exposés à de telles pratiques.

 

2. Par l'information à l'aide de tous les moyens appropriés, l'éducation et la formation, les États Parties sensibilisent le grand public, y compris les enfants, aux mesures propres à prévenir les pratiques proscrites par le présent Protocole et aux effets néfastes de ces dernières. Pour s'acquitter de leurs obligations en vertu du présent article, les États Parties encouragent la participation des communautés et, en particulier, des enfants et des enfants victimes, à ces programmes d'information, d'éducation et de formation, y compris au niveau international.

 

3. Les États Parties prennent toutes les mesures possibles pour assurer toute l'assistance appropriée aux victimes des infractions visées dans le présent Protocole, notamment leur pleine réinsertion sociale et leur plein rétablissement physique et psychologique.

 

4. Les États Parties veillent à ce que tous les enfants victimes des infractions décrites dans le présent Protocole aient accès à des procédures leur permettant, sans discrimination, de réclamer réparation du préjudice subi aux personnes juridiquement responsables.

 

5. Les États Parties prennent des mesures appropriées pour interdire efficacement la production et la diffusion de matériels qui font la publicité des pratiques proscrites dans le présent Protocole.

 
Article 10

 

1. Les États Parties prennent toutes les mesures nécessaires pour renforcer la coopération internationale par des accords multilatéraux, régionaux et bilatéraux ayant pour objet de prévenir, identifier, poursuivre et punir les responsables d'actes liés à la vente d'enfants, à la prostitution des enfants, à la pornographie et au tourisme pédophiles, ainsi que d'enquêter sur de tels actes. Les États Parties favorisent également la coopération et la coordination internationales entre leurs autorités, les organisations non gouvernementales nationales et internationales et les organisations internationales.

 

2. Les États Parties encouragent la coopération internationale pour aider à la réadaptation physique et psychologique des enfants victimes, à leur réinsertion sociale et à leur rapatriement.

 

3. Les États Parties s'attachent à renforcer la coopération internationale pour éliminer les principaux facteurs, notamment la pauvreté et le sous-développement, qui rendent les enfants vulnérables à la vente, à la prostitution, à la pornographie et au tourisme pédophiles.

 

4. Les États Parties qui sont en mesure de le faire fournissent une aide financière, technique ou autre dans le cadre des programmes existants, multilatéraux, régionaux, bilatéraux ou autres.

 
Article 11

Aucune des dispositions du présent Protocole ne porte atteinte aux dispositions plus propices à la réalisation des droits de l'enfant qui peuvent figurer:

 

a) Dans la législation d'un État Partie;

 

b) Dans le droit international en vigueur pour cet État.

 
Article 12

 

1. Chaque État Partie présente, dans les deux ans à compter de l'entrée en vigueur du présent Protocole à son égard, un rapport au Comité des droits de l'enfant contenant des renseignements détaillés sur les mesures qu'il a prises pour donner effet aux dispositions du Protocole.

 

2. Après la présentation de son rapport détaillé, chaque État Partie inclut dans les rapports qu'il présente au Comité des droits de l'enfant, conformément à l'article 44 de la Convention, tout complément d'information concernant l'application du présent Protocole. Les autres États Parties au Protocole présentent un rapport tous les cinq ans.

 

3. Le Comité des droits de l'enfant peut demander aux États Parties un complément d'information concernant l'application du présent Protocole.

 
Article 13

 

1. Le présent Protocole est ouvert à la signature de tout État qui est Partie à la Convention ou qui l'a signée.

 

2. Le présent Protocole est soumis à la ratification et est ouvert à l'adhésion de tout État qui est Partie à la Convention ou qui l'a signée. Les instruments de ratification ou d'adhésion seront déposés auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

 
Article 14

 

1. Le présent Protocole entrera en vigueur trois mois après la date du dépôt du dixième instrument de ratification ou d'adhésion.

 

2. Pour chacun des États qui ratifieront le présent Protocole ou y adhéreront après son entrée en vigueur, le Protocole entrera en vigueur un mois après la date du dépôt par cet État de son instrument de ratification ou d'adhésion.

 
Article 15

 

1. Tout État Partie peut, à tout moment, dénoncer le présent Protocole par notification écrite adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, qui en informe les autres États Parties à la Convention et tous les États qui l'ont signée. La dénonciation prend effet un an après la date à laquelle la notification a été reçue par le Secrétaire général.

 

2. La dénonciation ne dégage pas l'État Partie qui en est l'auteur des obligations que lui impose le Protocole au regard de toute infraction survenue avant la date à laquelle la dénonciation prend effet, pas plus qu'elle n'entrave en aucune manière la poursuite de l'examen de toute question dont le Comité des droits de l'enfant serait déjà saisi avant cette date.

 
Article 16

 

1. Tout État Partie peut proposer un amendement et en déposer le texte auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. Celui-ci communique alors la proposition d'amendement aux États Parties, en leur demandant de lui faire savoir s'ils sont favorables à la convocation d'une conférence des États Parties en vue de l'examen de la proposition et de sa mise aux voix. Si, dans les quatre mois qui suivent la date de cette communication, un tiers au moins des États Parties se prononcent en faveur de la convocation d'une telle conférence, le Secrétaire général convoque la conférence sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies. Tout amendement adopté par la majorité des États Parties présents et votants à la conférence est soumis à l'Assemblée générale des Nations Unies pour approbation.

 

2. Tout amendement adopté conformément aux dispositions du paragraphe 1 du présent article entre en vigueur lorsqu'il a été approuvé par l'Assemblée générale et accepté par une majorité des deux tiers des États Parties.

 

3. Lorsqu'un amendement entre en vigueur, il a force obligatoire pour les États Parties qui l'ont accepté, les autres États Parties demeurant liés par les dispositions du présent Protocole et par tous amendements antérieurs acceptés par eux.

 
Article 17

 

1. Le présent Protocole, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé aux archives de l'Organisation des Nations Unies.

 

2. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies transmettra une copie certifiée conforme du présent Protocole à tous les États Parties à la Convention et à tous les États qui l'ont signée.


ANNEXE D: Protocole facultatif concernant la participation des enfants aux conflits armés

 

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, et concernant  la participation des enfants aux conflits armés
 
Adoptée et ouverte à la signature, ratification et adhésion par l'Assemblée générale dans sa résolution A/RES/54/263 du 25 mai 2000
 
Entrée en vigueur le 12 février 2002
 

Les États Parties au présent Protocole,

 

Encouragés par l'appui considérable recueilli par la Convention relative aux droits de l'enfant1, qui dénote une volonté générale de promouvoir et de protéger les droits de l'enfant,

 

Réaffirmant que les droits des enfants doivent être spécialement protégés et demandant à ce que la situation des enfants, sans distinction, soit sans cesse améliorée et qu'ils puissent s'épanouir et être éduqués dans des conditions de paix et de sécurité,

 

Troublés par les effets préjudiciables et étendus des conflits armés sur les enfants et leurs répercussions à long terme sur le maintien d'une paix, d'une sécurité et d'un développement durables,

 

Condamnant le fait que des enfants soient pris pour cible dans des situations de conflit armé ainsi que les attaques directes de lieux protégés par le droit international, notamment des endroits où se trouvent généralement de nombreux enfants, comme les écoles et les hôpitaux,

 

Prenant acte de l'adoption du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, qui inclut en particulier parmi les crimes de guerre, dans les conflits armés tant internationaux que non internationaux, le fait de procéder à la conscription ou à l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans dans les forces armées nationales ou de les faire participer activement à des hostilités,

 

Considérant par conséquent que, pour renforcer davantage les droits reconnus dans la Convention relative aux droits de l'enfant, il importe d'accroître la protection des enfants contre toute implication dans les conflits armés,

 

Notant que l'article premier de la Convention relative aux droits de l'enfant spécifie que, au sens de la Convention, un enfant s'entend de tout être humain âgé de moins de 18 ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable,

 

Convaincus que l'adoption d'un protocole facultatif se rapportant à la Convention qui relèverait l'âge minimum de l'enrôlement éventuel dans les forces armées et de la participation aux hostilités contribuera effectivement à la mise en œuvre du principe selon lequel l'intérêt supérieur de l'enfant doit primer dans toutes les décisions le concernant,

 

Notant que la vingt-sixième Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge tenue en décembre 1995 a recommandé, notamment, que les parties à un conflit prennent toutes les mesures possibles pour éviter que des enfants de moins de 18 ans ne prennent part aux hostilités,

 

Se félicitant de l'adoption par consensus, en juin 1999, de la Convention no 182 de l'Organisation internationale du Travail concernant l'interdiction des pires formes de travail des enfants et l'action immédiate en vue de leur élimination, qui interdit l'enrôlement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés,

 

Condamnant avec une profonde inquiétude l'enrôlement, l'entraînement et l'utilisation – en deçà et au-delà des frontières nationales – d'enfants dans les hostilités par des groupes armés distincts des forces armées d'un État, et reconnaissant la responsabilité des personnes qui recrutent, forment et utilisent des enfants à cet égard,

 

Rappelant l'obligation pour toute partie à un conflit armé de se conformer aux dispositions du droit international humanitaire,

 

Soulignant que le présent Protocole est sans préjudice des buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, notamment à l'Article 51, et des normes pertinentes du droit humanitaire,

 

Tenant compte du fait que des conditions de paix et de sécurité fondées sur le respect intégral des buts et principes énoncés dans la Charte et le respect des instruments relatifs aux droits de l'homme applicables sont essentiels à la pleine protection des enfants, en particulier pendant les conflits armés et sous une occupation étrangère,

 

Conscients des besoins particuliers des enfants qui, en raison de leur situation économique et sociale ou de leur sexe, sont particulièrement vulnérables à l'enrôlement ou à l'utilisation dans des hostilités en violation du présent Protocole,

 

Conscients également de la nécessité de prendre en considération les causes économiques, sociales et politiques profondes de la participation des enfants aux conflits armés,

 

Convaincus de la nécessité de renforcer la coopération internationale pour assurer la réadaptation physique et psychologique et la réinsertion sociale des enfants qui sont victimes de conflits armés,

 

Encourageant la participation des communautés et, en particulier, des enfants et des enfants victimes, à la diffusion de l'information et aux programmes d'éducation concernant l'application du présent Protocole,

 

Sont convenus de ce qui suit:

 
Article premier

 

Les États Parties prennent toutes les mesures possibles pour veiller à ce que les membres de leurs forces armées qui n'ont pas atteint l'âge de 18 ans ne participent pas directement aux hostilités.

 
Article 2

 

Les États Parties veillent à ce que les personnes n'ayant pas atteint l'âge de 18 ans ne fassent pas l'objet d'un enrôlement obligatoire dans leurs forces armées.

 
Article 3

 

1. Les États Parties relèvent l'âge minimum de l'engagement volontaire dans leurs forces armées nationales par rapport à celui qui est fixé au paragraphe 3 de l'article 38 de la Convention relative aux droits de l'enfant1, en tenant compte des principes inscrits dans cet article et en reconnaissant qu'en vertu de la Convention les personnes âgées de moins de 18 ans ont droit à une protection spéciale.

 

2. Chaque État Partie dépose, lors de la ratification du présent Protocole ou de l'adhésion à cet instrument, une déclaration contraignante indiquant l'âge minimum à partir duquel il autorise l'engagement volontaire dans ses forces armées nationales et décrivant les garanties qu'il a prévues pour veiller à ce que cet engagement ne soit pas contracté de force ou sous la contrainte.

 

3. Les États Parties qui autorisent l'engagement volontaire dans leurs forces armées nationales avant l'âge de 18 ans mettent en place des garanties assurant, au minimum, que:

 

a) Cet engagement soit effectivement volontaire;

 

b) Cet engagement ait lieu avec le consentement, en connaissance de cause, des parents ou gardiens légaux de l'intéressé;

 

c) Les personnes engagées soient pleinement informées des devoirs qui s'attachent au service militaire national; 

 

d) Ces personnes fournissent une preuve fiable de leur âge avant d'être admises au service militaire.

 

4. Tout État Partie peut, à tout moment, renforcer sa déclaration par voie de notification à cet effet adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, qui en informe tous les autres États Parties. Cette notification prend effet à la date à laquelle elle est reçue par le Secrétaire général.

 

5. L'obligation de relever l'âge minimum de l'engagement volontaire visée au paragraphe 1 du présent article ne s'applique pas aux établissements scolaires placés sous l'administration ou le contrôle des forces armées des États Parties, conformément aux articles 28 et 29 de la Convention relative aux droits de l'enfant.

 
Article 4

 

1. Les groupes armés qui sont distincts des forces armées d'un État ne devraient en aucune circonstance enrôler ni utiliser dans les hostilités des personnes âgées de moins de 18 ans.

 

2. Les États Parties prennent toutes les mesures possibles pour empêcher l'enrôlement et l'utilisation de ces personnes, notamment les mesures d'ordre juridique nécessaires pour interdire et sanctionner pénalement ces pratiques.

 

3. L'application du présent article est sans effet sur le statut juridique de toute partie à un conflit armé.

 
Article 5

 

Aucune des dispositions du présent Protocole ne peut être interprétée comme empêchant l'application de dispositions de la législation d'un État Partie, d'instruments internationaux et du droit international humanitaire plus propices à la réalisation des droits de l'enfant.

 
Article 6

 

1. Chaque État Partie prend toutes les mesures – d'ordre juridique, administratif et autre – voulues pour assurer l'application et le respect effectifs des dispositions du présent Protocole dans les limites de sa compétence.

 

2. Les États Parties s'engagent à faire largement connaître les principes et dispositions du présent Protocole, aux adultes comme aux enfants, à l'aide de moyens appropriés.

 

3. Les États Parties prennent toutes les mesures possibles pour veiller à ce que les personnes relevant de leur compétence qui sont enrôlées ou utilisées dans des hostilités en violation du présent Protocole soient démobilisées ou de quelque autre manière libérées des obligations militaires. Si nécessaire, les États Parties accordent à ces personnes toute l'assistance appropriée en vue de leur réadaptation physique et psychologique et de leur réinsertion sociale.

 
Article 7

 

1. Les États Parties coopèrent à l'application du présent Protocole, notamment pour la prévention de toute activité contraire à ce dernier et pour la réadaptation et la réinsertion sociale des personnes qui sont victimes d'actes contraires au présent Protocole, y compris par une coopération technique et une assistance financière. Cette assistance et cette coopération se feront en consultation avec les États Parties concernés et les organisations internationales compétentes.

 

2. Les États Parties qui sont en mesure de le faire fournissent cette assistance par l'entremise des programmes multilatéraux, bilatéraux ou autres déjà en place ou, le cas échéant, dans le cadre d'un fonds de contributions volontaires constitué conformément aux règles établies par l'Assemblée générale.

 
Article 8

 

1. Chaque État Partie présente, dans les deux ans à compter de l'entrée en vigueur du présent Protocole à son égard, un rapport au Comité des droits de l'enfant contenant des renseignements détaillés sur les mesures qu'il a prises pour donner effet aux dispositions du Protocole, notamment celles concernant la participation et l'enrôlement.

 

2. Après la présentation de son rapport détaillé, chaque État Partie inclut dans les rapports qu'il présente au Comité des droits de l'enfant, conformément à l'article 44 de la Convention, tout complément d'information concernant l'application du présent Protocole. Les autres États Parties au Protocole présentent un rapport tous les cinq ans.

 

3. Le Comité des droits de l'enfant peut demander aux États Parties un complément d'information concernant l'application du présent Protocole.

 
Article 9

 

1. Le présent Protocole est ouvert à la signature de tout État qui est Partie à la Convention ou qui l'a signée.

 

2. Le présent Protocole est soumis à la ratification et est ouvert à l'adhésion de tout État. Les instruments de ratification ou d'adhésion sont déposés auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

 

3. Le Secrétaire général, en sa qualité de dépositaire de la Convention et du Protocole, informe tous les États Parties à la Convention et tous les États qui ont signé la Convention du dépôt de chaque déclaration en vertu de l'article 3.

 
Article 10

 

1. Le présent Protocole entrera en vigueur trois mois après la date de dépôt du dixième instrument de ratification ou d'adhésion.

 

2. Pour chacun des États qui ratifieront le présent Protocole ou qui y adhéreront après son entrée en vigueur, le Protocole entrera en vigueur un mois après la date du dépôt par cet État de son instrument de ratification ou d'adhésion.

 
Article 11

 

1. Tout État Partie peut, à tout moment, dénoncer le présent Protocole par voie de notification écrite adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, qui en informera les autres États Parties à la Convention et tous les États qui ont signé la Convention. La dénonciation prendra effet un an après la date à laquelle le Secrétaire général en aura reçu notification. Toutefois, si, à l'expiration de ce délai d'un an, l'État Partie auteur de la dénonciation est engagé dans un conflit armé, celle-ci ne prendra pas effet avant la fin du conflit.

 

2. Cette dénonciation ne saurait dégager l'État Partie de ses obligations en vertu du présent Protocole à raison de tout acte accompli avant la date à laquelle la dénonciation prend effet, pas plus qu'elle ne compromet en quelque manière que ce soit la poursuite de l'examen de toute question dont le Comité des droits de l'enfant serait saisi avant la date de prise d'effet de la dénonciation.

 
Article 12

 

1. Tout État Partie peut proposer un amendement et en déposer le texte auprès du Secrétaire général

de l'Organisation des Nations Unies. Celui-ci communique alors la proposition d'amendement aux États Parties, en leur demandant de lui faire savoir s'ils sont favorables à la convocation d'une conférence des États Parties en vue de l'examen de la proposition et de sa mise aux voix. Si, dans les quatre mois qui suivent la date de cette communication, un tiers au moins des États Parties se prononcent en faveur de la convocation d'une telle conférence, le Secrétaire général convoque la Conférence sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies. Tout amendement adopté par la majorité des États Parties présents et votants à la conférence est soumis à l'Assemblée générale des Nations Unies pour approbation. 

 

2. Tout amendement adopté conformément aux dispositions du paragraphe 1 du présent article entre en vigueur lorsqu'il a été approuvé par l'Assemblée générale et accepté par une majorité des deux tiers des États Parties.

 

3. Lorsqu'un amendement entre en vigueur, il a force obligatoire pour les États Parties qui l'ont accepté, les autres États Parties demeurant liés par les dispositions du présent Protocole et par tous amendements antérieurs acceptés par eux.

 
Article 13

 

1. Le présent Protocole, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé aux archives de l'Organisation des Nations Unies.

 

2. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies fera parvenir une copie certifiée conforme du présent Protocole à tous les États Parties à la Convention et à tous les États qui ont signé la Convention.


ANNEXE E : Observations finales du Comité des droits de l’enfant

Convention relative  aux droits de l’enfant
Distr. CRC/C/15/Add.215 27 octobre 2003

COMITÉ DES DROITS DE L’ENFANT

Trente-quatrième session

EXAMEN DES RAPPORTS PRÉSENTÉS PAR LES ÉTATS PARTIES EN APPLICATION DE L’ARTICLE 44 DE LA CONVENTION

Observations finales: Canada

1. Le Comité a examiné le deuxième rapport périodique du Canada (CRC/C/83/Add.6) à ses 894e et 895e séances (CRC/C/SR.894 et 895), tenues le 17 septembre 2003, et a adopté, à sa 918e séance, tenue le 3 octobre 2003 (CRC/C/SR.918), les observations finales ci-après.

A. Introduction

2. Le Comité accueille avec satisfaction la soumission du deuxième rapport périodique de l’État partie et de réponses écrites détaillées à sa liste des points à traiter (CRC/C/Q/CAN/2), lesquelles donnent des renseignements à jour sur la situation des enfants dans l’État partie. Il relève toutefois qu’un rapport de synthèse s’appuyant à la fois sur les documents fédéraux et provinciaux aurait fourni au Comité une analyse comparative de la mise en œuvre de la Convention et lui auraient donné une vue d’ensemble plus complète et plus cohérente des mesures louables adoptées par le Canada pour donner effet à la Convention. Il note avec satisfaction le haut niveau de la délégation envoyée par l’État partie et se félicite des réactions positives qu’ont suscitées les suggestions et recommandations qu’il a faites au cours des débats.

B.  Mesures de suivi prises et progrès accomplis par l’État partie

3. Le Comité est encouragé par bon nombre d’initiatives prises par l’État partie et attend avec intérêt l’achèvement du Plan national d’action pour l’enfance, qui structurera davantage encore ce type d’initiative et en optimisera l’efficacité de mise en œuvre. En particulier, le Comité prend note des actions et programmes ci-après:

–   L’Agenda national pour l’enfance;

–   La Prestation nationale pour les enfants;

–   La création du poste de Secrétaire d’État à l’enfance et à la jeunesse;

–   Le Conseil fédéral – provincial – territorial chargé de la réforme des politiques     sociales;

–   L’Entente-cadre sur l’union sociale;

–   L’adoption du projet de loi C-27 portant modification du Code pénal;

–   Le Réseau scolaire canadien;

–   Le Plan d’action du Canada pour les questions autochtones, sur le thème      «Rassembler nos forces»;

–   Le rôle constructif joué par l’Agence canadienne de développement international   (ACDI), qui aide les pays en développement à permettre aux enfants sous leur protection d’exercer leurs droits, et la déclaration du chef de la délégation selon     laquelle le Canada aura doublé son aide internationale en 2010.

 

C.  Principaux sujets de préoccupation et recommandations

1. Mesures d’application générales

Précédentes recommandations du Comité

4. Tout en prenant note du fait que certaines des recommandations (CRC/C/15/Add.37 du 20 juin 1995) qu’il avait formulées à l’issue de l’examen du rapport initial de l’État partie (CRC/C/11/Add.3) ont été prises en compte, le Comité regrette qu’il n’ait pas été donné de suite _  ou alors une suite insuffisante – aux autres, en particulier celles qui figurent au paragraphe 18, ayant trait à la possibilité de retirer les réserves; au paragraphe 20, concernant la collecte des données; au paragraphe 23, sur l’inscription des principes généraux dans le droit interne; au paragraphe 24, touchant la mise en œuvre de l’article 22; et au paragraphe 25, quant au réexamen qui devrait être fait de la législation pénale autorisant les châtiments corporels. Ces préoccupations et recommandations sont réaffirmées dans le présent document.

 

5. Le Comité invite instamment l’État partie à ne négliger aucun effort pour prendre en compte les recommandations qui figuraient dans les observations finales formulées à propos du rapport initial et qui n’ont pas encore été traduites dans les faits, ainsi que les préoccupations qui sont exprimées dans les présentes observations finales, concernant le deuxième rapport périodique.

 

Réserves et déclarations

6. Le Comité prend note des efforts du Gouvernement pour lever la réserve à l’article 37 c) de la Convention, mais regrette que ces démarches soient relativement lentes, et regrette plus encore la déclaration faite par la délégation selon laquelle l’État partie n’entend pas retirer sa réserve à l’article 21. Le Comité réitère ses préoccupations au sujet des réserves maintenues par l’État partie aux articles 21 et 37 c).

 

7. À la lumière de la Déclaration et du Programme d’action de Vienne, adoptés en 1993, le Comité enjoint l’État partie de reconsidérer et d’accélérer le retrait de ses réserves à la Convention. Le Comité invite l’État partie à poursuivre son dialogue avec les autochtones en vue de la levée de la réserve à l’article 21 de la Convention.

 

Législation et application

8. Le Comité relève que l’application d’une bonne partie des dispositions de la Convention est du ressort des provinces et territoires et s’inquiète de ce que cela peut conduire, dans certains cas, à des situations où les normes minimales de la Convention ne sont pas appliquées à tous les enfants du fait de différences au niveau des provinces et territoires.

 

9. Le Comité en appelle au Gouvernement fédéral pour qu’il veille à ce que les provinces et territoires soient conscients des obligations qu’ils tirent de la Convention et du fait que les droits qui y sont consacrés doivent être mis en œuvre dans l’ensemble des provinces et territoires, par le biais de mesures appropriées, législatives, politiques et autres.

 

Coordination, mécanismes de suivi

10. Le Comité note avec satisfaction le lancement en 1997 d’une initiative multisectorielle intitulée «Agenda national pour l’enfance» et la création du poste de secrétaire d’État à l’enfance et à la jeunesse. Il reste toutefois préoccupé de ce que ni le Comité permanent des fonctionnaires chargé des droits de la personne ni le Secrétaire d’État à l’enfance et à la jeunesse ne soient spécialement chargés des tâches de coordination et de suivi de la mise en œuvre de la Convention.

 

11. Le Comité encourage l’État partie à renforcer la coordination et le suivi et à en assurer l’efficacité, en particulier, entre les autorités fédérales, provinciales et territoriales, dans le domaine de la mise en œuvre des politiques de promotion et de protection de l’enfance, comme il le lui avait déjà recommandé (CRC/C/15/Add.37, par. 20), en vue de limiter et si possible d’éliminer toute possibilité de disparité ou de discrimination dans la mise en œuvre de la Convention.

 

Plan national d’action

12. Le Comité prend note de l’introduction en janvier 1998 du Plan d’action du Canada pour les questions autochtones, dont le mot d’ordre est «Rassembler nos forces», et se réjouit à l’idée qu’un plan national d’action soit en cours d’élaboration conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant et au document final adopté à la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants et intitulé «Un monde digne des enfants». Il prend également note avec satisfaction de la conviction affichée par le Canada que les actions prises dans ce domaine doivent être conformes à la Convention.

 

13. Le Comité encourage l’État partie à faire en sorte qu’un plan national d’action cohérent et complet fondé sur les droits soit adopté, qui vise tous les enfants, en particulier ceux des groupes les plus vulnérables tels que les autochtones, les migrants et les réfugiés, répartissant les responsabilités, établissant des priorités claires, un calendrier et une répartition préliminaire des ressources nécessaires conformément à la Convention aux niveaux fédéral, provincial, territorial et local, en coopération avec la société civile. Il insiste aussi auprès du Gouvernement pour qu’il désigne un mécanisme de suivi systématique pour la mise en œuvre du plan national d’action.

 

Contrôle indépendant

14. Le Comité note que huit provinces canadiennes disposent d’un médiateur pour les enfants mais est préoccupé du fait que tous ne sont pas dotés de pouvoirs suffisants pour exercer leur rôle d’institution nationale de défense des droits de l’homme pleinement indépendante conformément aux Principes concernant le statut des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l’homme (Principes de Paris, résolution 48/134 de l’Assemblée générale, en date du 20 décembre 1993, annexe). Le Comité regrette en outre qu’une telle institution n’ait pas été créée au niveau fédéral.

 

15. Le Comité recommande à l’État partie d’instaurer au niveau fédéral un bureau du médiateur chargé des droits de l’enfant et de veiller à ce que ceux-ci soient dotés de financements suffisants pour fonctionner en toute efficacité. Il recommande que ces services soient également créés dans les provinces qui n’en disposent pas encore et dans les trois territoires, où vit une proportion importante des enfants vulnérables. À cet égard, le Comité recommande que l’État partie prenne pleinement en considération les Principes de Paris et l’Observation générale no 2 du Comité, relative au rôle des institutions nationales indépendantes de défense des droits de l’homme.

 

Allocation de ressources

16. Le Comité accueille avec satisfaction les renseignements présentés dans le rapport pour illustrer la manière dont le Gouvernement contribue à la mise en œuvre des droits de l’enfant en allouant des ressources à un certain nombre d’initiatives et de programmes, notamment la Prestation nationale pour les enfants (PNE), destinée à améliorer la qualité de vie des enfants canadiens des groupes à risque en prévenant et en réduisant la pauvreté. Pour autant, le Comité réitère les préoccupations exprimées par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (E/C.12/1/Add.31, par. 22) et le Comité des droits de l’homme (CCPR/C/79/Add.105, par. 18 et 20) quant aux modalités d’application de la PNE dans certaines provinces. 

 

17. Le Comité invite l’État partie à mettre à profit l’évaluation qu’il fait régulièrement de l’impact de son système de Prestation nationale pour les enfants et de la façon dont il est appliqué dans les provinces et les territoires pour le réexaminer en vue d’éliminer tout effet négatif ou discriminatoire qu’il pourrait avoir sur certains groupes d’enfants. 

 

18. Le Comité recommande à l’État partie d’accorder une attention particulière à la pleine mise en œuvre de l’article 4 de la Convention en définissant l’ordre de priorité des allocations budgétaires de façon à assurer la mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels des enfants, en particulier ceux des groupes marginalisés et économiquement défavorisés, «au maximum de ses ressources disponibles». Le Comité encourage en outre l’État partie à définir clairement, chaque année, ses priorités dans le domaine des droits de l’enfant ainsiqu’à fixer les montants et la part du budget consacrés aux enfants, en particulier dans les groupes marginalisés, aux niveaux fédéral, provincial

et territorial, de façon à pouvoir évaluer les répercussions des dépenses réalisées et leur bonne utilisation. Le Comité encourage l’État partie à continuer à s’attacher à éviter que les enfants ne soient touchés de façon disproportionnée par les changements de conjoncture économique à venir ainsi qu’à soutenir le travail des organisations non gouvernementales qui diffusent la Convention. 

Collecte de données 

19. Le Comité apprécie les nombreuses données statistiques fournies en annexe au rapport et dans les appendices des réponses écrites à la liste des points à traiter et se félicite de l’intention manifestée par l’État partie de créer un institut de statistique concernant les autochtones. Il est toutefois d’avis que les informations fournies ne sont pas suffisamment fouillées, ventilées et synthétisées pour tous les domaines visés par la Convention et constate que tous les moins de 18 ans ne sont pas systématiquement inclus dans les données relatives aux enfants. Le Comité souhaite rappeler les préoccupations et recommandations qu’il avait déjà exprimées quant à la collecte d’informations (CRC/C/15/Add.37, par. 20) et attirer l’attention sur le fait qu’il n’en a pas été suffisamment tenu compte. 

 

20. Le Comité recommande à l’État partie de renforcer et de centraliser son mécanisme de façon à compiler et à analyser systématiquement des données ventilées couvrant l’ensemble des enfants de moins de 18 ans pour tous les domaines visés par la Convention, en accordant une attention particulière aux groupes les plus vulnérables (enfants autochtones, enfants handicapés, enfants victimes de sévices et d’abandon moral, enfants des rues, enfants en conflit avec la loi, enfants réfugiés et demandeurs d’asile). Le Comité enjoint l’État partie d’exploiter efficacement les indicateurs mis au point et les données collectées en vue de la formulation et de l’évaluation des législations, politiques et programmes concernant l’allocation des ressources ainsi que la mise en œuvre et le suivi de la Convention.

 

3. Principes généraux 

Non-discrimination 

21. Le Comité constate des évolutions positives pour ce qui est des mesures tendant à promouvoir et à protéger la diversité culturelle et des mesures législatives spécialement destinées à lutter contre la discrimination, notamment la loi sur le multiculturalisme, en particulier dans ses dispositions visant le système des écoles résidentielles, la loi sur l’équité en matière d’emploi et l’amendement apporté au Code pénal faisant de la discrimination raciale une circonstance aggravante (voir aussi le Rapport annuel 2002 du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) (A/57/18, par. 315 à 343)). Cependant, le Comité reprend à son compte les préoccupations formulées par le CERD, en particulier en ce qu’elles ont trait aux enfants, par exemple les préoccupations concernant la loi sur les Indiens, l’étendue de la violence dont sont victimes les individus autochtones ou d’origine africaine ou asiatique et le nombre de décès en détention de ces individus, les actes discriminatoires et expressions de préjugés systématiques dans les médias et l’exclusion du système scolaire des enfants de migrants sans statut reconnu. Il reste aussi préoccupé par la persistance d’une discrimination de fait à l’encontre de certains groupes d’enfants (voir aussi ibid., par. 332, 333, 335 et 337). 

