S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Les excuses du gouvernement fédéral aux Italo-Canadiens aideront la communauté à se rétablir : sénateur Loffreda
7 juin 2021
OPINIONS
image Tony Loffreda
Tony Loffreda
GSI - (Québec - Chaouinigane)

Le Canada compte environ 1,6 million de Canadiens d’origine italienne.  Depuis plus d’un siècle, des milliers d’Italiens — dont mes parents — ont choisi le Canada comme nouvelle patrie, un havre de sécurité offrant des possibilités infinies, où la primauté du droit prévaut et où convergent la diversité, l’inclusion et l’égalité.  Partout au pays, les Italo-Canadiens ont contribué au paysage culturel et à la vitalité économique du Canada.

Malheureusement, l’histoire de notre communauté est également entachée par un événement particulier qui s’est produit il y a environ 80 ans, pendant la Seconde Guerre mondiale. 

C’était le 10 juin 1940.  En réponse à la nouvelle que l’Italie se joignait aux efforts de guerre de l’Allemagne nazie, une résolution a été adoptée à l’unanimité par la Chambre des communes et le Sénat du Canada confirmant le soutien de notre nation à la France et au Royaume-Uni.

Le même jour, dans une allocution à la nation, le premier ministre de l’époque, William Lyon Mackenzie King, a officiellement déclaré la guerre à l’Italie et a énoncé :

« Le ministre de la Justice a autorisé la Gendarmerie royale du Canada à prendre des mesures pour interner tous les résidents d’origine italienne dont les activités ont donné lieu à la croyance, ou à la suspicion raisonnable, qu’ils pourraient, en temps de guerre, mettre en danger la sécurité de l’État, ou se livrer à des activités préjudiciables à la poursuite de la guerre. »

Soudainement, 31 000 Italo-Canadiens sont devenus des ennemis de l’État. Environ 600 hommes ont été enlevés de leur foyer et envoyés dans des camps d’internement sans procédure régulière en raison de leur origine italienne.  Ils n’avaient pas commis de crime, et pourtant, leurs libertés civiles ont été suspendues et ils se sont retrouvés emprisonnés.  Certains sont restés pendant des mois, d’autres pendant des années.  Des familles ont été dévastées et des enfants se sont retrouvés sans leur père.

Les souffrances ont été considérables et les répercussions se sont étendues bien au-delà des familles directement touchées par cette politique hostile.  Ces événements ont eu un effet domino sur de nombreuses facettes, tant sur le plan personnel que professionnel, de la vie des Italo-Canadiens. De nombreux membres de la communauté ont été soumis à l’hostilité, à la violence, à la discrimination sans fondement et à la violence verbale.  De nombreux entrepreneurs ont perdu leurs affaires, leurs clients et leurs revenus; d’autres ont perdu leur travail et l’habileté de subvenir aux besoins de leur famille.

C’est un événement très sombre dans l’histoire de notre pays, un événement que nos livres d’histoire ignorent trop souvent.

Le 27 mai 2021, le premier ministre Justin Trudeau, au nom du gouvernement du Canada, a présenté des excuses officielles pour l’internement d’Italo-Canadiens pendant la Seconde Guerre mondiale.  Cette nouvelle est la bienvenue et je remercie le gouvernement fédéral de reconnaître les conséquences — émotionnelles, physiques et financières — de cette politique honteuse et injuste. 

Les camps d’internement ont eu un impact intergénérationnel sur les familles et les individus et, à mon avis, ont également contribué à la façon dont la communauté italienne est trop souvent perçue et dépeinte à tort dans les médias et à l’écran.

Pour les familles de ceux qui ont été internés et pour la communauté italo-canadienne, les excuses aideront à notre guérison collective et individuelle. Pour certains, elles ne permettront peut-être pas de tourner la page, mais j’espère qu’elles serviront à rappeler comment les erreurs du passé peuvent façonner notre présent et influencer notre avenir.  Que cela soit une leçon pour les générations futures et un appel à l’action pour toujours faire mieux, être juste, et dénoncer et s’abstenir de toute forme de discrimination.

Malgré les difficultés et les injustices, les Canadiens d’origine italienne sont un peuple résilient et je suis fier d’être membre de cette communauté.  Alors que nous célébrons le Mois du patrimoine italien en juin, je reconnais la signification des excuses du gouvernement et je rends hommage aux Italo-Canadiens, d’hier et d’aujourd’hui, qui ont contribué et continuent de contribuer à la riche mosaïque culturelle de notre pays.

Le sénateur Tony Loffreda représente la région de Chaouinigane au Québec.

Une version similaire de cet article a été publiée le 2 juin 2021 dans The Suburban (en anglais seulement).