S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Le Comité sénatorial de la défense demande l’annulation de la commande d’avions Super Hornet
Le Comité sénatorial de la défense demande l’annulation de la commande d’avions Super Hornet
8 mai 2017
NOUVELLES

Dans un rapport publié le lundi 8 mai 2017, le Comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense indique que le gouvernement fédéral devrait abandonner le projet d’achat d’avions de chasse Super Hornet, pour que les contribuables n’aient pas à financer une solution temporaire coûteuse qui risque d’isoler le Canada des États‑Unis.

Le rapport, intitulé Réinvestir dans les Forces armées canadiennes : Un plan pour l’avenir, conclut l’analyse du comité à l’égard des Forces armées canadiennes.

Cette recommandation d’annuler la décision du gouvernement d’acheter, auprès d’un fournisseur unique, 18 nouveaux Super Hornet pour remplacer les vieux CF-18 du Canada, donne suite aux témoignages d’experts selon lesquels les coûts à long terme surpasseraient toutes économies à court terme et l’acquisition de ces avions réduirait l’interopérabilité avec les alliés du Canada.

Le comité demande donc au gouvernement de lancer immédiatement un processus concurrentiel en vue de remplacer ses CF-18, et à prendre une décision d’ici le 30 juin 2018.

Les sénateurs recommandent aussi d’établir une Force de réserve de l’armée plus robuste et plus égalitaire. Des spécialistes de la défense ont indiqué que les réservistes possèdent des compétences extraordinaires et que la valeur de leur contribution pourrait être grandement augmentée s’ils étaient suffisamment soutenus.

Compte tenu des défis en matière de recrutement et de maintien en poste, le comité recommande au gouvernement d’offrir des primes attrayantes aux personnes ayant des compétences spécialisées qui sont recherchées.

Cette recommandation vise aussi à atténuer les obstacles que doivent surmonter les femmes et les minorités visibles dans les forces armées. Les Autochtones et les membres des minorités visibles constituent un très faible pourcentage du personnel militaire canadien. Dans son rapport de 2015, l’ancienne juge de la Cour suprême, Marie Deschamps, a fait état d’un « lien indéniable » entre la prévalence des inconduites sexuelles au sein des forces armées et l’intégration déficiente des femmes dans l’organisation.

Le chef d'état-major de la défense, Jonathan Vance, a quant à lui indiqué au comité que la diversité « améliore notre capacité opérationnelle. » Bien que les sénateurs accueillent favorablement ce point de vue, ainsi que la constitution prochaine du Groupe de travail sur le recrutement et la diversité, le comité recommande que le gouvernement veille à ce que l’armée fasse rapport de l’avancement de son travail à cet égard afin de vérifier si les intentions se matérialisent.

Pour que prospèrent les Forces armées canadiennes, le gouvernement doit y mettre les ressources, matérielles et humaines.

 

 

Le sénateur Colin Kenny, la sénatrice Mobina Jaffer (vice-présidente), le sénateur Daniel Lang (président) et le sénateur Jean-Guy Dagenais, membres du comité sénatorial sur la défense, présentent la deuxième partie de leur rapport sur la politique de défense. Ce rapport met l’accent sur des solutions pour contrer les lacunes quant aux capacités des Forces armées canadiennes.

Dans son rapport, le comité effectue 30 recommandations qui visent à aider le gouvernement fédéral dans sa planification militaire à long terme.

Les sénateurs recommandent aussi d’établir une Force de réserve de l’armée plus robuste et plus égalitaire.