S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
NOUVELLES
« N’acceptez aucune limitation » : le Mois de l’histoire des Noirs au Sénat
28 février 2020

Des dizaines d’élèves noirs de niveaux secondaire et universitaire sont venus à la Chambre rouge le 25 février 2020 afin de rencontrer des sénateurs et de célébrer le Mois de l’histoire des Noirs.

Cette année, le thème « Canadiens d’ascendance africaine : guidés par le passé, marchons vers l’avenir » s’inspire de l’oiseau Sankofa, qui a les pieds vers l’avant et la tête tournée vers l’arrière. Il rappelle l’importance de réfléchir au passé tout en marchant vers l’avenir. La graine dans son bec signifie la sagesse du passé dont les générations futures bénéficieront.

Après leur rencontre avec les sénateurs, les élèves ont visité une exposition de photos dans le foyer du Sénat intitulée En route vers le Nord. Cette exposition raconte l’histoire de certaines des personnes qui ont contribué à mettre fin à l’esclavage au Canada.

Le Président du Sénat George J. Furey, c.r., a expliqué aux élèves « que l’un des rôles fondamentaux du Sénat est de représenter les minorités ». Il a noté les contributions extraordinaires de l’ancien Président pro tempore du Sénat, Donald Oliver, et de l’ancienne sénatrice Anne C. Cools qui était la première sénatrice noire en Amérique du Nord. En regardant la Chambre bien remplie, le Président Furey a déclaré : « Je vois notre futur — la prochaine génération de leaders au Canada. »
Le Président du Sénat George J. Furey, c.r., a expliqué aux élèves « que l’un des rôles fondamentaux du Sénat est de représenter les minorités ». Il a noté les contributions extraordinaires de l’ancien Président pro tempore du Sénat, Donald Oliver, et de l’ancienne sénatrice Anne C. Cools qui était la première sénatrice noire en Amérique du Nord. En regardant la Chambre bien remplie, le Président Furey a déclaré : « Je vois notre futur — la prochaine génération de leaders au Canada. »

La sénatrice Wanda Thomas Bernard a décrit le Mois de l’histoire des Noirs comme étant une occasion parfaite pour « honorer, réfléchir et ensuite s’engager à agir ». Elle a expliqué que le fait de prôner l’égalité pouvait être exigeant, mais qu’elle « tire sa force de nos ancêtres, en songeant à tout ce qu’ils ont accompli avec très peu ». « Nous pouvons tous faire quelque chose », a-t-elle ajouté. « Quelles mesures allez-vous prendre? »

La sénatrice Marie-Françoise Mégie a encouragé les élèves à « prendre leur place », malgré les obstacles auxquels ils feront face. « Vous pouvez les vaincre », a-t-elle dit. « Il y a des obstacles par rapport à la couleur de peau, il y a aussi des obstacles par rapport au fait d’être une femme. Vous aussi faites partie de cette lutte; vous aussi faites partie de l’équipe gagnante. »

La sénatrice Rosemary Moodie est née en Jamaïque, là où les familles recomposées sont communes. Elle a raconté qu’elle n’avait jamais vraiment porté attention à la race. « Quand je suis arrivée au Canada, je suis devenue plus consciente de ma race », a-t-elle expliqué. Elle a exhorté les élèves à accepter leurs différences. « Lorsque vous assumez votre identité, vous pouvez commencer à comprendre comment vous pouvez contribuer », a-t-elle dit. « N’acceptez aucune limitation. »

La sénatrice Mary Coyle — qui a été présentée comme une alliée solide — a décrit comment elle s’est installée au Botswana avec sa jeune famille. Là-bas, elle a développé une belle amitié avec une femme nommée Lindelwa, nom qu’elle a ensuite donné à sa fille. La sénatrice Coyle a expliqué que le nom signifie « celle que nous attendions » et elle a déclaré aux élèves que « vous êtes toutes les personnes spéciales que le Canada attend ».

Un étudiant pose une question lors de l’événement du Mois de l’histoire des Noirs qui s’est déroulé dans la Chambre du Sénat.