 

22. Le Comité recommande à l’État partie de continuer à renforcer son action législative pour intégrer pleinement le droit à la non-discrimination (art. 2 de la Convention) dans tous les textes de loi pertinents concernant les enfants, et faire en sorte que ce droit soit effectivement appliqué dans l’ensemble des décisions politiques, judiciaires et administratives ainsi que dans les projets, programmes et services ayant des répercussions sur les enfants dans leur ensemble et plus particulièrement ceux appartenant à une minorité ou à un autre groupe vulnérable, tels que les enfants handicapés ou les enfants autochtones. Le Comité recommande en outre à l’État partie de continuer à entreprendre de vastes campagnes d’éducation du public et à adopter toutes les mesures volontaristes nécessaires pour prévenir et combattre les attitudes et pratiques négatives de la société. Il lui demande de fournir dans son prochain rapport davantage d’informations sur les initiatives qu’il prend pour promouvoir la diversité culturelle, compte tenu des principes généraux de la Convention.

 

23. Le Comité, tout en notant les réserves exprimées par le Canada vis-à-vis de la Déclaration et du Programme d’action de Durban adoptés à la Conférence mondiale de 2001 contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, recommande que des renseignements spécifiques soient fournis dans le rapport périodique suivant sur les mesures et programmes relevant de la Convention des droits de l’enfant et adoptés par l’État partie comme suite à cette Déclaration et à ce Programme d’action et compte tenu également de l’Observation générale no 1 sur le paragraphe 1 de l’article 29 de la Convention (buts de l’éducation).

 

Intérêt supérieur de l’enfant

24. Le Comité salue le fait que l’État partie accorde une importance centrale au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant dans l’élaboration de tous les textes de loi, programmes et politiques ayant trait aux enfants. Sans méconnaître les avancées dans ce domaine, il reste préoccupé de ce que le principe selon lequel une importance primordiale doit être accordée à l’intérêt supérieur de l’enfant n’est toujours pas suffisamment défini ni reflété dans certains textes de loi, certaines décisions de justice et certaines politiques affectant certains enfants, en particulier ceux confrontés à des situations de divorce, de détention ou d’expulsion, ou encore les enfants autochtones.

 

25. Le Comité recommande que le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant consacré à l’article 3 fasse l’objet d’une analyse approfondie et soit objectivement mis en œuvre au regard de différentes situations d’enfants et de groupes d’enfants (autochtones, par exemple), et qu’il soit intégré dans tous les processus de révision des textes de loi concernant des enfants, toutes les procédures judiciaires et décisions judiciaires et administratives, mais aussi dans les projets, programmes et services ayant un impact sur les enfants. Le Comité encourage l’État partie à veiller à ce que les recherches et programmes éducatifs destinés aux professionnels travaillant avec des enfants soient renforcés, à ce que l’article 3 de la Convention soit pleinement compris et à ce que ce principe soit effectivement mis en œuvre.

 

4. Libertés et droits civils 

Droit à une identité

26. Le Comité se félicite de l’adoption de la nouvelle loi sur la citoyenneté du Canada, facilitant l’acquisition de la citoyenneté aux enfants adoptés à l’étranger par des ressortissants canadiens. Il se félicite également de la création des organismes de services à l’enfance et à la famille des Premières nations, dont l’objectif est que tous les enfants et toutes les familles autochtones reçoivent des services adaptés à leur culture au sein de leur communauté.

 

27. Le Comité recommande à l’État partie de prendre davantage de mesures en application de l’article 7 de la Convention, y compris des mesures tendant à assurer l’enregistrement des naissances et à faciliter les demandes d’octroi de la nationalité, pour résoudre les situations d’apatridie. Le Comité suggère en outre à l’État partie de ratifier la Convention relative au statut des apatrides de 1954.

 

5. Milieu familial et protection de remplacement

Transfert illicite et non-retour

28. Le Comité note avec satisfaction que le Canada est partie à la Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants de 1980 et prend acte des préoccupations exprimées par l’État partie devant le problème croissant des enlèvements d’enfants par l’un des parents.

 

29. Le Comité recommande à l’État partie d’appliquer la Convention de La Haye à tous les enfants entrés au Canada suite à un enlèvement et incite les États qui ne sont pas encore parties à la Convention de La Haye à la ratifier ou à y adhérer et, si nécessaire, à conclure des accords bilatéraux pour lutter comme il se doit contre l’enlèvement international d’enfants. Il recommande en outre l’octroi d’une assistance maximale par les voies diplomatiques et consulaires pour résoudre les cas de transfert illicite et de non-retour, dans l’intérêt supérieur des enfants concernés.

 

Adoption

30. Le Comité trouve encourageante la priorité accordée par l’État partie à la promotion de la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale de 1993, sur son territoire et à l’étranger. Pour autant, il relève qu’alors que l’adoption est placée sous la juridiction des provinces et des territoires, la ratification de la Convention de La Haye n’a pas été suivie de mesures d’ordre juridique et autre, dans toutes les provinces. Le Comité est également préoccupé de ce que certaines provinces ne reconnaissent pas le droit de l’enfant adopté de connaître, dans la mesure du possible, ses parents biologiques (art. 7).

31. Le Comité recommande à l’État partie d’envisager de modifier sa législation de façon à ce que les informations sur la date et le lieu de naissance des enfants adoptés et sur leurs parents biologiques soient conservées et mises à la disposition de ces enfants. Le Comité recommande en outre que le Gouvernement fédéral veille à la pleine mise en œuvre de

la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale de 1993 sur l’ensemble de son territoire.

Sévices et négligence

32. Le Comité accueille avec satisfaction les efforts déployés par l’État partie pour décourager le recours aux châtiments corporels en favorisant les recherches sur les alternatives possibles, en apportant son soutien à des études sur la fréquence des sévices, en faisant campagne pour une saine éducation parentale et en approfondissant les connaissances et la compréhension du phénomène des sévices sur enfants et de leurs conséquences. Toutefois, le Comité note avec une profonde préoccupation que l’État partie n’a pas adopté de texte de loi à l’effet d’interdire expressément toutes les formes de châtiment corporel et n’a pris aucune mesure pour abroger l’article 43 du Code pénal, qui autorise les châtiments corporels. 

 

33. Le Comité recommande à l’État partie d’adopter des textes à l’effet de lever l’autorisation qui existe actuellement de faire usage d’une «force raisonnable» à l’encontre des enfants pour les discipliner et d’interdire expressément toute forme de violence, même modérée, sur la personne d’enfants au sein de la famille, dans les écoles et dans tous les établissements de placement.

 

6. Santé de base et protection sociale

Santé et services de santé

34. Le Comité considère comme positif l’engagement que manifeste le Gouvernement à développer les soins de santé destinés aux Canadiens, notamment par une hausse des crédits budgétaires et par l’intérêt prioritaire accordé aux programmes de santé en faveur des autochtones. Il s’inquiète néanmoins du fait, reconnu par l’État partie, que tous les Canadiens ne bénéficient pas dans des conditions d’égalité du niveau moyen de santé, relativement élevé. Les disparités entre provinces et territoires sont un sujet de préoccupation, en particulier pour ce qui est de l’universalité et de l’accessibilité dans les communautés rurales et du nord du pays ainsi que pour les enfants des communautés autochtones. Le Comité s’inquiète particulièrement de la prévalence disproportionnellement élevée du syndrome de mort subite du nourrisson et du syndrome d’alcoolisme fœtal chez les enfants autochtones.

 

35. Le Comité recommande à l’État partie de prendre des mesures pour veiller à ce que tous les enfants jouissent sur un pied d’égalité de la même qualité de services de santé, en accordant une attention particulière aux enfants autochtones et aux enfants des zones rurales et isolées.

 

Santé des adolescents

36. Le Comité trouve heureuse la tendance générale à la baisse des taux de mortalité infantile dans l’État partie mais relève avec une profonde préoccupation le taux de mortalité élevé dans la population autochtone et les taux de suicide et d’abus des substances importants chez les jeunes de ce groupe démographique.

 

37. Le Comité suggère à l’État partie de continuer à accorder la priorité à l’étude des causes possibles de suicide chez les jeunes et des caractéristiques des personnes qui apparaissent comme les plus à risque, et à prendre dès que possible des mesures pour mettre en place des programmes complémentaires d’assistance, de prévention et d’intervention dans les domaines de la santé mentale, de l’éducation et de l’emploi qui soient de nature à réduire l’ampleur de ce phénomène tragique.

 

Sécurité sociale et services et équipements d’aide à l’enfance

38. Le Comité se félicite des mesures prises par le Gouvernement pour apporter une aide aux familles par le biais d’un allongement du congé parental, d’une hausse des déductions fiscales et des prestations sociales en faveur de l’enfance ainsi que de programmes spécifiques pour les autochtones. Il relève toutefois avec préoccupation qu’en matière de soins aux enfants, certaines sources d’information pointent du doigt les coûts élevés, le manque de places et l’absence de normes à l’échelle nationale.

 

39. Le Comité encourage l’État partie à effectuer une analyse comparative au niveau des provinces et des territoires afin de cerner les variations des prestations de soins aux enfants et les conséquences que ces variations peuvent avoir sur ces enfants ainsi qu’à réfléchir à des méthodes coordonnées devant permettre à tous les enfants d’avoir accès à des soins de qualité indépendamment de leur situation économique ou de leur lieu de résidence.

 

Niveau de vie

40. Le Comité se réjouit d’apprendre que l’étude du phénomène des sans-abri est désormais une priorité parmi les domaines de recherche de la Société canadienne d’hypothèque et de logement, car les sources d’information sont pour l’heure limitées. Il reste que le Comité partage les préoccupations du Comité des droits économiques, sociaux et culturels (E/C.12/1/Add.31, par. 24 et 46), qui a relevé que les maires des dix plus grandes villes du Canada avaient qualifié ce phénomène de désastre national et en avaient appelé au Gouvernement pour qu’il mette en place une stratégie nationale de diminution du nombre des sans-abri et de réduction de la pauvreté.

 

41. Le Comité réaffirme la préoccupation qu’il avait précédemment exprimée face au phénomène nouveau de la pauvreté des enfants, et partage les inquiétudes exprimées par le Comité sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes quant aux changements économiques et structurels constatés dans le pays et à l’aggravation de la pauvreté parmi les femmes, qui touchent particulièrement les mères célibataires et d’autres groupes vulnérables, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur les enfants.

 

42. Le Comité recommande que de nouvelles études soient réalisées pour identifier les causes de l’augmentation du nombre des sans-abri, en particulier parmi les enfants, et établir toute corrélation entre cette situation et la maltraitance d’enfants, la prostitution d’enfants, la pornographie mettant en scène des enfants et la traite d’enfants. Le Comité encourage l’État partie à renforcer encore les services d’accompagnement qu’il met à la disposition des enfants sans abri, tout en s’attachant à limiter et prévenir ce phénomène.

 

43. Le Comité recommande à l’État partie de continuer à s’attaquer aux facteurs responsables de la hausse du nombre d’enfants vivant dans la pauvreté et de mettre au point des programmes et politiques pour permettre à toutes les familles de disposer de ressources et d’équipements adéquats, en accordant l’attention voulue à la situation des femmes célibataires, comme le lui avait suggéré le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (A/52/38/Rev.1, par. 336), ainsi qu’à celle d’autres groupes vulnérables.

 

7. Éducation, loisirs et activités culturelles

44. Le Comité apprécie le taux exemplaire d’alphabétisation et le niveau élevé de l’enseignement de base dans l’État partie et se félicite des nombreuses initiatives que celui-ci prend pour promouvoir la qualité de l’éducation, tant sur son sol que sur le plan international. Il prend note en particulier avec satisfaction des initiatives tendant à améliorer le niveau de l’éducation dans les réserves d’autochtones. Il prend note, en outre, des mesures prises comme suite aux préoccupations exprimées par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (E/C.12/1/Add.31, par. 49) sur les obstacles financiers à l’enseignement postsecondaire auxquels se heurtent les étudiants à faible revenu. Le Comité n’en réitère pas moins la préoccupation du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (A/57/18, par. 337) face aux allégations selon lesquelles les enfants de migrants sans statut reconnu seraient exclus du système scolaire dans certaines provinces. Le Comité est préoccupé en outre par la baisse des dépenses d’éducation, la hausse des taux d’encadrement, la réduction du nombre de conseils d’établissement, le taux d’abandon scolaire élevé chez les enfants autochtones et le fait que l’instruction dans les deux langues officielles est assurée dans les seuls cas où «les effectifs le justifient».

 

45. Le Comité recommande à l’État partie d’améliorer encore la qualité de l’éducation d’un bout à l’autre de son territoire afin d’atteindre les objectifs énoncés au paragraphe 1 de l’article 29 de la Convention et dans l’Observation générale no 1 du Comité sur les buts de l’éducation, et notamment:

 

a) En faisant en sorte qu’un enseignement primaire de qualité gratuit respectueux de l’identité culturelle de chacun des enfants soit disponible et accessible à tous, en accordant une attention particulière aux enfants des communautés rurales, aux autochtones et aux réfugiés ou demandeurs d’asile ainsi qu’aux enfants d’autres groupes défavorisés et à ceux qui ont des besoins particuliers, y compris dans le cadre d’un enseignement suivi dans leur propre langue;

b) En intégrant l’éducation aux droits de l’homme, y compris aux droits de l’enfant, dans les programmes scolaires, dans les différentes langues d’instruction le cas échéant, et en assurant aux enseignants la formation qui s’impose;

c) En ratifiant la Convention de l’UNESCO de 1960 concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement;

d) En adoptant les mesures législatives qui s’imposent pour interdire le recours à toute forme de châtiment corporel dans les établissements scolaires et en encourageant la participation de l’enfant aux débats sur les mesures disciplinaires.

 

8. Mesures spéciales de protection

Enfants réfugiés

46. Le Comité se félicite de l’incorporation du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant dans la nouvelle loi de 2002 sur l’immigration et la protection des réfugiés et des efforts déployés pour prendre les intérêts des enfants en considération dans les procédures d’immigration, en coopération avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et diverses organisations non gouvernementales. Le Comité constate cependant qu’il n’a pas été donné une suite suffisante à certaines des préoccupations précédemment exprimées, en particulier dans des domaines comme le regroupement familial, l’expulsion ou la privation de liberté, où la priorité n’est pas toujours accordée à ceux qui ont le plus besoin d’aide. Le Comité note avec une préoccupation particulière l’absence:

a)

De politique nationale touchant les enfants non accompagnés demandeurs d’asile;

b)

De procédure standard pour la désignation d’un représentant légal de ces enfants;

c)

De définition des «enfants séparés» et de données fiables sur les enfants demandeurs

d’asile;

d)

De formation adaptée et d’approche cohérente des autorités fédérales dans la remise des enfants vulnérables aux services sociaux.

 

47. Conformément aux principes et aux dispositions de la Convention, en particulier à ses articles 2, 3, 22 et 37, et en ce qui concerne les enfants, qu’ils soient demandeurs d’asile ou non, le Comité recommande à l’État partie:

a) D’adopter et de mettre en œuvre une politique nationale sur les enfants séparés demandant l’asile au Canada;

b) D’appliquer une procédure qui permette de désigner des représentants légaux et qui définisse aussi, clairement, la nature et l’étendue de la responsabilité de ces représentants;

c) D’éviter, par principe, de placer des mineurs non accompagnés en détention et de rendre plus clair que, dans l’intention du législateur, ce type de détention est une mesure de «dernier ressort», le droit de contester rapidement la légalité de toute détention étant garanti conformément à l’article 37 de la Convention;

d) D’élaborer de meilleures lignes directrices opérationnelles et de politique générale en matière de retour dans le pays d’origine des enfants séparés qui n’ont pas besoin de protection internationale;

e) De veiller à ce que les enfants réfugiés et demandeurs d’asile aient accès aux services fondamentaux, tels que l’éducation et la santé, et à ce que l’octroi des prestations aux familles de demandeurs d’asile se fasse sans discrimination susceptible de se répercuter sur les enfants;

f) De veiller à la rapidité des procédures en matière de regroupement familial.

Protection des enfants touchés par un conflit armé

48. Le Comité relève que lorsqu’il a ratifié le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés, le Canada a déposé une déclaration à l’effet de permettre l’engagement volontaire dans les forces armées à partir de l’âge de 16 ans.

 

49. Le Comité recommande à l’État partie de fournir, dans son rapport présenté au titre du Protocole facultatif, attendu l’an prochain, des informations sur les mesures prises pour donner la priorité aux plus âgés dans les procédures de recrutement volontaire à la lumière du paragraphe 3 de l’article 38 de la Convention ainsi que sur les efforts qu’il réalise pour limiter le recrutement aux personnes âgées de 18 ans et plus (et revoir sa législation dans ce sens).

 

Exploitation économique

50. Le Comité note avec une grande satisfaction que le Canada a dégagé des ressources pour travailler à l’échelon international à l’élimination de l’exploitation économique des enfants. Il regrette toutefois le manque d’informations fournies dans le rapport de l’État partie sur la situation en la matière sur son propre territoire. Il est en outre préoccupé de ce que le Canada n’ait pas ratifié la Convention no 138 de l’OIT concernant l’âge minimum d’admission à l’emploi et constate avec inquiétude que des enfants de moins de 13 ans participent à l’activité économique.

 

51. Le Comité recommande à l’État partie de ratifier la Convention no 138 de l’OIT concernant l’âge minimum d’admission à l’emploi et de prendre les mesures nécessaires à son application effective. Il encourage en outre l’État partie à entreprendre des recherches de visée nationale afin de procéder à une évaluation complète de l’ampleur du problème du travail des enfants et de prendre, le cas échéant, des mesures pour prévenir efficacement l’exploitation d’enfants par le travail au Canada.

 

Exploitation sexuelle et traite

52. Le Comité se félicite du rôle que joue le Canada sur la scène nationale et internationale pour ce qui est de promouvoir la sensibilisation au phénomène de l’exploitation sexuelle et de lutter contre ce phénomène, et prend acte notamment de l’adoption en 1997 d’amendements au Code pénal (projet de loi C-27) et du dépôt en 2002 du projet de loi C-15A, visant à faciliter l’appréhension des personnes sollicitant les services d’enfants victimes d’exploitation sexuelle et les poursuites contre ces personnes, et devant permettre notamment de poursuivre au Canada tout ressortissant canadien pour un acte d’exploitation sexuelle sur enfant commis à l’étranger. Le Comité est en revanche préoccupé par la vulnérabilité des enfants des rues et en particulier des enfants autochtones. Ceux-ci sont surreprésentés dans le commerce sexuel, qui leur apparaît comme un moyen de survie. Le Comité s’inquiète aussi de l’accroissement du nombre des femmes et des enfants étrangers faisant l’objet de la traite qui entrent sur le sol canadien.

 

53. Le Comité recommande à l’État partie d’améliorer encore la protection et l’assistance fournies aux victimes d’exploitation sexuelle et de traite, y compris sur le plan de la prévention, de la réinsertion sociale, de l’accès aux soins de santé et à une assistance psychologique, toutes mesures qui doivent être prises dans le respect des spécificités culturelles et de manière coordonnée, ce qui passe notamment par une coopération plus étroite avec les organisations non gouvernementales et les pays d’origine. 

 

Enfants des rues

54. Le Comité regrette que le rapport de l’État partie manque d’informations sur les enfants des rues, alors qu’ils sont un certain nombre dans cette situation. Sa préoccupation est d’autant plus grande que d’après les statistiques des principaux centres urbains, les enfants comptent pour une part importante de la population des sans-abri du Canada, que les enfants autochtones sont largement surreprésentés dans ce groupe et que l’on recense parmi les causes du phénomène la pauvreté et des situations de sévices ou de négligence au sein de la famille.  

55. Le Comité recommande à l’État partie de procéder à une étude pour évaluer l’ampleur et les causes du phénomène des enfants sans abri et d’envisager la mise au point d’une stratégie globale pour répondre aux besoins de ces enfants, en accordant une attention particulière aux groupes les plus vulnérables, avec pour objectif de prévenir et de réduire ce phénomène, dans l’intérêt supérieur de ces enfants et avec leur participation.

 

Justice pour mineurs

56. Le Comité prend note avec satisfaction de l’adoption en avril 2003 d’une nouvelle législation. Il se félicite des initiatives de prévention de la criminalité et des alternatives aux procédures judiciaires. Il n’en reste pas moins préoccupé de ce que des condamnations pour adultes sont fréquemment imposées à des enfants dès l’âge de 14 ans; de ce que le nombre de jeunes en détention figure parmi les plus élevés des pays industrialisés; de ce que le placement de délinquants mineurs et adultes dans les mêmes lieux de détention est toujours légal et de ce qu’il est possible d’avoir accès aux dossiers concernant des mineurs et de rendre publique l’identité des mineurs délinquants. De plus, l’idée que se fait le grand public de la délinquance juvénile semble faussée par les stéréotypes que véhiculent les médias.

 

57. Le Comité recommande à l’État partie de poursuivre ses efforts en vue d’établir un système de justice pour mineurs qui intègre pleinement dans sa législation, dans ses politiques et dans sa pratique les dispositions et les principes de la Convention, en particulier ses articles 3, 37, 40 et 39, ainsi que les autres normes internationales applicables dans ce domaine, telles que l’Ensemble de règles minima des Nations Unies concernant l’administration de la justice pour mineurs (Règles de Beijing), les Principes directeurs des Nations Unies pour la prévention de la délinquance juvénile (Principes directeurs de Riyad), les Règles des Nations Unies pour la protection des mineurs privés de liberté et les Directives relatives aux enfants dans le système de justice pénale. En particulier, le Comité invite instamment l’État partie à:

 

a) Veiller à ce qu’aucun individu de moins de 18 ans ne soit jugé comme un adulte, quelles que soient les circonstances ou la gravité de l’infraction commise;

b) Garantir que les opinions des enfants  soient dûment prises en considération et respectées dans toutes les procédures judiciaires les intéressant;

c) Veiller à ce que le droit au respect de la vie privée de tous les enfants en conflit avec la loi soit pleinement respecté, conformément à l’article 40, paragraphe 2 b) vii) de la Convention;

d) Prendre les mesures qui s’imposent (par exemple des mesures de substitution à la privation de liberté ou la libération conditionnelle) pour réduire considérablement le nombre d’enfants en détention et veiller à ce que la détention ne soit imposée qu’en dernier ressort et pour une période aussi brève que possible et à ce qu’en tout état de cause, les enfants soient toujours détenus séparément des adultes.

Enfants appartenant à une minorité ou à un groupe autochtone

58. Le Comité accueille avec satisfaction la Déclaration de réconciliation faite par le Gouvernement fédéral, dans laquelle le Canada a exprimé de profonds regrets pour les injustices historiques commises à l’encontre des autochtones, en particulier dans le cadre du système des écoles résidentielles. Il prend également acte de la priorité accordée par le Gouvernement à l’amélioration des conditions de vie des autochtones sur l’ensemble du territoire et des nombreuses initiatives prévues dans le budget fédéral depuis l’examen du rapport initial. Le Comité constate cependant avec inquiétude que les enfants autochtones continuent à rencontrer de nombreux problèmes, notamment à être victimes de discrimination dans plusieurs domaines, avec bien davantage de fréquence et de gravité que leurs pairs non autochtones. 

 

59. Le Comité invite instamment le Gouvernement à poursuivre ses efforts pour instaurer l’égalité des chances entre enfants autochtones et enfants non autochtones. À cet égard, il réitère en particulier les observations et recommandations liées à la répartition des terres et des ressources formulées par plusieurs organes de suivi des traités relatifs aux droits de l’homme du système des Nations Unies, parmi lesquels le Comité des droits de l’homme (CCPR/C/79/Add.105, par. 8), le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (A/57/18, par. 330) ou le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (E/C.12/Add.31, par. 18). Le Comité prend également note des recommandations de la Commission royale sur les peuples autochtones et encourage l’État partie à leur donner la suite voulue.

 

9. Ratification des deux Protocoles facultatifs

60. Le Comité se félicite de la ratification du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés et la signature en novembre 2001 du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Le Comité enjoint l’État partie à envisager de ratifier rapidement ce dernier instrument.

 

   10. Diffusion de la documentation

    

61. À la lumière du paragraphe 6 de l’article 44 de la Convention, le Comité recommande à l’État partie d’assurer une large diffusion de son deuxième rapport périodique et de ses réponses écrites et d’envisager de publier le rapport ainsi que les comptes rendus analytiques des séances consacrées à son examen et les observations finales adoptées par

le Comité. Le document ainsi produit devrait être largement diffusé, de façon à susciter un débat et contribuer à faire connaître la Convention, sa mise en œuvre et son suivi à tous les niveaux de l’administration de l’État partie et au grand public, y compris aux organisations non gouvernementales concernées.

11. Rapport suivant

62. Le Comité souligne qu’il importe que les rapports soient présentés en totale conformité avec les dispositions de l’article 44 de la Convention. Un aspect important des responsabilités incombant aux États parties en vertu de cet instrument consiste à veiller à ce que le Comité des droits de l’enfant puisse examiner régulièrement les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Convention. Il est donc crucial que les États parties présentent leurs rapports régulièrement et en temps voulu. Le Comité a conscience que certains États parties ont du mal à soumettre leurs rapports dans les délais impartis et de façon régulière. À titre exceptionnel, et pour aider l’État partie à rattraper son retard dans ce domaine et à se conformer à la Convention, le Comité l’invite à présenter en un seul document ses troisième et quatrième rapports périodiques d’ici au 11 janvier 2009, date fixée pour la présentation du quatrième rapport. Ce rapport unifié ne devrait pas excéder 120 pages (voir CRC/C/118).


ANNEXE F : Un Canada digne des Enfants; Plan d’action national

UN CANADA DIGNE DES ENFANTS

Suite donnée par le Canada à la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants, en date d'avril 2004.

Un message du premier ministre

Les enfants d’aujourd’hui constituent la plus populeuse génération de jeunes gens que le monde n’ait jamais connue. En fait, au cours des années à venir, le monde sera profondément touché par leurs actions et leurs décisions, comme il l’est en ce moment même.

Leurs rêves et aspirations, leurs énergie et talent façonneront considérablement le monde dans lequel nous vivons. Il est dans l’intérêt de tous les habitants de la Terre que les enfants d’aujourd’hui grandissent et s’épanouissent sainement et en sécurité et que leurs familles et collectivités les valorisent et les appuient. Pour cela, il faut voir à ce qu’ils ne manquent de rien et les protéger des peurs et des blessures physiques et affectives.

Le respect des droits, de l’innocence et du potentiel de nos enfants est une responsabilité essentielle que tous les pays, toutes les familles et toutes les collectivités ont en commun.

Le gouvernement du Canada a consacré plus de 13 milliards de dollars au Plan d’action national pour les enfants. Tout récemment, afin de poursuivre ses efforts visant à renforcer les assises sociales du Canada, le gouvernement a mis sur pied le Bon d’études canadien pour aider à répondre aux besoins éventuels des enfants en matière d’éducation. En outre, il a accéléré le financement prévu pour le Cadre multilatéral pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, ce qui implique un meilleur accès à la garde, et ce, plus rapidement.

J’encourage tous ceux qui liront Un Canada digne des enfants à jouer un rôle dans l’atteinte de son objectif premier : travailler ensemble à tous les niveaux (national, individuel et communautaire) à bâtir un monde dans lequel nos enfants peuvent vivre, apprendre et s’épanouir à la mesure de leur potentiel et de leurs rêves.

Je félicite tous ceux qui ont travaillé au rapport Un Canada digne des enfants.

Le très honorable Paul Martin
Premier ministre du Canada


Un message du ministre de la Santé et de la ministre du Développement social

Appuyer les enfants et les familles constitue une priorité nationale. Au Canada, nous connaissons les avantages de veiller à ce que les enfants aient le meilleur départ possible dans la vie. Nous reconnaissons l’importance de faire en sorte qu’ils reçoivent le soutien dont ils ont besoin dans tous les aspects de leur vie, afin qu’ils puissent devenir des citoyens responsables dans notre pays. Nous savons aussi que d’autres pays ont besoin d’appui dans leurs démarches pour améliorer la santé et le bien-être des enfants de partout dans le monde.

À la suite de la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants, qui s’est déroulée en mai 2002, le Canada s’est engagé à se doter d’un plan d’action. En tant que ministres responsables de ce plan d’action intitulé Un Canada digne des enfants, nous sommes conscients que, bien que la plupart des enfants au Canada se portent bien, il reste encore certains défis à relever. Pour définir des moyens d’action conjoints, le gouvernement a tenu des consultations partout au Canada auxquelles un large éventail de Canadiens ont pris part. Le plan Un Canada digne des enfants fait état du consensus établi sur les priorités et les possibilités d’action que les Canadiens peuvent saisir afin d’améliorer la situation des enfants au Canada et dans le monde.

Nous incitons tous les citoyens à lire Un Canada digne des enfants et à songer à la contribution que chacun peut apporter pour atteindre les objectifs fixés dans le document. Les gouvernements, les organismes, les citoyens, les familles et les collectivités ne peuvent agir indépendamment les uns des autres pour améliorer la situation des enfants. Il est essentiel qu’ils travaillent en collaboration pour atteindre les résultats escomptés.

Nous aimerions profiter de l’occasion pour remercier sincèrement les Canadiens qui ont contribué au plan d’action du Canada. De plus, nous tenons à souligner les efforts continus de l’honorable sénatrice Landon Pearson pour la cause des enfants et, en particulier, son leadership dans l’élaboration du plan d’action Un Canada digne des enfants.

Pierre Pettigrew Liza Frulla
Ministre de la Santé Ministre du Ministre des Affaires intergouvernementales Développement socialet Ministre responsable des langues officielles

 

Un message de la sénatrice Landon Pearson

Le XXIe siècle appartiendra à nos enfants et nos petits-enfants. Ce sont leurs rêves et leurs aspirations, modelés par les circonstances de leur naissance et du contexte dans lequel ils grandiront, qui donneront au siècle sa définition ultime. Ceux qui ont moins de dix-huit ans aujourd’hui représentent plus du tiers de la population mondiale et influencent déjà profondément nos vies par leurs décisions et leurs actions. Pour leur bien et pour le nôtre, nous devons faire tout ce qui est possible pour alléger les souffrances dont ils portent le joug, pour leur ouvrir les portes de la réussite et pour leur assurer une culture empreinte de respect. C’est à cela que les jeunes faisaient allusion lorsque, au cours de la Session extraordinaire consacrée aux enfants, en mai 2002, ils ont déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies : « Nous voulons un monde digne des enfants, car un monde digne de nous est un monde digne de tous. »

Un monde digne des enfants est le plan d’action du Canada pour construire un tel monde. Des Canadiens de tous les âges et de tous les secteurs de la société ont réfléchi et apporté leurs idées à sa conception. C’est le soutien des familles et le renforcement des collectivités qui sont ressortis comme les thèmes centraux, lorsque nous cherchions ensemble à forger une stratégie solide en vue d’améliorer la situation des enfants du Canada et du monde.

