Communiqué

Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l’administration

Déclaration de regrets aux employés de l’ancien sénateur Meredith

25 juin 2020


Ottawa – Le Président du Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l’administration, le sénateur Sabi Marwah, a effectué au nom du comité la déclaration suivante dans la Chambre du Sénat, qui exprime des regrets aux employés de l’ancien sénateur Don Meredith.

« Honorables collègues,

Aujourd’hui, le Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l’administration – ou CIBA – a adopté à l’unanimité un rapport du Sous-comité sur les ressources humaines concernant le harcèlement subi par les employés de l’ancien sénateur Don Meredith.

Le rapport contient une recommandation que le CIBA exprime ses regrets pour les expériences des employés qui ont été négativement affectés par l’inconduite de M. Meredith.

En tant que président du CIBA, je le fais maintenant :

Toute forme de harcèlement en milieu de travail est inacceptable et n’a pas sa place au Sénat du Canada. Nous avons entendu les employés qui ont travaillé au bureau de l’ex‑sénateur Don Meredith, mais surtout, nous les avons crus.

L’inconduite de Don Meredith mérite sans équivoque une sévère condamnation de la part du Sénat et de l’ensemble des sénateurs. Il apparaît clairement que sa conduite répréhensible n’était pas conforme aux normes les plus élevées de dignité inhérentes à la charge de sénateur et qu’elle a entaché la réputation de notre institution. Il incombe donc à tous les sénateurs de reconnaître que ce qu’ont vécu ces employés était inadmissible, que ceux-ci ont souffert en conséquence directe du comportement de M. Meredith et que les processus visant à traiter ces questions ont pris trop de temps à se conclure.

Aux employés concernés : sachez que nous vous croyons.

Nous reconnaissons sans retenue et regrettons profondément la peine et la douleur que votre expérience de travail vous a causées. Sachez également que le Sénat prend des mesures pour éviter que de telles situations se reproduisent. Tous les sénateurs et employés du Sénat doivent dorénavant suivre une formation anti-harcèlement obligatoire, et nous avons élaboré une nouvelle politique contre le harcèlement pour le Sénat.

Bien que les mesures que nous prenons aujourd’hui ne sauraient changer ce qui vous est arrivé, notre comité espère sincèrement que plus personne n’aura à subir la douleur et la souffrance causées par une quelconque forme de harcèlement dans le cadre de son emploi au Sénat du Canada. »

 

Lien connexe

 

Pour plus de renseignements :

Alexandra Scott-Larouche
Agente, Relations publiques | Sénat du Canada
613-614-1180 | media@sen.parl.gc.ca