S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
COMMENT & POURQUOI
La mise en berne du drapeau sur la Tour de la Paix expliquée
11 février 2020

Le drapeau en berne est l’un des symboles de deuil et de respect collectifs les plus universellement connus. Cette tradition remonte vraisemblablement au 17e siècle, lorsque les marins abaissaient les drapeaux en l’honneur des capitaines morts en mer.   

L’un des premiers témoignages écrits de mise en berne d’un drapeau remonte à l’année 1612, et a été effectué lors d’une expédition de l’Angleterre au Groenland. Dans les récits de ce voyage, l’auteur décrit la façon dont le chef de l’expédition a été tué ajoutant que, lors du retour, le drapeau du navire avait été mis en berne afin de lui rendre hommage.

Quand et comment met-on le drapeau en berne?

Quoique la tradition varie d’un pays à l’autre, le Canada a ses propres règles de mise en berne, surtout pour le drapeau situé sur la Tour de la Paix sur la Colline du Parlement.

Le décès d’un haut fonctionnaire canadien entraîne automatiquement la mise en berne du drapeau sur la Tour de la Paix ainsi que sur tous les édifices fédéraux situés au Canada et à l’étranger, et ce, dès l’annonce du décès et jusqu’au coucher du soleil le jour des funérailles. Par haut fonctionnaire, on entend notamment le souverain (ainsi que son conjoint et les héritiers du trône), le gouverneur général et le premier ministre.

Tout ancien gouverneur général, ancien premier ministre, ministre et juge en chef du Canada reçoit le même honneur, mais seulement pour les édifices fédéraux situés au Canada.

Lors du décès d’un sénateur, d’un député ou d’un membre du Conseil privé au cours de son mandat, le drapeau est mis en berne sur tous les édifices fédéraux de sa région, de sa circonscription ou de son lieu de résidence dès l’annonce de son décès et ce, jusqu’au coucher du soleil le jour de ses funérailles, de même que sur la Tour de la Paix du lever au coucher du soleil le jour de ses funérailles.

Aussi, certains jours occasionnent obligatoirement la mise en berne du drapeau sur les édifices fédéraux et la Tour de la Paix, dont le jour du Souvenir et la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.

La mise en berne du drapeau fait l’objet de certains pouvoirs discrétionnaires. Le premier ministre peut par exemple décider de mettre en berne le drapeau de la Tour de la Paix à l’occasion du décès d’un chef d’État ou de gouvernement étranger. Certaines circonstances exceptionnelles, comme un attentat terroriste, le décès d’un éminent Canadien ou une tragédie nationale, peuvent aussi entraîner la mise en berne du drapeau.

Dernièrement, le drapeau a été mis en berne à l’occasion des événements suivants :

  • l’écrasement du vol 752 à Téhéran, en Iran
  • le décès de la vedette rock canadienne Gord Downie
  • le décès de l’ancien président de l’Afrique du Sud et citoyen honorifique du Canada Nelson Mandela
  • le 10eanniversaire des attentats du 11 septembre 2001

Le premier ministre peut décider d’amplifier la mise en berne en prolongeant sa durée, comme dans le cas du regretté Président du Sénat l’honorable Pierre Claude Nolin, ou en mettant le drapeau en berne à un plus grand nombre d’endroits que ce qui est prescrit par les règles.

Half-mast ou half-staff?

Il est temps de trancher la question une fois pour toutes.

Au Canada, l’expression anglaise officielle pour un drapeau partiellement abaissé est half-mast. L’expression half‑staff est donc toujours incorrecte! (En français, on utilise toujours « en berne ».)

Cette confusion est compréhensible.

Les Américains, par exemple, utilisent les deux expressions; ils préfèrent half-staff pour les drapeaux hissés sur terre, et half-mast pour ceux déployés à bord des navires. Puisque la plupart des mâts de drapeau se trouvent sur terre, l’expression half-staff est généralement utilisée. Mais pas au Canada! Il s’agit simplement d’une parmi tant d’autres différences subtiles qui nous distinguent de nos voisins.

Peu importe les termes que l’on utilise pour parler de cette tradition, son sens ne change pas. Il s’agit d’un symbole puissant de deuil national.