S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
COMMENT & POURQUOI
Les deux tours : découverte des fondations perdues de l’édifice du Centre
3 février 2021

En février 2019, le Sénat a déménagé dans l’édifice du Sénat du Canada, ancienne gare construite en 1912. Le Sénat occupera cet emplacement temporaire pendant la réhabilitation de l’édifice du Centre du Parlement, demeure permanente du Sénat.

Bien que l’édifice du Centre soit fermé durant les travaux de réhabilitation, les Canadiens peuvent toujours découvrir son art et son architecture grâce à la visite virtuelle immersive du Sénat.


Le 3 février 1916, les flammes ont englouti l’édifice du Centre et se sont propagées le long de l’emblématique Tour Victoria. Lorsque les cloches de la tour ont sonné minuit, la flèche s’est effondrée.

Le lendemain, les ingénieurs ont évalué les ruines fumantes. La Bibliothèque du Parlement avait miraculeusement survécu, mais le reste de la structure était irrécupérable. En septembre de la même année, l’édifice du Centre avait été démoli et les dernières traces de la première tour qui ornait la Colline du Parlement avaient disparu.

Un peu plus d’un siècle plus tard, les travaux d’excavation ont mis au jour des vestiges de la structure originale à l’emplacement actuel de la Tour de la Paix : les fondations en calcaire de la Tour Victoria.

« Le nouvel édifice du Centre a été construit à partir de rien, en temps de guerre, essentiellement en quatre ans », explique Derek Mes, responsable du projet structurel pour le Programme de réhabilitation de l’édifice du Centre, qui est mis en œuvre par Services publics et Approvisionnement Canada.

« Ils ont enlevé les fondations d’origine là où elles les empêchaient d’atteindre le fond rocheux. Dans les endroits où elles ne gênaient pas, ils ont simplement coulé les nouvelles fondations en béton contre les anciennes en calcaire ».

Les fondations de la Tour Victoria contiennent des puits de ventilation qui aéraient l’édifice du Centre. (Crédit photo : Services publics et Approvisionnement Canada).

La découverte des fondations de la Tour Victoria est survenue au cours du plus grand projet de restauration du patrimoine de l’histoire du Canada et de la première réfection complète du bâtiment depuis sa construction à la suite de l’incendie de 1916.

Deux ajouts ambitieux – un système sophistiqué de défense contre les tremblements de terre et le Centre d’accueil des visiteurs souterrain qui reliera les édifices de l’Ouest, du Centre et de l’Est – ont transformé la Colline du Parlement en une zone d’excavation massive.

La reine Victoria avait choisi Ottawa comme capitale permanente de la nation en 1858 et, en 1867, la Mère de la Confédération a apposé sa signature sur la loi qui a fait du Canada un pays à part entière.

La Tour Victoria, surmontée d’une tourelle en forme de couronne, rendait hommage à la reine du Canada. Lorsque sa flèche a été achevée en 1873, la tour atteignait une hauteur de 55 mètres et dominait l’horizon d’Ottawa.

Son remplacement a été nommé Tour de la Paix à la suggestion de l’architecte John Pearson, qui l’avait conçue en hommage aux soldats canadiens morts au cours de la Première Guerre mondiale. Elle était élégante et imposante, dépassant de 43 mètres la tour précédente et dotée d’un carillon de 54 tonnes et de 53 cloches, inspiré des cloches des Flandres, là où 15 000 Canadiens ont péri.

Sa façade, finement sculptée, mettait en valeur les symboles qui honoraient la nation canadienne de 50 ans et ses sacrifices de guerre, notamment des hiboux, des feuilles d’érable et la sombre figure d’un soldat pleurant ses camarades tombés au combat.

C’est en creusant sous l’entrée de la Tour de la Paix à l’été 2020 que des archéologues travaillant pour Centrus — le concepteur principal du Projet de réhabilitation de l’édifice du Centre — ont découvert des vestiges des anciennes fondations de la Tour Victoria à côté des quatre piliers qui soutiennent la Tour de la Paix. Les travailleurs ont également trouvé des puits de ventilation qui avaient autrefois alimenté le bâtiment en air frais.

« Vous pouvez encore en voir quelques-uns qui émergent le long de l’escarpement derrière la Colline du Parlement », indique M. Mes. « Quelques-uns de ces portails sont décorés de pierres ornementales magnifiquement préservées. »

Cette fois, tous les vestiges des fondations de la Tour Victoria devront être enlevés.

« Ils nous empêchent de descendre jusqu’au fond rocheux », explique M. Mes. « Il faudra accéder à la roche mère pour construire le Centre d’accueil des visiteurs. »

Toutefois, les ouvriers tiendront des registres exhaustifs des découvertes archéologiques au fur et à mesure de leur découverte.

« Dans toute fouille archéologique, il y a deux options : la préservation in situ ou la consignation des données », affirme M. Mes.

« Pour l’ancienne Tour Victoria, il n’y a pas d’autre choix que la consignation des données. Des efforts considérables sont déployés afin de recueillir les données sur les fondations à des fins d’archives historiques, notamment des photographies, des dessins, des descriptions écrites, la cartographie et la numérisation en 3-D. »

L’édifice du Centre original de la Colline du Parlement, avec sa Tour Victoria, en 1880. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)
L’édifice du Centre original de la Colline du Parlement, avec sa Tour Victoria, en 1880. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)

L’incendie au milieu de l’hiver 1916 réduit l’édifice du Centre à l’état de carcasse carbonisée et incrustée de glace. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)L’incendie au milieu de l’hiver 1916 réduit l’édifice du Centre à l’état de carcasse carbonisée et incrustée de glace. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)

La Bibliothèque du Parlement est la seule partie de l’édifice du Centre original de 1866 encore debout après qu’on eut démoli la carcasse instable de l’édifice du Centre au cours de l’été 1916. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)
La Bibliothèque du Parlement est la seule partie de l’édifice du Centre original de 1866 encore debout après qu’on eut démoli la structure instable de l’édifice du Centre au cours de l’été 1916. (Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada)

Une section des fondations originales de la Tour Victoria découvertes sous le portique à la base de la Tour de la Paix.Une section des fondations originales de la Tour Victoria découvertes sous le portique à la base de la Tour de la Paix.

L’excavation des fondations de l’édifice du Centre est réalisée à l’automne 2020.L’excavation des fondations de l’édifice du Centre est réalisée à l’automne 2020.