Un rapport du Sénat orientera la prochaine politique de bilinguisme

COMMUNIQUÉ

Le Comité sénatorial permanent des langues officielles

Un rapport du Sénat orientera la prochaine politique de bilinguisme

14 juillet 2016


Ottawa – Un rapport du Sénat sur le bilinguisme servira de fondement pour le nouveau plan du gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

Toutefois, le gouvernement ne s’est pas encore engagé à investir davantage dans l’enseignement de la langue seconde, soit l’une des principales recommandations formulées dans le rapport du Comité sénatorial des langues officielles publié en juin 2015, intitulé Viser plus haut : Augmenter le bilinguisme de nos jeunes Canadiens.

Plus tôt cette année, les sénateurs ont adopté une motion demandant au gouvernement de répondre au rapport de fond du comité.

Dans sa réponse, le gouvernement a déclaré qu’il « souscrit à l’orientation générale du rapport ».

« Les travaux du comité enrichiront la démarche de réflexion sur les pistes d’avenir en préparation d’un nouveau plan en matière de langues officielles », peut-on lire dans la réponse. « Les pistes identifiées alimenteront aussi les discussions prochaines entre autres avec les gouvernements provinciaux et territoriaux de façon à réaliser des progrès par rapport au grand objectif d’augmenter le bilinguisme au Canada. »

Toutefois, le gouvernement a refusé de s’engager à libérer davantage de fonds pour l’enseignement de la langue seconde.

Dans sa réponse, le gouvernement signale que le financement prévu dans le protocole d’entente entre le gouvernement du Canada et les gouvernements provinciaux et territoriaux pour l’éducation dans la langue minoritaire et l’enseignement de la langue seconde n’a pas augmenté depuis 2009. Bien que les négociations du nouveau protocole doivent commencer l’année prochaine, le gouvernement se contente de dire qu’il « comprend l’importance » accordée au financement fédéral.

Les sénateurs ont l’intention d’inviter la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, à comparaître devant le comité afin de mieux comprendre ce que le gouvernement compte faire pour améliorer la situation du bilinguisme au Canada.

Le comité poursuivra également les travaux amorcés dans le rapport en entreprenant une mission d’étude qu’il effectuera à Vancouver et à Victoria au mois d’octobre pour mieux comprendre les difficultés liées à l’accès aux écoles françaises et aux programmes d’immersion française en Colombie-Britannique. Ce nouveau rapport sera déposé en décembre.

Faits en bref

  • Les 10 recommandations formulées par le comité dans le rapport présenté en juin 2015 portaient notamment sur :
    • l’augmentation du soutien accordé à la promotion et à l’apprentissage des langues officielles;
    • la création d’un cadre commun de référence sur l’enseignement, l’apprentissage et l’évaluation des langues officielles;
    • l’amélioration des pratiques de redditions de comptes;
    • l’établissement d’un objectif précis et mesurable pour accroître la maîtrise des langues officielles au sein de la population, en particulier chez les jeunes Canadiens.
  • Depuis 2009, le gouvernement fédéral s’est engagé à consacrer 259,5 millions de dollars par année à l’enseignement de la langue seconde, dont 24 millions de dollars destinés à des programmes de bourses d’études pancanadiens et 234,5 millions de dollars aux plans d’action provinciaux et territoriaux.
  • L’an dernier, environ 2,4 millions de jeunes Canadiens apprenaient le français ou l’anglais comme langue seconde dans les écoles primaires et secondaires.

Citations

« Les membres du comité sont heureux de constater que le gouvernement fédéral va utiliser leur rapport pour rédiger un nouveau plan concernant les langues officielles. Cependant, considérant que notre rapport a reçu un soutien important, nous aurions préféré que le gouvernement propose des engagements spécifiques, notamment en ce qui concerne la promotion et l’enseignement des langues officielles du Canada. Nous croyons que le gouvernement peut faire mieux. »

- Sénatrice Claudette Tardif, présidente du Comité

« Un soutien financier important est essentiel afin d’augmenter le bilinguisme au Canada. À l’aube du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, nous encourageons le gouvernement à démontrer son appui pour le bilinguisme en passant de la parole aux actes. »

- Sénatrice Rose-May Poirier, vice-présidente du Comité

Liens connexes

Renseignements :

Marcy Galipeau
Agente de liaison avec les comités
Direction des communications
Sénat du Canada
613-944-4082
marcy.galipeau@sen.parl.gc.ca