Aller au contenu

PÉRIODE DES QUESTIONS — La sécurité publique

La production illégale de cannabis

20 octobre 2022


Ma question s’adresse au représentant du gouvernement au Sénat. Le Conseil canadien du cannabis estime que le marché noir continue de représenter au moins 50 % des ventes de cannabis au pays. Selon le conseil, le marché noir du cannabis continue de fleurir quatre ans après la légalisation du cannabis au Canada. La viabilité de cette industrie est en danger. On dit que presque la totalité des producteurs canadiens de cannabis est en situation déficitaire ou même près de la faillite.

En somme, le Conseil canadien du cannabis conclut que la légalisation du cannabis par le gouvernement Trudeau n’a pas atteint ses trois objectifs principaux, puisque les jeunes ont encore accès aux produits sur le marché noir, la qualité des produits sur le marché noir ne protège pas la santé des Canadiens et les groupes criminels continuent d’empocher des profits. Comme on l’a vu la semaine dernière, le trafic aux frontières, particulièrement aux États-Unis, atteint des niveaux records.

Ces quatre constats avaient été soulevés par l’opposition pendant l’étude du projet de loi sur la légalisation du cannabis. Sénateur Gold, admettez-vous que nous avions raison?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) [ + ]

Je vous remercie de votre question. Non, vous n’avez pas raison. Il est vrai que la légalisation du cannabis n’a pas mis fin immédiatement à toute l’industrie clandestine et illégale. Il a toujours été prévu que cela prendrait du temps pour faire en sorte que les Canadiens et les Canadiennes qui veulent consommer du cannabis fassent le virage du marché illégal vers des sources légales.

Il est aussi vrai que les producteurs de cannabis, en attendant ou en anticipant la légalisation, étaient peut-être un peu trop optimistes quant aux profits qui les attendaient. Il est dommage que plusieurs d’entre eux se trouvent en difficulté, mais c’est un risque que les entrepreneurs prennent lorsqu’ils se lancent dans une nouvelle industrie.

Pour toutes ces raisons, il n’est pas vrai que l’opposition avait raison, au contraire. Le gouvernement avait raison de mettre fin à la criminalisation de la production, il avait également raison de légaliser la consommation de cannabis pour protéger les Canadiens qui veulent s’approvisionner en produits légaux et pour réduire la stigmatisation de ceux et celles qui n’avaient pas d’autres choix que de s’approvisionner auprès du marché illégal.

Maintenant que l’on voit poindre à l’horizon le désastre causé par le gouvernement Trudeau en légalisant le cannabis, qu’entend donc faire le gouvernement pour réduire l’accès aux produits du cannabis pour les jeunes, améliorer la santé des Canadiens, empêcher les criminels d’empocher des profits et cesser le trafic de drogue?

Le sénateur Gold [ + ]

Le gouvernement fédéral travaille à la frontière pour interdire le trafic dans les deux directions. Les autorités provinciales ont choisi de légiférer de façon différente afin de fixer un âge minimum pour l’achat légal de cannabis.

Le gouvernement canadien et ses partenaires dans le domaine de la santé publique continueront d’informer les Canadiens sur l’utilisation du cannabis de façon saine et sécuritaire.

Haut de page