Aller au contenu

COMMUNIQUÉ

Le comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

Le système de soins de santé du Canada doit se préparer à une révolution technologique

31 octobre 2017


LISEZ LE RAPPORT INFOGRAPHIE

Imaginez que vous consultez un robot « formé » en médecine pour un problème de santé, puis qu’un médecin vous rencontre immédiatement après. Le médecin n’est pas d’accord avec le diagnostic du robot. Lequel des deux allez-vous croire?

Ce n’est que l’un des dilemmes fondamentaux sur la relation médecin-patient que soulève un nouveau rapport du Comité sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie. Ce rapport porte sur les changements révolutionnaires qui attendent les systèmes de soins de santé du Canada et qui auront de grands avantages potentiels pour les patients, les médecins et les professionnels de la santé.

Selon le rapport intitulé Défi en vue : Intégrer les technologies de la robotique, de l’intelligence artificielle et de l’impression en 3D dans les systèmes canadiens de soins de santé, publié aujourd’hui par le comité, tous les acteurs du domaine de la santé doivent se préparer à un changement inévitable et, ultimement, radical. 

Le comité recommande principalement au gouvernement fédéral de mettre à profit les recherches de pointe du Canada dans le domaine de l’intelligence artificielle et de rassembler tous les intervenants sur une base régulière, en tant que groupes d’experts, afin de surveiller l’intégration des technologies et d’aborder les défis qui en découlent. 

Une première conférence serait tenue pour mettre sur pied ces groupes d’experts ainsi qu’un secrétariat chargé de coordonner les travaux et de faire état des progrès au gouvernement fédéral.

Le soutien du gouvernement fédéral est essentiel à l’efficacité et au succès de la transition des systèmes de santé du Canada dans un monde où la robotique imprègnera le quotidien, indique le rapport.

Selon le comité, plusieurs secteurs nécessiteront une attention particulière :

  • Les considérations liées à l’éthique et à la protection des renseignements personnels
  • La prestation de soins de santé, y compris les soins à domicile
  • La prestation de soins de santé dans les régions rurales et éloignées
  • Le réaménagement de la main-d’œuvre, y compris les pertes d’emplois, la création d’emplois, l’éducation et la formation
  • La surveillance réglementaire

Les représentants de l’industrie de l’intelligence artificielle qui ont témoigné au cours de l’étude ont applaudi les initiatives fédérales qui appuient le développement de nouvelles technologies de la santé, mais ont déploré le fait qu’ils rencontrent de nombreux obstacles dans la commercialisation de leurs produits, notamment au niveau des processus d’approvisionnement provinciaux. Il est possible de surmonter ces défis en misant sur l’aide mutuelle et la compréhension commune, une des raisons pour lesquelles les rencontres régulières des intervenants seront importantes.

En bref 

  • Les dépenses consacrées aux soins de santé dépassent 228 milliards de dollars chaque année, mais selon l’Institut canadien d’information sur la santé, ce montant ne suit pas l’inflation et la croissance démographique.
  • La robotique, l’intelligence artificielle et l’impression en 3D ont le potentiel de réduire les coûts des soins de santé, d’améliorer la rapidité et l’exactitude des diagnostics et d’anticiper le développement de certaines maladies, ce qui permettrait d’en assurer un traitement plus proactif.
  • Selon les témoignages entendus, le comité a appris que l’intelligence artificielle est plus efficace que les spécialistes des soins de la santé dans le diagnostic et la classification des cancers de la peau et du sein et d’autres maladies. Dans la même veine, la chirurgie par robot serait plus sécuritaire, moins invasive et plus fiable que la chirurgie traditionnelle.

Citations

« Les gens en viendront à exiger le même niveau de service pour leur santé que celui qu’ils reçoivent pour l’entretien de leur voiture. Ils voudront une solution le jour même et non pas dans plusieurs mois ou plusieurs années. Aujourd’hui, même si vous avez le chirurgien le plus brillant au monde, rien ne garantit que vous arriverez à le voir avant qu’il ne soit trop tard. »

— Sénateur Kelvin Kenneth Ogilvie, président du comité

« L’essentiel, ce sera de former les professionnels de la santé et leurs patients pour qu’ils puissent faire confiance aux nouvelles technologies. Par exemple, si l’intelligence artificielle a un avis différent que le médecin au sujet d’un diagnostic ou d’un traitement, lequel des deux le patient croira-t-il? Le médecin sera‑t-il disposé à accepter que le robot ait peut-être raison? » 

— Sénateur Art Eggleton, C.P., vice-président du comité

Liens connexes

  • Pour lire le rapport Défi en vue : Intégrer les technologies de la robotique, de l’intelligence artificielle et de l’impression en 3D dans les systèmes canadiens de soins de santé.
  • Plus de renseignements sur l’étude.
  • Suivez les activités du comité à l’aide du mot-clic #SOCI.

 

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Sonia Noreau
Responsable des relations publiques
Sénat du Canada
613-614-1180 | sonia.noreau@sen.parl.gc.ca

 

Le comité a publié son rapport lors d’un événement @uOttawa. Les sénateurs Kelvin Kenneth Ogilvie, Art Eggleton, Chantal Petitclerc et Judith Seidman ont été témoins de ces nouvelles technologies en action