Nous souhaitons que ce document entraîne des changements réels. C’est pourquoi nous invitons tous ceux qui le liront à s’engager. Au Canada, nous le savons, même si la majorité des enfants grandissent dans de bonnes conditions, il reste de nombreux problèmes à régler. Quant aux enfants du monde, les multiples obstacles qui les attendent paraissent insurmontables. Pourtant, les raisons d’espérer ne manquent pas. En tant que Canadiens, j’en ai la certitude, nous pouvons être fiers de la vision commune qui a servi à façonner Un monde digne des enfants et avoir bon espoir que ces principes nous guideront vers un avenir meilleur pour nous tous.

Sénatrice Landon Pearson

 

Un message des jeunes de la CEERT

En participant à l’élaboration d’Un Canada digne des enfants, les enfants et les jeunes que nous sommes se sont engagés de façon significative dans le processus valorisant et exceptionnel qui vise à intégrer les droits des enfants dans la société canadienne pour réduire l’écart entre les objectifs visés et la réalité.

En mai 2002, la Session extraordinaire consacrée aux enfants a établi un précédent historique en faisant participer activement des jeunes à une réunion de l’Assemblée générale. Le gouvernement du Canada avait ouvert la voie en amenant des jeunes comme délégués officiels aux réunions des comités régionaux et des comités préparatoires à la Session extraordinaire, en Jamaïque et à New York.

Cinq jeunes délégués canadiens qui avaient assisté aux réunions internationales se sont retrouvés en août 2002 et ont créé la Child Engagement Experts Resource Team (CEERT). Nous, jeunes de la CEERT, avons participé à l’élaboration d’Un Canada digne des enfants. Des enfants et des adolescents de tout le Canada ont apporté leurs visions et leurs perspectives passionnantes sur ce que doit être un Canada digne des enfants. Nous nous sommes exprimés en toute égalité, aux côtés de nos homologues adultes, qui ont reconnu notre désir et notre droit de participer.

Le Canada doit façonner son avenir au moyen de son bien le plus précieux : les enfants et les jeunes d’aujourd’hui. Nos préoccupations, nos rêves et nos voix sont spécifiques et valables. Nos expériences quotidiennes nous donnent une vision irremplaçable de notre propre réalité.

Nous pouvons affirmer avec fierté que l’engagement reconnu du Canada en faveur des enfants se poursuit dans la promotion continue des droits des enfants, allant de l’adoption et de la ratification de la Convention relative aux droits de l’enfant jusqu’au soutien à la création de la CEERT. Toutefois, le mouvement en faveur des droits des enfants s’est traduit et doit se traduire par l’engagement et l’investissement des enfants autant que des adultes. La mise en oeuvre d’Un Canada digne des enfants influera directement sur notre avenir et sur celui du pays. Le résultat final doit continuer d’être déterminé par la participation des enfants, que faciliteront les organisations et les groupes comme la CEERT, en collaboration avec les décideurs de tous les paliers de la société. Chaque promesse et chaque action nous rapprochent un peu plus de notre rêve : une collectivité, une province, une ville, un pays et même un monde qui soient dignes des enfants et dignes de nous tous!

Alison B. — Amy R. — Candis C. — Ellen K — Giselle R.
Lisa W. — Myron W. — Nikki S. — Rebecca D. — Jacqui P.

Les jeunes membres du comité directeur de la Child Engagement Experts Resource Team

 

UN CANADA DIGNE DES ENFANTS

I.    PRÉFACE

1.     En mai 2002, plus de 7 000 personnes venues du monde entier se sont réunies à New York pour participer à la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants, la plus importante rencontre internationale sur cette question depuis plus de dix ans. S’y sont retrouvés des chefs d’État et de gouvernement, des délégués de haut niveau, des représentants d’organisations non gouvernementales et des centaines de garçons et de filles de neuf à dix-huit ans. Ce fut l’occasion pour les gouvernements de s’associer à la société civile pour examiner les progrès accomplis depuis le Sommet mondial pour les enfants de 1990; cerner les nouveaux problèmes; et renouveler l’engagement de la communauté internationale envers les enfants du monde.

2.     À la fin de la Session extraordinaire consacrée aux enfants, les pays ont adopté à l’unanimité une déclaration et un plan d’action. Ce document, Un monde digne des enfants, est le résultat de trois années de négociations intenses et le fruit d’un remarquable consensus mondial sur des stratégies et des actions visant à améliorer la situation des enfants du monde. Un monde digne des enfants définit quatre champs d’action prioritaires : promouvoir une vie plus saine; offrir une éducation de qualité; protéger les enfants contre la maltraitance, l’exploitation et la violence; et lutter contre le VIH/sida. Il contient un plan mondial d’action axé sur les intérêts supérieurs de l’enfant, qui précise ce que les pays doivent faire pour et avec les enfants. Tous les gouvernements présents à la session extraordinaire se sont engagés à aller de l’avant, et chacun a promis d’élaborer un plan d’action national adapté à ses propres particularités.

3.     Un Canada digne des enfants, le plan d’action national du Canada, a été élaboré en association avec tous les secteurs de la société, les divers paliers de gouvernement, et des enfants. Il reflète l’opinion que nous ont donnée les Canadiens sur ce qu’ils estiment être les principaux problèmes touchant les enfants et propose des moyens à prendre pour améliorer le sort des enfants d’ici et d’ailleurs. Il contient une feuille de route destinée à guider les efforts collectifs que nous ferons pour et avec les enfants. Parmi les outils de surveillance des progrès et des résultats proposés, on trouvera, à titre d’exemples, des balises directionnelles, des étapes de programmation et des investissements à l’intention du gouvernement du Canada. Le document appelle à l’adoption de stratégies qui soient axées sur l’enfant, plurisectorielles, prospectives et concertées. Certains problèmes nouveaux y sont signalés, et des moyens destinés à promouvoir et à protéger les droits des enfants, notamment une meilleure sensibilisation des gens à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, y sont définis.

4.     Un Canada digne des enfants contient une déclaration sur l’engagement du Canada à l’égard des enfants, un exposé de la vision canadienne pour les enfants, qui met en lumière le solide programme dont le Canada s’est doté à cet égard, et un plan d’action issu d’un consensus à propos des buts, des stratégies et des possibilités d’agir sur les priorités essentielles, selon quatre thèmes centraux : appuyer les familles et renforcer les collectivités; promouvoir une vie saine; protéger les enfants et promouvoir l’éducation et l’apprentissage.

5.     Dans ce Plan d’action, le terme « nous » vise à englober toutes les personnes qui, au Canada, s’occupent ou ont la charge d’enfants, de même que les enfants eux-mêmes; et le mot « enfant », selon la définition contenue dans la Convention relative aux droits de l’enfant, désigne tout être humain âgé de moins de 18 ans.


II.   DÉCLARATION

6.     Un pays qui croit en l’avenir accorde de la valeur à ses enfants. Tourné vers demain, le Canada a un grand sens des responsabilités. Nous croyons que les enfants devraient être bien préparés à mener une vie responsable au sein d’une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de dignité, de tolérance, d’égalité et de solidarité.

7.     Reconnaissant l’importance de l’enfance et du rôle que les enfants jouent dans la société, le Canada, dans son Plan d’action, réitère son engagement à respecter les droits et à assurer le bien-être de tous les enfants, en vue de mettre en place un Canada et un monde dignes des enfants. Le Canada est déterminé à continuer de travailler pour améliorer les chances des enfants vivant dans d’autres parties du monde en promouvant la paix, la sécurité et la prospérité, ainsi que l’éducation pour tous, et en axant ses efforts sur les valeurs qui sont chères aux Canadiens, à savoir le respect pour la démocratie, les droits humains, l’égalité, la diversité et la protection de l’environnement.

8.     Au Canada, nous sommes fiers de notre diversité. Notre population est répartie sur un vaste territoire septentrional, dont les régions sont marquées par des différences linguistiques, économiques et démographiques. D’après Statistique Canada, en 2001, les enfants de moins de 18 ans étaient près de sept millions, soit 24 pour cent de la population. Parmi eux, on comptait un peu plus de 380 000 enfants autochtones et 1,1 million d’enfants des minorités visibles (dont 30 pour cent étaient des immigrants ou des non-résidents permanents). Le pays comporte de grandes régions rurales et des centres urbains très peuplés. Nous partageons, avec notre puissant  voisin du sud, la frontière non défendue la plus longue du monde. Notre société est à la fois pluriculturelle, pluriethnique, pluriraciale et pluriconfessionnelle. Nous nous considérons comme tolérants, rassembleurs et modernes et reconnaissons que nos enfants grandissent dans des structures familiales de plus en plus variées.

9.     Nous sommes fiers de nos traditions démocratiques et de nos libertés individuelles et politiques, garanties par la Constitution et par la Charte canadienne des droits et libertés, et protégées par des lois, ainsi que des politiques et programmes gouvernementaux. Le Canada est une fédération composée de dix provinces et de trois territoires septentrionaux, et notre Constitution confère des pouvoirs législatifs et exécutifs particuliers aux paliers fédéral et provincial/territorial. S’il est vrai que chaque palier de gouvernement exerce sa compétence dans certains domaines, le Canada repose sur un fédéralisme coopératif, qui suppose un dialogue continu. Au sein de la fédération, une province, le Québec, a été reconnue par le Parlement comme constituant une société distincte en raison de sa majorité francophone, de sa culture spécifique et de sa tradition civiliste. Le Canada a deux langues officielles, le français et l’anglais, et la dualité linguistique fait partie de son identité collective. Les droits des peuples autochtones du Canada sont garantis par la Constitution, qui reconnaît trois groupes d’autochtones – les Indiens, les Métis et les Inuit – possédant des patrimoines, des langues, des pratiques culturelles et des croyances spirituelles spécifiques.

10.   Au Canada, les parents (et les tuteurs légaux désignés le cas échéant) sont responsables au premier chef de donner aux enfants de l’affection et une éducation. Il revient aux pouvoirs publics et à la société de mettre en place les cadres législatifs et stratégiques, les structures institutionnelles et organisationnelles,  les soutiens, financiers et autres, et les services nécessaires pour que les familles puissent assurer le sain développement de leurs enfants. Toutefois, si celles-ci sont incapables de s’occuper des enfants, il incombe aux gouvernements et à la société de leur assurer un soutien et de faire en sorte qu’ils soient pris en charge et protégés. Au Canada, nous reconnaissons également que les enfants eux-mêmes ont d’importantes contributions à fournir dans les décisions qui concernent leur propre développement, de même que celui de leurs collectivités.

11.   Nous affirmons avoir l’obligation de promouvoir et de protéger les droits fondamentaux de tous les enfants. Le Canada est partie à la Convention relative aux droits de l’enfant – le traité sur les droits humains qui a reçu l’adhésion la plus unanime de l’histoire. Au Canada et dans tous les pays qui l’ont ratifiée, la Convention est devenue l’instrument de référence, le fondement essentiel en ce qui concerne le respect des droits des enfants. Les engagements du Canada sont conformes aux quatre principes directeurs de la Convention : l’intérêt supérieur de l’enfant; la survie et le développement; la participation; et l’absence de discrimination. Comme tous les droits humains, les droits de l’enfant sont universels, indivisibles, interdépendants et interreliés.

12.   Chacun d’entre nous peut apporter quelque chose de positif à la vie d’un enfant. Engageons-nous donc tous à collaborer à l’édification d’un Canada et d’un monde dignes des enfants – un monde dans lequel les enfants soient aimés et respectés, où tous les garçons et toutes les filles puissent profiter de leur enfance et grandir en bonne santé, dans la dignité et dans la paix.

III. VERS UNE VISION CANADIENNE COMMUNE POUR LES ENFANTS

13.   En assumant un rôle de chef de file lors du Sommet mondial pour les enfants, en 1990, et en ratifiant la Convention relative aux droits de l’enfant, en 1991, le Canada a reconnu que la dignité inhérente et les droits égaux et inaliénables de tous les membres de la famille humaine, y compris les enfants, sont le fondement nécessaire de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. Depuis cette date, nous élaborons, pour les enfants du Canada et du monde, une vision commune, à la mesure de l’importance que nous leur accordons.

14.   À la suite du Sommet mondial pour les enfants, le Canada a présenté aux Nations Unies un plan d’action national intitulé Grandir ensemble. En 1993, une loi du Parlement a fait du 20 novembre la Journée nationale de l’enfant, l’occasion de célébrer les enfants du Canada et de sensibiliser le public à la Convention relative aux droits de l’enfant. Notre pays a déposé devant le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies deux rapports périodiques sur la mise en oeuvre de la Convention. En 2002, le Canada a joué un rôle important dans les préparatifs de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants – la rencontre qui a suivi le Sommet mondial sur les enfants –, y compris pendant les négociations entourant la déclaration mondiale et le plan d’action, Un monde digne des enfants. Sa présence active lors de la Session extraordinaire elle-même a été reconnue, et nous sommes particulièrement fiers de notre appui à la participation active des enfants tout le long du processus.

15.   En décembre 1997, le Canada a été le premier État à ratifier la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (la Convention sur les mines antipersonnel); et, en juin 2000, il a été le premier à adopter une législation complète d’application du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, qui oblige les particuliers à rendre compte des crimes qu’ils commettent contre l’humanité, notamment contre les enfants. En juillet 2000, le Canada a été le premier pays à ratifier le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant l‘implication d’enfants dans les conflits armés. En septembre 2000, notre pays a organisé une conférence internationale innovante sur les enfants touchés par la guerre.

16. L’engagement de longue date du Canada en faveur des enfants et la mise en oeuvre de la Convention relative aux droits des enfants nous ont incités à agir pour eux. Nos efforts combinés, au Canada et sur la scène internationale, ont accru notre connaissance des facteurs qui favorisent le bien-être des enfants et de leurs familles et ont contribué à notre compréhension du rapport entre les droits et le développement de l’enfant.

 (1) Le bien-être des enfants du Canada : Une responsabilité partagée

17. Le bien-être des enfants est une responsabilité que partage toute la société canadienne. Certes, c’est aux parents d’abord qu’il revient d’apporter des soins et de l’affection à leurs enfants, mais nous reconnaissons que les familles s’inscrivent dans le contexte des collectivités, des milieux de travail et des établissements publics. Le rôle des pouvoirs publics est de veiller à ce que chacun de ces milieux fonctionne, individuellement et ensemble, de manière à appuyer les familles avec des enfants et les enfants au sein des familles.

18.   En vertu de la Constitution du Canada, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux sont responsables de plusieurs domaines qui touchent la vie des enfants. Manifestement, pour que les enfants soient avantagés, la collaboration entre juridictions est indispensable. La coopération entre les paliers fédéral, provincial et territorial en ce qui concerne les enfants s’est considérablement améliorée au cours de la dernière décennie. En 1996, les premiers ministres ont convenu que les enfants et les familles constitueraient une priorité d’action conjointe.

19.   Le Plan d’action national pour les enfants, établi par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, en consultation avec le public, définit une vision partagée qui fera en sorte que les enfants du Canada aient les moyens nécessaires pour réaliser leur plein potentiel. Cette vision commune est assortie d’objectifs visant à ce que les enfants soient : en bonne santé (physiquement et émotionnellement); protégés et en sécurité; en mesure de bien apprendre; de même qu’engagés et responsables sur le plan social. Le Plan d’action national pour les enfants propose en outre six modalités d’action collective pour améliorer le bien-être des enfants du Canada : favoriser le développement de la petite enfance; soutenir les parents et renforcer les familles; améliorer la sécurité du revenu des familles; offrir des expériences d’apprentissage dès la petite enfance et de façon continue par la suite; promouvoir le sain développement des adolescents; et créer des collectivités sûres, solidaires et libres de toute violence. L’Entente sur le développement de la petite enfance, annoncée par les premiers ministres en septembre 2000, a été le premier point de cet ordre du jour à être soulevé. En vertu de l’Entente, des investissements sont faits dans des programmes et des services conçus expressément pour les enfants de moins de six ans et leurs familles, dans quatre domaines d’action : promouvoir la santé des femmes enceintes, des nouveau-nés et des jeunes enfants; améliorer l’aide aux parents et aux familles; améliorer le développement des jeunes enfants, les soins qu’ils reçoivent et leur capacité d’apprentissage; et renforcer les soutiens communautaires.

 (2) Comment se portent les enfants du Canada

20.   Dans l’ensemble, ils se portent bien. Ils ont accès à des systèmes d’éducation et de soins de santé universels qui comptent parmi les meilleurs du monde. Dans leur majorité, ils naissent en bonne santé et le demeurent. Ils vivent dans des familles aimantes et dans des collectivités qui les soutiennent. Le nombre des familles à faible revenu est plus bas aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été au cours des dix dernières années. Les enfants sont prêts à apprendre lorsqu’ils arrivent à l’école et ils y réussissent. Toutefois, les enfants du Canada ne se développent pas tous aussi bien. Les enfants autochtones, les enfants handicapés, ceux qui vivent en région éloignée, ceux qui appartiennent à des familles monoparentales, qui reçoivent l’assistance sociale, dont les parents sont des immigrants récents ou qui sont réfugiés, ont plus de chances d’être désavantagés économiquement, avec les risques que cela comporte. Nous reconnaissons aussi que tous les enfants sans exception sont exposés, un jour ou l’autre, à de multiples risques qui, potentiellement, menacent leur santé et leur bien-être.

21.   Le gouvernement du Canada a défini la santé de la population, le maintien et l’amélioration de la santé de toute la population et la réduction des inégalités sur le plan de la santé entre les groupes qui constituent la population, comme la démarche idéale de l’élaboration des programmes et des politiques. La santé de la population déborde largement les indicateurs traditionnels (comme la maladie ou la déficience) pour englober toute la gamme des facteurs et conditions collectifs – et leurs interactions – dont on sait qu’ils sont liés à l’état de santé. Communément appelés « déterminants de la santé », ces facteurs sont actuellement : le niveau de revenu et le statut social; les réseaux de soutien social; l’éducation; l’emploi et les conditions de travail; les environnements sociaux; les environnements physiques; les habitudes de santé et la capacité d’adaptation personnelles; le développement de la petite enfance; le patrimoine biologique et génétique; les services de santé, le sexe; et la culture.

22.   D’après l’ensemble de nos recherches et de nos connaissances, trois conditions favorables se révèlent essentielles au sain développement de l’enfant : un revenu familial suffisant; des parents qui jouent bien leur rôle au sein de familles fortes et unies; et des collectivités solidaires et bienveillantes.

23.   Les familles doivent être en mesure de répondre aux besoins financiers de leurs enfants – non seulement pour satisfaire à leurs besoins essentiels comme l’alimentation, le vêtement et le logement, mais aussi pour leur offrir des expériences enrichissantes qui favorisent l’éclosion de leurs talents et encouragent leur participation, avec leurs pairs, aux activités saines et stimulantes qui favorisent leur développement social et leur intégration dans la vie collective. Toutefois, divers facteurs comme l’absence de logements abordables, le manque d’accès à des services de garde, une mauvaise santé chronique, des parents peu scolarisés et un marché du travail restreint peuvent également influer sur la capacité des familles d’atteindre à la sécurité financière. Faire en sorte qu’au moins un des deux parents ait un emploi stable et correctement rémunéré est certainement le meilleur moyen de prévenir et réduire la pauvreté. Cependant, en 2001, le taux de chômage au Canada tournait autour de 7,2 pour cent, et 11,4 pour cent des familles avec des enfants disposaient d’un revenu faible, selon la grille des seuils de faible revenu (SFR) après impôt sur le revenu de Statistique Canada, qui est fixée selon la proportion du revenu annuel qui est consacré aux besoins essentiels comme les aliments, le logement et les vêtements. Le SFR indique quelles sont les familles qui dépensent une partie beaucoup plus élevée que la moyenne de leur revenu pour satisfaire leurs besoins essentiels.

24.   Nous connaissons tous l’importance de l’attention parentale dans le développement de l’enfant. Les enfants sont moins exposés aux problèmes d’apprentissage et de comportement si leurs parents les soutiennent, les écoutent et leur assurent une stabilité. Certes, les parents sont aujourd’hui souvent soumis à des tensions, mais ils sont résolus à bien élever leurs enfants. En outre, les recherches nous apprennent qu’une attention parentale efficace peut protéger les enfants contre beaucoup des risques associés à un statut socioéconomique faible, tandis qu’une attention parentale insuffisante peut saper les avantages d’une bonne situation économique et entraîner un piètre développement.

25.   Des milieux de travail bienveillants, où sont appliquées des politiques et des pratiques favorables aux familles, des ressources à l’échelle locale et des réseaux sociaux, ce sont là certains des moyens qui aident les parents à être plus efficaces et les enfants à réussir. Des collectivités sûres, qui offrent des contextes de vie sains et stimulants et qui donnent accès à des programmes et à des services, représentent une contribution importante au bien-être des enfants et des familles. S’agissant des tout petits, il est particulièrement important de leur offrir un enseignement et des soins adaptés linguistiquement et culturellement, pour les préparer à apprendre durant toute leur vie.

 (3) Appuyer les enfants et les familles du Canada

26.   Le gouvernement du Canada, en partenariat avec les provinces, les territoires et d’autres intervenants a effectué de nombreux investissements importants au cours de la dernière décennie, afin que les familles disposent d’un revenu adéquat, que les parents soient capables de bien assumer leurs responsabilités et que les enfants aient accès à des programmes et services communautaires qui favorisent leur sain développement.

27.   Les progrès récemment accomplis par le Canada en matière de croissance économique et de création d’emplois aident à réduire la pauvreté et à faire en sorte qu’un plus grand nombre de familles disposent des ressources dont elles ont besoin pour s’occuper de leurs enfants. De plus, la Prestation fiscale canadienne pour enfants, bonifiée à maintes reprises depuis sa création en 1997, offre un versement mensuel non taxable qui aide les parents à subvenir aux besoins de leurs enfants. Dans le cadre de la Prestation nationale pour enfants (PNE) – initiative conjointe lancée en 1998 en association avec les provinces et les territoires –, le gouvernement du Canada verse des prestations de revenu aux familles défavorisées afin d’atténuer la pauvreté infantile et d’encourager les parents à demeurer dans la population active. La contribution à la PNE des provinces, des territoires et des Premières nations consiste à réinvestir dans des avantages et des services destinés à appuyer les familles à faible revenu ayant des enfants, dans des domaines comme les services de garde, les prestations pour enfants et les suppléments de revenu, les services à la petite enfance, les prestations supplémentaires pour soins médicaux, y compris pour soins dentaires, et autres services de prévention. Parmi les autres mesures qui aident les familles avec enfants, citons le crédit pour taxe sur les produits et services/taxe harmonisée, la déduction pour frais de garde d’enfants, le programme de la Subvention canadienne pour l’épargne-études, le Programme canadien de prêts aux étudiants et le Crédit pour études.

28.   Pour tenir compte des dépenses extraordinaires que doivent engager les parents d’enfants gravement handicapés, le gouvernement du Canada a amélioré un certain nombre de mesures et de programmes fiscaux, notamment le Crédit d’impôt pour personnes handicapées et le Supplément afférent, le Crédit d’impôt pour frais médicaux, la déduction pour frais de garde d’enfants pour les enfants handicapés, les transferts de régimes enregistrés d’épargne-retraite et de fonds enregistrés d’épargne-retraite en faveur d’enfants ayant une déficience, les subventions canadiennes pour les étudiants handicapés et une nouvelle Prestation pour enfants handicapés à l’intention des familles à revenu faible et modeste, mise en place en 2003.

29.   Le gouvernement du Canada a également pris une série de mesures visant à soutenir par d’autres moyens les parents en tant que premiers pourvoyeurs de soins de leurs enfants. En 2000, les prestations parentales et de maternité offertes dans le cadre du programme d’assurance-emploi ont été prolongées jusqu’à un an pour permettre aux parents de rester à la maison et de s’occuper d’un enfant nouveau-né ou nouvellement adopté. En vertu de l’Entente sur le développement de la petite enfance, le gouvernement du Canada transfère des fonds chaque année aux gouvernements provinciaux et territoriaux, en appui à l’amélioration et à l’élargissement des programmes et des services en faveur de la petite enfance. En 2003, le gouvernement fédéral s’est engagé à améliorer l’accès à des programmes abordables et de bonne qualité de garderies et d’apprentissage précoce, lesquels sont régis par les provinces et les territoires, par le truchement du Cadre multilatéral pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants. Comme il l’a annoncé dans le budget de 2004, le gouvernement du Canada accordera, en 2004-2005 et en 2005-2006, des fonds supplémentaires aux provinces et aux territoires en vertu du Cadre multilatéral, ce qui signifie plus de soins de qualité pour les enfants, et plus rapidement.

30.   Au Canada, nous prisons notre système d’enseignement primaire et secondaire accessible à tous. L’éducation est une sphère de responsabilité provinciale et territoriale, sauf en ce qui concerne les enfants indiens inscrits vivant dans des réserves. Pour ces derniers, c’est le gouvernement fédéral qui assume la responsabilité de leur éducation. Aussi, verse-t-il des fonds à ce titre aux Premières nations, qui administrent les programmes scolaires dans les réserves ou prennent des dispositions pour envoyer les élèves dans des écoles provinciales.

31.   En 2002, le gouvernement du Canada a créé la Stratégie de justice familiale axée sur l’enfant, qui aide les parents à se concentrer sur les besoins de leurs enfants après une séparation ou un divorce et à minimiser les problèmes. La Stratégie tâche de fournir aux parents des outils qui les aident à prendre des arrangements parentaux répondant aux intérêts supérieurs de leurs enfants. Cette stratégie s’appuie sur les nouvelles mesures de soutien aux enfants, entrées en vigueur en 1997, qui comportent des lignes directrices fédérales en matière de soutien aux enfants et des mesures supplémentaires d’application de la loi destinées à aider les provinces et les territoires à faire respecter les obligations alimentaires.

32.   Le gouvernement continue d’appuyer une série de programmes ciblés émanant des collectivités, destinés aux enfants et à leurs parents, comme le Programme d’action communautaire pour les enfants, le Programme de nutrition prénatale du Canada, et le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones. Ces programmes et services permettent aux familles et aux collectivités de favoriser la bonne santé et le développement social des enfants et des familles qui vivent dans un contexte difficile. De plus, à travers l’Initiative de lutte contre la violence familiale, un vaste éventail de démarches de prévention et d’intervention ont été mises en place afin de mieux protéger les enfants et les familles.

33.   Un peu partout au Canada, dans toutes les zones de compétence, le bien-être des enfants et des familles est un domaine d’action prioritaire. La plupart des gouvernements provinciaux et territoriaux ont commencé à chercher les moyens de prendre en compte le caractère complexe et intersectoriel des questions relatives aux enfants et à leurs familles. Des provinces comme l’Alberta, la Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Québec ont confié la responsabilité des enfants et/ou de la famille à certains ministères précis. En 1996, la province de Nouvelle-Écosse a créé le Child and Youth Action Committee (CAYAC) comme moyen pour les ministères provinciaux qui partagent la tâche d’assurer des services aux enfants et aux jeunes de coordonner leur élaboration des politiques. En 2000, le Manitoba a créé un comité de haut niveau comparable appelé Comité du cabinet sur les enfants en santé. Cette province annonce que le sain développement des enfants et des adolescents compte parmi ses grandes priorités. Comme autres exemples, signalons l’Île-du-Prince-Édouard qui a créé le Children’s Secretariat pour aider le Premier’s Council on Healthy Child Development, ou encore le Nunavut, qui a formé le Children First Secretariat, un comité interministériel de sous-ministres. Enfin, le Québec investit d’importantes ressources aux fins d’une démarche intégrée des services à l’enfance et à la famille, de manière à favoriser le développement de l’enfant et l’égalité des chances. Ce mécanisme accorde un poids particulier à l’intervention précoce, notamment par des mesures de soutien du revenu familial et de programmes d’apprentissage précoce et de garderies (par exemple, des centres pour la petite enfance et des services de garderies après l’école offerts à des prix minimes).

34.   Un certain nombre de gouvernements provinciaux ont également nommé des défenseurs des enfants et des jeunes. Certes leurs mandats diffèrent, mais, ils se concertent au sein du Canadian Council of Provincial Child and Youth Advocates, afin de partager un même engagement à faire valoir la voix, les droits et la dignité des enfants. Font partie de ce groupe : cinq protecteurs des enfants nommés par des provinces (Alberta, Manitoba, Terre-Neuve, Ontario et Saskatchewan); la section des enfants du bureau de l’Ombudsman, de Nouvelle-Écosse; la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec; et le Child and Youth Officer, de Colombie-Britannique. Dans l’ensemble, les défenseurs des enfants sont habilités à faire en sorte que les droits des enfants et des jeunes soient respectés et valorisés dans nos collectivités, ainsi que dans les pratiques, politiques et lois des pouvoirs publics; promouvoir les intérêts et agir comme porte-parole des enfants qui ont des ennuis avec les services provinciaux; faire de la sensibilisation auprès du public; travailler à la résolution de différends et mener des enquêtes indépendantes; recommander au gouvernement et/ou à l’assemblée législative des moyens d’améliorer les programmes pour les enfants.

 (4) Favoriser la santé des enfants du Canada

35.   La responsabilité qui incombe aux gouvernements de protéger la santé des citoyens est une composante essentielle du contrat social canadien. La santé publique, que l’on définit comme les efforts organisés déployés par la société pour protéger, promouvoir et rétablir la santé de toute la population, exerce trois fonctions principales : la prévention et le contrôle des maladies et des blessures; la protection contre les menaces sanitaires; et la promotion de la santé. Au Canada, les efforts de santé publique comprennent des programmes et des services touchant les maladies contagieuses (infectieuses) et non contagieuses (chroniques); les blessures; les menaces contre la santé, comme les toxines environnementales; la malnutrition; les polluants; et l’insécurité des aliments et des réserves de sang. Les interventions actuelles sont concentrées sur les menaces individuelles en matière de santé, comme certaines maladies ou conditions spécifiques, par exemple le diabète, et sur la promotion des facteurs de protection, comme une vie saine. Les enfants en comptent parmi les premiers destinataires.

36.   D’autre part, le Canada offre un système de soins de santé financé par le secteur public, assuré par le truchement de treize régimes d’assurance-santé provinciaux et territoriaux imbriqués et liés entre eux du fait de leur adhésion à des principes nationaux fixés à l’échelon fédéral : gestion publique, intégralité, universalité, transférabilité et accessibilité. Le but de ce système est de faire en sorte que tous les assurés, y compris les enfants, aient un accès satisfaisant à une gamme de biens et services nécessaires médicalement, sans égard aux obstacles financiers ou autres. Le programme des services de santé non assurés du gouvernement du Canada offre, aux Indiens inscrits et aux Inuit reconnus (sans égard à leur lieu de résidence), des biens et services nécessaires mais qui ne sont pas couverts par les autres programmes privés ou provinciaux/territoriaux. En février 2003, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, se sont engagés à accélérer la réforme des soins de santé primaires, afin que tous les citoyens, y compris les enfants, profitent de services intégrés de soins de santé primaires. Pour appuyer les efforts de renouvellement déployés par les provinces et les territoires, le Fonds pour la réforme de la santé leur transférera des ressources financières pendant cinq ans, afin de leur permettre de respecter les priorités que sont la réforme des soins primaires, les soins à domicile et la couverture des médicaments onéreux. Cela s’ajoute au Fonds pour l’adaptation des soins de santé primaires, créé par le gouvernement du Canada en 2000 pour appuyer le renouvellement des soins de santé primaires destinés à tous les groupes d’âge, aux niveaux provincial, territorial et fédéral.

