S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Rencontre avec le sculpteur du Dominion Phil White
COMMENT & POURQUOI
Rencontre avec le sculpteur du Dominion Phil White
24 août 2017

Dans son atelier de Gatineau, le sculpteur du Dominion, Phil White, s’affaire à sculpter une feuille d’érable en peaufinant patiemment chaque veine.

« Je veux lui donner des textures très précises. Il s’agit de créer un contraste entre les surfaces et l’arrière-plan, » explique-t-il.

En tant que sculpteur du Dominion, il joue à la fois le rôle de sculpteur et de conservateur. Il est chargé de documenter les sculptures qui se trouvent dans l’enceinte parlementaire à Ottawa, dont certaines remontent à une centaine d’années. Il évalue aussi leur état. Il est également responsable d’élargir l’inventaire de sculptures, de créer de nouvelles œuvres pour souligner de grands événements et ainsi ajouter continuellement des éléments au décor de pierre, de bois et de bronze sur la Colline du Parlement.

« Ce poste est unique au monde, » indique M. White. « Cela s’explique par le fait que les édifices du Parlement du Canada sont relativement récents par rapport à d’autres édifices parlementaires dans le monde. »

M. White a supervisé l’installation du vitrail du jubilé de diamant au-dessus de l’escalier menant au foyer du Sénat et il a sculpté la masse du Sénat dorée qui se trouve sous le vitrail.

En 1916, l’architecte John Pearson a conçu l’édifice du Centre pour qu’il soit un exemple d’évolution constante en matière de sculpture. « Il a laissé des milliers de blocs de pierre vierges pour qu’ils soient sculptés par les générations de sculpteurs à venir, de manière à illustrer l’histoire du Canada au fil de son évolution. Aucun autre pays n’a un tel programme. »

White, la cinquième personne à occuper le poste de sculpteur du Dominion, a été initié à la sculpture par son grand-père, qui était maître maçon et sculpteur sur bois. M. White a ensuite étudié la conservation des œuvres d’art au Sir Sandford Fleming College pour ensuite s’installer à Ottawa en 1987 afin de travailler comme conservateur et sculpteur pour le Musée canadien des civilisations et le Musée canadien de la guerre.

En 2005, un concours national a été lancé pour combler le poste de sculpteur du Dominion. Après avoir franchi un processus de sélection de dix mois, Phil White a été choisi parmi un bassin de 75 candidats.

Des dizaines de ses œuvres ornent maintenant le Sénat, la Chambre des communes et la Bibliothèque du Parlement. L’une des plus connues est une sculpture en pierre à l’effigie de la reine Élisabeth II qui se trouve dans le foyer du Sénat. La reine a dévoilé le modèle original en plâtre à Rideau Hall lors de sa visite royale en 2010.

En 2012, M. White a été chargé de concevoir de nouveaux autels qui accueilleraient les Livres du Souvenir dans la Chapelle du Souvenir de la tour de la Paix. Cette mission revêtait une signification toute particulière pour lui. « Des membres de ma famille étaient mentionnés dans le Livre du Souvenir de la Première Guerre mondiale et ma mère et mon père sont des vétérans de la Seconde Guerre mondiale. C’était donc très important pour moi de bien faire les choses. »

Cette année-là, M. White a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine en reconnaissance de son travail.

Pendant l’été 2017, il s’est affairé à concevoir des œuvres pour la chambre temporaire du Sénat qui sera situé dans le Centre de conférences du gouvernement à Ottawa. La Chambre haute du gouvernement canadien commencera à y siéger à l’automne 2018 et y demeurera pour une durée d’environ dix ans lors de la rénovation de l’édifice du Centre.

« Mon rôle consiste à travailler avec les architectes du projet pour créer un programme d’iconographie décorative qui représente les symboles du Canada : des feuilles d’érable, les écussons des provinces, les armoiries du Canada, l’emblème du Sénat.  Il faut que le tout s’harmonise avec l’espace. »

Le sculpteur du Dominion, Phil White, a réalisé ce buste de la reine Élisabeth II en 2012, l’année qui célébrait son jubilé de diamant.

Ce portrait de la tête de la reine Élisabeth II, sculpté dans de la pierre de Tyndall du Manitoba, a été installé dans le foyer du Sénat en 2010.

Une représentation qui fait partie de la série d’emblèmes de feuilles d’érable qui se retrouveront un peu partout dans la nouvelle enceinte du Sénat lorsqu’il déménagera dans son emplacement temporaire en 2018. Cet emblème représente l’érable à épis.

M. White travaille le modèle de feuille d’érable pour les plaques de bronze qui seront moulées dans les murs de la chambre temporaire du Sénat au Centre de conférences du gouvernement.

Cet autel du Livre du Souvenir de la Seconde Guerre mondiale a été installé dans la Chapelle du Souvenir en 2014, aux côtés de six autres autels. Ils entourent un autel central dédié aux Canadiens qui se sont battus et qui ont donné leur vie durant la Première Guerre mondiale.