<% ParlWebsiteContext.IncludeOptionalResources = True %> Communiqué - Le Comité sénatorial permanent des langues officielles <%ParlWebsiteContext.IncludeResources()%> <%ParlWebsiteContext.RenderHeader()%>

Un comité sénatorial demande l’arrêt du nouveau plan pour embaucher des interprètes

Ottawa, le 20 décembre 2016 – Craignant que le nouveau plan du gouvernement fédéral pour l’embauche d’interprètes puisse entraîner la privatisation du Bureau de la traduction et compromettre la Loi sur les langues officielles, le Comité sénatorial des langues officielles demande à la ministre des Services publics du Canada de suspendre le processus.

La présidente du comité, la sénatrice Claudette Tardif, et la sénatrice Rose-May Poirier, vice-présidente du comité, ont écrit à la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Judy Foote, pour lui demander de reporter « jusqu’à nouvel ordre » la mise en œuvre d’un nouveau système, prévue pour le 23 janvier 2017. Il s’agit de la date limite pour la demande d’offres à commande du gouvernement et constituerait la prochaine étape dans la recherche d’interprètes qui souhaiteraient travailler comme fournisseurs de services pour le gouvernement fédéral.

Le législateur doit examiner attentivement la question afin de s’assurer que l’intention du gouvernement respecte ses obligations en vertu de la loi, indique le comité.

« Les membres du comité s’inquiètent de l’annonce d’un nouveau système de passation de marchés pour les services d’interprétation langagière, car celui-ci risque d’enfreindre les principes inscrit dans la Loi sur les langues officielles, » ont écrit les sénatrices Tardif et Poirier dans une lettre envoyée à la ministre Foote le 15 décembre 2016.

Les membres du comité ont commencé à s’inquiéter de cette situation après avoir entendu les témoignages de représentants du chapitre canadien de l’Association internationale des interprètes de conférence, un organisme professionnel regroupant environ 200 personnes qui fournissent des services d’interprétation simultanée lors de divers événements, dont des réunions gouvernementales.

Les représentants de l’Association des interprètes ont déclaré au comité, le 28 novembre 2016, qu’à leur avis, le gouvernement cherche à privatiser le Bureau de la traduction afin de réduire les coûts.

« La réduction des coûts par opposition à la qualité est un thème récurrent qui empoisonne l’ambition et l’obligation du gouvernement d’offrir l’accès à des services de qualité égale dans la langue officielle au choix, » a affirmé au comité Nicole Gagnon, membre de l’Association. Le Comité sénatorial des langues officielles a aussi invité la ministre Foote à expliquer la nouvelle démarche pour l’embauche d’interprètes lors de sa réunion du 6 février 2017.

Faits en bref

  • Les interprètes offrent des services de traduction simultanée des réunions publiques afin de garantir aux Canadiens un accès aux délibérations dans les deux langues officielles.

  • L’Association internationale des interprètes de conférence représente plus de 3 000 interprètes dans 89 pays.

  • Au Canada, l’Association compte 200 membres; environ 125 d’entre eux travaillent comme interprètes simultanés à Montréal, à Ottawa et à Toronto.

Citations

« L’Association internationale des interprètes de conférence révèle un enjeu qui nous tient tous énormément à cœur : le maintien de la qualité de nos interprètes de conférence. La suggestion qui voudrait que la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement s’implique pour régler les préoccupations des interprètes est excellente. »
– Sénatrice Claudette Tardif, présidente du comité

« J’espère que le gouvernement ne refilera pas au secteur privé les activités du Bureau de la traduction. Il serait décevant que le gouvernement choisisse cette voie, car cela pourrait saper la qualité de la traduction. »
– Sénatrice Rose-May Poirier, vice-présidente du comité

Liens connexes

  • Lisez la transcription de la rencontre du comité du 28 novembre 2016 ici.

  • Follow the committee on social media using the hashtag #OLLO.

Renseignements

Sonia Noreau
Coordonnatrice des relations de presse
Sénat du Canada
613-614-1180
sonia.noreau@sen.parl.gc.ca
Haut de la page

© Sénat du Canada
<%ParlWebsiteContext.RenderFooter()%>