37.   En septembre 2002, les ministres de la Santé fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de travailler ensemble à une Stratégie pancanadienne intégrée en matière de modes de vie sains. Les premiers points de mire de la Stratégie sont l’activité physique et une alimentation saine dans un contexte de poids-santé. Chaque année, plus des trois quarts des décès qui surviennent au Canada sont attribuables à quatre groupes de maladies non transmissibles : affections cardiovasculaires, cancer, diabète et maladies respiratoires. Les facteurs de risque qui conduisent à ces maladies, comme l’inactivité physique et une mauvaise alimentation, sont en augmentation, en particulier dans certains groupes vulnérables. La Stratégie en matière de modes de vie sains vise à réduire l’incidence des maladies non transmissibles en s’attaquant à leurs facteurs de risque communs et aux conditions sous-jacentes de la société qui y contribuent. Conformément à cet accent sur la vie saine, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables des sports ont endossé, en avril 2002, la Politique canadienne du sport. Celle-ci vise à créer un environnement sportif dynamique et de pointe, permettant à tous les Canadiens de s’engager avec plaisir dans une pratique sportive qui soit à la mesure de leurs capacités et de leurs intérêts et à un nombre croissant d’athlètes de se démarquer de façon constante aux plus hauts niveaux de compétition. Par ailleurs, le 15 juillet 2003, le Canada a signé la Convention-cadre pour la lutte antitabac. Il s’agit là du premier traité de santé publique élaboré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il énonce les obligations qui incombent aux gouvernements de s’attaquer aux enjeux liés au tabagisme, et notamment à ceux qui concernent les jeunes.

38.   Dans un effort pour protéger les enfants contre les risques et les contaminants de l’environnement, le gouvernement du Canada régit et renforce la protection de la santé et de l’environnement, par le truchement de mesures comme la Loi sur les produits antiparasitaires et la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. S’ajoutent à cela les alertes sur la sécurité et l’allergénicité des jouets, les contrôles des aliments et des drogues, et la réglementation de sécurité dans les domaines de ressort fédéral.

 (5) Promouvoir des collectivités saines, sûres et solidaires

39.   Tous les secteurs de la société canadienne travaillent de concert pour faire en sorte que les enfants et les familles profitent d’une société plus sûre, grâce à des collectivités saines et solidaires. La Stratégie nationale de prévention du crime, créée en 1998, aide les collectivités à élaborer des méthodes novatrices, conçues par les intéressés eux-mêmes, pour prévenir la criminalité et réduire la victimisation, grâce à une collaboration entre tous les paliers des pouvoirs publics et les collectivités. Elle insiste particulièrement sur les enfants et les jeunes à risque, les Autochtones et la sécurité personnelle des femmes.

40.   Le gouvernement du Canada s’est engagé à collaborer avec les provinces et les territoires afin d’améliorer le système de justice pour les jeunes. L’Initiative sur le renouvellement du système de justice pour les jeunes, annoncée en mai 1998, a amené l’adoption de nouvelles lois à large portée.

41.   Lancée en 1999, l’Initiative nationale pour les sans-abri – qui comprend l’Initiative de partenariats en action communautaire, la Stratégie pour les jeunes sans-abri et divers travaux de recherche – aide à répondre aux besoins urgents et essentiels des sans-abri, ainsi qu’à certains besoins en matière de logements de transition et de logements de soutien. De plus, en 2001, en partenariat avec les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral a lancé l’Initiative en matière de logements à prix abordable, qui vise à améliorer l’offre de logements locatifs abordables, principalement dans les centres urbains.

42.   Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux collaborent avec leurs partenaires, aux paliers national et international, afin de protéger les enfants contre les enlèvements d’enfants par le père ou la mère et pour qu’ils soient promptement renvoyés. Au Canada, le programme Nos enfants disparus et les Services nationaux des enfants disparus fournissent un solide appui aux familles et à la police.

43.   En 2002, le gouvernement a également apporté des modifications au Code criminel, afin de mieux protéger les enfants contre la maltraitance et l’exploitation. Ces modifications renforceront les dispositions contre la pornographie infantile, protégeront les enfants contre les relations d’exploitation sexuelle et augmenteront les sentences maximales liées aux infractions mettant en jeu des enfants. Dans le budget de 2004, le gouvernement du Canada a annoncé de nouveaux investissements qui permettront de lancer une stratégie nationale de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.

 (6) Améliorer le bien-être des enfants et des familles autochtones

44.   Le gouvernement du Canada collabore avec les communautés autochtones, les dirigeants et les Aînés, ainsi qu’avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, à l’amélioration du bien-être des enfants et des familles autochtones (Premières nations vivant dans les réserves et hors réserve, Métis, Indiens non inscrits et Inuit). Au Canada, tous les gouvernements sont certes responsables de la santé de leurs citoyens les plus jeunes, mais la santé des enfants des Premières nations vivant dans des réserves et des enfants inuit relève plus particulièrement, quoique pas exclusivement, du gouvernement fédéral. Dans le discours du Trône de 2004, le gouvernement du Canada a réitéré son engagement à faire en sorte que les enfants autochtones puissent prendre un meilleur départ dans la vie. Dans le budget de 2004, le gouvernement a annoncé des fonds supplémentaires pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants des Premières nations qui vivent dans les réserves; ce montant s’ajoute à l’investissement accru annoncé dans le budget de 2003.

45.   Depuis 1998, dans le cadre de l’initiative de Réinvestissement de la Prestation nationale pour les enfants des Premières nations, ces dernières réinvestissent les épargnes d’aide sociale dans des programmes et services pour les familles à faible revenu, dans des domaines comme la garde des enfants, la nutrition, le développement de la petite enfance, les soutiens pour l’emploi et la formation et l’amélioration des collectivités. En 1998, le gouvernement du Canada a lancé une initiative de réforme pédagogique, en association avec les intervenants et les communautés des Premières nations, afin de renforcer leur capacité de gestion et de gouvernance, d’améliorer la qualité des cours dispensés en classe, d’accroître la participation des parents et des communautés et de faciliter la transition entre l’école et le travail.

46.   La Stratégie fédérale de développement de la petite enfance autochtone et des Premières nations, annoncée en octobre 2002, complète l’Entente sur le développement de la petite enfance. La stratégie est conçue pour améliorer les programmes et les services existants, notamment le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones, l’Initiative visant la garde d’enfants chez les Premières nations et les Inuits et les mesures de prévention et d’appui concernant le trouble du spectre de l’alcoolisation foetale (TSAF), en insistant particulièrement sur les enfants des réserves. Le budget de 2003 a annoncé que des fonds seraient consacrés à l’amélioration de programmes d’apprentissage précoce et de garde pour les enfants autochtones, principalement pour ceux qui vivent dans les réserves. Ces appuis compléteront le transfert fédéral aux provinces et territoires à l’appui du Cadre multilatéral pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants. Le gouvernement du Canada soutient la prestation de services de bien-être de l’enfance qui soient culturellement adaptés et gérés par les Premières nations elles-mêmes. En 2000, de concert avec l’Assemblée des premières nations et divers organismes de services à l’enfance et à la famille des Premières nations, il a effectué une étude stratégique nationale sur les services à l’enfance et à la famille des Premières nations, qui devrait entraîner une amélioration sensible du système. Enfin, la Stratégie pour les Autochtones en milieu urbain, créée en 1998 et prolongée dans le budget fédéral de 2003, soutient des projets pilotes sur les nouveaux moyens à prendre pour mieux répondre aux besoins des populations urbaines autochtones, y compris les enfants et les familles. Il prévoit aussi des fonds supplémentaires pour régler enfants des Premières nations.certains problèmes critiques, comme le fort roulement de personnel parmi les enseignants dans certaines écoles des Premières nations et la nécessité de soutenir la participation des familles à l’éducation des

 (7) Faire fond sur nos connaissances

47.   Les interventions du Canada en faveur des enfants et des familles reposent sur un solide ensemble de connaissances des meilleures pratiques. Des investissements constants dans la recherche, la surveillance et l’amélioration des connaissances permettent aux Canadiens de suivre les progrès accomplis et de voir comment les enfants du Canada évoluent. Les initiatives dans ce sens sont entre autres : le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes, les Centres d’excellence pour le bien-être des enfants, l’Enquête sur les comportements liés à la santé des enfants d’âge scolaire, le Système canadien de surveillance périnatale, le Programme canadien de surveillance pédiatrique, l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités, l’Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants, le système de surveillance accrue des jeunes de la rue au Canada, l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ), la New Canadian Children and Youth Study, l’Enquête auprès des peuples autochtones, l’Aboriginal Children’s Survey, le Programme de partenariats pour le développement social et le Fonds de recherche de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) sur la protection des enfants. Ces initiatives ajoutent l’élaboration de connaissances quantitatives et qualitatives provenant de diverses enquêtes et statistiques, aux recherches à l’échelon local, ainsi qu’à la collecte et à l’échange de meilleures pratiques. De plus, dans le budget de 2004, politiques et les programmes les plus appropriés pour les jeunes et leurs parents. le gouvernement du Canada a annoncé un élargissement sensible de l’initiative Comprendre la petite enfance (CPE), qui permettra aux collectivités de prendre des décisions éclairées sur les meilleures

48.   Les mesures prises en faveur des enfants au cours des dix dernières années nous ont apporté une multitude d’expériences, qui nous permettent de déduire quelles sont les interventions les plus efficaces et les meilleures façons de structurer les actions gouvernementales pour aider les enfants. Nous avons appris que, pour être efficaces, les mesures en faveur des enfants doivent être très bien coordonnées à l’intérieur des administrations publiques et entre elles, ainsi qu’avec les autres partenaires et intervenants. Les recherches évoquées plus haut nous ont aussi enseigné que le cumul d’investissements sociaux forts et à large portée et d’une attention soutenue pour la prévention parmi les enfants les plus exposés peut améliorer le degré de bien-être et compenser les désavantages. En combinant des programmes universels et des initiatives plus ciblées, les gouvernements et leurs partenaires en arrivent à toucher la totalité des enfants et des familles et à prêter une attention spéciale à ceux qui en ont le plus besoin.

 (8) Soutenir les enfants du monde

49.   Au niveau mondial, la décennie 90, lourde de promesses, n’a apporté que des progrès modestes pour les enfants du monde. Côté positif, le Sommet mondial pour les enfants et l’entrée en vigueur de la Convention relative aux droits de l’enfant ont attiré les projecteurs politiques sur la question. Des dispositions et des mécanismes juridiques internationaux visant à renforcer la protection des enfants en ont résulté. Des engagements ont été pris à l’échelon régional.  Les efforts pour atteindre les objectifs du Sommet mondial des enfants ont été suivis de près au cours des années 1990 et ont eu beaucoup de résultats tangibles : moins nombreux sont les enfants qui aujourd’hui meurent de maladies évitables; l’éradication de la polio sera bientôt chose faite; et, grâce à l’iodation du sel, 90 millions de nouveaux-nés sont chaque année protégés contre une perte sensible de leur capacité d’apprentissage.

50.   Pourtant, de lourds défis demeurent. Plus de 10 millions d’enfants décèdent chaque année de causes évitables; 121 millions d’enfants ne sont pas scolarisés (dont 54 pour cent de filles); 150 millions d’enfants souffrent de faim et de malnutrition; et le VIH/sida se répand rapidement. La pauvreté persistante, les conflits armés, le fardeau des dettes et la menace qui pèse sur la santé et la sécurité sociale entraînent une insuffisance des investissements dans les services sociaux. De nombreux enfants sont victimes de discrimination et ne profitent pas des ressources et des services sociaux existants. Souvent aussi, les enfants sont empêchés de participer aux décisions qui les touchent directement. De plus, l’exploitation abusive par le travail, la vente et la traite d’enfants et d’adolescents, ainsi que diverses autres formes de maltraitance, d’exploitation et de violence, persistent toujours.

51.   Pour aider à relever ces défis mondiaux, le Canada s’est engagé à augmenter et à renforcer son aide publique au développement dans quatre domaines prioritaires du développement social. Les plans d’action pour l’éducation de base, la santé et la nutrition, ainsi que la lutte contre le VIH/sida, comportent une composante en faveur des enfants, tandis que le plan d’action relatif à la protection de l’enfance vise expressément les droits des enfants qui ont besoin d’une protection spéciale contre l’exploitation, la maltraitance et la discrimination.

52. L’expérience de la dernière décennie confirme que les besoins et les droits des enfants doivent figurer parmi les priorités des efforts mondiaux en faveur du développement. Plusieurs leçons essentielles sont à retenir : le changement est possible – et les droits des enfants constituent un excellent point de ralliement; les politiques doivent prendre en compte aussi bien les facteurs immédiats qui touchent ou excluent tel ou tel groupe d’enfants, que les causes plus profondes et plus vastes de l’insuffisance des protections et des violations de droits; il faut privilégier les interventions ciblées qui donnent des résultats rapides, sans négliger la durabilité et les processus de participation; enfin, les efforts doivent s’appuyer sur la résilience et la force des enfants eux-mêmes. Les programmes multisectoriels centrés sur la petite enfance et le soutien aux familles, particulièrement celles qui sont à hauts risques, méritent un soutien spécial, parce qu’ils apportent des résultats durables sur les plans de la croissance, du développement et de la protection des enfants.

 

IV. PLAN D'ACTION

53.   Nul gouvernement, organisme ou particulier ne peut s’attaquer aux multiples problèmes qui touchent les enfants d’aujourd’hui. Élaboré en étroite collaboration avec de nombreux partenaires, Un Canada digne des enfants traduit un consensus sur une variété de questions prioritaires pour les enfants. Tout au long du processus de consultation, on a vu se préciser un ensemble commun de principes, de priorités et de stratégies d’action. Le plan d’action offre donc une vision collective des mesures à prendre pour créer un Canada et un monde dignes des enfants. C’est un appel à l’action, qui définit des stratégies auxquelles tout le monde peut contribuer, à divers moments et selon des modalités différentes et qui invite tous les secteurs de la société – gouvernements, organisations et particuliers, enfants y compris – à en assurer collectivement la réalisation.

 A. Créer un Canada et un monde dignes des enfants

54.   « Nous voulons un monde digne de nous parce qu’un monde digne de nous est un monde digne de tous », ont déclaré les enfants lorsqu’ils se sont exprimés devant l’Assemblée générale, à la Session extraordinaire consacrée aux enfants. Il nous ont ensuite rappelé qu’il nous incombait à tous de créer ce monde. Chacun reconnaît que les familles, les voisinages, les écoles, les groupes de pairs et la collectivité dans son ensemble ont une influence sur la vie des enfants. Mais cela est vrai aussi des politiques et programmes des gouvernements, du contexte de travail des parents et des pourvoyeurs de soins, des caractéristiques matérielles et du climat social des collectivités où les enfants grandissent, y compris la culture qui les entoure d’une façon générale. Tous nous participons au façonnement du monde dont hériteront les enfants, que nous en soyons conscients ou non. Nous devons donc tous travailler ensemble à son amélioration, pour nous-mêmes et pour eux. Nous reconnaissons également qu’il s’agit d’un processus bidirectionnel. Non seulement les enfants peuvent être profondément influencés par les contextes multiples dans lesquels ils grandissent, mais ils peuvent également être eux-mêmes de puissants agents de changement culturel et social. Nous, au Canada, reconnaissons l’importance de la participation des enfants à leur sain développement, ainsi qu’au développement des collectivités dans lesquelles ils vivent et de la société dans son ensemble.

55.   Nous nous engageons à appliquer le Plan d’action selon les principes suivants, qui sont fondés sur des valeurs canadiennes :

 Reconnaissance du fait que les parents (et les tuteurs légaux) sont les premiers responsables des soins et du      bien-être des enfants

56    La famille constitue le milieu naturel où l’enfant est soigné et choyé. C’est là que l’enfant passe la majeure partie de son temps et que se déroule une part importante de son développement. Les familles sont elles-mêmes fortement influencées par les contextes matériel, social et culturel dans lesquels elles vivent. Ce Plan d’action reconnaît que le sain développement des enfants suppose une relation étroite entre les enfants et les parents, les tuteurs légaux, les autres membres de la famille, les autres pourvoyeurs de soins et les autres membres de la collectivité.

 Reconnaissance des rôles et responsabilités des pouvoirs publics

57.   La protection des enfants est fondamentale pour le Plan d’action. Tous les gouvernements du Canada sont déterminés à protéger les enfants contre les préjudices, à assurer leur sain développement et leur bien-être et à respecter leur dignité et leur résilience. Il est vrai que les parents ont la responsabilité première de la protection, du soin et de l’affection donnés aux enfants, une responsabilité que les gouvernements soutiennent. Néanmoins, il existe des cas où les familles éclatent ou sont incapables de fonctionner et où la société, par l’entremise du pouvoir qu’elle a délégué au gouvernement, doit donc agir pour maintenir les intérêts supérieurs de l’enfant, avant tout. En tant que société, nous partageons une responsabilité collective concernant la protection et la sécurité de tous les enfants, et nous devons travailler ensemble pour façonner et promouvoir une culture du respect.

 Respect pour la diversité des communautés, des cultures et des origines des enfants

58.   Les enfants du Canada proviennent de communautés et de milieux divers et possèdent des expériences variées. Beaucoup sont des immigrés de première ou de deuxième génération, issus de tous les coins du monde. Ils parlent de nombreuses langues, sont porteurs de cultures et de traditions diverses et vivent dans des contextes de toutes sortes, qui vont des centres urbains très animés aux villages éloignés du grand Nord. Nous reconnaissons la situation spécifique des enfants autochtones et acceptons l’obligation de collaborer avec les communautés autochtones à l’élaboration et à la mise en place de stratégies culturellement adaptées de soins, de protection et de promotion des droits de leurs enfants, afin qu’ils demeurent attachés à leur culture. Notre travail sur le plan international, pour et avec les enfants, exige une attitude analogue. Édifier un monde qui soit digne des enfants ne peut se faire que si nous reconnaissons la dignité inhérente de chaque enfant, sans exception.

 Assurer l’intégration sociale

59.   Tous les enfants doivent être préparés à devenir des participants à part entière, bien intégrés dans la société. Les discriminations subies peuvent avoir des conséquences graves sur leur santé et leur bien-être. Aucun enfant ne devrait être exclu en raison de sa race, de sa couleur, de son sexe, de sa langue, de sa religion, de son opinion politique ou autre, de son origine nationale, ethnique ou sociale, de sa situation financière, d’une déficience, de son orientation sexuelle, de son statut à la naissance ou d’un autre facteur. L’intégration sociale est l’un des meilleurs et des plus puissants moyens d’assurer le respect des droits des enfants. Il importe de créer des systèmes pluralistes, souples et adaptés et de veiller à réduire les disparités, à promouvoir la diversité et à mieux sensibiliser le public à l’importance de l’intégration sociale de tous les enfants.

 Participation des enfants

60.   Les enfants qui sont en mesure de se faire leur propre opinion ont le droit de l’exprimer librement, dans tous les dossiers qui les concernent, cette opinion devant être dûment prise en considération, compte tenu de leur âge et de leur niveau de maturité. La participation active à la prise de décisions diversifie les perspectives prises en compte dans le processus et favorise l’élaboration de politiques et de programmes plus pertinents et plus équitables, ainsi que l’obtention de résultats plus durables. Une participation significative des enfants accroît la capacité de ceux-ci à vivre une citoyenneté responsable et à respecter les principes démocratiques.

 Encourager la collaboration multisectorielle

61.   La nature interdépendante et indivisible des droits des enfants impose des interventions pluridimensionnelles, interjuridictionnelles et holistiques. La prestation d’un soutien efficace et adéquat aux enfants requiert un engagement constant de tous les secteurs de la société, notamment des secteurs public, non gouvernemental et privé.

 Partager les résultats de recherche, l’information et les meilleures pratiques

62.   La recherche joue un rôle essentiel pour ce qui est non seulement de trouver des solutions nouvelles, mais aussi de déterminer la nature du défi et de mesurer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs. Beaucoup de travail a été fait au Canada et dans d’autres pays pour étudier, analyser et examiner la situation et les besoins des enfants. Nous, au Canada, reconnaissons qu’il est important d’accroître nos connaissances pour faire en sorte que nos décisions soient fondées sur des données confirmées.

 Reconnaître et assumer nos responsabilités envers tous les enfants du monde

63.   Nous travaillons ensemble pour les enfants du Canada, certes, mais nous reconnaissons que les enfants de l’étranger, en particulier ceux des pays en développement et des pays en transition, représentent aussi une priorité. Les défis que constituent la pauvreté, la faim, la maladie, les catastrophes naturelles, les conflits armés et le terrorisme demeurent les obstacles les plus graves au respect des droits des enfants du monde. La politique étrangère du Canada et, plus particulièrement, son aide publique au développement, ainsi que le travail de nombreuses organisations non gouvernementales canadiennes, jouent un rôle important dans l’édification d’un monde digne des enfants. Le secteur privé a aussi une responsabilité à cet égard, surtout dans les pays où les entreprises font des affaires.

 B. Objectifs, stratégies et mesures pour le Canada

64.   Même si Un Canada digne des enfants se fonde sur Un monde digne des enfants, les thèmes de ce dernier texte y ont été remaniés et regroupés selon les quatre catégories suivantes, de manière à traduire les priorités définies par les Canadiens au cours du processus de consultation : appuyer les familles et renforcer les collectivités; promouvoir un mode de vie sain; protéger les enfants et promouvoir l’éducation et l’apprentissage.

 1. Appuyer les familles et renforcer les collectivités

65.   Les Canadiens reconnaissent que des familles et des collectivités solides sont essentielles au bien-être des enfants. Lorsque les parents sont soutenus dans leur capacité de donner à leurs enfants le meilleur départ possible dans la vie, toute la société en profite. Toutefois, les parents sont souvent assujettis à la nécessité de suivre le rythme des connaissances de l’économie et aux multiples autres exigences qui leur prennent du temps et de l’énergie. Comme la qualité de l’enfance est également influencée par les collectivités dans lesquelles les enfants vivent, jouent et apprennent, il est important que celles-ci soient sécuritaires et offrent toute une gamme de programmes et de services accessibles aux familles avec enfants. Il importe de reconnaître et de valoriser le rôle unique que jouent les amis et les voisins.

 Priorités d’action

 (a) Politiques favorables aux enfants et aux familles

66.   Les politiques qui sont appliquées dans les milieux de travail, la collectivité et le vaste contexte social façonnent notre vie quotidienne de citoyens. Il est essentiel de comprendre la façon dont les enfants et les familles sont touchés par les politiques que nous élaborons et appliquons. Les politiques favorables aux enfants et aux familles se définissent par leur capacité d’appuyer ceux-ci là où ils vivent, apprennent, jouent et travaillent. Ces politiques offrent des occasions d’intégration sociale et de participation.

67.   Dans notre action, nous soutiendrons et encouragerons la capacité des enfants et des adultes à travailler ensemble dans le cadre de partenariats concrets. Des politiques favorables aux enfants reconnaîtront le savoir-faire et la compréhension unique qu’ont les enfants à la fois de leur environnement local et des questions mondiales. Nous nous efforcerons d’assurer l’efficacité des campagnes de sensibilisation destinées aux filles, aux garçons et aux adolescents, en veillant à ce qu’elles soient accessibles, intégrées, adaptées sur le plan de l’âge et présentées sous une forme conviviale pour les enfants. Puisque nous partageons la responsabilité d’élever des enfants en bonne santé et de promouvoir et d’appuyer les familles, nous continuerons à travailler ensemble pour construire une société conviviale pour les enfants et habilitante pour les familles, grâce à des initiatives stratégiques enracinées culturellement, fondées sur la collaboration et responsables.

 (b) L'apprentissage et la garde des jeunes enfants

68.   Tous les enfants méritent un bon départ dans la vie. La petite enfance jusqu’à six ans est une période critique pour l’épanouissement et le développement de l’enfant. D’après les recherches sur le développement, l'apprentissage et la garde de qualité pendant la petite enfance ont une incidence favorable sur la vie de l’enfant. Un système complet de programmes d'apprentissage et la garde des jeunes enfants axé sur les principes de l’inclusion, de l’abordabilité, de l’accessibilité, de la qualité et du choix pour les parents peut procurer dès les premières années de la vie la stimulation et le soutien émotif propres à favoriser l’apprentissage, la santé et un comportement équilibré tout au long de l’existence.

69.   Nous avons déjà réalisé des progrès dans l’amélioration de l’accès à des programmes d'apprentissage et la garde des jeunes enfants qui sont à la fois abordables, réglementés et de bonne qualité. Conscients des besoins spéciaux de certains groupes, comme les enfants handicapés ou habitant en région rurale ou isolée, nous nous efforcerons d’offrir un large éventail de possibilités d'apprentissage et la garde pour chaque enfant, en collaboration avec les familles, les organismes communautaires, les entreprises et les syndicats.

 (c) Pauvreté

70.   Nul ne devrait être obligé de vivre dans la pauvreté, nul enfant surtout. Les conséquences d’une enfance passée dans la pauvreté peuvent nuire tout au long de la vie. Elles peuvent contribuer à un développement insuffisant et à l’exclusion sociale. La pauvreté est souvent associée à la malnutrition, à une santé physique et mentale déficiente et à des problèmes d’apprentissage. Les milieux dans lesquels vivent les enfants dont les parents sont pauvres sont souvent dégradés et peu sûrs.

71.   L’élimination de la pauvreté fait l’objet d’efforts considérables au Canada, mais il s’agit de ne pas baisser les bras, afin que tous les enfants aient un bon départ dans la vie. La sécurité du revenu, ainsi que la santé et le bien-être des enfants, sont des éléments déterminants du type de société que nous souhaitons. Nous ne devons jamais perdre de vue nos objectifs et appuyer les efforts déployés par les familles pour trouver du travail, obtenir un logement abordable, avoir accès à des soins de santé et saisir les occasions d’apprentissage.

72. Nous continuerons de travailler ensemble en vue d’assurer une grande variété de soutiens aux parents et aux familles, afin d’améliorer la situation des enfants. Chaque secteur a son rôle unique à jouer dans l’élimination de la pauvreté et, en collaborant, nous pouvons tirer profit des réalisations passées. En échangeant des renseignements sur les programmes, les services et les appuis aux familles, nous pouvons définir ce qui fonctionne bien pour les aider à sortir de la pauvreté et à créer des collectivités prospères. Nous accorderons une attention spéciale à ceux qui ont les besoins les plus grands, notamment les familles autochtones, les immigrants, les réfugiés, les enfants handicapés, les enfants dont les familles ont éclaté et les enfants de la rue.

 (d) Séparation et divorce

73.   Les familles qui éclatent ont besoin de soutiens spéciaux. La séparation et le divorce représentent des transitions éprouvantes qui peuvent avoir de graves effets sur la santé et le bien-être des enfants. Nombreux sont les membres de tels couples qui s’en tirent raisonnablement bien et gardent à l’esprit l’intérêt supérieur de leurs enfants, mais d’autres ont besoin d’aide pour gérer leur colère et leur chagrin, ou encore pour faire face aux conflits, communiquer avec leur ancien partenaire et trouver des arrangements parentaux qui soient axés sur les enfants.

74.   Le système de justice familiale répond en partie au défi de l’éclatement des familles. Il est important qu’il soit aussi intégrateur et aussi favorable à l’enfant que possible. Il importe que le poids accordé à celui-ci tienne dûment compte de son âge et de son degré de maturité, afin d’alléger les tensions auxquelles sont souvent soumis les enfants et les familles. La collaboration de plusieurs partenaires sera nécessaire pour faire en sorte que le système de justice familial soit axé moins sur la controverse et davantage sur l’enfant. Nous continuerons de chercher à donner aux couples qui se séparent et qui divorcent le soutien et les outils nécessaires afin de les aider à trouver des arrangements parentaux favorables à l’intérêt supérieur des enfants.

75.   L’enlèvement survient lorsqu’un parent retire unilatéralement un enfant de chez l’autre parent qui a sur lui le droit légal de le soigner et de le surveiller. Parfois, l’enfant est emmené dans un pays étranger sans le consentement conjoint de ses parents. La séparation et le divorce sont souvent des facteurs favorisants. Le rapt parental est une forme de maltraitance de l’enfant, et celui-ci peut en souffrir émotionnellement et psychologiquement.

76.   Les partenaires, aux paliers national et international, continueront de collaborer pour protéger les enfants contre les enlèvements par le père ou la mère afin qu’ils soient promptement renvoyés. Lorsque cela est justifié, nous continuerons à appliquer le Code criminel du Canada, qui reconnaît l’enlèvement d’enfant comme un crime grave. Nous continuerons à promouvoir sur la scène internationale la Convention de La Haye sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants (Convention de La Haye), que le Canada a ratifiée en 1983. Nous encouragerons les pays qui n’y adhèrent pas à respecter les obligations analogues qui s’appliquent à eux en vertu de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies et des autres traités multilatéraux qu’ils ont ratifiés.

 (e) Intégration sociale et diversité : Édifier la collectivité

77.   Le respect pour la diversité et la participation active à la vie citoyenne est une valeur canadienne fondamentale. Pourtant, certains enfants, adolescents et adultes, par exemple les membres de groupes ethniques et victimes de racisme ou de diverses fois religieuses, personnes handicapées, enfants immigrants et réfugiés, enfants autochtones, enfants des rues, membres des minorités de langue officielle et habitants du grand Nord ou d’autres régions éloignées, sont parfois entravés dans leur pleine participation à la société. Des barrières fondées sur le sexe ou l’orientation sexuelle existent aussi. Ces obstacles peuvent empêcher les parents, les familles et les tuteurs légaux d’offrir une vie équilibrée et pleinement intégrée à leurs enfants et peuvent empêcher les enfants, les jeunes et les adultes d’exprimer leurs vues et de participer à la création d’un Canada équitable pour tous.

78.   Nous reconnaissons que tous les enfants du Canada ont le droit de participer et de contribuer à la vie communautaire dans la mesure de leurs capacités, en tant que citoyens honorables et respectés. Comme une multitude d’expériences contribuent à la diversité de notre pays, il demeure important que la législation, les politiques, les services et les activités prennent en compte les obstacles auxquels peuvent se heurter les enfants, les adolescents et les familles.

79.   Les enfants ont beaucoup à apporter. En fait, la sensibilisation et la préoccupation à l’égard des obstacles spécifiques, et dans bien des cas multiples, auxquels certains enfants du Canada se heurtent, ne peuvent que favoriser le pluralisme de la société en faisant reculer l’idée selon laquelle une même démarche convient à tout le monde. L’établissement de processus participatifs et de partenariats entre ceux qui prennent les décisions et ceux que ces décisions concernent, fera sans doute mieux comprendre la nature des obstacles non intentionnels qui gênent les enfants. Désireux de faire participer les citoyens aux décisions qui les touchent, nous nous efforcerons de faire en sorte que les enfants aient la possibilité de participer à la vie citoyenne dans la mesure de leurs moyens et que le Canada soit une société à laquelle tous les enfants aient le sentiment d’appartenir.

