période des questions — Les affaires étrangères

17 février 2021


L’honorable Linda Frum
[14:45]

Honorables sénateurs, ma question s’adresse au leader du gouvernement au Sénat. Le gouvernement Trudeau n’est toujours pas prêt à déclarer que la Chine se livre à un génocide contre les Ouïghours. Il prétend qu’il est toujours en train d’examiner la situation et qu’il prendra une décision en temps et lieu. Vous avez donné une réponse semblable la semaine dernière, lorsque je vous ai posé une question concernant l’inscription du Corps des Gardiens de la révolution islamique sur la liste des entités terroristes. Vous avez dit que vous étiez encore en train d’examiner la situation et vous avez ajouté qu’il est plus facile de recueillir des preuves dans certains pays que dans d’autres.

Voici ma question, sénateur Gold : s’agit-il vraiment de la difficulté à obtenir des preuves ou se peut-il que votre gouvernement s’intéresse davantage à la protection de ses relations avec les régimes iranien et chinois qu’à la promotion des valeurs des Canadiens que vous êtes censés représenter?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat)
[14:46]

Merci, sénatrice. Je suis ravi de représenter un gouvernement qui représente les intérêts de tous les Canadiens.

En ce qui a trait à votre question, honorable sénatrice, comme vous le savez très bien et comme vous le constaterez, le terme « génocide » a non seulement une connotation très sérieuse, mais aussi une connotation historique. Comme l’a souligné l’ambassadeur Rae, le Canada a demandé aux Nations unies d’enquêter pour déterminer si les crimes commis contre les Ouïghours, qui sont clairement horribles, respectent le critère juridique nécessaire pour être qualifiés de génocide. Ce n’est pas un terme que le gouvernement est prêt à employer librement, car cela risquerait de minimiser la gravité des génocides dont ont été tragiquement victimes beaucoup trop de peuples, à notre époque.

La sénatrice Frum
[14:47]

Sénateur Gold, nos alliés du Groupe des cinq conviennent qu’il y a des preuves substantielles d’un génocide en Chine, y compris des viols collectifs, des stérilisations forcées et de la torture des Ouïghours internés dans des camps de rééducation. Alors, comment se fait-il que le premier ministre du Canada, qui a déclaré au monde entier que notre pays était en train de perpétrer un génocide contre notre population autochtone, n’est toujours pas prêt à qualifier de génocide les atrocités commises contre les Ouïghours, alors qu’il existe des preuves accablantes, comme l’a dit Irwin Cotler, ancien ministre libéral de la Justice?

[14:48]

Madame la sénatrice, je ne vais pas répéter tout ce que je viens de dire. Le gouvernement prend ces allégations très au sérieux. Il collabore avec les Nations unies pour prendre une décision éclairée. Cette décision sera rendue publique dès qu’elle sera prise.