S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
COMMENT & POURQUOI
La collection d’œuvres d’art du Sénat quitte l’édifice du Centre
31 janvier 2019

Des objets cérémoniels, comme la masse du Sénat qui mesure 1,6 mètre et est faite de laiton plaqué or, ont été transportés à l’édifice du Sénat du Canada.

Cet article fait partie d’une série de textes sur le déménagement du Sénat à l’édifice du Sénat du Canada, auparavant connu sous le nom de Centre de conférences du gouvernement. En 2018, le Sénat a entamé son déménagement au nouvel édifice, une ancienne gare construite en 1912, alors que l’édifice du Centre – l’emplacement permanent du Sénat – sera restauré. Le Sénat commencera à opérer à partir de l’édifice du Sénat du Canada au début de 2019.

Les économies réalisées au profit des contribuables seront d’environ 200 millions de dollars comparativement à la proposition originale, qui consistait à réinstaller le Sénat sur la Colline du Parlement. Il est prévu que le Sénat occupe cet emplacement temporaire pendant au moins 10 ans.


Le plus grand déménagement de l’histoire du Parlement est en cours. Les sénateurs ont quitté l’édifice du Centre et se préparent à siéger dans le nouvel édifice du Sénat du Canada. La relocalisation du Sénat comporte le déplacement de centaines d’œuvres d’art qui font partie de la collection du patrimoine du Sénat.

La collection du Sénat compte au-delà de 6 000 pièces. Plus de 400 des plus importantes d’entre elles — des meubles patrimoniaux, de la porcelaine fine et des tableaux — étaient exposées à l’édifice du Centre et sont déménagées une à une.

Les Canadiens qui ont visité la Colline du Parlement en reconnaîtront plusieurs, y compris le portrait de la reine Victoria, qui a survécu à quatre incendies et à deux émeutes, ainsi que les trônes royaux et le fauteuil du Président, qui sont installés à l’extrémité nord de la Chambre du Sénat depuis 1923.

Parmi les objets de la collection, soulignons les chaises et les bureaux fabriqués à la main et conçus par l’architecte de l’édifice du Centre, John A. Pearson. Il y a aussi les accessoires de foyer de cheminée fabriqués par le ferronnier d’art Paul Bleau de Montréal, et des objets cérémoniels, comme la masse du Sénat ainsi que le sabre, la chaîne de fonction et le bâton d’ébène de l’huissier du bâton noir.

Le Groupe de travail consultatif sur les œuvres d’art du Sénat, composé des sénateurs Patricia Bovey, Nicole Eaton et Serge Joyal, a supervisé le déménagement de la collection, avec l’aide de spécialistes en objets d’art patrimoniaux de la Direction des biens et services du Sénat et de l’Institut canadien de conservation.

Le sénateur Joyal, qui a fait don de dizaines d’œuvres à la collection, est particulièrement fier du patrimoine bâti par le Sénat.

« Nous ne pouvons pas exagérer l’importance historique et culturelle de la collection », a déclaré le sénateur Joyal. « Elle comprend des œuvres vieilles de plus de 400 ans et reflète non seulement les cultures européennes fondatrices du Canada, les cultures francophone et anglophone, mais aussi celle des premiers habitants, les Premières Nations. »

Des experts en manipulation d’œuvres d’art des entreprises d’Ottawa Heritage Grade, Art Zone et Legris Conservation ont commencé à retirer les œuvres d’art de l’édifice du Centre en octobre. Les restaurateurs ont inspecté chaque pièce et, lorsque nécessaire, ont réparé les toiles endommagées, stabilisé les craquelures et effectué des retouches.

« Il est triste de voir cette magnifique collection quitter l’édifice du Centre, mais il est rassurant de voir avec quel soin les tableaux sont manipulés, et de savoir qu’une grande partie des œuvres seront logées dans le nouvel édifice du Sénat  », a indiqué le Président du Sénat George J. Furey.

Plus de 70 articles ont été déménagés à l’édifice du Sénat du Canada. Les autres ont été déposés dans l’entrepôt du Sénat, à Gatineau, dont les salles sont climatisées et équipées d’étagères de rangement construites sur mesure.

Ce portrait de la reine Victoria, peint par l’artiste britannique John Partridge en 1842 et arrivé au Canada en 1847, est sans doute l’œuvre d’art la plus connue parmi celles exposées au Sénat.

Certaines œuvres d’art avaient été prêtées au Sénat et ont été retournées à leur propriétaire, tandis que d’autres, comme le portrait de la reine Élisabeth II, ont été accrochées aux murs du nouvel édifice du Sénat du Canada.

Les huit tableaux de guerre monumentaux qui se trouvent dans la Chambre du Sénat depuis 1921 seront enlevés ce printemps et cet été. Ces scènes de la Première Guerre mondiale sont un prêt du Musée canadien de la guerre. Ces tableaux retourneront au musée et y demeureront pour la durée des travaux à l’édifice du Centre.

La sénatrice Patricia Bovey, historienne de l’art et ancienne directrice du Musée des beaux-arts de Winnipeg, fait partie du Groupe de travail consultatif sur les œuvres d’art du Sénat. Elle résume ainsi le défi que représente le déménagement et la conservation de ces œuvres d’art.

« En vertu de leur mandat public, les sénateurs ont le devoir d’agir à titre de gardiens des milliers de tableaux, d’estampes, de sculptures et de meubles qui sont exposés à la Colline du Parlement et qui sont sous les soins du Sénat », a-t-elle expliqué. « Il nous revient de veiller à la conservation de cette collection et à la gestion de son déménagement, ce qui représente une responsabilité énorme. »


Bien que l’édifice du Centre soit fermé aux visiteurs durant les travaux, vous pouvez explorer la collection d’œuvres d’art du Sénat en effectuant une visite virtuelle du Sénat.

 

 

En octobre, des restaurateurs d’art de l’entreprise Legris Conservation ont retiré plusieurs portraits royaux du foyer du Sénat, y compris celui du roi George VI, que l’on voit ici.

Les tableaux ont été emballés d’un film de plastique de qualité musée qui les protège durant le transport.

En novembre, des spécialistes de l’entreprise Art Zone Fine Art Services d’Ottawa, qui travaillent pour la Commission de la capitale nationale, ont décroché des œuvres d’art du Salon de la Francophonie, dont ce portrait du roi François 1er.

Les trônes du monarque et de son conjoint, sculptés en 1878, comptent parmi les rares objets du Sénat sauvés de l’incendie qui a rasé l’édifice du Centre en 1916. Le fauteuil du Président du Sénat, à l’avant, a été sculpté en 1923. Les trois ont été entreposés. Entre-temps, des versions moins ouvragées, qui ont été fabriquées spécialement pour la nouvelle Chambre du Sénat, seront utilisées.