 (f) Enfants autochtones

80.   Même si la santé et le bien-être des enfants autochtones du Canada ont connu des améliorations au fil des ans, il reste manifestement d’importants défis à relever à cet égard. Améliorer la situation des enfants autochtones (Premières nations vivant dans les réserves et hors réserves, Métis, Indiens non inscrits et Inuit) était constamment cité comme l’une des principales priorités retenues par les Canadiens pendant l’élaboration du plan d’action national. Beaucoup d’enfants autochtones vivent dans la pauvreté et sont en mauvaise santé physique et mentale. Comme groupe, ils sont surreprésentés dans les systèmes de protection de l’enfance et de justice pour les jeunes. Ils sont beaucoup trop nombreux dans les réserves à vivre dans des logements inférieurs aux normes et surpeuplés, n’accédant qu’avec difficulté aux services sanitaires, sociaux et éducatifs; le taux de chômage de leurs parents est plus élevé. On constate de nombreux problèmes, notamment des taux de suicide élevés, parmi les enfants inuits vivant dans des villages éloignés du Nord du Canada. Ils sont aussi en butte à l’isolement et à la nécessité de parcourir des distances plus grandes pour trouver des services et du soutien, une situation et des particularités qu’ils partagent avec les enfants vivant dans d’autres régions éloignées du Canada. Les enfants autochtones qui vivent en milieu urbain sont souvent marginalisés dans les systèmes scolaires et vivent parfois avec leurs parents dans des logements inadéquats. Les soins et les services adaptés culturellement pour les enfants métis sont sous-développés.

81.   Les communautés autochtones (urbaines, rurales ou implantées dans les zones éloignées du Nord) font partie intégrante du tissu social de notre pays. Les partenaires s’efforceront de donner aux enfants autochtones les moyens de s’épanouir. Nous tâcherons de combler l’écart entre les conditions de vie des enfants autochtones et celles des autres enfants canadiens. Cela implique que nous bâtirons sur notre engagement à combler l’écart des chances et des conditions sanitaires entre les enfants autochtones et non autochtones, que nous nous efforcerons de renforcer les mesures de prévention afin de réduire le nombre d’enfants autochtones pris en charge par l’assistance sociale, et que nous collaborerons avec les provinces et territoires, les dirigeants et les communautés autochtones à l’amélioration des résultats scolaires des enfants.

82.   Ensemble, nous participerons à la mise en place de milieux favorables, de manière à améliorer le sain développement des enfants autochtones, grâce à des logements sûrs et abordables, à un accès à des services de santé de qualité et adaptés culturellement, à des services de garde et à des écoles, ainsi qu’à des soutiens améliorés à l’intention des parents, des familles et des collectivités. Nous continuerons de promouvoir et d’appuyer la santé et l’apprentissage précoce des enfants autochtones, au moyen d’initiatives en faveur de la petite enfance et de la formation préscolaire, et nous collaborerons à la mise en place d’un bon système d’enseignement pour les Premières nations, qui respectera les identités culturelles spécifiques des enfants autochtones. Nous poursuivrons également le travail que nous avons entrepris ensemble en vue de donner des appuis sociaux appropriés sur le plan culturel, pour améliorer le bien-être des enfants, des adolescents et des familles autochtones. Des démarches intégrées, issues des collectivités et visant l’amélioration du bien-être des enfants autochtones, seront indispensables à notre réussite. Il faudra continuer de développer des partenariats et d’assurer une coordination entre tous les secteurs pour favoriser et promouvoir les interventions globales issues du milieu.

 (g) Intégration et appui aux enfants handicapés

83. Les Canadiens estiment que les enfants handicapés doivent avoir un accès équitable à des programmes et services qui leur permettent d’atteindre leur potentiel et de participer comme ils veulent à la société, aux côtés des autres enfants et adolescents canadiens. Les Canadiens reconnaissent également les défis particuliers auxquels font face les parents d’enfants handicapés et les soutiens supplémentaires dont ils peuvent avoir besoin.

84.   Pour cela, nous, au Canada, devons offrir aux enfants et aux adolescents handicapés une vaste gamme de possibilités de participer à la société. Nous appuierons des mesures qui aideront les enfants handicapés à s’intégrer de manière à interagir avec leurs pairs, et nous favoriserons l’accès à des programmes d’apprentissage et de loisirs intégrés et de bonne qualité. Nous élargirons l’ensemble des connaissances existantes sur les enfants et les adolescents handicapés, afin de compléter ce que nous savons et de définir les moyens de mieux favoriser leur intégration dans les collectivités canadiennes. En veillant à ce que les parents et les autres pourvoyeurs de soins aient les outils qu’il leur faut pour mettre en place des milieux intégrateurs, nous favoriserons et soutiendrons la capacité des collectivités à appuyer les enfants et les adolescents handicapés et leurs familles. En reconnaissance du coût supplémentaire auquel font face certaines familles comptant un enfant handicapé, nous nous efforcerons de fournir une gamme de soutiens pour aider à répondre aux besoins de ces enfants et de leurs familles.


 (h) Pauvreté et développement durable : Une priorité internationale

85.   Dans le monde en développement, la pauvreté amoindrit les choix de vie de nombreux enfants. Elle réduit leurs chances d’acquérir les compétences, les capacités et la confiance dont ils ont besoin pour réaliser leur potentiel. Beaucoup sont empêchés d’exercer leurs droits à l’éducation, à la santé et à la nutrition, à la participation et à être protégés contre la maltraitance, l’exploitation et la discrimination. II est capital d’investir dans les enfants du monde pour casser le cycle de la pauvreté et en arriver à un développement humain équitable et durable.

86.   Nous, au Canada, sommes résolus à une réduction soutenue, d’une part, du nombre d’enfants et de familles qui vivent dans la pauvreté dans les pays en voie de développement et, d’autre part, de l’ampleur de leur dénuement. Au moyen d’une démarche multidimensionnelle nous appuierons les stratégies nationales, appartenant à des intérêts locaux, de réduction de la pauvreté, en étroite collaboration avec la communauté internationale des donateurs, afin de favoriser une croissance économique équitable et l’amélioration du niveau de vie des enfants, des familles et des collectivités pauvres. Cela suppose que nous continuerons à investir dans le développement social, en insistant sur les enfants, y compris sur les mesures en faveur des enfants ayant besoin d’une protection particulière contre la maltraitance, l’exploitation et la discrimination. À cette fin, nous chercherons également à améliorer l’environnement des personnes démunies et à ce que les efforts de réduction de la pauvreté respectent le développement durable, afin qu’ils soient profitables aux enfants d’aujourd’hui et de demain. Le fait d’encourager la participation des enfants, des familles et des collectivités démunies à participer aux décisions augmentera le respect des principes

 démocratiques et des droits humains, y compris les droits de l’enfant. En favorisant la bonne gouvernance et en renforçant la société civile, nous soutiendrons la capacité des particuliers, des collectivités et des institutions des pays en développement à soutenir leur propre progrès social et économique. Comme partie intégrante de tous nos projets, politiques et programmes de réduction de la pauvreté, nous appuierons la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes, et entre les filles et les garçons.

 2. Promouvoir une vie saine

87.   Nous, au Canada, sommes résolus à promouvoir et à maintenir la santé physique et mentale de tous les enfants du Canada. Nous reconnaissons qu’un mode de vie sain suppose une participation à la société et à des activités (notamment de type artistique ou culturel), ainsi qu’un engagement dans des activités physiques saines. Nous chercherons à réduire les inégalités sur le plan de la santé entre les divers groupes d’enfants et nous prendrons les mesures nécessaires pour modifier les facteurs et les conditions qui ont une influence connue sur la santé des populations. Les considérations relatives au sexe seront prises en compte dans notre travail pour la santé des enfants, afin que les politiques et les programmes fassent la distinction entre les questions touchant les garçons et les filles.

 Priorités d’action

 (a) Vie saine et active

88. Une alimentation saine et une certaine activité physique sont essentielles à la croissance et au développement de l’enfant et à la réduction des risques de maladies chroniques. Si nous créons des milieux bienveillants et encourageons des choix éclairés, nous permettrons aux enfants du Canada d’adopter des habitudes de vie saines qu’ils garderont une fois adultes. L’activité physique, les sports et les programmes récréatifs apportent des avantages considérables aux enfants et peuvent aussi servir à leur enseigner d’importantes valeurs et des compétences de vie, comme la confiance en soi, l’esprit d’équipe, la communication, l’intégration, la discipline, le respect et l’esprit sportif.

89.   Nous, au Canada, favoriserons et appuierons le maintien d’une bonne santé mentale et physique chez les enfants, par les sports, l’activité physique, une saine alimentation et une bonne nutrition, le jeu, les loisirs et les possibilités d’expression culturelle et artistique. Nous créerons des milieux sociaux et matériels accueillants qui permettront aux jeunes Canadiens de faire des choix éclairés en matière de saine alimentation et d’activité physique. Des efforts seront aussi faits pour leur offrir des installations adéquates où mener des activités physiques, récréatives, artistiques et culturelles. Nous ferons en sorte de mettre à leur disposition des aliments suffisants, sûrs et nourrissants et tâcherons de leur offrir des moyens abordables de mener une activité physique en toute sécurité. Nous demeurerons des champions de la bonne alimentation et de l’activité physique, dans un contexte de poids-santé.

90.   Nous lutterons contre le faible niveau d’activité physique des enfants en leur proposant plus d’occasions de s’activer physiquement et de jouer et en créant des expériences plus positives autour de l’activité physique et des sports. Nous rappellerons aux parents, aux enseignants et aux enfants la simplicité et le pouvoir du jeu et nous encouragerons les familles à le pratiquer ensemble. Nous augmenterons la participation aux sports, en donnant aux enfants des occasions de pratiquer les sports et l’activité physique dans le contexte de l’école, et en favorisant la collaboration entre les organisations sportives.

91. Les partenaires continueront à faire en sorte que la dimension nutrition soit intégrée dans les politiques et programmes touchant la santé, l’éducation, l’agriculture, les services sociaux et l’économie. Le Canada continuera de promouvoir le bien-être et la santé nutritionnels des Canadiens en collaborant à la définition, à la promotion et à la mise en oeuvre de politiques et de normes de nutrition fondées sur des faits, y compris de recommandations et de directives diététiques pour les populations générales et pour des étapes précises de la vie, comme le Guide alimentaire canadien pour manger sainement. La collaboration entre les partenaires continuera de sous-tendre les programmes et les politiques de nutrition.

 (b) Compétences parentales

92.   De bonnes compétences parentales, une cellule familiale unie et des parents qui sont en bonne santé mentale, tout cela contribue à un contexte familial susceptible d’accroître les ressources personnelles et les moyens de défense des enfants et de réduire leur tendance à connaître des déboires dans leur développement. Le fait de recevoir une stimulation positive et de l’affection est la base d’une bonne santé physique et mentale, de l’épanouissement social, spirituel et moral, de l’apprentissage et du comportement.

93.   Nous, au Canada, savons que beaucoup de parents et autres pourvoyeurs de soins ont exprimé le besoin d’en savoir davantage sur le développement et l’éducation de l’enfant. Nous leur offrirons des occasions d’acquérir la confiance en eux, les compétences et les connaissances qu’ils recherchent. Nous continuerons de promouvoir des pratiques parentales positives et efficaces tout au long du processus de développement. Nous informerons également les jeunes sur les questions entourant le développement sain et les compétences parentales, afin d’accroître leur compréhension et de mieux les préparer à être eux-mêmes parents. Ce faisant, nous appuierons l’élaboration de démarches appropriées sur le plan culturel et adaptées à la diversité, qui reconnaîtront le caractère spécifique des familles. Nous offrirons aussi une large gamme d’aides aux femmes enceintes, aux nouveaux parents, aux nourrissons et aux pourvoyeurs de soins, afin de mieux répondre aux besoins propres à la grossesse, à la naissance et à la petite enfance.

 (c) Santé mentale

94.   Un nombre important d’enfants canadiens ont des problèmes de santé mentale suffisamment sérieux pour justifier une intervention clinique. Il est vrai que ces ennuis ont parfois des causes physiologiques, mais les contextes familial, scolaire et social ont aussi une profonde influence. Tous les enfants ont des défis à relever dans leur développement psychosocial. Dans la plupart des cas, il s’agit de problèmes surmontables qui, en fait, les aident à grandir. Toutefois, si les problèmes s’accumulent ou qu’ils demeurent sans solution, l’enfant peut avoir du mal à s’adapter, être porté à entretenir des relations dysfonctionnelles et à faire des choix malsains.

95.   Tous les enfants rencontrent des occasions de réussir, de faire des choix constructifs, de comprendre leurs émotions et d’exprimer leurs pensées et leurs sentiments en toute sécurité, les uns avec les autres et avec des adultes. Nous, au Canada, créerons et maintiendrons les conditions qui favorisent la santé mentale des enfants, des adolescents et des familles et nous chercherons à prévenir ou à réduire les conséquences néfastes des problèmes émotifs et des maladies mentales. La dépression chez les enfants est de plus en plus préoccupante. Le suicide parmi les jeunes, devenu trop fréquent dans les communautés autochtones et non autochtones, représente la tragédie ultime; donc tous les efforts doivent être déployés pour l’empêcher.

96.   Nous ferons en sorte que la santé mentale et émotionnelle constitue un élément clé des stratégies de promotion et de protection de la santé. Nous reconnaîtrons l’interdépendance des générations et le rôle critique de la collectivité et de la famille. Nous sensibiliserons les gens aux interactions entre la santé mentale et les autres problèmes pressants de santé et de société, notamment l’appartenance à tel ou tel sexe, la pauvreté et l’isolement. Nous favoriserons la compréhension du développement psychosocial sain, du respect des droits et de la dignité des personnes ayant des problèmes émotionnels ou des maladies mentales, et nous réduirons les préjugés associés avec les problèmes de santé mentale.

 (d) Immunisation

97.   Il fut un temps où les maladies pouvant être prévenues par un vaccin constituaient la principale cause de morbidité et de mortalité au Canada, notamment chez les enfants. S’il est vrai que ces maladies sont en grande partie enrayées dans notre pays, on constate encore de trop nombreux cas de maladies graves et de décès évitables. À l’échelle mondiale, les maladies pouvant être prévenues par un vaccin demeurent un problème majeur, et le risque qu’elles soient importées ou réintroduites au Canada demeure constant. Nous devons être vigilants et attentifs en ce qui concerne l’immunisation. À ce chapitre, une collaboration à l’échelle nationale est capitale. Ceux qui s’occupent d’enfants doivent se renseigner sur les vaccins afin de protéger les petits contre les maladies et les décès évitables.

98. Nous chercherons à rehausser la sécurité et l’efficacité des programmes d’immunisation au Canada. Nous renforcerons les infrastructures et les programmes essentiels qui concernent les questions d’immunisation, comme la sécurité des vaccins, la surveillance des maladies évitables par la vaccination et la portée des campagnes d’immunisation, la recherche, ainsi que la sensibilisation des professionnels et du public. Les partenaires continueront de chercher à améliorer le processus d’approvisionnement en vaccins au Canada.

99. Nous améliorerons la surveillance et le contrôle des maladies évitables par la vaccination, ainsi que la sécurité des réserves de vaccins. Nous chercherons à définir des processus appropriés pour supprimer les écarts entre les juridictions dans l’accès aux nouveaux vaccins financés par le secteur public. Nous nous attaquerons aux problèmes entourant les vaccins destinés à des populations spéciales (comme les enfants autochtones, les immigrants, les réfugiés et les voyageurs). Nous améliorerons les renseignements sur lesquels se fondent les décisions stratégiques et favoriserons la diffusion des meilleurs données possibles sur la sécurité et l’importance des vaccins.

 (e) L’environnement matériel et la prévention des blessures

100. Les environnements naturels et construits jouent un rôle capital dans la croissance et le développement des enfants. Le contexte matériel dans lequel ceux-ci vivent se compose de l’air qu’ils respirent, de l’eau qu’ils boivent, des aliments qu’ils mangent, des produits qu’ils utilisent et des lieux dans lesquels ils vivent, apprennent et jouent. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux contaminants de l’environnement et aux produits de consommation douteux, en raison de leur physiologie spécifique, de leurs comportements et de leur degré d’exposition. Les blessures représentent la première cause de décès et une cause importante d’hospitalisation, de déficience et de handicap chez les enfants du Canada. Le fait de protéger les enfants contre les dangers que présentent les environnements naturels et construits dans lesquels ils vivent et grandissent, apporte des avantages considérables au Canada et au monde.

101. Nous estimons que les enfants doivent pouvoir vivre dans des logements sûrs et abordables, avoir accès à des services de garde et à des contextes d’apprentissage sains et faire partie de collectivités sûres, saines et bienveillantes. Les partenaires continueront de réglementer et de renforcer la protection de la santé et de l’environnement, afin de protéger les nourrissons et les enfants contre les risques sanitaires et environnementaux et les contaminants contenus dans l’air, les aliments, le sol et l’eau. Nous, au Canada, favoriserons les stratégies de transport qui encouragent les citoyens à se déplacer à pied, à bicyclette et en empruntant les transports en commun, ce qui améliore leur état de santé et protège l’environnement. Nous effectuerons des évaluations des risques en tenant compte des vulnérabilités spécifiques des enfants, mènerons des recherches sur l’exposition aux contaminants de l’environnement et ses conséquences, et appuierons l’élaboration de stratégies qui protègent l’hygiène du milieu où vivent les enfants.

 (f) Santé sexuelle et santé génésique

102. Les filles, les garçons et les adolescents du Canada doivent acquérir la capacité de gérer les divers problèmes de santé sexuelle qu’ils rencontrent en grandissant dans notre société contemporaine complexe. Les infections transmises sexuellement (ITS), y compris le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), touchent un nombre disproportionné de jeunes au Canada et dans le monde. Il est important que les enfants se constituent une identité personnelle positive à un âge précoce, qu’ils apprennent à se respecter et à respecter les autres et qu’ils puissent établir et maintenir des relations saines. Munis de ces compétences, les enfants et les adolescents seront plus susceptibles d’avoir des comportements sexuels sûrs et appropriés.

103. La santé sexuelle et génésique doit être promue en tant que composante importante d’une vie saine, en reconnaissant à tous, filles, garçons et adolescents y compris, le droit d’accéder à l’information, à l’éducation et aux services dont ils ont besoin pour protéger leur santé générale. Le Canada appuiera l’élaboration de lignes directrices sur l’éducation en matière d’hygiène sexuelle, et notamment de lignes directrices adaptées, qui mettront en lumière les étapes du développement sexuel et génésique que comporte la vie, qui faciliteront la discussion sur une sexualité saine et qui pourront profiter aux parents, aux enseignants et aux pourvoyeurs de soins dans l’exercice de leurs rôles respectifs auprès des jeunes. Les buts d’une sensibilisation à la santé sexuelle devraient être d’aider les enfants et les adolescents à comprendre leur sexualité et de les mettre sur la voie de relations saines et, à terme, des joies d’une maternité/paternité désirée. Cette sensibilisation devrait aussi les protéger contre les grossesses non voulues, le VIH/sida, les ITS, la contrainte sexuelle et le dysfonctionnement sexuel. Une éducation sexuelle bien faite doit avoir une large portée, être appuyée par la collectivité et comporter une participation des systèmes éducatif, médical et juridique, ainsi que des réseaux de la santé publique et de l’assistance sociale.

104. Le Canada appuiera des recherches, politiques et programmes relatifs à la santé sexuelle et génésique qui soient intégrateurs et adaptés culturellement, et il reconnaîtra le rôle positif que les parents peuvent jouer à l’égard de leurs propres enfants. Un effort soutenu sera déployé pour comprendre l’impact individuel et sociétal potentiel des infections transmises sexuellement et pour élaborer et promouvoir des politiques qui minimisent la marginalisation ou la stigmatisation des personnes touchées. Nous continuerons de promouvoir des programmes et des services complets et accessibles, fondés sur des données sûres, de sorte que les enfants et les adolescents puissent acquérir et développer les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour avoir une bonne hygiène sexuelle et éviter la survenue de problèmes. Une attention particulière sera accordée à la recherche sur la procréation assistée et sur la génétique, afin que ces connaissances soient mises à la disposition des jeunes, au fur et à mesure qu’ils grandissent et qu’ils commencent à penser à avoir des enfants.

 (g) Tabac, alcool et drogues : abus et accoutumances

105. Que ce soit au foyer ou dans la collectivité, le tabagisme, l’alcoolisme et les toxicomanies comportent des risques pour la santé et le bien-être des enfants, des adolescents et des familles. Pour réaliser des progrès tangibles et durables à ce chapitre, nous devons nous attaquer aux causes profondes du malaise, à savoir la violence, l’anxiété, les problèmes de santé mentale et émotionnelle et l’exclusion sociale, qui poussent les enfants et les adolescents à adopter des comportements autodestructeurs.

106. Nous, au Canada, nous oeuvrons à empêcher les enfants et les adolescents de consommer du tabac, de l’alcool et d’autres drogues et à réduire les préjudices subis par ceux qui s’en servent ou qui y sont exposés, par exemple, ceux qui absorbent de la fumée secondaire. Nous attirerons l’attention sur les effets que l’usage du tabac, de l’alcool ou d’autres drogues peut avoir pendant la grossesse. Nous savons déjà que le trouble du spectre de l’alcoolisation foetale (TSAF) chez les enfants est largement évitable. Nous veillerons à ce que les enfants et les adolescents aient la possibilité d’acquérir les connaissances et les compétences décisionnelles qui les aideront à vivre sainement.

107. Nous appuierons les lois et les autres mesures qui aident à prévenir l’usage des drogues et d’autres substances par les enfants et les adolescents. Nous ferons des recherches sur la nature des accoutumances physiques et physiologiques chez les filles et les garçons et chez les adolescents, y compris l’accoutumance de plus en plus répandue aux jeux de hasard. Nous améliorerons les traitements et les services de réadaptation destinés à ceux qui abusent de substances psychoactives. Nous travaillerons à réduire les risques d’exposition à la fumée secondaire dans les lieux publics et privés, et nous concevrons, défendrons et appuierons activement, dans la publicité et les médias, la diffusion d’images de comportements sains, exempts de tabac, d’alcool et de drogue. Ensemble et en consultation avec les enfants et les adolescents, nous chercherons à créer un Canada sain et libre d’abus des substances nocives.

 (h) La santé des enfants autochtones

108. Un certain nombre de situations défavorables ont des effets disproportionnés sur les enfants autochtones et leurs familles, notamment la malnutrition, le diabète de type 2 chez les jeunes enfants, la morbidité maternelle et infantile, les grossesses chez les très jeunes filles, les blessures, une eau insalubre, l’exposition aux contaminants de l’environnement, le TSAF, les déficiences physiques, une piètre santé physique et mentale, le suicide, ou encore l’abus du tabac, de l’alcool et des drogues.

109. Les partenaires continueront de collaborer à l’élimination de l’écart en matière de santé entre les enfants autochtones et les enfants non autochtones. Nous chercherons à améliorer l’accès aux services de santé et la continuité dans leur prestation, grâce à une meilleure intégration des programmes à tous les paliers. Nous ferons participer les communautés autochtones à leur conception et à leur mise en oeuvre, afin que ces services reflètent ce qu’il y a de meilleur dans les traditions occidentales et autochtones. Nous reconnaîtrons l’importance des nourritures et de la médecine traditionnelles pour la santé et le bien-être des populations autochtones. Nous améliorerons les appuis en faveur des parents, des familles et des collectivités, et sensibiliserons les gens à l’hygiène de la femme enceinte et de l’enfant.

 (i) Soins de santé et recherche dans le domaine de la pédiatrie

110. Malgré tous les efforts déployés, nombreux sont les enfants du Canada qui deviennent gravement malades, subissent des blessures, ou sont fragiles sur le plan médical dès la naissance ou par suite d’un traumatisme grave. Ces enfants ont besoin de soins spécialisés. S’il est vrai que la prestation des services de santé relève des provinces et des territoires, nous sommes tous tenus de veiller à ce que soit respecté le droit des enfants à la santé, d’une manière globale, et à ce que les soins pédiatriques soient offerts de façon accueillante pour les enfants et les familles. Les enfants ont le droit de participer dans la mesure du possible aux décisions médicales qui les touchent et ils devraient être encouragés à prendre une part active à leurs propres traitements, dans une mesure qui convient à leur âge. Les lieux dans lesquels ils se trouvent devraient être conçus expressément pour eux, et les recherches de plus en plus nombreuses sur la santé des enfants devraient prendre en compte le fait que même les jeunes enfants ont le droit d’être entendus. Nous devons aussi veiller à ce que les essais de médicaments englobent toujours des populations infantiles et que les priorités de la recherche pédiatrique soient intégrées dans les appels de propositions des organismes de recherche en santé.

 (j) Services de santé destinés aux minorités linguistiques

111. Nombreux sont les Canadiens, garçons, filles et adolescents y compris, qui appartiennent aux minorités de langues officielles et qui n’ont guère accès à des services de santé dans leur propre langue. Nous reconnaissons la nécessité de faire en sorte que les pourvoyeurs de soins de santé qualifiés pour travailler dans les communautés minoritaires soient suffisamment nombreux et qu’ils aient accès à l’information et à la formation nécessaires pour pouvoir soigner les malades dans leur propre langue.

 Priorités internationales

 (k) Sécurité alimentaire, nutrition, eau et hygiène

112. Les enfants ont absolument besoin d’aliments sains et nutritifs pour atteindre leur plein potentiel de croissance et de développement. Le Canada est déterminé à collaborer avec la communauté internationale afin de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), c’est-à-dire réduire de moitié d’ici 2015 la proportion de gens qui souffrent de la faim. Cela suppose qu’il travaillera de concert avec la communauté internationale aux objectifs suivants : éliminer les carences en micronutriments; réduire la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans et plus particulièrement chez ceux de moins de deux ans; abaisser le taux d’insuffisance pondérale à la naissance; diminuer le pourcentage des foyers privés d’installations sanitaires et d’eau potable sûre et abordable; et promouvoir l’allaitement.

113. Pour aider à réaliser ces objectifs, nous appuierons des initiatives, notamment en cas de situation d’urgence, touchant la sécurité alimentaire des ménages, le développement rural par l’agriculture, l’apport supplémentaire de micronutriments, l’allaitement, la nutrition, l’eau et les services d’hygiène publique. Nous accorderons une attention toute spéciale à la spécificité des sexes relativement à ces questions, étant donné le rôle primordial des femmes en tant que gardiennes de la sécurité alimentaire et de la nutrition au foyer et principales contributrices à l’économie familiale.

 (l) Prévenir et contrôler les maladies transmissibles

114. Partout dans le monde, et plus particulièrement dans les pays en développement, des enfants meurent inutilement de maladies transmissibles parce qu’ils sont privés d’eau propre et d’équipements sanitaires convenables, de vaccins et de soins médicaux suffisants. Chaque année, plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans meurent des suites de maladies diarrhéiques, alors qu’il suffirait d’un simple apport de sels de réhydratation par voie orale pour sauver la majorité d’entre eux. Le même nombre succombe à la pneumonie, alors que la plupart pourrait être guéris grâce à des vaccins et à des antibiotiques. Pour protéger la vie de ces enfants, le grand défi consiste à mettre à leur disposition ces interventions simples et peu coûteuses.

115. Le Canada oeuvrera de concert avec la communauté internationale à la réalisation des OMD, dont celui de réduire des deux tiers le taux de mortalité des nourrissons et des moins de cinq ans d’ici à 2015. À cette fin, en collaboration avec la communauté internationale, il jouera un rôle actif au sein des réseaux de donateurs et de partenaires ainsi que dans d’autres initiatives sanitaires internationales et appuiera les initiatives mondiales visant à enrayer les maladies transmissibles comme la tuberculose, le paludisme, la polio et la rougeole. Le Canada continuera à collaborer à des initiatives sanitaires internationales comme : l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination; l’Initiative canadienne d’immunisation internationale, en partenariat avec l’OMS, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS); l’initiative Halte à la tuberculose; et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Parmi les autres stratégies possibles, citons l’application à plus grande échelle d’interventions existantes contre la tuberculose; les moustiquaires traitées aux insecticides pour lutter contre le paludisme; le traitement des femmes enceintes contre le paludisme de façon intermittente et préventive; la vaccination des enfants et leur traitement rapide en cas de paludisme, de pneumonie et de diarrhée. Nous favoriserons les traitements et les programmes de prévention et de traitement intégrés et dispensés à l’échelle locale, afin de lutter contre les maladies transmissibles, de même que l’intégration des mesures préventives, des soins et des traitements visant la tuberculose et le VIH/sida, dans le cadre de programmes de santé primaire durables.

 (m) VIH/sida

116. Des 40 millions de personnes séropositives dans le monde, 2,5 millions sont des enfants de moins de 15 ans. La perte des parents et l’éclatement des structures familiales et communautaires affectent en outre le développement d’un nombre incalculable d’enfants. À ce jour, plus de 14 millions d’enfants de moins de 15 ans sont orphelins à cause du sida, et on s’attend à ce que ce nombre double d’ici 2010. Nombre d’entre eux doivent abandonner leurs études pour s’occuper de parents malades, pour prendre soin de leurs cadets ou pour travailler afin de subvenir aux besoins de leurs familles. On commence à peine à mesurer l’impact psychosocial et le coût économique de ce phénomène.

117. Le Canada cherchera à atteindre les objectifs énoncés dans la Déclaration du Millénaire ainsi que dans la Déclaration d’engagement qui ont fait l’objet d’un accord lors de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/sida. Ces documents visent notamment la réduction de la proportion de nourrissons infectés et l’atténuation des souffrances des enfants orphelins et vulnérables à cause du VIH/sida. Le Canada collaborera avec la communauté internationale à la mise en oeuvre d’une démarche globale et équilibrée de prévention, de soins, de traitement et de soutien, qui comprendra un accès complet à des services d’hygiène sexuelle et de santé génésique. Les stratégies doivent être axées sur les droits humains, intégrer l’égalité entre les sexes, tout en respectant et appuyant entièrement les besoins spéciaux des groupes vulnérables que sont les orphelins, les utilisateurs de drogues par injection et les travailleurs du sexe. Tout particulièrement, il faudra aider les collectivités à s’occuper des orphelins et des enfants vulnérables, notamment en leur donnant plein accès à l’éducation et aux services sociaux.

 (n) Hygiène sexuelle et santé génésique

118. Partout dans le monde, le manque d’accès à des soins et à des services d’hygiène sexuelle et de santé génésique de qualité continue de donner lieu à des taux excessivement élevés de mortalité et de morbidité maternelles, de cas de maladies transmises sexuellement et de grossesses non désirées, entraînant un effet dévastateur sur les femmes et les adolescentes de même que sur leurs enfants, leurs collectivités et les générations futures. La résolution de cette problématique est essentielle si nous voulons respecter le droit des gens aux meilleures normes sanitaires possibles, y compris en matière d’hygiène sexuelle et génésique, et atteindre les objectifs internationaux, dont les OMD, la réduction de la pauvreté et le développement durable. Le Canada, convaincu que l’hygiène sexuelle et la santé génésique sont essentielles à la santé générale, à la survie et au bien-être de tous les êtres humains, est reconnu sur la scène internationale comme un farouche défenseur de la promotion et de la protection du droit humain aux meilleures normes sanitaires possibles, y compris en matière d’hygiène sexuelle et de santé génésique.

