déclarations de sénateurs — Le Mois de la parole et de l'audition

29 mai 2019


L’honorable Judith G. Seidman
[14:10]

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui afin de signaler que le mois de mai est le Mois de la parole et de l’audition.

Nombre d’entre nous tenons notre capacité de communiquer pour acquise. Pourtant, il ne fait aucun doute que cette aptitude est fondamentale à notre bien-être cognitif, émotionnel et psychologique. C’est ce qui nous permet d’apprendre, de tisser des liens avec nos semblables et d’exprimer nos besoins et nos désirs.

Chaque année, Orthophonie et Audiologie Canada, ou OAC, ainsi que ses 6 500 membres et associés, font de la sensibilisation sur l’importance de la santé de la communication et sur la façon dont les orthophonistes, les audiologistes et les auxiliaires en santé de la communication peuvent assurer une santé de la communication optimale aux Canadiens de tous âges.

On estime que plus de 440 000 Canadiens vivent avec un important trouble de la parole, du langage ou de la communication.

Plus tôt ce mois-ci, à Montréal, OAC a tenu son tout premier événement sur l’audiologie. Des audiologistes de tout le pays et de partout dans le monde se sont réunis pour discuter de l’avenir de leur profession, des effets de leur travail sur la santé et le bien-être des Canadiens, ainsi que de l’importance de mettre en œuvre une stratégie nationale en matière d’audition.

Pendant le Mois de la parole et de l’audition, OAC se concentre principalement sur le rôle des orthophonistes dans les écoles. Plus de 10 p. 100 des enfants vivent avec un trouble de la parole, du langage ou de la communication. Les services d’orthophonie sont essentiels pour assurer la réussite scolaire de ces enfants et leur offrir le meilleur départ possible dans la vie.

Selon les études, la période qui va de la naissance à l’âge de 2 ans est une période cruciale pour l’apprentissage de la langue. En avril dernier, le Groupe de travail canadien sur l’audition des nourrissons, dont Orthophonie et Audiologie Canada est membre, révélait que les programmes de dépistage auditif et d’intervention précoces sont insuffisants dans plus de la moitié des provinces et des territoires du pays. Orthophonie et Audiologie Canada demande que l’accès à des services de santé auditive soit amélioré partout au Canada et que des lignes directrices nationales en matière de santé auditive chez les enfants soient élaborées.

J’aimerais profiter de cette occasion, le Mois de la parole et de l’audition, pour souligner le travail des orthophonistes, des audiologistes et des aides en santé de la communication, qui contribuent à améliorer la qualité de vie des Canadiens.