S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Rencontre avec la sénatrice Chantal Petitclerc
7 septembre 2016
PERSONNALITÉS

Qui vous a transmis le désir et l’intérêt de participer à la vie publique ?

En fait, personne en particulier. Par contre, j'ai toujours eu un énorme respect pour nos politiciens et le travail extraordinaire qu'ils effectuent. J'ai eu la chance de croiser à plusieurs reprises l’ancienne sénatrice Joyce Fairbairn. Sa générosité et son appui aux sports m'ont toujours touché. Je pense aussi qu'il est possible de contribuer à un Canada meilleur, chacun à sa façon, et la vie publique est un endroit où on peut le faire.

Selon vous, quel est le plus important enjeu de politique publique auquel le Canada fait face à l’heure actuelle ?

Le manque d'activité physique de nos jeunes. Oui, c'est politique car les jeunes qui grandissent en étant peu actifs sont des jeunes qui risquent de graves problèmes de santé, de souffrir d'obésité, et d’une baisse de qualité de vie à court et à long terme. L'impact peut avoir un effet partout au pays, et à tous les niveaux. Il est primordial de passer à l’action dès maintenant. Je rêve que le Canada devienne un pays exemplaire à ce niveau, qu'il soit pris en exemple et que partout dans le monde on dise : « Au Canada, les jeunes sont actifs et deviennent des adultes en santé qui contribuent à un pays en santé. »

Pourquoi un plus grand nombre de Canadiens devrait s’intéresser aux travaux du Sénat ?

Le travail du Sénat est mal connu et c'est très dommage. Les Canadiens, s'ils étaient conscients du sérieux, du professionnalisme et de l'expertise exceptionnelle des sénateurs, seraient très impressionnés, tout comme je l'ai été quand je suis arrivée à la Chambre haute.

La sénatrice Petitclerc serre la main de l’huissier au bâton noir, J. Greg. Peters, avant son assermentation.

À quels efforts législatifs ou travaux de comité êtes-vous le plus fier d’avoir participé ?

Je commence à peine, et je continue tranquillement, à apprivoiser le Sénat et toutes les façons dont il nous est possible de faire une différence et d’avoir un impact, donc ma marque reste à faire. Il est clair qu’avec mon expérience d'athlète, mais aussi à titre de personne qui vit avec un handicap, je voudrais m'impliquer dans les travaux sur la santé, les personnes à mobilité réduite, le sport, etc. Mais je sais que je serai aussi passionnée par des sujets que je ne connais même pas encore ! Tout cela reste encore à découvrir pour moi, et c'est très excitant !

À titre de Chef de Mission pour les Jeux Paralympiques 2016 de Rio, la Sénatrice Petitclerc a été l’hôte d’un évènement pour annoncer l’équipe Paralympique de natation du Canada.

Pouvez-vous me nommer un trésor caché de votre région que les Canadiens gagneraient à découvrir ?

Je suis très fière d'être sénatrice de la belle région de Grandville au Québec. J'adore en particulier le parc du Bic, où je vais régulièrement. On y trouve bonne bouffe, petit gîte exceptionnel et un endroit unique pour faire du kayak de mer, une activité que j'adore. Je garde des souvenirs inoubliables de mes sorties en kayak au lever du soleil – on se sent à l'autre bout du monde tellement le fleuve semble large et pourtant, on est chez nous !

La sénatrice Petitclerc en kayak au parc du Bic à Grandville.

Pouvez-vous me nommer une chanson ou un album qui vous fait toujours sourire ? Expliquez pourquoi.

J'adore la musique. Léonard Cohen est un de mes artistes préférés, mais pas vraiment pour me faire sourire !

Quel est le dernier livre ou film que vous avez recommandé à quelqu’un et pourquoi ?

Hmmm... Sans doute The good dinosaur ! C’est le film préféré de mon fils Elliot ces jours-ci ! Je dois avouer qu’avec un petit de deux ans et demi, je suis un peu en retard pour ce qui est des films et des livres ! Mais le film que je recommande toujours comme étant l’un de mes préférés, c’est Babel. Un chef d’œuvre. Je peux le revoir encore et encore, et toujours ressentir une grande émotion. Sur une note plus légère, j’aime encore regarder Kill Bill de Quentin Tarantino !

La sénatrice Petitclerc à la plage avec son fils, Elliot.

Quelle équipe de sport (professionnelle ou amateur) appuyez-vous ?

J’appuie l’équipe canadienne tout entière. En tant qu’athlète pendant plus de 20 ans, c’était mon équipe. Je suis consciente de l’effort, du dévouement et de la passion qu’il faut pour se rendre sur le podium pour le Canada, et j’appuierai toujours avec enthousiasme nos olympiens et nos paralympiens. Ils nous font honneur, ils inspirent nos enfants et ils font rayonner notre feuille d’érable aux quatre coins du monde.

Pourquoi êtes-vous fier d’être Canadienne ?

Je suis fière d’être Canadienne pour tellement de raisons. Notre pays est magnifique, nous réussissons à réaliser des changements sans violence, et nous gardons l’esprit et le cœur ouverts. Nous sommes riches de notre diversité, et mon fils Elliot grandit dans un pays où chacun peut être qui il veut être, aimer qui il veut aimer, et où aucun rêve n’est trop ambitieux. C’est assez unique et on peut en être fiers.