119. Le Canada collaborera avec la communauté internationale aux dossiers de l’hygiène sexuelle et de la santé génésique dans le cadre des OMD, ainsi qu’à la réalisation des objectifs reconnus à la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) du Caire en 1994 et dans la Déclaration et le Programme d’action de Beijing en 1995, ainsi que dans leurs évaluations de suivi quinquennales. Lors de ces événements (CIPD et Beijing) la communauté internationale a convenu que tous, femmes et hommes, garçons et filles, avaient le droit au meilleur état de santé qu’ils sont capables d’atteindre ainsi qu’à des soins et à des services de haute qualité en hygiène sexuelle et en santé génésique, y compris à une information en planification familiale et à une sensibilisation à la santé sexuelle et génésique. Même si l’objectif de la CIPD que constitue l’accès universel, par le biais de soins de santé primaires, à une gamme complète de services de santé sexuelle et génésique ne soit pas cité expressément dans les OMD, cette composante est essentielle à la réalisation de ceux-ci, notamment : l’élimination de la pauvreté extrême et de la faim, l’accès universel à l’enseignement primaire, l’avancement de l’égalité des sexes et de la promotion de la femme, la réduction de la mortalité infantile, l’amélioration de la santé maternelle et la lutte contre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies.

120. Le Canada favorisera la réalisation de ces objectifs par le truchement de stratégies visant entre autres à privilégier les programmes qui améliorent la portée des services de planification familiale et de santé maternelle et infantile, par une démarche multidisciplinaire qui tient compte des facteurs sociaux sous-jacents (emploi, revenu, niveau d’instruction, condition de la femme). Les stratégies globales à ce chapitre comprendront : la promotion de la prévention, du diagnostic et du traitement des infections transmises sexuellement; la prévention des blessures et des violences à l’égard des filles (y compris la mutilation des organes génitaux féminins); et le ciblage des filles, des garçons et des adolescents qui fréquentent ou ne fréquentent pas l’école. Le Canada mettra en oeuvre ces stratégies de concert avec ses partenaires à l’échelon national, régional et international, et il prendra une part active dans les réseaux internationaux de santé génésique, notamment ceux qui touchent de près la santé des enfants et des adolescents. Cela impliquera un soutien continu aux grandes organisations internationales (comme le Fonds des Nations Unies pour la population, l’OMS, l’OPS et l’UNICEF) au titre d’une recherche, de politiques et d’une prestation des programmes qui soient intégrées et réalisées en collaboration.

 3. Protéger les enfants

121. La plupart des enfants du Canada vivent dans des familles et des collectivités qui leur offrent soutien et protection. Toutefois, bon nombre vivent malheureusement dans des milieux où ils font l’objet d’abus, de négligence, de violence ou d’exploitation. Certains  adolescents passent beaucoup de temps dans la rue ou deviennent itinérants et risquent d’autant plus de préjudices. Quand les enfants sont maltraités, ou qu’ils courent de grands risques de l’être, l’État est tenu d’intervenir pour les protéger et les aider et pour préserver l’unité familiale, si cela est possible, en toute sécurité.

122. Nous sommes résolus à protéger les enfants du Canada et de l’étranger, et nous continuerons d’appuyer les mesures visant une prévention et une intervention efficaces, compte tenu des facteurs sous-jacents qui peuvent contribuer à créer des situations de maltraitance, de violence, d’exploitation ou de négligence. Dans ces situations, nous appuierons les victimes, nous prendrons les mesures qui s’imposent à l’égard des contrevenants, nous stimulerons les prises de conscience et nous renforcerons la capacité d’agir des enfants, des adolescents, des familles, des collectivités et des membres de la société en général. Nous oeuvrerons de concert pour créer des milieux sûrs et soucieux des enfants et des adolescents, qui soient libres de toute discrimination et sensibles aux différences entre les sexes et aux réalités culturelles, qui respectent la diversité et qui favorisent l’épanouissement des enfants.

 Priorités d’action

 (a) La maltraitance

123. La maltraitance des enfants, qui comprend l’abus physique, sexuel et affectif, ainsi que la négligence, demeure une grave préoccupation au Canada. La maltraitance menace sérieusement la santé et le développement des enfants, de façon immédiate, mais aussi à long terme. La négligence est à l’origine de la majorité des enquêtes des services de protection de la jeunesse, suivie des sévices, de la violence psychologique et des abus sexuels. Les facteurs responsables de ces fléaux sont complexes et comportent nombre de ramifications. La négligence est souvent associée à la pauvreté. Les enfants sont plus susceptibles d’être maltraités dans des milieux où il existe d’autres formes de violence familiale, et l’exposition à la violence familiale est de plus en plus reconnue comme étant une forme de maltraitance des enfants.

124. Nous, au Canada, sommes décidés à protéger les enfants contre toute forme de maltraitance. Nous continuerons d’appuyer les stratégies déployées à domicile, à l’extérieur et dans la collectivité afin de favoriser le sain développement et le bien-être des enfants et d’aider ceux qui ont été maltraités. Nous apporterons les réponses judiciaires et pénales qui s’imposent aux cas de violence et de négligence. Nous prenons note des préoccupations de populations précises – qu’il s’agisse des enfants de communautés autochtones, ethnoculturelles ou des régions rurales et éloignées, d’enfants handicapés ou placés, ou encore d’enfants de la rue ou sans abri.

125. Les partenaires s’attacheront à comprendre la nature complexe et multidimensionnelle de la maltraitance des enfants. Ils définiront et favoriseront la prise de mesures visant l’accroissement de la prévention, de l’intervention, de la coordination et de la coopération, la collecte de données nationales, la recherche et l’élaboration de politiques, la sensibilisation des communautés et le renforcement de leur capacité d’agir. Nous veillerons à améliorer l’intervention précoce et l’application de la loi à l’échelon local. Nous nous attacherons à offrir des services de traitement aux auteurs d’abus et continuerons à diffuser de l’information sur la maltraitance des enfants dans le cadre de la formation professionnelle. Nous continuerons de promouvoir les techniques parentales constructives, dont la discipline sans châtiment corporel. Une connaissance et une compréhension accrues des droits de l’enfant peuvent réduire la maltraitance, en incitant au respect de la dignité et de l’intégrité physique des enfants.

 (b) Soins hors domicile et adoption

126. Il incombe aux parents et aux tuteurs légaux désignés, le cas échéant, de s’occuper des enfants, de les élever, de les surveiller et de les protéger. Cependant, si les familles sont incapables de s’occuper des enfants ou d’assurer leur sécurité, l’État est tenu d’intervenir. D’ailleurs, depuis le début des années 1990, le nombre d’enfants sous la garde de l’État ne cesse d’augmenter.

127. Certains services d’aide à l’enfance et à la famille, prévus par des lois provinciales et territoriales, peuvent être dispensés par des organismes provinciaux ou territoriaux ou par des fournisseurs du secteur privé. Les organismes communautaires offrent aussi divers services d’aide à l’enfance et donnent un soutien indispensable aux enfants et aux familles. Les partenaires sont résolus à travailler, de concert avec les provinces et les territoires, pour assurer la santé, la sécurité et le bien-être de tous les enfants. Nous travaillerons à mettre sur pied un système multisectoriel de mesures de sauvegarde adaptées culturellement, afin de protéger les enfants. Le soutien à la famille, les soins à l’extérieur et l’adoption en feront notamment partie.

128. Nous, au Canada, reconnaissons qu’un bon système d’aide sociale à l’enfance doit comprendre des mesures législatives, des politiques et des programmes et s’appuyer sur des principes élaborés afin de définir et de garantir le bien-être, les droits et l’intérêt supérieur de l’enfant. Nous continuerons d’envisager un large éventail d’options de placement et de réunification et nous nous efforcerons de prendre en temps voulu des décisions qui favorisent la permanence et la continuité, afin de répondre aux besoins de chaque enfant. Nous respecterons la résilience des enfants et leur capacité de former de solides relations affectives et nous continuerons de recommander du soutien pour ceux qui sont placés à l’extérieur du foyer, ainsi que l’aide voulue pour les appuyer dans leur transition vers l’âge adulte. Nous continuerons aussi de recenser les études et les programmes de prévention utiles en matière d’aide sociale à l’enfance, afin de nous en inspirer pour façonner les politiques et la pratique.

129. Pour nombre de couples et de particuliers qui souhaitent fonder une famille, l’adoption est une option souhaitable tant pour eux que pour les enfants qu’ils choisissent. Nous devons toujours veiller à ce que l’intérêt supérieur de l’enfant soit une considération primordiale de toute adoption et, lorsque cela est indiqué et possible, à ce que l’enfant soit en mesure d’obtenir des renseignements sur son patrimoine génétique, si cela est nécessaire sur le plan médical. Nous devons aussi faire en sorte que les adoptions entraînant un changement du pays de résidence respectent l’intérêt supérieur de l’enfant et soient conformes à la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (Convention de La Haye sur l’adoption internationale), ainsi que les principes juridiques fédéraux, provinciaux et territoriaux qui s’appliquent.

 (c) Violence, rudoiement et autres formes d’intimidation

130. La violence, le rudoiement et les autres formes d’intimidation dans les écoles, les collectivités et la société en général attirent de plus en plus l’attention. Ces types d’agressions se présentent sous de nombreuses formes, dont la violence physique, verbale, sociale et sexuelle, et ils ont des effets néfastes tant pour les victimes que pour les auteurs de ces actes. Il arrive qu’une agression cible une population précise d’enfants, par exemple ceux qui appartiennent à tel ou tel groupe ethnoculturel, ou qui sont – ou passent pour être – gais, lesbiennes, bisexuels ou transsexuels. Tous les enfants ont le droit d’être et de se sentir en sécurité.

131. Nous, au Canada, sommes résolus à prendre des mesures pour prévenir la violence, le rudoiement et les autres formes d’intimidation, qu’elles soient le fait de particuliers ou de bandes, et pour intervenir efficacement quand de tels comportements se produisent. En favorisant la connaissance et la sensibilisation, nous attirerons l’attention sur les effets néfastes de tels actes sur les enfants. Nous nous efforcerons aussi de promouvoir et d’incarner une culture du respect à l’égard de tous les enfants et chercherons à créer des milieux sûrs, réceptifs et libres de toute discrimination.

132. Nous cernerons les stratégies efficaces de prévention et d’intervention dans les écoles et les collectivités, et nous tâcherons de changer le climat dans lequel les actes d’agression se produisent afin que les normes de comportement soient plus respectueuses des adultes et des enfants. Nous ferons aussi la promotion de la diversité et d’une meilleure compréhension de l’intégration sociale. Nos stratégies seront multidimensionnelles et viseront les préoccupations des auteurs d’agressions, de leurs victimes ainsi que des témoins.

 (d) Justice pour les jeunes

133. Même si le taux général de criminalité a diminué chez les adolescents depuis le début des années 1990, leur implication dans des activités criminelles et notre façon d’y réagir continuent de soulever d’importantes questions au Canada. La majorité des infractions commises par des jeunes sont des crimes de nature non violente contre les biens. Seul un petit nombre d’adolescents se livrent à des activités criminelles graves et répétées, comme le trafic de stupéfiants ou les voies de fait graves.

134. Nous, au Canada, poursuivrons nos efforts pour prévenir la participation des adolescents à des activités criminelles et pour créer un système de justice équitable qui protège l’ensemble de la société tout en garantissant les droits des adolescents qui commettent des infractions, ainsi que ceux des enfants qui en sont témoins ou victimes. Reconnaissant la capacité d’évolution des adolescents, nous travaillerons à définir des principes clairs et cohérents pour la prise des décisions touchant la justice pour les jeunes. Nous chercherons à améliorer le processus de détermination des peines et à intervenir en temps utile auprès des adolescents, afin que les mesures prises soient judicieuses et proportionnelles aux infractions. Nous favoriserons les voies d’action nouvelles, comme les conférences, qui donnent aux jeunes une voix au chapitre dans les décisions qui les touchent, eux et leurs pairs. Nous nous efforcerons de faire diminuer le taux élevé d’incarcération et prônerons des mesures efficaces de réadaptation et de réinsertion des adolescents au sein de leurs collectivités.

135. Les partenaires travailleront en collaboration à l’amélioration du système de justice pour les jeunes. Nous, au Canada, continuerons de miser sur le développement social afin de prévenir et de réduire la criminalité et la victimisation chez les adolescents, tout en tenant compte des facteurs sous-jacents et en faisant la promotion des initiatives prises à l’école ou dans la collectivité. Nous établirons une nette distinction entre les infractions graves ou avec violence et les infractions moins graves, et nous chercherons à traiter ces dernières efficacement en dehors du système judiciaire proprement dit.

136. Dans nos interventions auprès des jeunes auteurs d’actes criminels, nous établirons un lien entre l’importance des mesures prises et la gravité de l’infraction, en mettant l’accent sur des interventions opportunes, des conséquences judicieuses, le caractère réparateur des mesures et leur pertinence culturelle, ainsi que la participation de la communauté. Nous recourrons à des contrôles aussi peu restrictifs que possible pour assurer la sécurité des localités et susciter la réconciliation des délinquants avec leurs milieux et leurs victimes. Nous soutiendrons les enfants qui sont témoins ou victimes d’actes criminels. Pour cela, nous créerons des milieux sûrs et réceptifs pouvant faciliter leur témoignage et les aider à surmonter les expériences qu’ils ont vécues. Quand c’est possible, nous ferons part de notre modèle de justice pour la jeunesse aux autres pays, par le biais de l’aide technique.

 (e) Contenu violent ou pernicieux des médias

137. La relation des enfants d’aujourd’hui avec les médias est particulièrement complexe. L’exposition aux médias de masse (télévision, cinéma, jeux vidéo et électroniques, Internet, paroles de chansons et vidéo clips, journaux, revues, livres, publicité, etc.) présente à la fois des avantages et des dangers. Les médias suscitent en effet de nombreuses inquiétudes : l’impact de la violence et des stéréotypes, des stéréotypes raciaux et sexuels surtout, sur le comportement des enfants; la normalisation, voire l’idéalisation de certains types de comportements sexuels, ainsi que de la consommation de tabac, d’alcool et de drogues illicites; une publicité qui est ciblée; l’exploitation commerciale des jeunes enfants à travers Internet; et les problèmes liés aux longues heures que les enfants consacrent aux médias électroniques.

138. Pour être fonctionnels dans le monde d’aujourd’hui, les enfants doivent être sensibilisés à l’influence des médias et être dotés d’un esprit critique qui leur permette de lire et de comprendre les messages qui s’adressent à eux tous les jours, pour les informer, les instruire, les divertir ou leur vendre quelque chose. Au Canada, parents et enseignants ont un rôle essentiel à jouer pour ce qui est d’aider les enfants à faire le tri entre les points forts et les points faibles de notre société médiatique. Les enfants dont les parents surveillent les habitudes télévisuelles et discutent avec eux des images et du contenu transmis par les médias sont vraisemblablement plus conscients des risques qu’ils courent et moins vulnérables à la manipulation. Des recherches montrent que de nombreux enfants canadiens accueilleraient favorablement une intervention plus importante des adultes.

139. Nous, au Canada, nous efforcerons de réduire les contenus violents, sexualisés et pernicieux des médias auxquels les enfants sont exposés et de faire mieux connaître leur incidence possible sur le sain développement des enfants. Nous continuerons à coter les contenus médiatiques en fonction de leur caractère violent, sexualisé ou pernicieux et chercherons à faire appliquer plus rigoureusement les limites d’âge relativement à la vente de produits médiatiques. Nous nous doterons, de concert avec nos partenaires, de directives et de ressources pour assurer le suivi des effets sur les enfants des images violentes, sexualisées ou pernicieuses et prônerons des formes de divertissement libres de violence et de préjudices. Nous travaillerons en faveur d’une protection améliorée contre toutes les formes d’exploitation que présente Internet. Enfin, nous encouragerons les médias à être responsables et appuierons la sensibilisation aux médias et la vigilance des consommateurs.

 (f) Enfants immigrants, réfugiés et demandeurs d’asile

140. Chaque année, le Canada offre accueil et protection à des milliers de personnes. Fermement résolus à bâtir une nation plus forte, nous encouragerons les collectivités à accueillir les enfants immigrants et leurs familles qui choisissent d’élire domicile au Canada, et nous offrirons un milieu sûr aux personnes de tout âge déplacées ou persécutées, y compris les demandeurs d’asile et les réfugiés sélectionnés à l’étranger.

141. Nous, au Canada, avons tous un rôle à jouer pour ce qui est d’accueillir les nouveaux arrivants dans nos collectivités. Désireux d’exprimer concrètement nos idéaux et nos valeurs humanitaires d’intégration, de respect de la diversité et de tolérance, nous continuerons d’appuyer et de protéger les enfants immigrants ou réfugiés et leurs familles, ainsi que de faciliter la réunification des enfants réfugiés avec leurs familles au Canada.

142. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires, à l’échelle nationale et internationale, afin de réinstaller et d’aider après leur arrivée les enfants et les familles que le Canada a accepté de protéger. Les personnes qui, étant déjà dans le pays, demandent la protection du Canada, ont droit sur place à un processus de détermination juste et impartial, ainsi qu’à d’autres soutiens pendant leur séjour. Nous viserons l’élaboration d’une politique nationale cohérente d’accueil et de soins pour les enfants séparés qui présentent une demande d’asile au Canada. Nous poursuivrons nos efforts pour fournir de l’aide quant à l’établissement, à l’adaptation et à l’intégration des enfants et des familles d’immigrants qui ont choisi de venir au Canada. Ensemble, nous ferons en sorte que tous les nouveaux arrivants auxquels est accordé le droit de rester au Canada, y compris les enfants, puissent participer pleinement à la vie canadienne.

 (g) Exploitation sexuelle et trafic d’enfants

143. Nous, au Canada, reconnaissons que toutes les formes d’exploitation sexuelle des enfants, même au sein de la famille, dans un but à des fins de prostitution, de pornographie ou d’activités illicites ou de travaux susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la commercial ou pour d’autres considérations, doivent être dûment criminalisées et sanctionnées, aussi bien au Canada qu’à l’étranger. Diverses formes d’exploitation sexuelle des enfants sont considérées comme criminelles aux termes du Code criminel canadien, notamment la pédopornographie, l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet, la prostitution enfantine et le tourisme sexuel axé sur les enfants. Le Canada a récemment intégré à sa Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés une infraction relative au trafic des êtres humains qui est assortie de très lourdes peines, afin de décourager la traite internationale des enfants. Le Canada a signé le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, il a ratifié la Convention no 182 de l’Organisation internationale du travail concernant sur les pires formes de travail des enfants et l’action immédiate en vue de leur élimination (C182 Convention sur les pires formes de travail des enfants de l’OIT) (y compris l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant moralité des enfants), et il a ratifié la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et les protocoles qui l’accompagnent, dont le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir le trafic des personnes, en particulier des femmes et des enfants. Le Canada a participé activement à la négociation de ces instruments et nous exhorterons les autres pays à les ratifier, afin que se concrétisent à l’échelle internationale les bienfaits de leur mise en oeuvre.

144. Nous sommes décidés à agir sur notre territoire et auprès de la communauté internationale pour protéger les enfants contre toute forme d’exploitation sexuelle, y compris les abus sexuels, le trafic et l’enlèvement à des fins sexuelles. Nous continuerons d’appuyer la recherche sur les conséquences de cette exploitation au Canada et dans le reste du monde, ainsi que sur les facteurs de risque sous-jacents tels que la pauvreté, l’exclusion sociale et l’inégalité des sexes. Les partenaires s’attacheront à définir et à promouvoir des stratégies améliorées de prévention, qui tiennent compte de la vulnérabilité des enfants, de la demande des clients et du comportement prédateur des exploiteurs, et qui facilitent le rétablissement et la réinsertion sociale des jeunes victimes. L’exploitation sexuelle des enfants est une forme de violence. Nous nous efforcerons de sensibiliser les Canadiens au caractère illégal et agressif, ainsi qu’aux conséquences néfastes de l’exploitation sexuelle et du trafic des enfants, et nous appuierons les initiatives en ce sens des pays étrangers, notamment des pays en développement et en transition. Sur le plan international, nous concentrerons nos efforts sur l’exploitation sexuelle des enfants dans les zones de conflits armés et soulignerons les responsabilités des combattants et des gardiens de la paix.

145. Par ailleurs, nous nous efforcerons d’améliorer les mécanismes de partage de l’information, à l’échelle internationale et nationale. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires internationaux afin d’élaborer et de mettre en oeuvre des stratégies visant à prévenir l’utilisation criminelle des technologies de l’information à des fins de pédopornographie, l’utilisation des enfants à des fins sexuelles, la prostitution des enfants, le tourisme sexuel axé sur les enfants et la vente d’enfants. Le Canada continuera d’appliquer toutes les ententes internationales auxquelles il est partie, ainsi que d’examiner et de proposer des modifications législatives, si besoin est, pour mieux protéger les enfants, pour faciliter leur témoignage et celui d’autres victimes et témoins vulnérables, et pour punir plus sévèrement les crimes perpétrés contre des enfants.

146. Le Canada cherchera à renforcer la capacité des autorités policières et frontalières de déceler et de prévenir le trafic d’enfants à destination du Canada. Nous donnerons aussi la formation voulue aux responsables, pour les aider à traiter les dossiers en question en tenant compte de l’âge et du sexe des personnes concernées et pour les aider à mieux protéger les victimes de trafic et à poursuivre efficacement les trafiquants. Nous élaborerons des modèles de maintien de l’ordre intégrés visant à fournir de meilleurs outils d’enquête aux autorités policières relativement aux cas de pédopornographie. Nous continuerons aussi de travailler avec nos partenaires internationaux pour élaborer et mettre en oeuvre une base de données internationales d’images pédopornographiques pour aider à identifier les victimes et les endroits suspects.

 Priorités internationales

 (h) Lutte contre le travail des enfants

147. Le Canada considère l’exploitation d’un enfant par le travail comme une violation des droits fondamentaux de cet enfant. Selon l’article 32 de la Convention relative aux droits de l’enfant, le travail peut nuire à la santé d’un enfant ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social. Tout dépend de son sexe, de son âge et de son niveau de développement, ainsi que du type et de la quantité de travail réalisé. Les pires méthodes à cet égard sont le travail forcé, en servitude ou en esclavage, l’exploitation sexuelle, le recrutement d’enfants-soldats, l’utilisation d’enfants dans des activités illicites comme le trafic de drogues et les travaux susceptibles de nuire à leur santé, leur sécurité ou leur moralité. Un travail inoffensif et adapté à l’âge de l’enfant, qui n’entrave pas ses études, peut s’avérer bénéfique, pour les filles et les garçons, en leur procurant un revenu et un sentiment d’accomplissement tout en les aidant à acquérir des compétences sociales et liées à l’emploi qui leur serviront par la suite.

148. Le Canada est résolu à prévenir l’exploitation des garçons et des filles et il continuera de chercher à empêcher et à stopper les formes nocives de travail des enfants. Des efforts seront déployés pour aider les enfants qui travaillent à acquérir les connaissances, les outils et les moyens dont ils ont besoin pour réaliser leur potentiel et pour participer à part entière à la vie communautaire.

149. Le Canada aidera à la résolution du problème du travail nuisible accompli par des enfants en favorisant la réduction de la pauvreté, l’investissement dans l’éducation primaire et l’accroissement de la capacité de production des familles, et particulièrement des femmes. Le Canada s’intéressera au travail des enfants dans le contexte de la libéralisation des échanges, par des accords de coopération dans le domaine du travail, de l’assistance technique et d’autres activités de coopération. Il cherchera également à répondre aux besoins immédiats des filles et des garçons qui travaillent, en favorisant leur accès à l’éducation et aux soins de santé, ainsi que leur participation à la conception, à la mise en oeuvre et à la surveillance des interventions en leur faveur. Les entreprises canadiennes peuvent aider à résoudre le problème du travail des enfants en respectant dans les activités qu’elles mènent à l’étranger des normes volontaires de responsabilité sociale, comme celles qui sont proposées dans les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, en élaborant des codes de conduite spécifiques et en s’engageant, au niveau de la haute direction, contre le recours au travail des enfants. Enfin, les Canadiens peuvent promouvoir une meilleure connaissance à l’échelle internationale, de la Convention relative aux droits de l’enfant et de la C182 Convention sur les pires formes de travail des enfants de l’OIT.

150. Pour les personnes de moins de 18 ans vivant au Canada, nous collaborerons avec les partenaires pour faire en sorte que les horaires de travail soient appropriés et que les enfants soient bien protégés.

 (i) Protection des groupes marginalisés

151. Les enfants les plus marginalisés par la société subissent souvent une violation de leurs droits sous forme d’exploitation, d’abus ou de discrimination. Se retrouvent dans ce groupe ceux qui sont touchés par les conflits armés, les jeunes travailleurs, les enfants exploités sexuellement, les orphelins du sida, les enfants de la rue, les enfants handicapés, ceux qui sont exposés à des discriminations en raison de leur identité ethnique ou religieuse, de leur race, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle, et ceux qui ont des démêlés avec la justice ou qui reçoivent des soins en établissement.

152. Le Canada s’attachera à promouvoir et à appuyer des mesures de protection spéciales pour les enfants des pays étrangers, et particulièrement des pays en développement et en transition, de façon à ce qu’ils puissent jouir pleinement de leurs droits humains. Nous continuerons d’aider à l’élaboration et à l’application de normes internationales visant à éliminer les abus, l’exploitation et la discrimination auxquels sont exposés les garçons et les filles marginalisés. Nous continuerons de sensibiliser les populations aux questions de protection des enfants et de promouvoir, au Canada et sur les tribunes internationales compétentes, l’adoption de mesures de protection spéciales pour ces enfants. Nous appuierons les études portant sur les réalités inhérentes à la vie de ces enfants afin d’établir des politiques et des programmes fondés sur les résultats. Nous renforcerons en outre la capacité de particuliers et d’organismes qui oeuvrent auprès de ces enfants, par le biais de la formation, du perfectionnement et de la distribution de ressources, de même que du réseautage. Nous favoriserons une approche holistique fondée sur la Convention relative aux droits de l’enfant, qui tienne compte du rôle des enfants comme agents de transformation sociale.

 (j) Protection contre les conflits armés

153. Des millions d’enfants dans le monde sont tués, blessés, déplacés ou profondément marqués, aussi bien sur le plan physique que psychologique, par la brutalité des conflits armés. La protection des enfants exposés à de telles situations, ainsi que la promotion de leur sécurité et de leurs droits, est un élément essentiel de la politique étrangère du Canada et de sa programmation et de son assistance internationale. Le Canada est reconnu comme un chef de file sur la scène internationale en ce qui a trait à la protection des droits des enfants et des enfants exposés aux conflits armés, grâce notamment à sa forte représentation au sein des organismes régionaux et multilatéraux, à ses dialogues constructifs avec les autres États et à ses programmes d’intervention sur le terrain.

154. Le Canada continuera de faire de la protection des enfants et des communautés touchées par la guerre, y compris les enfants réfugiés et déplacés, de même que de la protection de leur sécurité et de leurs droits, une des grandes priorités de sa politique étrangère. Il agira en tenant compte du fait que les conflits armés ont des répercussions différentes sur les filles et les garçons, et de l’importance de faire participer les enfants touchés par les conflits à la conception, à la mise en oeuvre et à l’évaluation des programmes réalisés à leur intention. Dans le cadre de nos efforts de promotion des enfants contre les effets des conflits armés, nous prendrons des mesures pour faire cesser les expéditions d’armes légères aux armées qui exploitent des enfants. Nous veillerons également à ce que le Canada respecte le droit humanitaire international et le droit international des droits humains (qu’illustrent des textes comme le Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant la participation d’enfants aux conflits armés). Nous continuerons d’appuyer activement les résolutions et les rapports du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies qui appellent l’ONU et ses États membres à prendre des mesures efficaces pour intégrer à leurs politiques et programmes les droits et le bien-être des enfants touchés par les conflits armés. Au-delà de ces tribunes, nous continuerons de prôner l’adoption d’approches spécifiquement adaptées aux régions et aux pays pour mieux protéger les garçons et les filles touchés par les conflits. Nous encouragerons aussi les organismes humanitaires, de consolidation de la paix et de développement à intégrer les droits de l’enfant à leur programmation.

155. Nous continuerons d’appuyer les efforts intégrés visant à répondre à leurs besoins, notamment dans les domaines suivants : la prévention du recrutement militaire des garçons et des filles, leur démobilisation et leur réinsertion; les besoins de protection spéciale des enfants réfugiés et déplacés, y compris un accès accru à une protection juridique et physique; l’accès à l’éducation et à la formation des métiers et de la résolution de conflits; la réunification des familles; les soins de santé, y compris de santé sexuelle et génésique; la réadaptation psychosociale; la violence sexuelle ou les violences exercées en fonction du sexe; l’inclusion des enfants dans les processus et les accords de paix; la sensibilisation aux besoins des enfants lors de la réinsertion après les conflits.

 4. Promouvoir l’éducation et l’apprentissage

156. La Convention relative aux droits de l’enfant énumère, en matière d’éducation, les objectifs suivants : favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités; inculquer à l’enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles et des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays dont il est originaire et des civilisations différentes de la sienne. L’éducation doit aussi préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes et d’amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d’origine autochtone. Enfin, l’éducation doit inculquer à l’enfant la compréhension des droits humains et des libertés fondamentales, ainsi que le respect du milieu naturel.

157. Les objectifs de l’éducation visés dans l’ensemble du Canada coïncident absolument avec ceux de la Convention relative aux droits de l’enfant. En tant que société, nous considérons comme très important que tous les enfants puissent accéder à l’instruction. S’il est vrai que l’enseignement scolaire est primordial, et qu’il peut être reçu dans des contextes divers (par exemple dans des établissements parallèles ou à la maison), l’éducation et l’apprentissage comprennent aussi la gamme complète des expériences de la vie et des processus qui permettent aux enfants, individuellement et collectivement, de développer leurs dons et leurs capacités afin de mener une vie pleine et satisfaisante dans la société. Les parents, les organismes communautaires, les services de garde des enfants, les écoles, les centres de ressources, les bénévoles et les membres de la collectivité ont tous un apport à fournir en matière d’apprentissage.

 Priorités d’action

 (a) Apprentissage de qualité

158. La famille constitue le premier éducateur de l’enfant mais, à mesure que celui-ci grandit, il poursuit son apprentissage dans d’autres milieux, y compris à l’école, au sein de la communauté et auprès de ses pairs. Ces milieux contribuent au développement de la personnalité, des talents et des capacités mentales et physiques de l’enfant. Il est donc essentiel, pour assurer la qualité de l’éducation, de mettre l’accent sur la qualité du milieu d’apprentissage, ainsi que sur les processus et les programmes servant à l’enseignement et à l’apprentissage.

