S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Des paysages chatoyants du Canada transforment la future résidence du Sénat
30 août 2018
COMMENT & POURQUOI

Cet article fait partie d’une série sur le déménagement du Sénat du Canada à l’édifice du Sénat du Canada, auparavant connu sous le nom de Centre de conférences du gouvernement. En 2018, le Sénat a entamé son déménagement au nouvel édifice, une ancienne gare construite en 1912, alors que l’édifice du Centre du Parlement – l’emplacement permanent du Sénat – sera restauré. Le Sénat commencera à opérer à partir de l’édifice du Sénat du Canada au début de 2019.

Les économies réalisées au profit des contribuables seront d’environ 200 millions de dollars comparativement à la proposition originale qui consistait à réinstaller le Sénat sur la Colline du Parlement. Il est prévu que le Sénat occupe cet emplacement temporaire pendant au moins 10 ans.


Début 2015. Les plans d’architecture de la résidence temporaire du Sénat prennent forme. Ils prévoient trois nouvelles salles de comité sises au cœur du Centre de conférences du gouvernement modernisé.

L’édifice qui, de 1912 à 1966, était la gare centrale d’Ottawa, servira d’emplacement temporaire du Sénat du Canada qui doit déménager alors que sa résidence permanente, l’édifice du Centre du Parlement, fera l’objet de premières rénovations en profondeur depuis son édification dans les années 1920.

Panorama représentant le cap Race (côte Est de Terre Neuve), sur le mur est de la salle d’attente générale.

 

Les trois salles de comité seront réparties sur deux étages : deux de chaque côté d’un corridor qui traverse la salle d’attente générale, le hall d’entrée colossal de l’édifice, et un autre, un étage plus haut, dans l’ancienne billetterie.

Un seul problème reste à résoudre : que faire des 250 mètres carrés de murs dénudés, soit une superficie équivalente à trois écrans de cinéma?

Martin Davidson, associé à la firme Diamond Schmitt Architects de Toronto – qui supervise le développement du Centre de conférences du gouvernement de concert avec la firme KWC Architects d’Ottawa – s’est inspiré de photographies historiques de paysages pour identifier une solution.

« Nous voulions que cet espace incarne la raison d’être du Sénat, et notamment le fait qu’il représente les différentes régions du pays. Nous avons examiné un éventail de paysages canadiens en nous demandant s’il était possible de les utiliser pour témoigner de la diversité des régions du Canada » a-t-il expliqué.

Un travailleur de la construction installe l’un des quelque 200 panneaux de bronze qui forment les trois nouvelles représentations panoramiques de paysages canadiens dans le Centre de conférences du gouvernement.

Les « toiles » utilisées pour ces paysages – des panneaux de bronze perforés d’une hauteur de six mètres et d’une largeur de 14 mètres – sont imposantes. 

Une scène montrant le cap Race de Terre-Neuve exposé à la tempête orne le mur est; le lac Moraine, au parc national de Banff, en Alberta, habille le mur opposé. Le troisième panorama accueille les visiteurs qui descendent l’escalier de marbre en direction de la salle d’attente générale. Ce dernier, qui représente une machine à vapeur tirant un train sur un pont à chevalets de bois sur l’île de Vancouver, se veut un hommage aux anciennes fonctions ferroviaires de l’édifice.

Pour produire les panoramas, les architectes ont converti les images en un motif en pointillés et procédé à des essais pour trouver l’agencement de grosseurs de points et d’espacements qui rendrait le mieux l’image à distance. La société Millworks Custom Manufacturing de Toronto a produit les pièces en mai 2018 par façonnage robotisé et finissage chimique.

Ensuite, des milliers de trous ont été perforés à l’aide d’une presse pilotée par ordinateur dans les douzaines de panneaux qui forment chaque panorama. Le produit final donne l’effet d’une énorme photographie de journal en demi-ton. De près, l’image est abstraite; de loin, l’observateur voit le motif en pointillés former une scène reconnaissable.

Par la suite, les panneaux ont été sablés et trempés dans une série de bains de dégraissage. Pour vieillir le bronze, les panneaux ont reçu un dernier bain chimique qui, en accélérant le taux d’oxydation du bronze, a pu leur donner une patine riche et brillante.

Les panneaux ont été sablés une dernière fois, puis huilés pour protéger et donner une teinte riche à la surface. Ils ont été installés à l’extérieur des trois salles de comité en mai et en juin.

Les panoramas servent aussi d’écrans acoustiques. Fixés par-dessus un isolant isophonique, ils absorbent le son qui, autrement, résonnerait dans un si grand hall.

Comme le précise Martin Davidson : « Nous avons conçu ces paysages pour insuffler une inspiration dramatique à un lieu déjà extraordinaire, et aussi pour incarner l’identité de l’édifice. Autrefois, l’édifice reliait par train les régions du pays à la capitale. Aujourd’hui, il relie les régions à la capitale par l’intermédiaire de leur voix au Sénat. »

Sur le mur opposé, une vue du lac Moraine dans le parc national de Banff (Alberta).

Représentation d’une machine à vapeur tirant un train sur un pont à chevalets de bois située sur le mur de l’une des galeries du niveau supérieur.

Durant la fabrication, des panneaux de bronze perforés reposent sur des séchoirs entre les bains de produits chimiques.