DÉCLARATIONS DE SÉNATEURS

4 novembre 2020


[14:17]

Honorables sénateurs, je souhaite aujourd’hui honorer la vie d’une femme, Patricia Gail Leeson, qui, par sa joie de vivre et sa présence rassurante, a laissé sa marque sur la ville de Little Current, sur l’île de Manitoulin.

Gail est née à Little Current le 1er avril 1966 et elle nous a hélas quittés plus tôt cette année à l’âge de 53 ans.

Gail est née avec le syndrome de Down, mais cela ne l’a jamais empêchée d’avancer. Sa force et sa gentillesse l’ont suivie toute sa vie, qu’elle a eu bien remplie, d’ailleurs. Gail se moquait de ce que les autres pouvaient penser d’elle ou de sa manière de s’habiller. Où qu’elle aille, elle arborait ses fameuses billes — et ce n’était pas un collier.

Gail aurait pu changer la destinée de sa collectivité : elle aimait tout le monde également et n’avait pas de chouchous. Sa sœur Bert disait d’elle qu’elle ne faisait jamais aucun cas de son handicap et qu’elle avait au contraire l’impression que c’était tous les autres qui étaient handicapés. Si quelqu’un osait dire quelque chose de désobligeant au sujet d’une autre personne devant Gail, elle lui rappelait qu’il vaut toujours mieux être gentil que médisant parce que nous sommes tous égaux.

Gail aimait la musique et la danse et elle égayait la vie de tous ceux qu’elle rencontrait. Elle aimait voyager avec sa famille, et ses pérégrinations l’ont menée un peu partout au Canada, aux États-Unis, au Mexique et dans les Antilles. Elle aimait aussi les quilles et sa séance de bénévolat hebdomadaire au centre Manitoulin Centennial Manor, où elle était connue de tous les résidents, qu’elle connaissait tous personnellement elle aussi.

Citoyenne généreuse, bénévole dévouée, sœur aimante et fille adorée, Gail occupait une telle place dans le cœur des habitants de Little Current que la municipalité a tenu à lui rendre hommage et à mettre ses drapeaux en berne quand elle s’est éteinte.

Honorables sénateurs, ma famille s’estime immensément privilégiée d’avoir connu Gail. Je transmets mes plus sincères condoléances à sa mère Edna et à sa sœur Wilberta, qui était aussi sa meilleure amie, sa plus grande défenseure et, à en croire Gail, sa chauffeuse attitrée. J’offre aussi mes condoléances au frère de Gail, Perry, à son autre sœur, Cheryl, ainsi qu’à ses nombreux neveux et nièces.

Dans la vie, on ne peut souhaiter qu’une chose, et c’est laisser sa marque. Or, la marque laissée par Patricia Gail Leeson dans nos vies n’est pas près de s’effacer. Elle apportait la joie à tous ceux qui ont eu le privilège de la connaître et de l’aimer. Elle va nous manquer terriblement. Merci. Meegwetch.