déclarations de sénateurs — La Journée de l'ourson témoin

7 mai 2019


[14:36]

Honorables collègues, la Journée de l’ourson témoin, célébrée chaque année le 10 mai, souligne la mise en œuvre du principe de Jordan. Elle nous rappelle qu’en janvier 2016, le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu une décision selon laquelle le gouvernement du Canada traitait les enfants des Premières Nations de manière discriminatoire parce qu’il offrait, dans les réserves, des services sociaux inadéquats et inéquitables, et qu’il ne mettait pas correctement en œuvre le principe de Jordan.

Selon ce principe, axé sur « l’enfant d’abord », les enfants des Premières Nations doivent avoir accès à tous les services publics d’une façon qui tient compte de leurs besoins culturels particuliers et des désavantages historiques associés à la colonisation, et ce, sans devoir faire face à des refus de service, à des retards ou à des perturbations.

Le principe de Jordan est nommé en souvenir de Jordan River Anderson, un enfant de la Nation crie de Norway House, au Manitoba, qui avait des besoins médicaux complexes à sa naissance. Il est resté à l’hôpital pendant plus de deux ans sans raison valable, tandis que le Manitoba et le gouvernement fédéral se tiraillaient pour savoir qui paierait ses soins à domicile. Jordan est mort à 5 ans sans avoir passé une journée dans la maison familiale.

Bien que la situation se soit améliorée depuis, le gouvernement du Canada a reçu du Tribunal canadien des droits de la personne sept ordonnances de non-conformité au principe de Jordan. Des enfants des Premières Nations se butent encore à des refus et à des retards quand ils tentent d’avoir accès à des services publics dont bénéficient les autres enfants dans des domaines comme l’éducation, la santé, les services de garde, les loisirs, la culture et la langue.

Au nom de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada, je vous invite à manifester votre appui à l’égard du principe de Jordan en publiant en ligne, le 10 mai, une photo de vous avec un ourson ou un autre animal en peluche accompagnée du mot-clic #JournéeOursonTémoin. L’ourson en peluche était le jouet préféré de Jordan et est devenu le symbole de la lutte contre la discrimination à l’égard des enfants, des jeunes et des familles des Premières Nations.

Wela’lioq, merci.