159. Nous, au Canada, continuerons d’assurer la qualité de l’apprentissage des enfants, où qu’ils vivent et quelles que soient les difficultés particulières qu’ils éprouvent. Il faut donc des milieux d’apprentissage qui sachent susciter l’intérêt des jeunes et s’adapter à leur style et à leurs besoins d’apprentissage, ainsi qu’à leurs cultures spécifiques. Nous continuerons de promouvoir des contextes d’apprentissage qui sont sûrs et accessibles, qui soutiennent les jeunes et qui sont fondés sur les principes de respect, de diversité et d’inclusion. Ensemble, nous prendrons appui sur les atouts individuels, familiaux et communautaires et renforcerons leurs capacités afin de fournir des occasions d’apprentissage de qualité. Nous continuerons aussi d’intégrer de nouvelles méthodes d’apprentissage qui misent sur les ressources technologiques et la sensibilisation aux médias, tout en insistant sur la formation aux arts dès le plus jeune âge. C’est en favorisant par divers moyens l’apprentissage de qualité  que nous continuerons à assurer que tous les enfants acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir des participants à part entière de l’ensemble de la société.

 (b) Arts et culture

160. Des études nous apprennent que la participation à des activités artistiques et culturelles est une composante capitale du sain développement de l’enfant. Les enfants ont besoin d’occasions de s’exprimer et de jouer et ils en tirent grand profit. En participant à des processus de création dans divers médias, y compris technologiques, ils se familiarisent avec de nouveaux moyens d’apprendre et de développer leur imagination, leurs idées, leur capacité d’observation et leurs sentiments. Selon les études, les activités créatrices menées tout au long de l’enfance ont diverses retombées positives : la réussite scolaire, une santé et des compétences sociales améliorées, de meilleures capacités intellectuelles et une implication moindre dans la criminalité.

161. Les activités culturelles et artistiques servent aussi à favoriser l’engagement des enfants dans la vie collective. Les petits centres d’arts de quartier peuvent servir de points d’accès aux programmes artistiques. Les enfants autochtones de villages ruraux ou éloignés réagissent avec enthousiasme à de tels programmes lorsque des installations leur sont offertes. Les espaces conçus pour les enfants plus âgés qui vivent dans des situations à risques, y compris les enfants de la rue ou itinérants, peuvent leur servir d’outils de réinsertion. Le secteur culturel réunit un quart de la main-d’oeuvre canadienne; aussi les centres d’art et de création peuvent-ils aider grandement les jeunes à étoffer leur curriculum vitae ou leur portfolio et leur ouvrir l’accès à l’éducation et, à terme, à un emploi.


162. Nous assurerons une meilleure sensibilisation aux avantages des activités artistiques et culturelles pour les enfants. Nous multiplierons les occasions de participation à des programmes artistiques et culturels dans la communauté. Nous encouragerons les artistes et les organismes artistiques à continuer de faire la promotion des arts et à nouer des relations avec les enfants, les parents, les familles et les enseignants, dans des contextes formels et informels, ainsi que dans des lieux ou se tiennent des spectacles ou des expositions. Nos stratégies favoriseront des programmes socialement intégrateurs, dispensés dans une perspective holistique. Nous encouragerons la formation et le renforcement des capacités des artistes créateurs et des animateurs, ainsi que la collaboration, le réseautage et le partage de ressources entre tous les paliers de gouvernement, les conseils des arts et les organisations communautaires, les institutions culturelles et patrimoniales et les artistes professionnels.

 (c) Sensibilisation aux droits humains et citoyenneté mondiale

163. Le respect des droits humains et des libertés fondamentales est une valeur canadienne essentielle. Ces droits et responsabilités, tels qu’ils figurent dans la Convention relative aux droits de l’enfant et dans la Charte canadienne des droits et libertés, touchent non seulement les enfants, mais aussi les personnes qui sont responsables d’eux. Nous sommes résolus à sensibiliser les Canadiens à la façon dont ces droits et libertés influent sur leurs vies. C’est en aidant les enfants et nos autres partenaires à comprendre la nature des droits humains que nous pourrons les sensibiliser aux droits et aux responsabilités découlant de notre citoyenneté et aux problèmes qu’entraînent la discrimination et l’intolérance.

164. Nous continuerons à faire en sorte que les citoyens du Canada aient l’occasion de mieux connaître et comprendre les droits et responsabilités de la citoyenneté. En diffusant la Convention relative aux droits de l’enfant et en favorisant la sensibilisation à ce texte, nous nous efforcerons d’en faire connaître plus largement les principes et les dispositions. En employant des méthodes qui favorisent le respect mutuel, nous nous attacherons à informer et à impliquer les enfants, les jeunes, les enseignants, les parents et les autres personnes qui travaillent avec les enfants, ainsi que d’autres publics qui n’ont pas normalement un accès facile à des documents sur les droits humains. Nous nous efforcerons de tenir compte des droits et du développement de l’enfance dans les politiques et les programmes, à l’échelle tant nationale qu’internationale.

165. La sensibilisation aux droits humains favorise aussi la sensibilisation à la paix, qui englobe l’édification de la paix et la formation à la résolution des conflits. Nous nous efforcerons aussi de faire mieux comprendre les grands enjeux mondiaux aux enfants et de les habiliter à agir de façon éclairée, en tant que citoyens du monde, en leur permettant de se mettre en contact avec des enfants d’autres parties du monde, par Internet et d’autres médias, ainsi que personnellement grâce à des échanges de jeunes. Nous améliorerons la prise de conscience des jeunes à l’égard du développement international et élaborerons des outils éducatifs appropriés.

 (d) Culture canadienne et identité nationale

166. Tous les enfants du Canada ont le droit de se sentir fiers de leur citoyenneté et de leur identité nationale. Qu’ils soient citoyens de naissance ou par choix, ils doivent avoir la possibilité d’apprendre l’histoire et la géographie du Canada, de mieux connaître notre culture et nos valeurs communes, notre système de gouvernement et les responsabilités de la citoyenneté. Nous favoriserons une bonne compréhension de toutes les cultures qui composent la société canadienne, y compris celles des Français, des Anglais et des Autochtones dans l’histoire de notre pays et l’apport des immigrants venus au Canada des quatre coins du monde. Nous nous attacherons à mettre en valeur la richesse que les Autochtones représentent pour la société canadienne et les difficultés qui leur ont été imposées. Nous aiderons les enfants à acquérir des aptitudes et des compétences dans les deux langues officielles, en plus d’aider nos peuples autochtones à apprendre les leurs.

167. Nous encouragerons nos institutions culturelles nationales – la Société Radio-Canada, la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), l’Office national du film (ONF), Bibliothèque et Archives Canada, le Conseil des arts du Canada, le Centre national des arts et le réseau des musées nationaux et des musées des beaux-arts – à continuer d’élargir leur rayonnement auprès des enfants. Nous appuierons la préparation de matériel d’apprentissage dans le domaine des études canadiennes, particulièrement pour les sujets qui sont considérés comme sous-développés ou négligés. Nous appuierons les programmes qui facilitent la compréhension du processus démocratique et des élections et qui favorisent l’engagement du citoyen. Nous continuerons d’aider les communautés de langue officielle en situation minoritaire à transmettre leur langue à leurs jeunes enfants et à appuyer la production, la distribution et la promotion de contenus canadiens qui reflètent notre dualité linguistique et notre diversité culturelle.


 (e) Sensibilisation à l’environnement et durabilité écologique

168. Malgré les nombreux succès du mouvement écologiste, il reste encore beaucoup à faire pour que notre société comprenne la complexité des conditions environnementales. Les enfants du Canada s’inquiètent de la qualité de l’air qu’ils respirent, de l’eau qu’ils boivent, de la production d’aliments sains, du recyclage des déchets, des menaces à la biodiversité, des changements climatiques et de l’intégrité de nos écosystèmes. Ils veulent en savoir plus sur la durabilité de l’environnement, au Canada et dans le monde, et veulent avoir l’occasion d’y contribuer.

169. Nous, au Canada, appuierons la Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable, décrétée au Sommet mondial de Johannesburg, qui commencera le 1er janvier 2005. Nous reconnaîtrons le souci et l’énergie des enfants en matière d’environnement et saluerons leurs réalisations. Nous continuerons de fournir aux enfants des occasions de participer à l’amélioration de la qualité de l’environnement, au moyen d’activités comme la Table ronde des jeunes sur l’environnement. Nous produirons du matériel d’enseignement à jour afin d’accroître l’apprentissage environnemental et la durabilité. Nos efforts appuieront une sensibilisation et une capacité communautaires accrues, l’engagement social et l’action des entreprises.

 (f) Alphabétisation

170. Être alphabétisé, c’est bien plus que savoir lire, écrire et compter. C’est aussi pouvoir comprendre, utiliser et communiquer des renseignements de toutes sortes dans la vie quotidienne. L’alphabétisation touche pratiquement tous les aspects de notre vie, mais des études révèlent que de nombreuses personnes au Canada ne savent pas suffisamment lire, écrire ou compter pour participer pleinement à la vie professionnelle ou communautaire. L’alphabétisation est fortement liée au rendement scolaire chez les enfants et, chez les adultes, au fait de pouvoir trouver un emploi et le conserver. L’amélioration des compétences de lecture et d’écriture peut donc favoriser l’épanouissement et le développement personnel, ainsi que le bien-être économique.

171. Nous, au Canada, sommes décidés à accroître les capacités de lecture et d’écriture des enfants, des adolescents et des familles. À cette fin, nous insisterons sur l’importance de l’alphabétisation et de l’apprentissage continu pour une participation active à tous les aspects de la vie. Nous appuierons nos partenaires communautaires et continuerons de travailler activement au développement des capacités de lecture et d’écriture en sensibilisant davantage le public à la question, en partageant de l’information, en développant du matériel d’apprentissage et en faisant avancer les recherches de manière à mieux comprendre les besoins et les obstacles liés à l’alphabétisation de la population tout entière. Nous veillerons à ce que les familles possèdent les compétences nécessaires en alphabétisation pour augmenter leurs connaissances, atteindre leurs objectifs et contribuer à la croissance du pays.

 (g) Éducateurs formés et compétents

172. Les puériculteurs et les enseignants qui encouragent, habilitent et inspirent les enfants canadiens à apprendre jouent un rôle de première importance, non seulement à l’égard du rendement scolaire des enfants, mais aussi pour ce qui est d’établir les fondements de l’apprentissage que les élèves conserveront toute leur vie. Des puériculteurs et des enseignants compétents et dûment formés sont essentiels pour dispenser une éducation de qualité aux enfants.


173. Il importe que les partenaires travaillent ensemble, en continuant de veiller à ce que les puériculteurs et les enseignants soient soutenus, valorisés et respectés pour l’important rôle professionnel qu’ils jouent. Nous nous efforcerons de bien comprendre les défis que doivent relever les éducateurs et d’approfondir notre connaissance des besoins en apprentissage des enfants en améliorant la sensibilisation et la recherche à cet égard. Nous continuerons de saluer les efforts des enseignants exceptionnels de toutes les disciplines, et des puériculteurs qui transmettent aux enfants les outils nécessaires pour devenir de bons citoyens, pour se développer et grandir en tant que personnes et pour contribuer à la croissance, à la prospérité et au bien-être du Canada.

 (h) Éducation pour tous : une priorité internationale

174. L’éducation de base joue un rôle essentiel dans l’amélioration de la qualité de vie des individus et elle contribue énormément au développement humain, social et économique. Elle est en outre essentielle au développement durable et à la réduction de la pauvreté. En fait, sans éducation, il sera sans doute impossible de réduire la pauvreté à l’échelle nationale et internationale ou d’éliminer les inégalités entre pays et à l’intérieur de ceux-ci.

175. Le Canada continuera à travailler avec la communauté internationale pour assurer que tous les enfants reçoivent une éducation de base. Nos efforts seront principalement axés sur l’initiative mondiale Éducation pour tous et trois de ses grands objectifs. Premièrement, nous nous efforcerons de faire en sorte que tous les enfants aient accès à un enseignement primaire gratuit, obligatoire et de qualité et qu’ils terminent leurs études primaires. Pour ce faire, nous accorderons une attention toute particulière aux personnes qui sont souvent marginalisées, notamment les autochtones, les membres de groupes minoritaires, les enfants qui vivent en zone de conflits, les enfants qui travaillent et les enfants handicapés ou ayant des besoins particuliers. Deuxièmement, nous appuierons les efforts visant à promouvoir l’égalité des sexes en veillant plus particulièrement à ce que les filles aient pleinement accès, sur un pied d’égalité, à une éducation de base de qualité et en éliminant les disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire. Enfin, nous chercherons à améliorer la qualité de l’éducation de base, particulièrement en ce qui à trait à la capacité de lire, d’écrire et de compter et aux connaissances élémentaires et ce, pour les apprenants de tous les groupes d’âge. Pour aider à la réalisation de ces objectifs, nous appuierons les initiatives qui visent à élargir l’accès à une éducation de qualité, par exemple en intégrant les stratégies axées sur l’égalité des sexes, en améliorant la qualité de l’instruction en classe, en favorisant le respect des droits humains par l’enseignement, en encourageant le recours aux technologies de l’information et de la communication – comme moyens d’améliorer l’accès, l’égalité et la qualité en matière d’éducation – et en rehaussant le niveau de coopération et de coordination entre les partenaires en éducation.

 C. Accélérer le rythme

 Appel à l’action

176. Appuyer les familles et renforcer les communautés, promouvoir la vie saine, mettre les enfants à l’abri du danger et promouvoir l’éducation et l’apprentissage sont autant d’objectifs réalisables au Canada, à condition d’y mettre la volonté et les ressources nécessaires.

177. Certes, il sera beaucoup plus difficile de réaliser ces objectifs dans les pays en développement ou les pays en transition, mais il ne faut pas perdre espoir. Le Canada peut encore accomplir beaucoup. Nous pouvons agir dans le cadre de nos objectifs de politique étrangère visant la promotion de la prospérité mondiale et la sécurité et prôner le respect des accords internationaux auxquels le Canada est partie, y compris la Convention relative aux droits de l’enfant. Notre Aide publique au développement continuera d’être axée sur l’appui au développement durable dans les pays en développement, afin de réduire la pauvreté et de contribuer à la mise en place d’un monde plus sûr, plus équitable et plus prospère.

178. Au Canada, nous avons déjà marqué des progrès considérables dans la protection des droits et du bien-être des enfants. Mais, conscients du fait que les enfants canadiens ne sauraient s’épanouir indépendamment des enfants du monde, nous réitérons notre engagement à l’égard des objectifs plus vastes contenus dans Un monde digne des enfants.

 Partenariats et participation

179. Nul gouvernement ou nul particulier ne saurait, en agissant seul, atteindre les objectifs d’Un Canada digne des enfants ou d’Un monde digne des enfants. Tous les segments de la société, y compris les gouvernements, les secteurs privé et bénévole, de même que les garçons et les filles, ayant des rôles à jouer dans cette tâche commune, nous devons maintenant réunir nos forces en vue de poursuivre notre objectif commun de garantir les droits et le bien-être de tous les enfants du Canada et du monde.

180. Par conséquent, nous invitons les partenaires suivants à participer à la mise en oeuvre du Plan d’action.

(1) Les enfants, y compris les adolescents. Il faut nourrir et diriger l’énergie et la créativité des enfants afin qu’ils puissent agir directement sur leur milieu, leur société, le monde dans lequel ils vivent et celui dont ils hériteront.

(2) Les parents et les familles. Comme ils sont les premiers responsables du bien-être de leurs enfants, il faut les soutenir dans leur rôle. Il convient également de reconnaître et de valoriser le rôle des grands-parents et des aînés, porteurs d’une sagesse et d’expériences qu’ils peuvent partager.

(3) Les pouvoirs publics de tous les paliers. La coopération et un dialogue continu entre les différents ordres et paliers de gouvernement seront essentiels.

(4) Les parlementaires, les députés provinciaux, les membres des pouvoirs publics autochtones et les conseillers municipaux. Ils sont essentiels à la réalisation du Plan d’action puisqu’ils adopteront les mesures législatives, élaboreront les règlements nécessaires et sensibiliseront la population au caractère prioritaire des problèmes des enfants.

(5) La société civile. Le secteur bénévole, les organismes communautaires, les agences et les associations professionnelles au service des jeunes sont des défenseurs avertis des enfants et ils ont un grand rôle à jouer dans la promotion et la création de milieux propices à leur santé et à leur bien-être.

 (6) Le secteur privé. Les associations d’entreprises ont une responsabilité toute particulière, celle d’adopter et d’appliquer des moyens pour adapter les milieux de travail en fonction des familles et de faire preuve de la responsabilité sociale.

(7) Les dirigeants religieux, spirituels, culturels et les Aînés autochtones. En tant que gardiens de la spiritualité, leur sagesse et leur inspiration nous sont nécessaires.

(8) Les universitaires et les chercheurs. Nous avons besoin de leur aide pour accroître nos connaissances sur le développement de l’enfant, pour mieux comprendre les interaction complexes entre les enfants et la société et pour mettre en oeuvre les meilleures pratiques.

(9) Les enseignants, les puériculteurs, les travailleurs des services à l’enfance et à la jeunesse, les parents de familles d’accueil, les travailleurs sociaux, les entraîneurs sportifs, les policiers, les membres des services correctionnels et les autres personnes qui travaillent directement avec les enfants. Comme ils sont en contact avec les enfants au quotidien, leur influence est immense.

(10) Les pourvoyeurs de soins de santé. Les pédiatres, les médecins de famille, les spécialistes, les infirmières et les autres professionnels ont un rôle essentiel dans la promotion d’une vie saine pour les enfants.

(11) Les médias et leurs associations. Nous avons besoin de leur aide pour sensibiliser le public à l’importance des enfants et des familles, ainsi qu’aux défis auxquels ceux-ci font face. Nous voulons aussi qu’ils soient attentifs à leur propre influence sur les enfants.

 (12) Les artistes, les écrivains et les musiciens. Comme ils comprennent le rôle de l’imagination, ils sont à même d’accroître la capacité des enfants de faire du monde qu’ils connaissent le monde dont ils rêvent.

181. Pour pouvoir relever nos défis internationaux, nous continuerons à travailler en association avec les organisations régionales et internationales, particulièrement celles de la famille des Nations Unies, les institutions issues des accords de Bretton Woods et les autres organisations multilatérales. Parmi nos plus importants partenaires figurent les organisations non gouvernementales internationales ainsi que les ONG canadiennes axées sur le développement international qui s’engagent sur le terrain auprès des collectivités locales et qui travaillent si efficacement pour et avec les enfants.

 Rester sur la bonne voie

182. Lors de la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants, le Canada s’est donné comme but explicite d’intégrer dans Un monde digne des enfants des termes propres à renforcer l’importance d’une participation active des enfants. Le gouvernement du Canada a aussi veillé à ce que, partout où c’était possible, le texte de la déclaration et du plan d’action prône et vise à protéger les droits de l’enfant, et surtout les droits des enfants plus vulnérables.

183. Dans cet esprit, Nous, au Canada, réitérons notre engagement à atteindre les buts et objectifs d’Un monde digne des enfants et les buts fixés dans le Plan d’action national intitulé Un Canada digne des enfants, sachant que, comme pour le Sommet mondial pour les enfants de 1990, une mise en oeuvre progressive aboutira à un monde plus digne des enfants et de nous tous.

184. Un Canada digne des enfants est essentiellement une feuille de route destinée à guider les efforts collectifs du Canada pour et en collaboration avec les enfants et un appel à l’action qui définit des stratégies auxquelles tous les Canadiens peuvent contribuer. Nous sommes résolus à prendre les mesures nécessaires pour assurer la mise en oeuvre du plan d’action national du Canada pour les enfants et à rendre compte des résultats aux Nations Unies. Nous continuerons à collaborer avec un large éventail de partenaires et à encourager ceux-ci à participer aux activités qui feront avancer la mise en oeuvre de ce plan. Il incombera à tous les partenaires de tracer leurs propres cheminements, avec comme guide la Convention relative aux droits de l’enfant. En réexaminant régulièrement nos actions respectives, en nous tenant à la fine pointe des principales politiques et activités relatives aux enfants, en rassemblant des données et en élaborant des rapports, le Canada sera à même de mesurer les progrès accomplis dans la réalisation de ses objectifs, tout en respectant mieux ses obligations aux termes de la Convention. Nous reconnaissons que ces progrès demanderont du temps, mais notre engagement ne fléchira pas et nous persévérerons car nous devons à nos enfants ce que nous avons de meilleur à leur donner.

 

 

V. LES RÉALISATIONS ET LES ENGAGEMENTS DU GOUVERNEMENT DU CANADA AU PROFIT DES ENFANTS

 

185. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement du Canada a effectué des investissements et pris des engagements substantiels à l’égard des enfants au Canada. Les exemples ci-après, assortis de balises et d’étapes, se veulent une feuille de route destinée à nous servir de guide pour l’avenir.

 A. Les enfants du Canada : Appuyer les trois conditions clés considérées comme favorisant l’épanouissement de l’enfant : un revenu familial suffisant; des parents qui jouent bien leur rôle au sein de familles fortes et unies; et des collectivités solidaires et bienveillantes.

 

1. Balise Æ Vers un revenu suffisant pour les familles avec enfants

 

Étapes

Investissements

La Prestation fiscale canadienne pour enfants(PFCE), un versement mensuel non imposable, représente le principal moyen par lequel le gouvernement fournit de l’aide financière aux familles ayant des enfants. Elle comporte deux volets :

 

Une prestation de base qui s’adresse aux familles à revenu faible ou moyen et qui comprend un supplément pour les enfants de moins de sept ans. À l’heure actuelle, environ 3,2 millions de familles canadiennes et leurs 5,7 millions d’enfants ont bénéficié de la PFCE, ce qui représente plus de 80 pour cent des familles.

 

Le supplément de la Prestation nationale pour enfants (PNE), qui procure une aide supplémen­taire aux familles à faible revenu ayant des enfants. Le supplément de la PNE est versé à 40 pour cent des familles canadiennes. En 2002-2003, environ 1,5 million de familles ayant 2,7 millions d’enfants ont reçu le supplément de la PNE.

 

Le supplément de la PNE est la contribution fédérale à l’initiative de la Prestation nationale pour enfant(PNE) aux termes de laquelle les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux collaborent en vue de réduire la pauvreté des enfants, tout en favorisant la participation des parents au marché du travail. Introduite en 1998, la PNE est un partenariat entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux (sauf le Québec) qui comporte un volet pour venir en aide aux Premières nations; elle offre aux familles à faible revenu avec des enfants un soutien au revenu ainsi que des prestations et des services.

2000 : La PFCE a été entièrement indexée au taux d’inflation en 2000. En date de juillet 2000, la prestation annuelle maximale (y compris le supplément de la PNE) était de 2 081 $ pour le premier enfant, de 1 875 $ pour le deuxième et de 1 875 $ pour chacun des autres enfants. Pour l’année de programme 2000, 7 milliards de dollars de PFCE ont été versés aux familles canadiennes ayant des enfants. Les sommes investies seront majorées de 2,6 milliards de dollars par année d’ici 2004.

 

È

 

2003 : En date de juillet 2003, la PFCE annuelle maximale (y compris le supplément de la PNE) était de 2 632 $ pour le premier enfant, de 2 423 $ pour le deuxième et de 2 427 $ pour chacun des autres enfants. Pour l’année de programme 2003, 8,4 milliards de dollars ont été versés aux familles canadiennes. Le budget fédéral de 2003 a annoncé que les sommes investies au titre de la PFCE seront majorées de 965 millions de dollars par année jusqu’en 2007.

 

È

 

2007 : En date de juillet 2007, la PFCE annuelle maximale (y compris le supplément de la PNE) devrait atteindre 3 243 $ pour le premier enfant, 3 016 $ pour le deuxième et 3 020 $ pour chacun des autres enfants. Le total des PFCE versées aux familles canadiennes ayant des enfants dépassera le cap des dix milliards de dollars par an pour l’année de programme 2007.


Dans le cadre de l’initiative de la PNE, les provinces, les territoires et les Premières nations aident également les familles à faible revenu avec des enfants dans cinq secteurs clés : les prestations pour enfants et les suppléments du revenu, les services à la petite enfance et aux enfants à risque, les garderies, les prestations supplémentaires pour soins médicaux ainsi que d’autres prestations et services.

 

Étapes

Investissements

La Prestation pour enfants handicapés(PEH), introduite en 2003 en guise de supplément à la PFCE, vise à venir en aide aux enfants ayant une déficience physique ou mentale grave et prolongée des familles à revenu faible ou moyen.

2004 : Pour l’année de programme 2004, la PEH maximale est de 1 653 $. Cette somme sera versée aux familles dont le revenu net est inférieur à 35 000 $. Les prestations seront réduites pour les familles ayant un revenu moyen se situant entre 35 000 $ et environ 50 000 $. Quelque 40 000 familles par année se partageront des PEH totalisant 50 millions de dollars.


 

 

2. Balise Æ Des familles plus fortes et unies

 

Étapes

Investissements

En vertu de l’Entente fédéral-provincial-territorial sur le développement de la petite enfance, annoncé en septembre 2000, le gouvernement du Canada contribue au soutien des investissements des provinces et des territoires dans des programmes et des services axés sur le développement de la petite enfance.

2001-2002 : Dans le cadre du transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux (TCSPS), 300 millions de dollars ont été investis pour améliorer les programmes et les services axés sur le développement de la petite enfance dans les provinces et les territoires.

È

2002-2003 : Un investissement de 400 millions de dollars de plus a été transféré aux provinces et aux territoires.

È

2003-2004 : Un investissement de 500 millions de dollars de plus a été transféré aux provinces et aux territoires.

È

2004-2005 : Un investissement de 500 millions de dollars de plus a été transféré aux provinces et aux territoires.

È

2005-2006 : Un investissement de 500 millions de dollars de plus sera transféré aux provinces et aux territoires.


En vertu du Cadre multilatéral pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, annoncé en mars 2003, le gouvernement du Canada soutient les investissements provinciaux et territoriaux au chapitre de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants. Dans le budget de 2004, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il accorderait, en 2004-2005 et en 2005-2006, des fonds supplémentaires en vertu du Cadre multilatéral.

À titre de complément au Cadre multilatéral, le gouvernement a annoncé dans le budget de 2003 qu'il accorderait 35 millions de dollars à l’apprentissage et la garde de jeunes enfants autochtones, essentiellement ceux qui vivent dans des réserves. À cet investissement s’ajoutent les 10 millions de dollars annoncés dans le budget de 2004.

2003-2004 : Un investissement initial de 25 millions de dollars a été alloué aux provinces et aux territoires aux termes du TCSPS.

È

2004-2006 : Les fonds transférés aux provinces et aux territoires dans le cadre du TCSPS augmenteront de 150 millions de dollars.

È

2008 : Compte tenu des investissements accrus annoncés dans le budget de 2004, l’investissement total sera maintenant de 1,05 milliard de dollars sur cinq ans.

 

 


Étapes

Investissements

Les prestations de maternité et les prestations parentales au titre du régime d’assurance-emploi prévoient le remplacement temporaire du revenu jusqu’à concurrence d’un an lorsqu’un nouveau parent reste à la maison pour s’occuper d’un nouveau-né ou d’un enfant nouvellement adopté. Entre 2000-2002, le nombre de demandes de prestations de maternité a augmenté de presque 10 pour cent et le nombre de demandes de prestations parentales, de 18 pour cent. Dans le cas des pères, il s’agit d’une hausse de près de 80 pour cent.

2000-2001 : Près de 752 millions de dollars ont été consacrés au financement de 176 000 demandes de prestations de maternité; et 502 millions de dollars au financement de 178 000 demandes de prestations parentales.

È

2002-2003 : Un investissement de 859 millions de dollars a été consacré au financement de 193 000 demandes de prestations de maternité; et 1,9 milliard de dollars au financement de 196 000 demandes de prestations parentales.

La prestation de compassion, annoncé en 2004, procure un revenu de soutien temporaire allant jusqu’à huit semaines, aux termes du Programme d’emploi et d’assurance aux personnes qui s’occupent de membres de leur famille gravement malades.

2004-2005 : Un investissement de 221 milliards de dollars a été affecté annuellement au titre de cette initiative.


 

L’Initiative visant la garde d’enfants chez les Inuits et les Premières nations appuie la création de programmes de garde d’enfants adaptés aux besoins des Premières nations et des Inuits et comportant notamment des volets culturel et linguistique.

2000 : Un investissement de 41 millions de dollars a permis de venir en aide à plus de 7 000 enfants dans 389 collectivités.

È

2002-2003 : En vertu de la Stratégie fédérale de développement de la petite enfance autochtone et des Premières nations, les investissements passent à 50 millions de dollars par année en vue d’améliorer la qualité des locaux existants et de créer de nouveaux locaux.

Le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les réserves est une mesure d’intervention précoce qui s’adresse aux enfants des Premières nations de la naissance à 6 ans et à leurs familles vivant dans les réserves.

2000-2001 : Un investissement de 25 millions de dollars a été consacré aux programmes et aux services destinés à 7 000 enfants dans le cadre du Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les réserves, et 22,5 millions de dollars aux programmes et aux services offerts à 3 200 enfants dans le cadre du PAPA dans les collectivités urbaines et nordiques.

È


 

Le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones (PAPA) dans les collectivités urbaines et nordiques est une mesure d’intervention précoce destinée aux enfants inuits, métis et des Premières nations, ainsi qu’à leurs parents vivant dans les centres urbains et les grandes collectivités nordiques.

2002 : Dans le cadre de la Stratégie fédérale de développement de la petite enfance autochtone et des Premières nations, les investissements annuels ont été majorés de 46,5 millions de dollars pour le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les réserves, et de 35,1 millions de dollars pour le PAPA dans les collectivités urbaines et nordiques.

Le Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP) est un programme communautaire qui contribue à l’élaboration ou à l’amélioration de services destinés aux femmes enceintes à risque, notamment celles qui vivent dans la pauvreté, les adolescentes et les femmes isolées ou ayant difficilement accès aux services.

2000-2001 : Un investissement de 27,3 millions de dollars a été consacré au financement de programmes et de services destinés à 34 000 femmes dans le cadre de 301 projets; et 14,2 millions de dollars au financement de programmes et de services offerts à quelque 7 500 enfants des Premières nations et enfants inuits dans 6 000 familles dans le cadre d’environ 550 projets.

È


Étapes

Investissements

Le volet « Premières nations et Inuits » du PCNP est un programme communautaire qui offre des ressources, de la formation et du soutien aux femmes des Premières nations et inuites qui vivent dans les réserves ou les communautés inuites.

2002-2003 : Un montant de 31 millions de dollars a été consacré au financement de programmes et de services destinés à 44 000 femmes dans le cadre de 320 projets; et 14,2 millions de dollars au financement de programmes et de services offerts aux enfants des Premières nations et aux enfants inuits.

Le Programme d’action communautaire pour les enfants (PACE) finance des coalitions communautaires qui établissent des programmes et offrent des services qui répondent aux besoins de développement des enfants de moins de six ans vivant en situation de risque.

2000-2001 : Un investissement de 59,5 millions de dollars a été consacré au financement de programmes et de services destinés à 57 038 enfants et à 47 234 parents dans 409 centres.

