Aller au contenu

PÉRIODE DES QUESTIONS — L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

Le statut de résident permanent

10 avril 2024


L’honorable Donald Neil Plett (leader de l’opposition)

Monsieur le leader, Global News rapporte qu’un homme qui vit maintenant à Winnipeg a enseigné pendant de nombreuses années à l’école militaire de Pékin dans le domaine de la cyberguerre et de la guerre électronique. L’Agence des services frontaliers du Canada a déclaré que cet homme avait soutenu une organisation responsable de nombreux cas d’espionnage contre le Canada. Pourtant, monsieur le leader, il a réussi à obtenir la résidence permanente au Canada il y a trois ans. Monsieur le leader, un résident permanent est interdit de territoire au Canada pour des motifs de sécurité pour avoir commis un acte d’espionnage contre le Canada et les intérêts de notre pays.

J’ai deux questions, sénateur Gold. Veuillez y répondre. Pourquoi a-t-on permis à cet homme d’obtenir un visa de résident permanent? Et que fait le gouvernement à ce sujet?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) [ + ]

Je ne connais pas la réponse à la première question. Il s’agit du dossier d’un particulier pour lequel je ne connais pas les détails. De plus, je ne suis pas au courant des mesures qui pourraient être prises si, dans les faits, les allégations que vous soulevez ont été corroborées.

Vous doutez qu’elles le soient? Le journaliste Terry Glavin a récemment déclaré ceci :

Tout ce qui nous a choqués cette semaine pendant les témoignages de l’enquête Hogue était connu de Trudeau depuis près de cinq ans. Le SCRS l’avait informé. Il n’a rien dit. Il n’a rien fait.

Il refuse de répondre, même maintenant.

Tout comme vous. Monsieur le leader, vous engagez-vous à fournir une réponse — une vraie réponse — et à nous dire comment cet homme qui habite à Winnipeg a pu obtenir un visa de résident permanent? Est-ce que cette affaire va aussi être balayée sous le tapis?

Le sénateur Gold [ + ]

Monsieur le sénateur, je vous remercie de votre question. Malgré les déclarations du journaliste, les deux fonctionnaires qui ont témoigné devant Mme Hogue et le premier ministre — qui va témoigner plus tard aujourd’hui — sont les mieux placés pour répondre à cette question. Ce que je comprends, c’est que des fonctionnaires ont déjà fait des déclarations à ce sujet. De plus, le premier ministre aura l’occasion de répondre aux questions visant à déterminer si certaines de ces allégations sont, en fait, exactes.

Haut de page