Aller au contenu

PÉRIODE DES QUESTIONS — Le patrimoine canadien

Les recommandations du commissaire aux langues officielles

13 décembre 2022


Ma question s’adresse au leader du gouvernement au Sénat.

Monsieur le leader, on a appris au cours des dernières heures, à la suite de la publication d’un rapport du commissaire aux langues officielles, que près de la moitié des recommandations que le commissaire aux langues officielles a faites en réponse aux lacunes qui ont été identifiées dans ses rapports et ses enquêtes ont été ignorées par les institutions fédérales.

Le commissaire a énuméré dans l’ordre les organisations, institutions, départements et ministères, du moins performant au plus performant. On constate qu’Air Canada se trouve au septième rang.

Qui est le cancre? Quel est le ministère qui fait le moins bien pour ce qui est de respecter les recommandations du commissaire aux langues officielles?

Monsieur le leader, le Bureau du Conseil privé, le ministère du premier ministre du Canada, est le cancre; c’est le ministère qui n’a suivi aucune des recommandations du commissaire aux langues officielles.

Monsieur le leader, j’imagine que vous connaissez l’expression « grand parleur, petit faiseur ». Croyez-vous qu’elle s’applique bien au premier ministre du Canada?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) [ + ]

La réponse à votre question est non.

Cela ne signifie pas que les recommandations du commissaire ne sont pas importantes ou que le gouvernement et les ministères identifiés dans le rapport ne peuvent pas faire mieux, mais la réponse est non.

Monsieur le leader, après le discours en anglais du président-directeur général d’Air Canada, la ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a dit ce qui suit, et je cite :

J’ai pris acte de ses excuses, mais elles doivent être suivies d’actions concrètes afin de démontrer qu’il prend ses obligations au sérieux [...]. C’est une question de respect.

Donc, étant donné que le premier ministre et le Bureau du Conseil privé n’ont pas pris d’actions concrètes après les recommandations du commissaire aux langues officielles, cela veut‑il dire qu’ils ne prennent pas leurs obligations au sérieux et qu’ils manquent de respect envers la Loi sur les langues officielles et envers les francophones de ce pays?

Le sénateur Gold [ + ]

Non, je ne suis pas de cet avis. Cependant, je vais m’engager à connaître les prochaines étapes du processus. J’espère obtenir une réponse sur les progrès qui seront faits au sein du gouvernement à cet égard et j’en informerai le Sénat dès que je la recevrai.

Haut de page