È

2002-2003 : Un investissement de 59,5 millions de dollars a été consacré au financement de programmes et de services destinés à 66 468 enfants et à 52 136 parents dans environ 408 centres.


 

En 2002, on a annoncé l’adoption de la Stratégie de justice familiale axée sur l’enfant pour aider les parents à tenir compte des besoins de leurs enfants après une séparation ou un divorce.

 

 

L’Initiative de lutte contre la violence familiale et le Centre national d’information sur la violence dans la famille sont dirigés par Santé Canada, qui coordonne 12 ministères fédéraux dont l’objectif à long terme est de réduire la violence familiale au Canada par la sensibilisation et la recherche.

2003-2008 : Un investissement de 163 millions de dollars réparti sur cinq ans comprend 68 millions de dollars versés aux organisations non gouvernementales pour le financement des services de justice à la famille (médiation et sensibilisation des parents) dans les provinces et les territoires; 47,3 millions de dollars pour les tribunaux unifiés de la famille; et 47,7 millions de dollars pour la mise en oeuvre des réformes et les activités fédérales.

 

 

L’Initiative de lutte contre la violence familiale et le Centre national d’information sur la violence dans la famille sont dirigés par Santé Canada, qui coordonne 12 ministères fédéraux dont l’objectif à long terme est de réduire la violence familiale au Canada par la sensibilisation et la recherche.

Un investissement de sept millions est consacré chaque année à l’Initiative de lutte contre la violence familiale.


 

Des Modifications du Code criminel ont été introduites concernant la protection de l’enfant :

2002 : Les nouvelles dispositions concernant l’exploitation des enfants interdisent l’utilisation de l’Internet pour leurrer et exploiter les enfants à des fins sexuelles, et modifient les dispositions sur le tourisme sexuel de façon à faciliter la poursuite de Canadiens coupables d’agressions sexuelles contre des enfants à l’étranger.

È

2004 : De nouvelles dispositions législatives ont été déposées à la Chambre des communes en vue de protéger les enfants et autres personnes vulnérables de l’exploitation sexuelle, d’abus et de négligence en prévoyant des restrictions plus rigoureuses en matière de pornographie infantile, en créant une nouvelle catégorie d’exploitation sexuelle, en augmentant la durée des peines maximales et en facilitant le témoignage des témoins et des enfants victimes d’agressions.


Étapes

Investissements

L’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) est une étude à long terme qui permet d’exercer un suivi du développement et du bien-être des enfants canadiens, de la naissance jusqu’au début de l’âge adulte. Les données révèlent l’influence que la famille, les amis, l’école et la collectivité peuvent avoir sur le développement physique de l’enfant, son comportement et son apprentissage.

Le programme Comprendre la petite enfance (CPE) constitue une activité nationale qui vise à procurer aux collectivités l’information dont elles ont besoin pour prendre des décisions éclairées lorsqu’elles élaborent des politiques et programmes qui doivent s’avérer pertinents pour les familles ayant de jeunes enfants.

2000-2001: Un investissement de 7,7 millions de dollars a été consacré à l’ELNEJ et au programme CPE.

È

2002-2003: Un investissement de 8,5 millions de dollars a été consacré à l’ELNEJ et au programme CPE.

È

2004: Dans le budget de 2004, le gouvernement a annoncé qu’il consacrera 14 millions de dollars sur deux ans pour étendre l’initiative CPE de 12 à 100 collectivités.


 

Dans le cadre du Programme de partenariats pour le développement social, les investissements dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants servent à promouvoir la recherche, la diffusion et l’application de connaissances, de solutions novatrices et de méthodes adéquates relativement aux enfants et aux familles; à favoriser la concertation et la création de partenariats et de réseaux; et à renforcer les capacités des organismes sans but lucratif qui oeuvrent dans le domaine social.

2000-2001: Un investissement de 5,2 millions de dollars a été consacré aux projets de l’apprentissage et de garde des jeunes enfants.

È

2002-2003: Un investissement de 5,2 millions de dollars a été consacré aux projets de l’apprentissage et de garde des jeunes enfants.


 

3. Balise Æ Vers l’établissement de communautés solidaires et bienveillantes

 

Étapes

Investissements

La Stratégie nationale pour la prévention du crime (SNPC), lancée en 1998, vise surtout les enfants, les jeunes, les femmes et les Autochtones. La SNPC est axée sur la prévention du crime par le développement social et contribue au renforcement des capacités communautaires.

À tire de composante de la SPNC, la Stratégie nationale sur la jeunesse de la Gendarmerie royale du Canada s’attaque aux causes profondes de la criminalité et de la victimisation par des interventions précoces dans les communautés. De plus, la Sous-direction des services de police autochtones nationale a mis sur pied un programme de prévention du suicide chez les jeunes Autochtones.

2000-2001 : Un investissement de 13,8 millions de dollars a été affecté à des projets visant les enfants et les jeunes.

È

2002-2003 : Un investissement de 18,2 millions de dollars a été affecté à des projets visant les enfants et les jeunes.


L’Initiative sur le renouvellement du système de justice pour les jeunes, lancée en 1998, traite de la prévention, des lourdes conséquences de la criminalité chez les jeunes, ainsi que de réadaptation et de réinsertion, afin de faciliter le retour des jeunes dans leur collectivité.

2000-2005 : Un investissement de 950 millions de dollars sur cinq ans a été négocié avec les provinces et les territoires pour appuyer la mise en application de la nouvelle législation sur le système de justice pour les jeunes, dont un montant supplémentaire de 115 millions de dollars à titre temporaire.

En 2003, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents est entrée en vigueur et a remplacé la Loi sur les jeunes contrevenants. Le gouvernement fédéral finance l’élaboration des programmes nécessaires pour permettre la mise en oeuvre de l’option de placement et surveillance dans le cadre d’un programme intensif de réadaptation prévue par la loi.

2002 : Un investissement fédéral de 48 millions de dollars sur cinq ans a été négocié avec les provinces et les territoires en vue d’appuyer la mise en oeuvre de l’option de placement et surveillance dans le cadre d’un programme intensif de réadaptation prévue par la loi.


Étapes

Investissements

En partenariat avec les provinces et territoires, les programmes de logement social du Canada contribuent annuellement au financement de quelque 639 000 logements sociaux dont bénéficient les Canadiens à faible revenu, y compris les familles ayant des enfants, les jeunes, les personnes handicapées, les personnes âgées et les Autochtones.

2001 : Un investissement total de 680 millions de dollars sur cinq ans a été affecté à l’Initiative en matière de logement abordable (ILA) dans le cadre d’ententes de partage des coûts avec les provinces et les territoires, qui se sont entendus sur un cadre visant à augmenter le nombre de logements abordables destinés aux ménages à revenu faible ou modeste, y compris les familles ayant des enfants. La contribution de contrepartie des provinces, des territoires et d’autres parties prenantes pourrait porter cet investissement à 1,36 milliard de dollars.

È


 

Pour prévenir et réduire l’itinérance au Canada, le gouvernement a lancé, en 1999, l’Initiative nationale pour les sans-abri (INSA), y compris l’Initiative de partenariats en action communautaire (IPAC), qui finance des groupes communautaires locaux offrant des services et des installations de soutien aux sans-abri. Les fonds consacrés à un éventail de programmes fédéraux répondent aux besoins des groupes particulièrement vulnérables ou surreprésentés chez les itinérants, à savoir les jeunes à risque, les Autochtones et les victimes de violence. Un certain nombre de programmes, notamment le Programme d’aide à la remise en état des logements (PAREL), administré par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), ont reçu une somme supplémentaire pour la rénovation de logements occupés par des familles à faible revenu.

2002-2003 : On estime à 275,8 millions de dollars les fonds versés par la SCHL aux Autochtones habitant à l’extérieur ou à l’intérieur des réserves. Aux termes du Programme de logement à l’intérieur des réserves, la SCHL s’est engagée à subventionner 997 nouvelles unités pendant 35 ans au coût de 118 millions de dollars; 105,5 millions de dollars ont été versés aux familles à l’intérieur des réserves en subventions et en aide à la rénovation; et les programmes de rénovation domiciliaire ont permis de réparer 1 375 maisons.

È


 

Le PAREL pour personnes handicapées offre une aide financière afin d’améliorer l’accessibilité des logements occupés ou devant être occupés par des personnes handicapées à faible revenu, y compris des familles ayant des enfants handicapés. Le Programme d’amélioration des refuges (PAR) subventionne la réparation, la restauration et l’amélioration des refuges existants ainsi que l’acquisition ou la construction de nouveaux refuges et de logements de seconde étape pour les femmes, les enfants et les jeunes qui sont victimes de violence familiale. L’initiative visant à mettre des biens immobiliers excédentaires fédéraux à la disposition des sans-abri facilite le transfert de biens fédéraux excédentaires aux communautés. Au fil des ans, environ 8 627 lits ont été ajoutés, 399 banques d’alimentation et soupes populaires ont été agrandies, et 653 refuges ont été  modernisés. De plus, 50 autres biens immobiliers excédentaires ont été transformés en habitation à loyer modéré, créant 212 logements abordables.

 

Dans le cadre du Programme de logement dans les réserves, environ 1 000 logements sont construits annuellement. On en compte à l’heure actuelle environ 23 000.

 

2003 : Un nouvel investissement de 320 millions de dollars sur cinq ans a été affecté à l’ILA; un investissement de 128 millions de dollars par année (pour un total de 384 millions de dollars sur trois ans) étend l’application des limites du PAREL; et un investissement de 135 millions de dollars par année (pour un total de 405 millions de dollars sur trois ans) finance l’IPAC.

È

2007-2008 : L’investissement fédéral à l’ILA sera de un milliard de dollars.


 

La priorité santé des enfants et environnementa été renforcée par la création de la Division de la santé environnementale des enfants, à Santé Canada, pour mieux protéger les enfants contre les menaces environnementales.

2000-2001 : Une somme de 100 000 $ a été investie dans les programmes de la Division de la santé environnementale des enfants.

È

2002-2003 : Un investissement total de 54,5 millions de dollars a été affecté à l’amélioration de l’accès aux nouveaux pesticides non polluants, ce qui donne à Santé Canada le mandat de tenir compte des sensibilités particulières des enfants.


 

Étapes

Investissements

Annoncée en 2000, l’Initiative du secteur bénévole et communautaire renforce l’engagement du gouvernement du Canada à examiner de nouvelles façons de travailler ensemble et de renforcer les relations entre le secteur bénévole et le gouvernement fédéral. L’Accord entre le gouvernement du Canada et le secteur bénévole et communautaire pose les valeurs, les principes et les engagements qui guident leur future relation.

 

2001-2005 : Une somme de 94,6 millions de dollars sur cinq ans est affectée à l’Initiative du secteur bénévole et communautaire.


 

Annoncé en 2003, le Plan d’action sur les langues officielles porte sur l’enseignement de la langue de la minorité ou d’une langue seconde dans les communautés anglophones et francophones. L’objectif est de doubler d’ici dix ans le nombre de diplômés de l’école secondaire ayant une connaissance pratique des deux langues officielles. En 2003, 2,6 millions d’enfants – soit la moitié des enfants qui fréquentent les écoles primaires et secondaires au Canada – apprennent l’anglais et le français comme langue seconde. Quelque 324 000 d’entre eux sont inscrits dans des classes d’immersion en français et 24 pour cent des diplômés du secondaire ont une connaissance des deux langues officielles.

2003-2008 : Au total, le gouvernement du Canada investira 751,3 millions de dollars en vue de doubler le nombre de diplômés du secondaire ayant une connaissance pratique des deux langues officielles.


Annoncé en 2002, le Centre des langues et des cultures autochtones a pour objectif de contribuer à la préservation, la revitalisation et la promotion des langues et de la culture autochtone, notamment auprès des enfants autochtones. Cet investissement permet également de financer l’élargissement du Programme des langues autochtones. À l’heure actuelle, environ 20 pour cent des Autochtones parlent régulièrement une langue autochtone. Au Canada, trois langues autochtones sont particulièrement répandues : le cri, l’inuktitut et l’ojibway.

2003-2014 : Au total, un investissement de 172,5 millions de dollars sur 11 ans sera affecté.


Le Programme des Cadets et le Programme des Rangers juniors canadiens, administrés par le ministère de la Défense nationale, sont les plus importants programmes jeunesse subventionnés par le gouvernement fédéral. Les programmes, qui ciblent les jeunes âgés entre 12 et 18 ans, enseignent les connaissances élémentaires telles que le travail d’équipe, le leadership et le civisme.

2003-2004 : Un investissement annuel de 173 millions de dollars permet d’aider 63 000 jeunes Canadiens dans plus de 1 200 collectivités urbaines, rurales et éloignées ou isolées au Canada.


B. Les enfants dans le monde

Appuyer le raffermissement des normes internationales et les Objectifs du Millénaire pour le développement.

4. Balise Æ Vers un raffermissement des normes internationales relatives aux enfants

 

Depuis 2000, le Canada a signé ou ratifié les accords, conventions, lois, déclarations et protocoles internationaux

suivants qui visent à protéger les enfants contre l’exploitation, la violence, les mauvais traitements ou la négligence

et à leur offrir un milieu de vie sûr et sécuritaire :

2000

La Conférence internationale de Winnipeg sur les enfants touchés par la guerre

Convention no 182 de l’Organisation internationale du travail concernant sur les pires formes de travail des enfants et l’action immédiate en vue de leur élimination

Statut de Rome de la Cour pénale internationale

Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés

Le Cadre d’action de Dakar sur l’éducation pour tous


2001

Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Deuxième congrès mondial de Yokohama contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales

Conférence mondiale de Durban contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée

2002

Protocole (à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée) visant à prévenir, réprimer et punir le trafic des personnes, en particulier des femmes et des enfants

Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg (Rio + 10)

Les déclarations et conventions suivantes en cours de préparation à l’échelon international influeront directement sur les enfants :

Projet de convention des Nations Unies pour la protection et la promotion des droits et de la dignité des personnes handicapées

Projet de déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Convention de La Haye sur la juridiction, le droit applicable, la reconnaissance, l’exécution et la coopération concernant la responsabilité parentale et les mesures de protection de l’enfant


 

5. Balise Æ Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

 

Au Sommet du millénaire tenu en septembre 2000, tous les États membres des Nations Unies ont adopté les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en s’engageant à réduire la pauvreté et à améliorer la qualité de vie de l’humanité d’ici 2015 par rapport à l’année repère 1990.

1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim

• Réduire de moitié la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour.

• Réduire de moitié la proportion de la population qui souffre de la faim.

2. Assurer l’éducation primaire pour tous

• Donner à tous les enfants, garçons et filles, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

3. Promouvoir l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes

• Éliminer la disparité entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire de préférence d’ici 2004 et à tous les niveaux d’ici 2015.

4. Réduire la mortalité infantile

• Réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

5. Améliorer la santé maternelle

• Réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle.


 

6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

• Stopper la propagation du VIH/sida et commencer à inverser la tendance actuelle.

• Stopper la propagation du paludisme et d’autres maladies et commencer à inverser la tendance actuelle.

7. Assurer un environnement durable

Les buts inclus :

• Réduire de moitié le pourcentage de la population qui n’a pas accès à l’eau potable.

8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Les buts inclus :

• En collaboration avec les pays en développement, créer des emplois intéressants et productifs pour les jeunes.


 

 


Étapes

Investissements

Aide internationale

Le Canada fournit une aide internationale principalement par l’entremise de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) dont le mandat consiste à appuyer le développement durable afin de réduire la pauvreté et de contribuer à la sécurité, l’équité et la prospérité dans le monde. Le cadre d’imputabilité de l’ACDI comprend les OMD en vue d’assurer le bien-être et les droits des enfants.

2000-2001 : L’enveloppe de l’aide internationale (EAI) totalisait 2,5 milliards de dollars.

È

2003-2004 : L’EAI a augmenté de 8 % pour totaliser 2,9 milliards de dollars dans le but de doubler les montants consacrés à l’aide internationale (dont au moins la moitié est réservée à l’Afrique) d’ici 2010. Cette majoration fait passer le ratio de l’aide publique au développement/du produit national brut à environ 0,35 pour cent d’ici 2010 par rapport à 0,27 pour cent qu’il était en 2002.

È

2004-2005 : L’EAI a encore une fois augmenté de 8 % pour totaliser environ 3,1 milliards de dollars.

È

2005-2006 : Dans le budget de 2004, le gouvernement a annoncé une autre augmentation de 8 % de l’EAI, laquelle devrait totaliser environ 3,3 milliards de dollars.


Cadre de développement social de l’ACDI

En 2000, l’ACDI a rendu public Les priorités de développement social : Un cadre d’action pour renforcer ses programmes de développement social dans les pays en développement.

(i) Santé et nutrition

À l’appui des OMD en matière de santé et de nutrition, l’ACDI travaille avec de nombreux partenaires, y compris des organisations internationales, des organismes de l’ONU et des gouvernements, pour améliorer les politiques, programmes et systèmes de santé, notamment dans le domaine de la nutrition, la santé de la reproduction, les maladies infectieuses ou non infectieuses ainsi que l’eau et l’hygiène; et veille à ce que ces politiques et programmes répondent particulièrement aux besoins des femmes, des filles et des garçons.

2000-2005 : Un investissement de 2,8 milliards de dollars sur cinq ans a été affecté. Le nouveau cadre de l’ACDI cible quatre secteurs principaux : (i) 1,2 million de dollars pour la santé et la nutrition; (ii) 270 millions de dollars pour la lutte contre le VIH/sida ; (iii) 555 millions de dollars pour l’éducation de base; et (iv) 122 millions de dollars pour la protection des enfants, y compris un fonds de recherche de 2 millions de dollars. L’égalité des sexes est une partie intégrante de toutes ces priorités.

È

2000 : Les prévisions de dépenses annuelles étaient de 152 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 20 millions de dollars pour la lutte contre le VIH/sida; 41 millions pour l’éducation de base; et 9 millions pour la protection des enfants.

È


(ii) Lutte contre le VIH/sida

À l’appui des OMD liés à la lutte contre le VIH/sida, l’ACDI travaille avec de nombreux partenaires, y compris des organisations internationales et des organismes des Nations Unies et des gouvernements pour offrir un soutien aux stratégies locales de lutte contre le VIH/sida, notamment en matière de soins, de traitements et de prévention, et aider financièrement les orphelins du VIH/sida.

(iii) Éducation de base

Pour atteindre les objectifs de L’éducation pour tous, les programmes de l’ACDI mettent l’accent sur deux OMD (l’éducation primaire pour tous et l’égalité entre les sexes) afin d’assurer l’égalité d’accès des garçons et des filles à l’éducation.

2001 : Les prévisions de dépenses annuelles étaient de 182 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 22 millions pour lutter contre le VIH/sida; 49 millions de dollars pour l’éducation de base; et 10 millions de dollars pour la protection des enfants.

È

2002 : Les prévisions de dépenses annuelles étaient de 203 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 36 millions de dollars pour lutter contre le VIH/sida; 82 millions de dollars pour l’éducation de base; et 18 millions de dollars pour la protection des enfants.

È

2003 : Les prévisions de dépenses annuelles étaient de 248 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 62 millions de dollars pour lutter contre le VIH/sida; 110 millions de dollars pour l’éducation de base; et 27 millions de dollars pour la protection des enfants.

È


 

(iv) Protection des enfants

L’ACDI s’est engagée à investir davantage dans l’aide à l’enfance afin de protéger les enfants les plus susceptibles d’être victimes d’abus, d’exploitation et de discrimination et qui ont besoin de mesures spéciales pour les aider à jouir de leurs droits, en ciblant les enfants touchés par la guerre et l’exploitation de la main-d’oeuvre enfantine.

 

2004 : Les prévisions de dépenses annuelles étaient de 275 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 70 millions de dollars pour lutter contre le VIH/sida; 150 millions de dollars pour l’éducation de base; et 31 millions de dollars pour la protection des enfants.

 

 

 

È

2005 : Les prévisions de dépenses annuelles sera de 305 millions de dollars pour la santé et la nutrition; 80 millions de dollars pour lutter contre le VIH/sida; 164 millions de dollars pour l’éducation de base; et 36 millions de dollars pour la protection des enfants.

 

En 2004, le Canada a déposé des mesures législatives en vue de modifier la Loi sur les brevets et la Loi sur les aliments et drogues en vue de permettre aux pays en développement et aux pays les moins avancés d’avoir obligatoirement accès aux versions génériques des produits pharmaceutiques brevetés aux Canada.

Étapes

Investissements

Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NPDA)

Le Canada a créé le Fonds canadien pour l’Afrique dans le cadre de ses efforts pour soutenir le NPDA et le Plan du G8 pour l’Afrique adopté au sommet du G8, à Kananaskis, en juin 2002.

2002 : Engagement de 500 millions de dollars dans le cadre du Fonds canadien pour l’Afrique (à part des 6 milliards de dollars que le Canada s’est engagé à verser pour le développement de l’Afrique au cours des cinq prochaines années). Ce montant comprend le Programme jeunesse Afrique-Canada, une initiative de 30 millions de dollars sur quatre ans, qui vise à venir en aide aux enfants et aux jeunes touchés par le VIH/sida, et aux enfants touchés par la guerre, de même qu’à financer les échanges jeunesse entre le Canada et l’Afrique qui mettent l’accent sur les enjeux environnementaux.

È

2003 : Un investissement de 100 millions de dollars de plus sur cinq ans a été affecté pour renforcer les stratégies de lutte contre le VIH/sida dirigées par des Africains dans les domaines de la prévention, des soins, des traitements et du soutien.

 

Allégement de la dette et accès aux marchés pour les pays en développement

Au fil des années, le Canada a renoncé à se faire rembourser les prêts d’aide au développement consentis aux pays les plus pauvres du monde. Par exemple, il a décrété un moratoire sur les paiements de service de la dette de 11 pays pauvres très endettés (PPTE) dans le cadre de l’Initiative canadienne d’allégement de la dette en 2001.

Le Canada s’est aussi engagé à veiller à ce que les échanges commerciaux avantagent les pays en développement lorsqu’il a signé le Programme de développement de Doha de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001.

2000 : Le Canada a renoncé à se faire rembourser au-delà de 1,3 milliard de dollars en prêts d’aide au développement.

È

2003 : La somme totale versée par le Canada aux efforts multilatéraux en faveur des PPTE, déployés sous légide du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale était de plus de 315 millions de dollars.

Le Canada accorde l’accès en franchise de droit et hors contingents aux importations en provenance de 48 des pays les moins avancés du monde (dont 34 pays africains), mais cette mesure ne s’applique pas aux produits agricoles dont l’offre est réglementée (produits laitiers, volaille et oeufs).


ANNEXE G : Version de la convention accessible aux enfants proposée par l’ACDI

Résumé de la Convention relative aux droits de l'enfant

(copyright : 2004 UNICEF Canada)


Article 1 : Définition d'un enfant. Un enfant s'entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation nationale qui lui est applicable.

Article 2 : Non-discrimination. Tous les droits valent pour tous les enfants, et les enfants doivent être protégés contre toutes formes de discrimination.

Article 3 : L'intérêt supérieur de l'enfant. Dans toutes les décisions qui le concernent, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale. Les États parties s'engagent à assurer à l'enfant les soins nécessaires à son bien-être lorsque ses parents, ou autres personnes légalement responsables de lui ne le font pas.

Article 4 : Application des droits. L'État s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en œuvre les droits reconnus dans la Convention.

Article 5 : Encadrement parental et développement des capacités de l'enfant. L'État s'engage à respecter les droits et les responsabilités des parents pour ce qui est d'encadrer l'enfant d'une manière qui corresponde au développement de ses capacités.

Article 6 : Survie et développement. Tout enfant a un droit inhérent à la vie, et l'État a l'obligation d'assurer la survie et le développement de l'enfant.

Article 7 : Nom et nationalité. Tout enfant a le droit à un nom et à une nationalité, et a le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux.

Article 8 : Préservation de l'identité. L'État a l'obligation de préserver et, s'il y a lieu, de rétablir l'identité de l'enfant, y compris sa nationalité, son nom et ses liens familiaux.

Article 9 : Séparation des parents. L'enfant a le droit de vivre avec ses parents, à moins que cela ne soit pas dans son intérêt supérieur. L'enfant a le droit d'entretenir des relations avec ses deux parents s'il est séparé de l'un d'eux ou des deux.

Article 10 : Réunification familiale. Les enfants et leurs parents ont le droit d'entrer dans un pays ou de le quitter aux fins de réunification familiale, et d'entretenir des relations.

Article 11 : Déplacements et non-retours illicites. L'État a l'obligation de lutter contre l'enlèvement ou la garde forcée à l'étranger d'un enfant par l'un de ses parents ou un tiers.

Article 12 : L'opinion de l'enfant. Les enfants ont le droit d'exprimer librement leur opinion, qui doit être prise en considération, sur les questions qui les touchent.

Article 13 : Liberté d'expression. Les enfants ont le droit d'exprimer leur point de vue, d'être renseignés, et de partager des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières.

Article 14 : Liberté de pensée, de conscience et de religion. Les enfants ont le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, sous réserve d'être guidés comme il convient par leurs parents.

Article 15 : Liberté d'association. Les enfants ont le droit à la liberté d'association et à la liberté de réunion pacifique.

Article 16 : Protection de la vie privée. Les enfants ont le droit à la protection contre les immixtions dans leur vie privée, leur famille, leur domicile ou leur correspondance, et contre les atteintes à leur honneur et à leur réputation.

Article 17 : Accès à l'information. Les enfants doivent avoir accès à de l'information provenant de sources nationales et internationales. Les médias doivent privilégier les contenus qui sont bénéfiques pour les enfants, et écarter ceux qui leur sont nuisibles.

Article 18 : Responsabilités parentales. Les parents ont l'obligation commune d'élever leur enfant, et l'État s'engage à les aider à assumer cette responsabilité.

Article 19 : Protection contre les mauvais traitements et la négligence. Les enfants doivent être protégés contre les mauvais traitements et la négligence. Les États s'engagent à offrir des programmes pour la prévention de la violence à l'endroit des enfants et le traitement de ceux qui en sont victimes.

Article 20 : Protection des enfants sans famille. Les enfants sans famille ont droit à une protection spéciale et au placement qui leur convient, dans une famille ou dans un établissement pour enfants, selon leur origine culturelle.

Article 21 : Adoption. Là où l'adoption est permise, elle doit se faire dans l'intérêt supérieur de l'enfant, sous la supervision des autorités compétentes, et doit être assortie de garanties pour l'enfant.

Article 22 : Enfants réfugiés. Les enfants qui sont considérés comme réfugiés, ou qui cherchent à obtenir ce statut, ont droit à une protection spéciale.

Article 23 : Enfants handicapés. Les enfants handicapés ont le droit d'accéder aux soins spéciaux, aux services d'éducation et de formation, qui les aideront à jouir d'une vie normale et décente, dans des conditions qui favorisent leur autonomie et leur intégration dans la société.

Article 24 : Santé et services médicaux. Les enfants ont le droit de jouir du meilleur état de santé possible, et de bénéficier de services médicaux. L'État met un accent particulier sur les soins de santé primaires et les soins préventifs, sur l'information de la population ainsi que sur la diminution de la mortalité infantile.

Article 25 : Examen périodique du placement. Un enfant qui a été placé par les autorités compétentes pour bénéficier de soins, d'une protection ou d'un traitement physique ou mental, a droit à un examen régulier de son placement.

Article 26 : Sécurité sociale. Les enfants ont le droit de bénéficier de la sécurité sociale, y compris de l'assurance sociale.

Article 27 : Niveau de vie. Les enfants ont droit à un niveau de vie suffisant pour permettre leur développement physique, mental, spirituel, moral et social. C'est aux parents qu'incombe au premier chef la responsabilité d'assurer un tel niveau de vie à leur enfant. L'État a, pour sa part, le devoir de veiller à ce que cette responsabilité soit remplie.

Article 28 : Éducation. Les enfants ont le droit à l'éducation. L'enseignement primaire doit être gratuit et obligatoire pour tous. L'enseignement secondaire doit être accessible à tout enfant. L'enseignement supérieur doit être accessible à tous, en fonction des capacités de chacun. La discipline scolaire doit être compatible avec la dignité et les droits de l'enfant.

Article 29 : Buts de l'éducation. L'éducation de l'enfant doit favoriser l'épanouissement de sa personnalité, et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques. Les enfants doivent être préparés à devenir des citoyens actifs dans une société libre, et apprendre à respecter leur propre culture ainsi que celle des autres.

Article 30 : Enfants des populations minoritaires ou autochtones. Les enfants membres d'un groupe minoritaire ont le droit d'avoir leur propre vie culturelle, de pratiquer leur religion et d'utiliser leur langue.

Article 31 : Loisirs, activités récréatives et culturelles. Les enfants ont le droit au repos et aux loisirs; ils ont le droit de se livrer au jeu et de participer à des activités culturelles et artistiques.

Article 32 : Travail des enfants. Les enfants ont le droit d'être protégés contre l'exploitation économique et de n'être astreints à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre leur éducation ou de nuire à leur santé ou à leur développement. L'État fixe des âges minimums d'admission à l'emploi et prévoit une réglementation appropriée des conditions d'emploi.

Article 33 : Toxicomanie. L'État doit faire le nécessaire pour protéger les enfants contre l'usage de drogues, et pour empêcher que des enfants ne soient utilisés pour la production et le trafic de drogues.

Article 34 : Exploitation sexuelle. L'État s'engage à protéger les enfants contre toutes les formes d'exploitation sexuelle et de violence sexuelle, y compris aux fins de prostitution ou de production de matériel pornographique.

Article 35 : Vente, traite et enlèvement. L'État s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'enlèvement, la vente ou la traite d'enfants.

Article 36 : Autres formes d'exploitation. L'enfant a le droit d'être protégé contre les autres formes d'exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien- être qui ne sont pas traitées dans les articles 32, 33, 34 et 35.

Article 37 : Torture et privation de liberté. Nul enfant ne doit être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Ni la peine capitale ni l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération ne doivent être prononcés pour les infractions commises par des personnes âgées de moins de dix-huit ans. Tout enfant privé de liberté a le droit d'avoir accès à l'assistance juridique et de rester en contact avec sa famille.

Article 38 : Conflits armés. Les enfants âgés de moins de quinze ans ne doivent pas participer directement à un conflit armé. Les enfants qui sont touchés par un conflit armé ont droit à une protection spéciale et à des soins.

Article 39 : Services de réadaptation. Les enfants qui ont été victimes d'un conflit armé, de torture, de négligence ou d'exploitation doivent recevoir le traitement qui convient pour favoriser leur rétablissement et leur réinsertion sociale.

Article 40 : Administration de la justice. Les enfants qui ont des démêlés avec la justice ont droit à des garanties et à une assistance juridiques, ainsi qu'à un traitement qui soit de nature à favoriser leur sens de la dignité et qui vise à les aider à jouer un rôle constructif dans la société.

Article 41 : Respect de normes plus élevées. Lorsqu'elles sont plus élevées que les dispositions de la présente Convention, les normes prescrites par les lois nationales et internationales au sujet des droits de l'enfant ont toujours préséance.

Articles 42 à 54 : Entrée en vigueur et application.


Haut de la page