Communiqué

Comité permanent des langues officielles

Un comité du Sénat adopte une motion sur les établissements postsecondaires qui servent les communautés minoritaires

22 avril 2021


Ottawa, le 22 avril 2021 —Les membres du Comité sénatorial permanent des langues officielles ont adopté le 19 avril une motion portant sur les établissements d’enseignement postsecondaire qui servent les communautés de langue officielle en situation minoritaire, à la lumière des difficultés financières auxquelles certains de ces établissements, tels que l’Université Laurentienne, sont présentement confrontés.

Proposée par la sénatrice franco-ontarienne Lucie Moncion, la motion exhorte le gouvernement fédéral à travailler de concert avec ses homologues provinciaux et territoriaux afin de créer un fonds d’aide d’urgence pour les établissements d’enseignement postsecondaire qui servent les communautés linguistiques minoritaires et dont la grande insécurité financière menace la survie.

De plus, elle exhorte la ministre du Développement économique et des Langues officielles à mener une étude sur la situation financière des établissements d’enseignement postsecondaire servant les communautés de langue officielle en situation minoritaire, notamment sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur ces établissements.

Les membres du comité ont remarqué le fait que, dans le budget de 2021, le gouvernement fédéral propose d’investir sur trois ans pour faciliter l’accès à un enseignement postsecondaire de haute qualité dans la langue de la minorité, et ce, dans l’ensemble du pays. Toutefois, tous les niveaux de gouvernement devront en faire plus pour s’assurer de la stabilité et de la survie à long terme de cet enseignement et des établissements où celui-ci est offert.

En bref

  • Les établissements d’enseignement postsecondaire qui servent les communautés de langue officielle en situation minoritaire sont essentiels à la vitalité culturelle, sociale et économique ainsi qu’à la viabilité de ces communautés.
  • Plusieurs de ces établissements, y compris l’Université Laurentienne à Sudbury, en Ontario, et le Campus Saint‑Jean de l’Université de l’Alberta, entre autres, se trouvent dans une situation financière précaire, dans certains cas en raison de leur sous-financement chronique.
  • Le contexte pandémique de la COVID-19 vient exacerber les difficultés financières des établissements d’enseignement postsecondaire, notamment ceux qui sont au service des communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  • L’Université Laurentienne a demandé la protection en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.
  • En raison des récentes coupures dans les programmes d’enseignement postsecondaire en français de l’Université Laurentienne, l’accès à ces programmes est en diminution dans le Nord de l’Ontario.

Citation

« En tant que président du Comité permanent des langues officielles du Sénat, je suis extrêmement préoccupé par l’insécurité financière à laquelle sont confrontés de nombreux établissements d’enseignement postsecondaire qui offrent des programmes dans la langue de la minorité. La pérennité de ces établissements publics est un problème urgent qui nécessite l’intervention urgente de multiples ordres du gouvernement. Nous devons éviter à d’autres établissements postsecondaires qui servent les communautés minoritaires les mêmes troubles que ceux qui secouent l’Université Laurentienne et le Campus Saint‑Jean. »

– Le sénateur René Cormier, président du comité

Liens connexes

Renseignements
Ben Silverman
Agente de relations publiques | Sénat du Canada
613-614-1180 | ben.silverman@sen.parl.gc.ca