période des questions — La santé

Le vaccin contre la COVID-19

16 mars 2021


L’honorable Jean-Guy Dagenais
[14:50]

Ma question s’adresse au représentant du gouvernement au Sénat. La liste des pays européens qui ont suspendu leur campagne de vaccination avec AstraZeneca s’allonge. On parle maintenant d’une vingtaine de pays, dont les quatre principaux pays du continent. Pendant ce temps, le premier ministre Trudeau continue de dire qu’il n’y a pas de danger pour les Canadiens en affirmant que nos vaccins d’AstraZeneca ne proviennent pas de ce qu’il a appelé, et je cite, la même batch. Voilà une réponse pas très scientifique.

Quelque chose d’autre me dérange : Santé Canada est, en général, des semaines, voire des mois en retard sur les États-Unis pour approuver certains produits de santé. Pourtant, dans le cas d’AstraZeneca, les États-Unis n’ont même pas encore approuvé ce vaccin, et AstraZeneca ne fournira pas les rapports requis pour obtenir une telle approbation avant le mois d’avril.

Monsieur le leader, pouvez-vous nous garantir que le premier ministre n’a pas pris de risques pour rehausser son image politique de grand vaccinateur? Sur quelles bases scientifiques avons-nous approuvé ce vaccin que les Américains refusent toujours de déclarer sûr pour la population?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat)
[14:51]

Je vous remercie de votre question. La question de la sécurité des vaccins est primordiale. Le gouvernement du Canada prend ses décisions en se basant sur les données scientifiques et sur l’avis de ses conseillers scientifiques. Selon l’information disponible et les conseils qui ont été fournis, le vaccin d’AstraZeneca est considéré comme sûr. Aujourd’hui, nous avons appris, grâce à la première étude menée en Europe sur la question des cas de caillots sanguins, que des millions de ces vaccins ont déjà été administrés, surtout en Angleterre. Il n’y a, apparemment, aucun lien entre ce problème de caillots sanguins et le vaccin. Nous aurons d’ailleurs bientôt les résultats du suivi qui a été fait sur cette question.

Selon l’information que nous ont fournie les scientifiques, au Canada et ailleurs, il n’y a pas de lien et il n’y a aucun danger. Tous les organismes canadiens ont souligné qu’il existe un équilibre entre le risque et les bénéfices. Sur la base de conseils scientifiques, tous les organismes au pays — y compris le premier ministre du Québec et le premier ministre du Canada — encouragent les Canadiennes et les Canadiens à avoir confiance en ces vaccins, de même qu’en tous les vaccins offerts au Canada.

Le sénateur Dagenais
[14:53]

Je vais répéter ce que le premier ministre a dit. Il a dit que les vaccins destinés au Canada ne provenaient pas de la même batch. Croyez-vous sincèrement qu’AstraZeneca a développé un vaccin différent pour l’Europe que celui qui est proposé au Canada et aux États-Unis? Ce pays attend encore d’obtenir des informations avant d’approuver ce vaccin.

Le sénateur Gold
[14:54]

Je vous remercie de la question. Il n’est pas question d’un vaccin différent. Il n’y a même pas de preuves qui ont confirmé qu’il y avait un problème avec le vaccin. Apparemment, il y a une augmentation de 20 % environ pour ce qui est du risque que les personnes atteintes de la COVID-19 développent ce problème sanguin. Les recherches se poursuivent. C’est normal — et c’était le cas au Canada — que les organismes prennent le temps de s’assurer que le vaccin est sécuritaire. En fait, le gouvernement a été critiqué par le passé parce qu’il n’a pas approuvé le vaccin aussi rapidement que d’autres pays. On ne peut pas jouer sur les deux tableaux. Ici, au Canada, nous prenons notre temps et nous mettons l’accent sur nos compétences et nos capacités scientifiques, afin de prendre des décisions appropriées pour les Canadiens et les Canadiennes.

[14:55]

Ma question porte sur le même sujet. Pouvez-vous nous confirmer que le Canada n’est pas en train de négocier avec AstraZeneca pour augmenter la quantité de vaccins livrés et profiter des annulations en Europe afin d’acheter des surplus de ce vaccin, qui n’est pas nécessairement sûr aux yeux de l’Europe, afin qu’on l’importe au pays pour vacciner des Canadiens?

Le sénateur Gold
[14:56]

Je vous remercie de votre question. Chaque jour, la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement travaille avec son équipe afin que le Canada puisse bénéficier des vaccins nécessaires pour protéger la population le plus vite possible. Je n’ai aucune information sur des négociations qui auraient eu lieu par rapport à ce que vous avez souligné, mais je vous invite à croire que le bien-être des Canadiens est au cœur des décisions prises par notre gouvernement. Tous les vaccins qui seront achetés par notre pays et distribués au Canada doivent subir des tests rigoureux et indépendants de la part de Santé Canada. Je vous invite à avoir confiance dans le fait que le gouvernement travaille 24 heures par jour, 7 jours par semaine, pour nous protéger.