S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
COMMENT & POURQUOI
« Le désir de faire de notre mieux » : ancien sénateur Raoul Dandurand et le sculpteur québécois qui l’a immortalisé
17 novembre 2020

En février 2019, le Sénat s’est installé dans l’édifice du Sénat du Canada, une ancienne gare construite en 1912. Il occupera cet emplacement temporaire pendant les travaux de réhabilitation de l’édifice du Centre, qui est sa demeure permanente.

Bien que l’édifice du Centre soit fermé en raison des travaux, les Canadiens peuvent quand même découvrir les œuvres d’art et l’architecture de l’édifice en effectuant une visite virtuelle immersive du Sénat.


Janvier 1942 était une période sombre pour le Canada.

Lorsque Hong Kong est tombé aux mains des Japonais le jour de Noël 1941, près de 300 Canadiens ont perdu la vie, et 1 600 autres ont été capturés. En janvier, des sous-marins allemands ont commencé à torpiller des navires dans le golfe du Saint-Laurent. Des soldats canadiens ont été déployés en Europe, en Afrique du Nord et dans les Caraïbes. Ici, au Parlement d’Ottawa, un débat enflammé sur la conscription a fait rage.

L’atmosphère s’est détendue tout de même brièvement le 28 janvier, alors que le Sénat a interrompu ses travaux pour souligner le 80e anniversaire du sénateur Raoul Dandurand. Sans doute le Président le plus influent des 153 années d’histoire du Sénat, cet homme a passé des années à essayer d’empêcher le déclenchement de la guerre qui déchirait le monde.

On a dévoilé ce soir‑là un buste en bronze à l’effigie du sénateur, réalisé par l’éminent sculpteur historique québécois Alfred Laliberté.

Tout comme le sénateur, le buste est devenu une icône du Sénat.

Pendant des dizaines d’années, il était exposé sur son socle dans le Salon de la Francophonie de l’édifice du Centre, une salle de réception qui commémore les 230 années de Régime français au Canada. Étant donné le déménagement du Sénat dans l'édifice du Sénat du Canada, le buste s’est retrouvé sans foyer. Il est désormais bien en vue dans le Salon des sénateurs, à l'édifice du Sénat du Canada.

Le sénateur Dandurand : une illustre carrière

Nommé en 1898 par le premier ministre de l’époque, sir Wilfrid Laurier, cet avocat montréalais de 35 ans était alors le plus jeune sénateur de l’histoire.

Il a siégé 44 ans à la Chambre rouge, pendant la ruée vers l’or du Klondike, la Grande Dépression et les deux guerres mondiales. Pendant qu’il siégeait au Sénat, il a été ministre dans chaque Cabinet que le premier ministre William Lyon Mackenzie King a formé entre 1921 et 1942. Il a également été leader du gouvernement au Sénat ou leader de l’opposition pendant la majorité de cette période.

En 1905, il a été nommé Président et il redéfinit ensuite ce rôle au Sénat. Il a dirigé une refonte majeure du Règlement du Sénat, élargissant le rôle du Président de façon à ce que celui-ci puisse intervenir dans les débats et maintenir l’ordre et le décorum.

En 1924, il s’est rendu à Genève, en Suisse, à titre de représentant principal du Canada à l’Assemblée de la Société des Nations, l’ancêtre des Nations Unies. Un an plus tard, il est élu président de l’assemblée, et il devient ainsi le premier Canadien à occuper ce poste.

À Ottawa, le sénateur Dandurand militait en faveur d’un meilleur esprit de collégialité au Sénat, de façon à ce que la Chambre haute se distingue de la Chambre des communes, où les échanges sont plus houleux.

En 1936, il a dit que « les auteurs de la Confédération n’avaient pas voulu faire du Sénat une réplique de la Chambre des Communes. »

Il ajoute que « nous abordons toutes les questions dans le désir de travailler de notre mieux dans l’intérêt général du pays. »

Alfred Laliberté : le sculpteur du Québec

Le sculpteur Alfred Laliberté, comme le sujet de sa célèbre statue de bronze, était à peu près inconnu en dehors de sa province natale jusqu’à ce que le premier ministre Wilfrid Laurier ait contribué à sa renommée à l’échelle nationale.

Laliberté a commencé à sculpter à l’âge de 15 ans. Impressionné par le travail du jeune artiste, sir Wilfrid l’aide à entrer, en 1896, au prestigieux Conseil des arts et manufactures de Montréal.

Laliberté a poursuivi ses études à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il est rentré au Canada en 1907, puis a commencé à produire des bronzes plus grands que nature qui s’inspirent du folklore et de l’histoire du Québec. Ses sculptures des explorateurs Jacques Marquette et Louis Jolliet, du missionnaire jésuite Jean de Brébeuf et de Jean Talon, le premier intendant de la Nouvelle-France, sont installées devant l’Assemblée nationale à Québec. Son buste à l’effigie de l’explorateur Samuel de Champlain orne la place du Canada, à Paris, à proximité des Champs-Élysées.

Alfred Laliberté est décédé en 1953, après avoir créé plus de 900 œuvres et s’être fait surnommer affectueusement le « sculpteur du Québec ».

Un vibrant hommage

Le sénateur Dandurand est décédé seulement six semaines après la cérémonie de janvier 1942, alors que la guerre faisait toujours rage, et qu’il ait passé une partie importante de sa carrière à promouvoir une ouverture sur le monde afin justement de prévenir cette guerre.

Le premier ministre King a fait l’éloge du travail de son collègue, qui a défendu dans le monde entier les valeurs du Canada.

Comme il l’a dit : « Le sénateur Dandurand a toujours placé en tête de ses aspirations la position qui, selon lui, le Canada devrait occuper et occupera parmi les nations du monde. »

Le sénateur était profondément touché.

Il révèle que, selon son « cher vieil ami sir Wilfrid Laurier », « les gens, en général, se révèlent bons et bienveillants. C’est au fait d’avoir été entouré de telles gens, au conseil privé et durant toute ma vie, que j’attribue l’oubli de mes insuffisances et la réunion d’aujourd’hui où ils m’assurent, comme ils l’ont déjà fait, de leur amitié pour moi. »

« Sans affinité et sans amis, la vie ne vaut guère la peine d’être vécue. C’est dans une débordante mesure que vous m’avez assuré les deux. »

Le buste en bronze de l’ancien sénateur Raoul Dandurand, sculpté par Alfred Laliberté, a orné le Salon de la Francophonie de l’édifice du Centre pendant des décennies.

Prime Minister Le premier ministre William Lyon Mackenzie King, à gauche, et le sénateur Dandurand portent la tenue officielle devant la Tour de la Paix de l’édifice du Centre en 1939. (Crédit photo : <a href='https://www.bac-lac.gc.ca/eng/CollectionSearch/Pages/record.aspx?app=FonAndCol&IdNumber=3194612' target='_blank'>Bibliothèque et Archives Canada</a>)

Senator Dandurand, left, and Prime Minister King attend a League of Nations conference in Geneva, Switzerland in September 1936. (Library and Archives Canada)Le sénateur Dandurand, à gauche, et le premier ministre King participent à une conférence de la Société des Nations qui a eu lieu en septembre 1936, à Genève, en Suisse. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)

Prime Minister King’s cabinet in 1939. The prime minister is seated in the centre with Senator Dandurand to his right. (Library and Archives Canada)Les membres du Cabinet du premier ministre King en 1939. Le premier ministre est assis au centre, et le sénateur Dandurand est à sa droite. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)

Le buste de l’ancien sénateur Dandurand orne désormais le Salon des sénateurs dans l’édifice du Sénat du Canada.